Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264069702
Code sériel : 5273
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 312
Format : 108 x 177 mm

Les étoiles s'éteignent à l'aube

Christine RAGUET (Traducteur)
Date de parution : 07/09/2017
Lorsque Franklin Starlight, âgé de seize ans, est appelé au chevet de son père Eldon, il découvre un homme détruit par des années d’alcoolisme. Eldon sent sa fin proche et demande à son fils de l’accompagner jusqu’à la montagne pour y être enterré comme un guerrier. S’ensuit un rude voyage... Lorsque Franklin Starlight, âgé de seize ans, est appelé au chevet de son père Eldon, il découvre un homme détruit par des années d’alcoolisme. Eldon sent sa fin proche et demande à son fils de l’accompagner jusqu’à la montagne pour y être enterré comme un guerrier. S’ensuit un rude voyage à travers l’arrière-pays magnifique et sauvage de la Colombie britannique, mais aussi un saisissant périple à la rencontre du passé et des origines indiennes des deux hommes. Eldon raconte à Frank les moments sombres de sa vie aussi bien que les périodes de joie et d’espoir, et lui parle des sacrifices qu’il a concédés au nom de l’amour. Il fait ainsi découvrir à son fils un monde que le garçon n’avait jamais vu, une histoire qu’il n’avait jamais entendue.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264069702
Code sériel : 5273
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 312
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • rosulien Posté le 4 Août 2020
    Quel livre ! Quel souffle! Il m’ a fallu quelques jours avant de trouver quelques mots pour parler de ce livre magistral et émouvant Sur les terres indiennes, l’ histoire pourrait paraître simple Francklin,16 ans, et le vieil homme qui l’ a élevé Ils se parlent peu.On croirait un dialogue de Samuel Beckett Mais ils se comprennent au delà des mots Surgit, venu de nulle part ,ou plutôt des bas fonds alcoolisés, le père de Franck,Eldon , un quasi inconnu Eldon va mourir .Il demande à son fils de l’ accompagner pour un dernier voyage pour être enterré dans la tradition indienne: en position assise et tourné vers l’Est Débute alors un long voyage où le fils va essayer de découvrir ce père au bout du rouleau et plutôt minable. Au départ, ils n’ont pas grand chose à partager à part leurs origines tribales. Tout au long du chemin, au milieu des magnifiques paysages de la Colombie Britannique, la vérité va apparaître Il ne faut pas en dire plus et laisser le futur lecteur se laisser emporter par ce récit grandiose . Richard Wagamese, disparu en 2017, a écrit un très grand livre , à mon avis ,un chef d’œuvre... Quel livre ! Quel souffle! Il m’ a fallu quelques jours avant de trouver quelques mots pour parler de ce livre magistral et émouvant Sur les terres indiennes, l’ histoire pourrait paraître simple Francklin,16 ans, et le vieil homme qui l’ a élevé Ils se parlent peu.On croirait un dialogue de Samuel Beckett Mais ils se comprennent au delà des mots Surgit, venu de nulle part ,ou plutôt des bas fonds alcoolisés, le père de Franck,Eldon , un quasi inconnu Eldon va mourir .Il demande à son fils de l’ accompagner pour un dernier voyage pour être enterré dans la tradition indienne: en position assise et tourné vers l’Est Débute alors un long voyage où le fils va essayer de découvrir ce père au bout du rouleau et plutôt minable. Au départ, ils n’ont pas grand chose à partager à part leurs origines tribales. Tout au long du chemin, au milieu des magnifiques paysages de la Colombie Britannique, la vérité va apparaître Il ne faut pas en dire plus et laisser le futur lecteur se laisser emporter par ce récit grandiose . Richard Wagamese, disparu en 2017, a écrit un très grand livre , à mon avis ,un chef d’œuvre qui le place au même niveau que les plus grands écrivains américains L’ écriture est magnifique, le rythme du roman envoûtant .Un livre en immersion qui monte doucement en puissance et qui vous laisse ébahi mais heureux
    Lire la suite
    En lire moins
  • Deslivresetmoi51 Posté le 7 Juillet 2020
    J'ai offert ce roman à une personne qui m'est très chère et qui s'intéresse à la culture amérindienne. Parce qu'il a terminé sa lecture en m'envoyant un petit message qui disait «Je suis en larmes, merci» j'ai voulu comprendre son émotion. «Richard Wagamese, né en 1955 en Ontario, est l’un des principaux écrivains indigènes canadiens. En activité depuis 1979, il a exercé comme journaliste et producteur pour la radio et la télévision, et est l’auteur de treize livres publiés en anglais par les principaux éditeurs du Canada anglophone. Wagamese appartient à la nation amérindienne ojibwé, originaire du nord-ouest de l’Ontario, et est devenu en 1991 le premier indigène canadien à gagner un prix de journalisme national. Depuis lors, il a été régulièrement récompensé pour ses travaux journalistiques et littéraires. Richard Wagamese s'est éteint en mars 2017, à l'âge de 61 ans. Son dernier roman, Jeu blanc, est paru en septembre 2017» Source : Éditions Zoé Ce roman de nature writing nous entraîne dans les paysages magnifiques de la Colombie-Britannique. Franklin Starlight, 16 ans, a été élevé par Le Vieil Homme, dont on comprend vite qu'il est un personnage central, qui lui a transmis les valeurs de sa culture amérindienne, le respect... J'ai offert ce roman à une personne qui m'est très chère et qui s'intéresse à la culture amérindienne. Parce qu'il a terminé sa lecture en m'envoyant un petit message qui disait «Je suis en larmes, merci» j'ai voulu comprendre son émotion. «Richard