En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Les étoiles s'éteignent à l'aube

        10/18
        EAN : 9782264069702
        Code sériel : 5273
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 312
        Format : 108 x 177 mm
        Les étoiles s'éteignent à l'aube

        Christine RAGUET-BOUVARD (Traducteur)
        Date de parution : 07/09/2017
        Lorsque Franklin Starlight, âgé de seize ans, est appelé au chevet de son père Eldon, il découvre un homme détruit par des années d’alcoolisme. Eldon sent sa fin proche et demande à son fils de l’accompagner jusqu’à la montagne pour y être enterré comme un guerrier. S’ensuit un rude voyage... Lorsque Franklin Starlight, âgé de seize ans, est appelé au chevet de son père Eldon, il découvre un homme détruit par des années d’alcoolisme. Eldon sent sa fin proche et demande à son fils de l’accompagner jusqu’à la montagne pour y être enterré comme un guerrier. S’ensuit un rude voyage à travers l’arrière-pays magnifique et sauvage de la Colombie britannique, mais aussi un saisissant périple à la rencontre du passé et des origines indiennes des deux hommes. Eldon raconte à Frank les moments sombres de sa vie aussi bien que les périodes de joie et d’espoir, et lui parle des sacrifices qu’il a concédés au nom de l’amour. Il fait ainsi découvrir à son fils un monde que le garçon n’avait jamais vu, une histoire qu’il n’avait jamais entendue.
         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782264069702
        Code sériel : 5273
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 312
        Format : 108 x 177 mm
        10/18
        7.50 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Asterios Posté le 15 Octobre 2018
          Lorsqu'il est appelé au chevet de son père qui a été absent de son éducation, de sa vie d'enfant, Franklin est tiraillé par la haine et le ressentiment de l'échec. Il apprend alors le décès imminent de son père, alcoolique de longue date, qui lui demande de l'accompagner dans la montagne pour qu'il l'y enterre selon les rituels des guerriers indiens. En contrepartie il lui propose de lui révéler son histoire. Après hésitation le jeune Franklin, qui a à peine 16 ans accepte et part cheminer vers la connaissance de son passé, de son histoire, de ses racines. La construction du jeune homme ne pouvait passer que part cette rencontre et ces révélations. Qui étaient son père et sa mère? D'où venaient-ils? Etait-il le fruit de l'amour? de la Haine? Pourquoi n'avait-il pas connu mon père qui pourtant vivat à côté de chez lui? Et au final qui était-il hier, et maintenant? Beaucoup de réponses seront apportées lors du voyage à ce jeune homme meurtri par l'absence de ses parents. Des réponses dont il devra se saisir pour devenir et tenter de comprendre enfin. C'est un texte progressif à l'écriture bien dosée qui monte en puissance au fil des pages, empli de douceur,... Lorsqu'il est appelé au chevet de son père qui a été absent de son éducation, de sa vie d'enfant, Franklin est tiraillé par la haine et le ressentiment de l'échec. Il apprend alors le décès imminent de son père, alcoolique de longue date, qui lui demande de l'accompagner dans la montagne pour qu'il l'y enterre selon les rituels des guerriers indiens. En contrepartie il lui propose de lui révéler son histoire. Après hésitation le jeune Franklin, qui a à peine 16 ans accepte et part cheminer vers la connaissance de son passé, de son histoire, de ses racines. La construction du jeune homme ne pouvait passer que part cette rencontre et ces révélations. Qui étaient son père et sa mère? D'où venaient-ils? Etait-il le fruit de l'amour? de la Haine? Pourquoi n'avait-il pas connu mon père qui pourtant vivat à côté de chez lui? Et au final qui était-il hier, et maintenant? Beaucoup de réponses seront apportées lors du voyage à ce jeune homme meurtri par l'absence de ses parents. Des réponses dont il devra se saisir pour devenir et tenter de comprendre enfin. C'est un texte progressif à l'écriture bien dosée qui monte en puissance au fil des pages, empli de douceur, de retenue, de pudeur dans la tragédie. L'auteur sait installer la sérénité et la beauté dans la souffrance, offrant un monde d'espoir évitant ainsi l'écueil du manichéisme.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Horizon_du_plomb Posté le 24 Septembre 2018
