RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Les étoiles s'éteignent à l'aube

            10/18
            EAN : 9782264069702
            Code sériel : 5273
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 312
            Format : 108 x 177 mm
            Les étoiles s'éteignent à l'aube

            CHRISTINE RAGUET-BOUVARD (Traducteur)
            Date de parution : 07/09/2017
            Lorsque Franklin Starlight, âgé de seize ans, est appelé au chevet de son père Eldon, il découvre un homme détruit par des années d’alcoolisme. Eldon sent sa fin proche et demande à son fils de l’accompagner jusqu’à la montagne pour y être enterré comme un guerrier. S’ensuit un rude voyage... Lorsque Franklin Starlight, âgé de seize ans, est appelé au chevet de son père Eldon, il découvre un homme détruit par des années d’alcoolisme. Eldon sent sa fin proche et demande à son fils de l’accompagner jusqu’à la montagne pour y être enterré comme un guerrier. S’ensuit un rude voyage à travers l’arrière-pays magnifique et sauvage de la Colombie britannique, mais aussi un saisissant périple à la rencontre du passé et des origines indiennes des deux hommes. Eldon raconte à Frank les moments sombres de sa vie aussi bien que les périodes de joie et d’espoir, et lui parle des sacrifices qu’il a concédés au nom de l’amour. Il fait ainsi découvrir à son fils un monde que le garçon n’avait jamais vu, une histoire qu’il n’avait jamais entendue.
             
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782264069702
            Code sériel : 5273
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 312
            Format : 108 x 177 mm
            10/18
            7.50 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Marymay Posté le 28 Novembre 2018
              J'ai beaucoup aimé ce livre. C'est le 2e que je lis de cet auteur et c'est toujours aussi beau. Belle écriture. Richard Wagamese sait nous faire pénétrer dans l'atmosphère de ce monde avec ses origines indiennes. Ici, c'est l'histoire de Franck, de son père et du vieil homme. J'ai été très touchée par la vie de ces 3 personnages et surtout par la bienveillance de Franck à qui son père demande de l'accompagner sur le chemin de la mort. Et Franck prend soin de son père avec beaucoup de délicatesse alors que ce dernier ne s'est jamais occupé de lui ou si peu et très mal. Le père, Eldon, qui résiste face à la souffrance et à la mort pour livrer enfin à son fils ce qu'il n'a jamais pu lui dire auparavant "j'te dois ça". Ce père qu'on ne finit peut-être pas à aimer mais au moins à mieux comprendre. Et la bonté du vieil homme qui a élevé le fils comme un indien, comme sa mère l'aurait voulu. C'est magnifique plein de tragédie mais aussi de tendresse.
            • Zephyrine Posté le 13 Novembre 2018
              Frank, 16 ans, n'a jamais réellement vu son père. Eldon, ce dernier, l'appelle un jour à son chevet. Il est mourantet souhaite que son fils l'enterre comme un guerrier dans la tradition indienne. Commence alors un voyage entre le père et le fils. Un voyage où leurs liens vont se tisser, les vérités se dire, les traditions se rappeler à eux... Le rythme est lent mais agréable, les scènes oscillent entre passé et présent, nous permettant sans cesse de ne pas juger les personnages sur ce qu'ils sont maintenant mais sur ce que la vie fait d'eux. J'avais eu un énorme coup de coeur à la lecture de Jeu Blanc, un autre livre de cet auteur et le coup de coeur est à nouveau là. Je ne peux que vous conseiller les oeuvres de cet auteur.
            • Fuyating Posté le 28 Octobre 2018
              C'est un très beau livre, fort, qui nous questionne sur de nombreux sujets, notamment la difficulté de vivre avec des regrets, la honte, les reproches que nous nous faisons, la faiblesse que nous ressentons face à certaines responsabilités. Il y a aussi bien sûr la question de l'alcoolisme et son engrenage, son cercle vicieux : boire pour oublier, pour se sentir mieux, mais cela ne fait pas disparaître les soucis et la santé en prend un coup. La question de l'importance de connaître d'où l'on vient est aussi soulevée. J'ai beaucoup aimé le style de l'auteur, il avait une profondeur dans ses réflexions et réussissait à créer une intimité avec la nature. J'ai trouvé très intéressant le contraste entre les parties où le narrateur s'exprime, assez recherchées, et les dialogues où les personnages parlent avec un accent, en utilisant des mots simples (mais non dénués de sens profond). J'ai éte surprise par Frank, ce jeune homme très mature pour son âge, par sa simplicité, l'absence de méchanceté et de mesquinerie dans sa façon d'être, par la pureté de son âme. J'ai également été touchée par l'amour du vieil homme, mais aussi par les malheurs ayant touchés Eldon et par sa difficile confession.... C'est un très beau livre, fort, qui nous questionne sur de nombreux sujets, notamment la difficulté de vivre avec des regrets, la honte, les reproches que nous