Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266122122
Code sériel : 3260
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 544
Format : 108 x 177 mm

Les Enfants de la Terre

Philippe Rouard (Traducteur), JEAN-PHILIPPE RIGAUD (Préface)
Date de parution : 18/04/2002

Il y a 35 000 ans, une longue période glaciaire s'achève et la Terre commence à se réchauffer. L'homme s'est peu à peu dégagé de la bête et il apparaît à peu près tel qu'il est aujourd'hui. Il connaît l'outil, le feu, le vêtement. Il fabrique des armes pour chasser,...

Il y a 35 000 ans, une longue période glaciaire s'achève et la Terre commence à se réchauffer. L'homme s'est peu à peu dégagé de la bête et il apparaît à peu près tel qu'il est aujourd'hui. Il connaît l'outil, le feu, le vêtement. Il fabrique des armes pour chasser, aménage des grottes pour s'abriter. Dans le chaos de la nature, il est parvenu à créer un peu d'harmonie.
En ces premiers temps du monde, Ayla, une fillette de 5 ans, échappe à un tremblement de terre et se sort des griffes d'un lion pour se réfugier auprès d'un clan étranger. On l'adopte. Très vite, les gestes et les paroles d'Ayla suscitent l'étonnement et l'inquiétude.

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266122122
Code sériel : 3260
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 544
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • REIVAX69 Posté le 25 Mai 2020
    Si on m'avait dit un jour que je lirai un roman dont l'histoire se passe à la préhistoire dans un clan néandertalien, je pense que j'aurais volontiers pouffer de rire !! Ce livre m'a d'abord été conseillé chaudement par un ami il y a longtemps, puis il se trouve que je cherchai un auteur en A pour mon "challenge ABC", les conditions étaient donc réunies pour la rencontre improbable entre le lecteur et l'oeuvre de J. Auel. Une bien belle rencontre, je dois vous le dire, empreinte de poésie et un brin mystique... Tous les ingrédients d'une bonne histoire sont là, et je me suis laissé prendre et sans trop me débattre je l'avoue. Partager le quotidien de nos lointains ancêtres est grisant, parfois même épuisant tellement on imagine leurs difficultés quotidiennes. A voir si la suite de cette série parvient à conserver la bonne dynamique de ce 1er tome. Peut-être que je m'arrêterai là, de peur d'être déçu ? En conclusion, une lecture que je vous conseille, et pas besoin d'être féru d'histoire pour y trouver son compte.
  • sld09 Posté le 21 Mai 2020
    Dès les premières pages du roman, j'ai été heureuse de retrouver l'univers familier des Enfants de la Terre, et plus encore Ayla, l'héroïne de la série. J'ai d'ailleurs été tout de suite happée par ce qui arrive à la fillette qui se retrouve seule au monde avant d'être "adoptée" par un peuple si différent qu'elle ne s'y intégrera jamais complètement. L'histoire d'Ayla, riche en rebondissements, est très prenante, mais j'ai trouvé encore plus fascinant le travail de création l'auteur pour rendre si vivants des personnages et une civilisation à partir des seuls éléments archéologiques. Tout ce qu'elle décrit semble tellement possible (les détails du quotidien, les croyances, les modes de communication, l'organisation de la société, les rapports hommes-femmes, etc.) qu'on a l'impression d'être en immersion chez les membres du Clan. Ma relecture m'a donc beaucoup plu et j'ai hâte de me lancer dans la lecture du deuxième tome qui est, je crois, mon préféré, mais je vais patienter encore un peu car j'ai décidé de ne pas lire toute la saga d'une seule traite pour ne pas risquer de me lasser...
  • FleurdesPois Posté le 15 Mai 2020
    Il y a des jours où ça ne va pas fort et où tout semble se liguer pour me miner le moral. Dans ce cas-là, j'ai souvent besoin d'une lecture-caresse, un récit que je connais déjà et qui a réussi à m'emporter par le passé. Parfois, il y a des déconvenues et parfois pas... Le Clan de l'Ours des Cavernes est le premier volume de la saga Les Enfants de la Terre. L'histoire se déroule pendant la Préhistoire et relate le destin d'Ayla, petite fille Homo sapiens qui, après avoir perdu toute sa famille, est adoptée par un clan d'Hommes de Néanderthal. C'est dans ce milieu qu'elle grandit, fondamentalement différente par l'apparence comme par l'intelligence du peuple qui l'a adoptée. Entre rejet et acceptation, Ayla fait tout pour se conformer aux exigences du Clan. Mais son destin l'appelle ailleurs. J'étais très jeune lorsque j'ai découvert cette série et je me rappellerai toujours de la crise de larmes qui m'a secouée dès le début. Peut-être parce que j'étais petite, proche par l'âge de l'héroïne et que son histoire faisait vibrer mes craintes irrationnelles d'enfant. En tout cas, l'émotion n'a pas été absente de cette relecture et la fin m'a bouleversée autant que la... Il y a des jours où ça ne va pas fort et où tout semble se liguer pour me miner le moral. Dans ce cas-là, j'ai souvent besoin d'une lecture-caresse, un récit que je connais déjà et qui a réussi à m'emporter par le passé. Parfois, il y a des déconvenues et parfois pas... Le Clan de l'Ours des Cavernes est le premier volume de la saga Les Enfants de la Terre. L'histoire se déroule pendant la