Wagamese, né en 1955 en Ontario, est l’un des principaux écrivains indigènes canadiens. En activité depuis 1979, il a exercé comme journaliste et producteur pour la radio et la télévision, et est l’auteur de treize livres publiés en anglais par les principaux éditeurs du Canada anglophone. Wagamese appartient à la nation amérindienne ojibwé, originaire du nord-ouest de l’Ontario, et est devenu en 1991 le premier indigène canadien à gagner un prix de journalisme national. Depuis lors, il a été régulièrement récompensé pour ses travaux journalistiques et littéraires. Richard Wagamese s'est éteint en mars 2017, à l'âge de 61 ans. Son dernier roman, Jeu blanc, est paru en septembre 2017» Source : Éditions Zoé Ce roman de nature writing nous entraîne dans les paysages magnifiques de la Colombie-Britannique. Franklin Starlight, 16 ans, a été élevé par Le Vieil Homme, dont on comprend vite qu'il est un personnage central, qui lui a transmis les valeurs de sa culture amérindienne, le respect des êtres humains et de la nature. Lorsque, se sentant prêt à mourir, son géniteur débarque et lui demande de l'accompagner dans la montagne pour y être enterré comme un guerrier selon le rituel ojibwé, père et fils ne sont rencontrés qu'une dizaine de fois et, Eldon, le père était toujours sous l'emprise de l'alcool. Pour accomplir ce rite mortuaire, les deux hommes doivent accomplir un voyage initiatique qui va permettre au jeune homme de faire connaissance avec ce père avec lequel il n'a jamais vécu. Il s'agit pour les deux hommes d'accomplir un devoir : le fils doit accompagner les derniers moments de vie d'un père qu'il ne connaît pas, le père doit transmettre à son fils l'histoire de ses premiers moments de vie et, notamment, lui parler de sa mère. J'ai été bouleversée par ce roman, par l'écriture à la fois sobre et minimaliste dans les dialogues mais également capable de belles descriptions sublimant la nature, par la thématique abordée, les points de vue adoptés et les portraits des protagonistes d'une belle justesse. C'est un texte d'une rare profondeur. L'alchimie entre ce qui est dit et ce qui ne l'est est parfaite. Un récit pudique, oscillant entre sentiment d'abandon et pardon, qui prend aux tripes, des dialogues qui font mal et des silences qui font plus de mal encore. La fin du roman est magistrale, gravant pour un long moment les personnages de Franklin et du Vieil Homme dans les mémoires. Ma note : 10/10 ❤❤❤ un moment de grâce à vivre absolument !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Gilles92 Posté le 1 Juillet 2020
    Il y a bien longtemps que « Les étoiles s’éteignent à l’aube » fait partie de mes pense-bêtes suite aux critiques de membres. C’est avec envie que je commence ce roman d’un nouvel auteur pour moi. Eldon que la vie n’a pas épargnée et qui a sombré dans l’alcool demande l’aide de son fils, Franck, qu’il a abandonné à la naissance. Il veut que celui-ci l’amène au sommet d’une montagne pour mourir selon le rite de ses ancêtres indiens. Ce sera un dernier voyage père/fils plein de révélations, d’incompréhension, de pardon et d’amour. Richard Wagamese nous conte de manière poétique ce parcours au milieu de la nature sauvage offrant des panoramas somptueux. Les derniers jours, en haut de cette crête autour d’un feu, permettra à Eldon de dire tant de choses cachées et à Franck de découvrir ce père étranger avant que les étoiles s’éteignent. C’est un roman émouvant sur la rédemption, le pardon, la transmission et l’amour de la nature. Richard Wagamese, aujourd'hui décédé, a écrit une suite sur la vie de Franck « Starlight ». Je vais me le procurer rapidement.
  • elisaureum Posté le 29 Juin 2020
    Franklin est appelé au chevet de son père, Eldon, souffrant, alcoolique et absent. Il demande alors à son fils de l’emmener à la montagne où sont enterrés les guerriers. Tous deux partent alors à travers forêts et grands espaces, un périple à travers la nature et à travers leurs souvenirs, leurs blessures, leurs souffrances. Magnifique. Tout simplement... un superbe récit, pépite d’or, qui fait grandir, qui bouleverse, qui nous fait découvrir les souffrances de l’Homme. Ce récit est une ode à la vie, où les mots soignent et tentent de réparer les actes ; les actes d’un père qui n’en fut pas un, jusqu’à l’instant de sa mort. On nous offre aussi une belle mais douloureuse réflexion sur ce qu’est être père (ou parent). Beau, blessé, délicat et violent, j’ai lu ce roman avec beaucoup de solennité.
  • Danael Posté le 20 Juin 2020
    J'ai eu du mal à entrer dans ce roman... jusqu'à ce que la magie opère. En le refermant, j'ai compris ce qui m'avait freinée mais constitue, pour moi et après-coup, une force manifeste du récit : la langue, réduite à portion congrue dans les dialogues, stérilisée à force de rudesse, de non-dits et de souffrance. Comme une rivière asséchée. À la moitié du roman, la rivière enfle, devient impétueuse, sombre et le lecteur reçoit l'énergie furieuse de cette histoire paternelle qui crache enfin toute sa boue: les violences conjugales subies par la mère d'Eldon, les horreurs de la guerre, l'emprise de l'alcool, la perte de dignité, la mémoire qui ronge. En face d'Eldon, le jeune Franck, aussi taiseux que son père biologique, concentre du haut de ses seize ans la sagesse et les enseignements d'une vie entière. Lumineux, courageux, incisif, buriné par une enfance rude où le silence des adultes l'a privé de son histoire et pourtant présent, enveloppant, jusqu'au dernier souffle d'Eldon.
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…