RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Les ducs et duchesses de Bretagne

            Perrin
            EAN : 9782262066185
            Code sériel : 647
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 384
            Format : 108 x 177 mm
            Les ducs et duchesses de Bretagne
            Xe-XVIe siècle

            Collection : Tempus
            Date de parution : 09/06/2016
            Entre le xe et le xvie siècle, la Bretagne s’est forgée une autonomie forte à travers ses ducs.
            De 936 à 1532, voici les six siècles d’histoire de l’ancienne Armorique. Tout commence avec la naissance du duché en plein cœur des invasions vikings, disputé entre les grandes familles comtales bretonnes qui finissent par le posséder les unes après les autres, du Xe au XIIe siècle. Vers 1150, la Bretagne... De 936 à 1532, voici les six siècles d’histoire de l’ancienne Armorique. Tout commence avec la naissance du duché en plein cœur des invasions vikings, disputé entre les grandes familles comtales bretonnes qui finissent par le posséder les unes après les autres, du Xe au XIIe siècle. Vers 1150, la Bretagne devient un enjeu géostratégique international. Les Plantagenêts puis les Capétiens y placent des ducs de leur famille pour mieux la dominer. Or ceux-ci préfèrent rapidement opter pour l’autonomie. Ils créent même du début du XIIIe à la fin du XVe siècle une véritable puissance bretonne indépendante, à tel point que l’on peut parler d’un Etat breton des années 1360 aux années 1460. Sa force attire à nouveau les convoitises et les rois de France veulent la posséder ; ils y parviendront en 1532, après plus de soixante ans de lutte, preuve s’il en est de sa solidité.
             
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782262066185
            Code sériel : 647
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 384
            Format : 108 x 177 mm
            Perrin
            10.00 €
            Acheter

            Ils en parlent

            Une étude novatrice sur l’histoire du pouvoir ducal à travers ceux qui l’ont tenu.
            Ouest France

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • BazaR Posté le 15 Mai 2019
              La Bretagne, ça vous gagne. En tout cas, mes dernières vacances là-bas en été m’ont gagné l’envie d’en savoir plus sur l’Histoire de ce pays (en plus de l’envie d’y retourner). J’ai cherché un bouquin sur le sujet et j’ai opté pour celui de Philippe Turault qui nous conte les ducs et les duchesses de Bretagne. Tout se passe au Moyen-âge, débordant un brin sur les Temps modernes. L’auteur adore la Bretagne ; cela se sent et se respire. C’est la fierté qui perce à travers la résistance de ses chefs face aux gourmands comtes d’Anjou et de Normandie ou rois d’Angleterre et de France. C’est la tristesse qui émane de la description de l’absorption du duché par la France au 16ème siècle. Usant de cette émotion palpable comme de carburant, il fait vivre son récit et combat l’ennui toujours tapi aux portes des récits historiques de non-fiction. Qu’ai-je pu retenir des ces récits ? D’abord l’absence de « celtitude » qui irriguerait la région et les habitants depuis la nuit des temps. Non, pas de barrière génétique ou culturelle séparant la Bretagne des duchés ou royaumes voisins. Les gens vont et viennent, le sang des ducs doit beaucoup à ses voisins. Le... La Bretagne, ça vous gagne. En tout cas, mes dernières vacances là-bas en été m’ont gagné l’envie d’en savoir plus sur l’Histoire de ce pays (en plus de l’envie d’y retourner). J’ai cherché un bouquin sur le sujet et j’ai opté pour celui de Philippe Turault qui nous conte les ducs et les duchesses de Bretagne. Tout se passe au Moyen-âge, débordant un brin sur les Temps modernes. L’auteur adore la Bretagne ; cela se sent et se respire. C’est la fierté qui perce à travers la résistance de ses chefs face aux gourmands comtes d’Anjou et de Normandie ou rois d’Angleterre et de France. C’est la tristesse qui émane de la description de l’absorption du duché par la France au 16ème siècle. Usant de cette émotion palpable comme de carburant, il fait vivre son récit et combat l’ennui toujours tapi aux portes des récits historiques de non-fiction. Qu’ai-je pu retenir des ces récits ? D’abord l’absence de « celtitude » qui irriguerait la région et les habitants depuis la nuit des temps. Non, pas de barrière génétique ou culturelle séparant la Bretagne des duchés ou royaumes voisins. Les gens vont et viennent, le sang des ducs doit beaucoup à ses voisins. Le sentiment celtique que l’on ressent aujourd’hui est en partie une construction. Déjà au 16ème siècle, les récits des origines, propagande écrite, émerge pour magnifier les particularités de la Bretagne. Comme pour le royaume de France et plus tard la République, finalement ; on embellit son passé. Ensuite la qualité de proie quasi permanente de la région. Les voisins ont toujours souhaité soumettre, voire absorber, en tout cas dominer la Bretagne. Les comtés d’Anjou ou de Normandie, puis les royaumes d’Angleterre – surtout à l’époque de Henry II, puis Richard Cœur de Lyon et Jean sans Terre. On se rappellera ici la belle pièce Le Roi Jean de Shakespeare qui retranscrit l’histoire de l’assassinat du duc Arthur Ier de Bretagne – et de France ont presque toujours imposé aux ducs de Bretagne la stratégie de louvoiement du faible face au fort. Enfin la présence de femmes de grand charisme tout au long de cette histoire. Havoise, qui exerce la régence pour son fils Alain III au 11ème siècle aussi bien que Blanche de Castille. Encore mieux : Ermengarde, épouse d’Alain IV, mère de Conan III qui met en œuvre la réforme grégorienne et favorise l’alliance avec son Anjou natal. Le conflit entre Jeanne de Flandres et Jeanne de Penthièvre, femmes respectives des adversaires Jean de Monfort et Charles de Blois pour le titre de duc pendant la guerre de Cent Ans ; ces deux-là valent bien les Cersei et Daenerys de Game of Thrones. Et bien sûr Anne de Bretagne, qui mène par le bout du nez son Louis XII de mari avant que ce dernier ne se rebiffe, et maintient haut l’identité de la Bretagne. Évolution de l’organisation de l’état, relations entre noblesses et clergé, nombreux conflits internes, tout est abordé avec précision mais sans entrer dans les détails pompeux. C’est aussi, en creux, l’histoire de France que l’on observe, par les yeux de ce voisin qui parfois ce serait bien passé de ce royaume encombrant mais parfois aussi est bien content de le voir venir à son aide. Un livre qui devrait combler les amateurs de cette région. Détail : je n’ai plus de doutes : Nantes est bien en Bretagne, son histoire en fait foi.
              Lire la suite
              En lire moins
            INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PERRIN
            Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…