          « -Qui peut évaluer ce qu'on est ? Dit Becka. J'ai l'impression que notre vérité, elle est là où on peut pas la voir. Pour ce qui est de mourir, j'pense qu'on a tous le droit de croire ce que l'on veut. - J'peux pas savoir ce qu'il croit. Il parle beaucoup, mais j'arrive pas toujours à le comprendre. Jusque-là tout ça, c'est que des histoires. Elle se contenta de hocher la tête. - On est rien d'autre finalement. Que nos histoires. » Je n'ai pas choisi ce livre à cause de l'étiquette indiens ou nature writing ou parce que c'est un des 100 mieux cotés sur Babelio mais bien à cause de la relation père-fils. « Est arrivé un temps où j'étais plus vieux et où j'ai pensé que mon numéro avait été tiré, tout simplement. Est arrivé un temps où j'ai cru que je méritais rien d'autre compte tenu de tout ce que j'avais fait et j'imagine aussi de tout ce que j'avais jamais fait. » Voilà un livre écrit à coup sûr par un homme qui connait les déchirements, la honte et la rédemption. On accroche très vite tant c'est bien écrit malgré certains lieux communs. « L'odeur des lubrifiants, du pétrole, du... « -Qui peut évaluer ce qu'on est ? Dit Becka. J'ai l'impression que notre vérité, elle est là où on peut pas la voir. Pour ce qui est de mourir, j'pense qu'on a tous le droit de croire ce que l'on veut. - J'peux pas savoir ce qu'il croit. Il parle beaucoup, mais j'arrive pas toujours à le comprendre. Jusque-là tout ça, c'est que des histoires. Elle se contenta de hocher la tête. - On est rien d'autre finalement. Que nos histoires. » Je n'ai pas choisi ce livre à cause de l'étiquette indiens ou nature writing ou parce que c'est un des 100 mieux cotés sur Babelio mais bien à cause de la relation père-fils. « Est arrivé un temps où j'étais plus vieux et où j'ai pensé que mon numéro avait été tiré, tout simplement. Est arrivé un temps où j'ai cru que je méritais rien d'autre compte tenu de tout ce que j'avais fait et j'imagine aussi de tout ce que j'avais jamais fait. » Voilà un livre écrit à coup sûr par un homme qui connait les déchirements, la honte et la rédemption. On accroche très vite tant c'est bien écrit malgré certains lieux communs. « L'odeur des lubrifiants, du pétrole, du bois, de la poussière et de la pierre, accrochée à eux comme un nuage, était emportée vers le plafond par la lumière de la bougie et par les mots. » « -La plupart des choses les plus importantes de ma vie ont jamais été dites. Tu t'y habitues. Ça devient difficile de dire quoi que ce soit de réel ou de dur. Au bout d'un moment, tu finis par préférer ça. - Paroles d'homme, dit-elle. Les hommes pensent que remonter aux racines des choses c'est creuser une tranchée. C'est pas ça. C'est parler franc. Comme une histoire. » Presque à chaque page, on a une tournure de phrase qui arrache le filon aurifère aux mots limpides. Parfois, l'auteur crée des effets de surprises, l'histoire ne va pas là où on l'aurait attendue. « Mais la loi dit qu'y faut aller à l'école jusqu'à seize ans. du moins, t'as cette place-ci pour toi et on va là où est le vrai monde autant qu'on peut, pas vrai ? (…) Ils prenaient les chevaux, traversaient le champ, remontaient pesamment jusqu'à la crête et quand ils étaient arrivés de l'autre coté, ces terres devenaient ce que le vieil homme appelait le « vrai monde ». Pour le garçon, le vrai monde c'était un espace de liberté calme et ouvert, avant qu'il apprenne à l'appeler prévisible et reconnaissable. Pour lui c'était oublier écoles, règles, distractions et être capable de se concentrer, d'apprendre et de voir. Dire qu'il l'aimait, c'était alors un mot qui le dépassait, mais il finit par en éprouver la sensation. » C'est un roman aussi qui nous parle de l'apprentissage par l'action, celle qui nous fait devenir meilleur, plus fort, qui nous grandit, qui nous fait voir le monde. Dans notre société occidentale, à cause de la technologie et de l'exposition immédiate voire du paraître, nous perdons le sens du furtif. « Je peux rien t'enseigner de ce que tu es, Franck. Tout ce que j'peux faire, c'est te montrer comment être une bonne personne. » «  Alors, j'ai continué à venir, comme ça il y aurait au moins quelqu'un, même si je ne savais pas comment les déchiffrer ou si je n'arrivais pas à saisir ce qu'ils essayaient de dire. Au moins, il y avait quelqu'un. » Le livre est rempli de vides à combler, de petits