nous faisons, la faiblesse que nous ressentons face à certaines responsabilités. Il y a aussi bien sûr la question de l'alcoolisme et son engrenage, son cercle vicieux : boire pour oublier, pour se sentir mieux, mais cela ne fait pas disparaître les soucis et la santé en prend un coup. La question de l'importance de connaître d'où l'on vient est aussi soulevée. J'ai beaucoup aimé le style de l'auteur, il avait une profondeur dans ses réflexions et réussissait à créer une intimité avec la nature. J'ai trouvé très intéressant le contraste entre les parties où le narrateur s'exprime, assez recherchées, et les dialogues où les personnages parlent avec un accent, en utilisant des mots simples (mais non dénués de sens profond). J'ai éte surprise par Frank, ce jeune homme très mature pour son âge, par sa simplicité, l'absence de méchanceté et de mesquinerie dans sa façon d'être, par la pureté de son âme. J'ai également été touchée par l'amour du vieil homme, mais aussi par les malheurs ayant touchés Eldon et par sa difficile confession. Les étoiles s'éteignent à l'aube est donc un très gros coup de coeur qui m'a donné envie de lire plus de choses de cet auteur.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Asterios Posté le 15 Octobre 2018
              Lorsqu'il est appelé au chevet de son père qui a été absent de son éducation, de sa vie d'enfant, Franklin est tiraillé par la haine et le ressentiment de l'échec. Il apprend alors le décès imminent de son père, alcoolique de longue date, qui lui demande de l'accompagner dans la montagne pour qu'il l'y enterre selon les rituels des guerriers indiens. En contrepartie il lui propose de lui révéler son histoire. Après hésitation le jeune Franklin, qui a à peine 16 ans accepte et part cheminer vers la connaissance de son passé, de son histoire, de ses racines. La construction du jeune homme ne pouvait passer que part cette rencontre et ces révélations. Qui étaient son père et sa mère? D'où venaient-ils? Etait-il le fruit de l'amour? de la Haine? Pourquoi n'avait-il pas connu son père qui pourtant vivait à côté de chez lui? Et au final qui était-il hier, et maintenant? Beaucoup de réponses seront apportées lors du voyage à ce jeune homme meurtri par l'absence de ses parents. Des réponses dont il devra se saisir pour devenir et tenter de comprendre enfin. C'est un texte progressif à l'écriture bien dosée qui monte en puissance au fil des pages, empli de douceur,... Lorsqu'il est appelé au chevet de son père qui a été absent de son éducation, de sa vie d'enfant, Franklin est tiraillé par la haine et le ressentiment de l'échec. Il apprend alors le décès imminent de son père, alcoolique de longue date, qui lui demande de l'accompagner dans la montagne pour qu'il l'y enterre selon les rituels des guerriers indiens. En contrepartie il lui propose de lui révéler son histoire. Après hésitation le jeune Franklin, qui a à peine 16 ans accepte et part cheminer vers la connaissance de son passé, de son histoire, de ses racines. La construction du jeune homme ne pouvait passer que part cette rencontre et ces révélations. Qui étaient son père et sa mère? D'où venaient-ils? Etait-il le fruit de l'amour? de la Haine? Pourquoi n'avait-il pas connu son père qui pourtant vivait à côté de chez lui? Et au final qui était-il hier, et maintenant? Beaucoup de réponses seront apportées lors du voyage à ce jeune homme meurtri par l'absence de ses parents. Des réponses dont il devra se saisir pour devenir et tenter de comprendre enfin. C'est un texte progressif à l'écriture bien dosée qui monte en puissance au fil des pages, empli de douceur, de retenue, de pudeur dans la tragédie. L'auteur sait installer la sérénité et la beauté dans la souffrance, offrant un monde d'espoir évitant ainsi l'écueil du manichéisme.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Horizon_du_plomb Posté le 24 Septembre 2018
              « -Qui peut évaluer ce qu'on est ? Dit Becka. J'ai l'impression que notre vérité, elle est là où on peut pas la voir. Pour ce qui est de mourir, j'pense qu'on a tous le droit de croire ce que l'on veut. - J'peux pas savoir ce qu'il croit. Il parle beaucoup, mais j'arrive pas toujours à le comprendre. Jusque-là tout ça, c'est que des histoires. Elle se contenta de hocher la tête. - On est rien d'autre finalement. Que nos histoires. » Je n'ai pas choisi ce livre à cause de l'étiquette indiens ou nature writing ou parce que c'est un des 100 mieux cotés sur Babelio mais bien à cause de la relation père-fils. « Est arrivé un temps où j'étais plus vieux et où j'ai pensé que mon numéro avait été tiré, tout simplement. Est arrivé un temps où j'ai cru que je méritais rien d'autre compte tenu de tout ce que j'avais fait et j'imagine aussi de tout ce que j'avais jamais fait. » Voilà un livre écrit à coup sûr par un homme qui connait les déchirements, la honte et la rédemption. On accroche très vite tant c'est bien écrit malgré certains lieux communs. « L'odeur des