Préhistoire et relate le destin d'Ayla, petite fille Homo sapiens qui, après avoir perdu toute sa famille, est adoptée par un clan d'Hommes de Néanderthal. C'est dans ce milieu qu'elle grandit, fondamentalement différente par l'apparence comme par l'intelligence du peuple qui l'a adoptée. Entre rejet et acceptation, Ayla fait tout pour se conformer aux exigences du Clan. Mais son destin l'appelle ailleurs. J'étais très jeune lorsque j'ai découvert cette série et je me rappellerai toujours de la crise de larmes qui m'a secouée dès le début. Peut-être parce que j'étais petite, proche par l'âge de l'héroïne et que son histoire faisait vibrer mes craintes irrationnelles d'enfant. En tout cas, l'émotion n'a pas été absente de cette relecture et la fin m'a bouleversée autant que la première fois. Alors oui, il y a des longueurs, des choses qui m'ont fait tiquer, des points sur lesquels je sais que la paléontologie a évolué, un manichéisme parfois un peu trop appuyé sur certains personnages. Ayla est un personnage trop parfait à tout point de vue, ce qui a souvent le don de m'agacer. Mais il y a une telle intensité dans cette histoire, un tel souffle... ça fait du bien de temps en temps. Bref, cela reste une belle lecture qui fait résonner de longs échos en moi et c'est, je crois, ce qu'il y a de plus important.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Vexiana Posté le 4 Mai 2020
    C'est toujours avec une immense appréhension que j'entame un roman ayant pour cadre la préhistoire. Il est déjà tellement délicat d'essayer d'entrevoir la pensée d'une personne vivant à une époque historique et documentée, il est quasiment impossible de concevoir ce qu'était le raisonnement d'une personne vivant à une époque aussi éloignée de nous que la préhistoire. J'ai toujours l'impression que les auteurs de romans historiques essayent de faire de leur personnage des précurseurs, des personnes vivant dans une époque différente mais avec un mental de personne du XXe-XXIe siècle. Et c'est le cas ici. Loin de moi l'idée de critiquer l'impressionnant travail de recherche mené par Jean M. Auel et qui rend un univers très crédible et plutôt cohérent avec l'état des recherches (quoique certains détails m'aient fait froncer les sourcils ...mais, bon, je ne suis pas préhistorienne). J'ai trouvé le cadre très intéressant, riche et bien construit. Bravo pour cela. Mais, pour le reste, je ne peux cacher ma déception. Les personnages sont souvent caricaturaux (Broud est carrément la caricature d'une caricature), Alya est parfaitement anachronique. Je ne pense pas continuer la saga mais je veux bien parier que c'est elle qui va, dans les tomes suivants, inventer l'agriculture et la domestication, construire une maison,... C'est toujours avec une immense appréhension que j'entame un roman ayant pour cadre la préhistoire. Il est déjà tellement délicat d'essayer d'entrevoir la pensée d'une personne vivant à une époque historique et documentée, il est quasiment impossible de concevoir ce qu'était le raisonnement d'une personne vivant à une époque aussi éloignée de nous que la préhistoire. J'ai toujours l'impression que les auteurs de romans historiques essayent de faire de leur personnage des précurseurs, des personnes vivant dans une époque différente mais avec un mental de personne du XXe-XXIe siècle. Et c'est le cas ici. Loin de moi l'idée de critiquer l'impressionnant travail de recherche mené par Jean M. Auel et qui rend un univers très crédible et plutôt cohérent avec l'état des recherches (quoique certains détails m'aient fait froncer les sourcils ...mais, bon, je ne suis pas préhistorienne). J'ai trouvé le cadre très intéressant, riche et bien construit. Bravo pour cela. Mais, pour le reste, je ne peux cacher ma déception. Les personnages sont souvent caricaturaux (Broud est carrément la caricature d'une caricature), Alya est parfaitement anachronique. Je ne pense pas continuer la saga mais je veux bien parier que c'est elle qui va, dans les tomes suivants, inventer l'agriculture et la domestication, construire une maison, inventer la roue, le boulier et la pêche à la mouche (ok, je m'emballe). Je passerai sur la dimension pseudo SF/fantastique (l'homme de Neandertal avait un gros cerveau, il devait donc être télépathe...oui, oui, c'est ça) que j'ai préféré ignorer du mieux que j'ai pu lors de ma lecture. De plus, à mon sens, la narration est assez puérile et est très très répétitive [masquer](Alya va a l'encontre d'une règle, Alya est punie, Alya est pardonnée) [/masquer]. Bref, je n'ai pas passé un mauvais moment mais j'ai poussé beaucoup de soupirs. Je vais donc laisser Ayla et les siens pour me tourner vers d'autres époques ou d'autres auteurs.
    Lire la suite
    En lire moins
  • py314159 Posté le 26 Avril 2020
    Premier tome de la saga des Enfants de la Terre. A la suite d'un tremblement de terre, Ayla, une fillette homo sapiens de 5 ans, est séparée des siens avant d'être recueillie par le clan néandertalien de l'ours des cavernes. Son intégration n'est pas simple. Jean M. Auel signe un roman intéressant et prenant, en phase avec les connaissances scientifiques des années 1980.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.