gestes qui en disent long, de mots sous-entendus. Il est tellement profond que je pense qu'inévitablement le lecteur va y mettre une partie de ses expériences dedans. Grâce à cette projection, c'est un remède à l'oubli car cela nous force à tirer là on n'en a pas toujours envie. En lien, c'est aussi un roman d'une grande maturité. « Jimmy disait tout le temps que nous étions un Grand Mystère. Tout. Il disait que les choses qu'ils faisaient, ces indiens d'autrefois, c'était rien d'autre qu'apprendre à vivre avec ce mystère. Pas le résoudre, pas s'y attaquer, pas même chercher à le deviner. Juste être avec. J'crois que j'aurais aimé apprendre le secret qui permet de faire ça. » En fait, le livre fait un peu livre de développement personnel par sa sagesse et ses situations métaphoriques. C'est d'ailleurs un livre que je conseillerai à quelqu'un qui veut arrêter de boire. L'image du feu qu'on entretient et ravive est répétée à l'envi. Un roman dont j'ai découvert que, pas seulement par les thèmes, mais par la structure même, il était en écho avec une partie de ma vie. Un roman qui m'a touché comme bien des lecteurs. « -Quand t'as pas quelque chose, le chercher en vain, c'est perdre son temps, c'est ce que je pense. - Ça fait du bien de pas avoir certaines choses. - Ah ouais. Pourquoi ça en particulier ? - Ben, ça te fait prendre conscience que t'es vivant. Que t'as touché quelque chose. Que quelque chose t'a touché. » « Le sang. Goût ancien et riche, comme les sédiments d'une rivière. (…) Les étoiles sont en nous. »
          Lire la suite
          En lire moins
        • soazcongar Posté le 17 Septembre 2018
          Après avoir été un père absent pendant les premières années de son enfance et de sa jeunesse, Eldon, demande à son fils Franklin de l’emmener mourir dans les montagnes, là où, trop affaibli, il ne peut se rendre seul. Le face à face entre le fils et le père va permettre à la parole de s’installer, à la bienveillance de reprendre ses droits et à l’amour filial de vivre. Les rites et traditions du peuple Ojibwé, se révèlent par la voix d’un des leurs… Un livre pour « sentir la terre sous ses pieds et entendre le bruit de la nature. »
        • Franz Posté le 25 Août 2018
          La voie du salut Eldon Starlight est un journalier amérindien dur à la tâche mais la disparition de ses proches a développé un sentiment de culpabilité irrépressible que seuls les flots d’alcool semblent pouvoir endiguer. Alors qu’il sent sa fin proche, autant rongé par le ver du remords que par celui de l’alcool, il demande à Frank, son fils unique dont il ne s’est jamais occupé, de l’emmener mourir dans les montagnes comme un guerrier. Commence une marche funèbre émaillée par les souvenirs du père et déversés sporadiquement dans l’oreille peu compatissante d’un fils esseulé et révolté. Pourtant, cahin-caha, les Starlights s’acheminent vers les hauteurs, nouant un passé décousu mais crucial pour tenter de se reconstruire ou tout au moins éviter de sombrer. Roman de la rédemption, quête initiatique, « Medicine Walk » métisse les genres sans les approfondir. Descriptif sans appesantissement, jalonné de dialogues vivants et incisifs, l’œuvre de Richard Wagamese, pourtant poignante, n’arrive jamais vraiment à léviter à l’instar de celle de Joseph Boyden [Le chemin des âmes, 2006] dont la thématique est proche par moment. A noter le très mauvais titre français, lyrique comme un pétard mouillé.
        • Gsirot Posté le 30 Juillet 2018
          Un gros coup de coeur pour Richard Wagamese, l'amérindien canadien, qui nous plonge dans cette touchante et bouleversante histoire des Starlight père fils. Malgré la relation distante, entre Frank le fils et Eldon le père, ce dernier demande à son fils de l'accompagner dans son dernier périple et de l'enterrer comme un guerrier. En effet, miné par l'alcoolisme, il sent sa fin toute proche. Pourtant, aux yeux de son fils, il n'a rien d'un guerrier. C'est ce que vous, lecteur, penserez aussi mais bien avant de connaître la vraie histoire d'Eldon racontée dans la montagne au long de ce périple. Un récit bouleversant, où tu ne t'en sors pas indemne! Un roman qui vaut le coup et particulièrement pour ceux et celles qui sont amateurs de nature et de montagne ! A lire!!!
        Lisez inspiré avec 10/18 !
        Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com