lubrifiants, du pétrole, du... « -Qui peut évaluer ce qu'on est ? Dit Becka. J'ai l'impression que notre vérité, elle est là où on peut pas la voir. Pour ce qui est de mourir, j'pense qu'on a tous le droit de croire ce que l'on veut. - J'peux pas savoir ce qu'il croit. Il parle beaucoup, mais j'arrive pas toujours à le comprendre. Jusque-là tout ça, c'est que des histoires. Elle se contenta de hocher la tête. - On est rien d'autre finalement. Que nos histoires. » Je n'ai pas choisi ce livre à cause de l'étiquette indiens ou nature writing ou parce que c'est un des 100 mieux cotés sur Babelio mais bien à cause de la relation père-fils. « Est arrivé un temps où j'étais plus vieux et où j'ai pensé que mon numéro avait été tiré, tout simplement. Est arrivé un temps où j'ai cru que je méritais rien d'autre compte tenu de tout ce que j'avais fait et j'imagine aussi de tout ce que j'avais jamais fait. » Voilà un livre écrit à coup sûr par un homme qui connait les déchirements, la honte et la rédemption. On accroche très vite tant c'est bien écrit malgré certains lieux communs. « L'odeur des lubrifiants, du pétrole, du bois, de la poussière et de la pierre, accrochée à eux comme un nuage, était emportée vers le plafond par la lumière de la bougie et par les mots. » « -La plupart des choses les plus importantes de ma vie ont jamais été dites. Tu t'y habitues. Ça devient difficile de dire quoi que ce soit de réel ou de dur. Au bout d'un moment, tu finis par préférer ça. - Paroles d'homme, dit-elle. Les hommes pensent que remonter aux racines des choses c'est creuser une tranchée. C'est pas ça. C'est parler franc. Comme une histoire. » Presque à chaque page, on a une tournure de phrase qui arrache le filon aurifère aux mots limpides. Parfois, l'auteur crée des effets de surprises, l'histoire ne va pas là où on l'aurait attendue. « Mais la loi dit qu'y faut aller à l'école jusqu'à seize ans. du moins, t'as cette place-ci pour toi et on va là où est le vrai monde autant qu'on peut, pas vrai ? (…) Ils prenaient les chevaux, traversaient le champ, remontaient pesamment jusqu'à la crête et quand ils étaient arrivés de l'autre coté, ces terres devenaient ce que le vieil homme appelait le « vrai monde ». Pour le garçon, le vrai monde c'était un espace de liberté calme et ouvert, avant qu'il apprenne à l'appeler prévisible et reconnaissable. Pour lui c'était oublier écoles, règles, distractions et être capable de se concentrer, d'apprendre et de voir. Dire qu'il l'aimait, c'était alors un mot qui le dépassait, mais il finit par en éprouver la sensation. » C'est un roman aussi qui nous parle de l'apprentissage par l'action, celle qui nous fait devenir meilleur, plus fort, qui nous grandit, qui nous fait voir le monde. Dans notre société occidentale, à cause de la technologie et de l'exposition immédiate voire du paraître, nous perdons le sens du furtif. « Je peux rien t'enseigner de ce que tu es, Franck. Tout ce que j'peux faire, c'est te montrer comment être une bonne personne. » «  Alors, j'ai continué à venir, comme ça il y aurait au moins quelqu'un, même si je ne savais pas comment les déchiffrer ou si je n'arrivais pas à saisir ce qu'ils essayaient de dire. Au moins, il y avait quelqu'un. » Le livre est rempli de vides à combler, de petits gestes qui en disent long, de mots sous-entendus. Il est tellement profond que je pense qu'inévitablement le lecteur va y mettre une partie de ses expériences dedans. Grâce à cette projection, c'est un remède à l'oubli car cela nous force à tirer là on n'en a pas toujours envie. En lien, c'est aussi un roman d'une grande maturité. « Jimmy disait tout le temps que nous étions un Grand Mystère. Tout. Il disait que les choses qu'ils faisaient, ces indiens d'autrefois, c'était rien d'autre qu'apprendre à vivre avec ce mystère. Pas le résoudre, pas s'y attaquer, pas même chercher à le deviner. Juste être avec. J'crois que j'aurais aimé apprendre le secret qui permet de faire ça. » En fait, le livre fait un peu livre de développement personnel par sa sagesse et ses situations métaphoriques. C'est d'ailleurs un livre que je conseillerai à quelqu'un qui veut arrêter de boire. L'image du feu qu'on entretient et ravive est répétée à l'envi. Un roman dont j'ai découvert que, pas seulement par les thèmes, mais par la structure même, il était en écho avec une partie de ma vie. Un roman qui m'a touché comme bien des lecteurs. « -Quand t'as pas quelque chose, le chercher en vain, c'est perdre son temps, c'est ce que je pense. - Ça fait du bien de pas avoir certaines choses. - Ah ouais. Pourquoi ça en particulier ? - Ben, ça te fait prendre conscience que t'es vivant. Que t'as touché quelque chose. Que quelque chose t'a touché. » « Le sang. Goût ancien et riche, comme les sédiments d'une rivière. (…) Les étoiles sont en nous. »
              Lire la suite
              En lire moins
            Lisez inspiré avec 10/18 !
            Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…