Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266296496
Code sériel : 17603
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 768
Format : 108 x 177 mm

Les Grandes espérances

Charles BERNARD-DEROSNE (Traducteur)
Date de parution : 13/06/2019
LES GRANDS TEXTES DU XIXe SIÈCLE

Appelez-le Pip. Orphelin de père et de mère, « défunts de cette paroisse », le petit Philip Pirrip mène une enfance pauvre dans les marais du Kent quand, à la veille de Noël, il y fait la rencontre d’un forçat, hirsute évadé du bagne auquel...
LES GRANDS TEXTES DU XIXe SIÈCLE

Appelez-le Pip. Orphelin de père et de mère, « défunts de cette paroisse », le petit Philip Pirrip mène une enfance pauvre dans les marais du Kent quand, à la veille de Noël, il y fait la rencontre d’un forçat, hirsute évadé du bagne auquel il prête secours. Dieu récompensant les bonnes actions, le petit garçon, promis à la forge, se voit bientôt appelé à Londres, pour y recevoir éducation et bonnes manières.
Entre sa bienfaitrice, la riche miss Havisham, et la belle Estrella – au cœur de pierre –, Pip s’acquitte peu à peu des espérances mises en lui. Sauf une seule peut-être : celle de devenir un vrai gentleman. Un gentleman de cœur.


 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266296496
Code sériel : 17603
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 768
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Rorty Posté le 21 Mai 2020
    Quelle histoire, quelle aventure, quel destin ! Pip, adolescent est à l’âge de tous les possibles. Oui mais voilà quand on est orphelin, dans un milieu pauvre, élevé par une sœur aînée méprisante, que peut-il advenir ? Heureusement il y a l’entraide, celles des humbles, des désespérés, un beau-frère Joe qui devient un « bon copain », un bagnard évadé qui n’oublie pas, l’amitié d’un compagnon de chambre, la compagnie et les conseils avisés d’un clerc de notaire…Voilà une belle histoire, une « belle idée » comme l’aimait à dire semble-t-il Dickens avec ces rebondissements, ces personnages hauts en couleur. Charles Dickens est assurément un maître de l’intrigue, un « fil côtier » des méandres de la destinée, un peintre de la société Victorienne et de ses milieux de conditions diverses. Un livre qui tient assurément sa place dans la liste, des 100 livres à avoir lus, dressée par le Club Norvégien de 2002.
  • luis1952 Posté le 11 Mai 2020
    Il n'est pas facile de faire une critique d'un grand classique, comme celui-ci. On est dépaysé dans l'Angleterre des années 1850. Mais voilà, je n'ai pas vraiment accroché aux personnages ni à Pip ni à La Esterella . J'ai trouvé des longueurs à l'histoire, mais je reste content de l'avoir lu.
  • un_appetit_livresque Posté le 23 Avril 2020
    Très belle lecture racontant la vie et les espérances d'un jeune Pip, garçon sans situation, qui se voit offrir la possibilité de devenir quelqu'un dans la société anglaise. Le récit d'une vie où l'ont a pu rencontrer un grand nombre de personnages parfois attachants, parfois haïssables, parfois un peu des deux. J'ai été particulièrement touché par le doux Jo avec qui Pip a une relation tellement adorable. L'écriture de Charles Dickens est très agréable à lire et l'histoire vraiment prenante.
  • glegat Posté le 9 Avril 2020
    Guidé par une intuition qu'aujourd'hui, je peux qualifier de géniale, j'ai acquis, il y a quelques mois, une édition en trois volumes du célèbre roman de Dickens "De Grandes Espérances". Bien sûr, je ne me suis pas engagé dans cette dépense sans raison. Je connaissais l'auteur et la qualité de ses œuvres et quelques commentaires dithyrambiques collectés ici où là sur ce roman en particulier ont fini de me convaincre. Je ne prenais donc pas un grand risque en investissant dans cette belle reliure d'André Sauret illustrée par les superbes aquarelles de Dignimont. Je m'attendais à un bon moment de lecture, en vérité le choc s'est avéré bien supérieur à mes "espérances". #8195;J'ai découvert Dickens, comme beaucoup de personnes de ma génération, par les adaptations télévisées de ses œuvres réalisées par Claude Santelli dans le cadre du théâtre de la jeunesse. J'ai pu retrouver les références exactes de ces diffusions grâce à un document introuvable aujourd'hui "Les fictions françaises à la télévision 1945-1996" recensant plus de 15 500 œuvres en plus de 900 pages. Oliver Twist a été diffusé pour la première fois sur la 1re chaine RTF le six mai 1962 et David Copperfield le 1er janvier 1965. J'en ai... Guidé par une intuition qu'aujourd'hui, je peux qualifier de géniale, j'ai acquis, il y a quelques mois, une édition en trois volumes du célèbre roman de Dickens "De Grandes Espérances". Bien sûr, je ne me suis pas engagé dans cette dépense sans raison. Je connaissais l'auteur et la qualité de ses œuvres et quelques commentaires dithyrambiques collectés ici où là sur ce roman en particulier ont fini de me convaincre. Je ne prenais donc pas un grand risque en investissant dans cette belle reliure d'André Sauret illustrée par les superbes aquarelles de Dignimont. Je m'attendais à un bon moment de lecture, en vérité le choc s'est avéré bien supérieur à mes "espérances". #8195;J'ai découvert Dickens, comme beaucoup de personnes de ma génération, par les adaptations télévisées de ses œuvres réalisées par Claude Santelli dans le cadre du théâtre de la jeunesse. J'ai pu retrouver les références exactes de ces diffusions grâce à un document introuvable aujourd'hui "Les fictions françaises à la télévision 1945-1996" recensant plus de 15 500 œuvres en plus de 900 pages. Oliver Twist a été diffusé pour la première fois sur la 1re chaine RTF le six mai 1962 et David Copperfield le 1er janvier 1965. J'en ai toujours gardé un excellent souvenir et pourtant c'est en lisant, il y a quelques mois, l'excellente biographie de Dickens de Fred Kaplan, que je me suis enfin décidé à m'intéresser à la production littéraire de cet auteur majeur. J'ai d'abord lu "Temps difficiles", un roman engagé sur la révolution industrielle et l'exploitation du prolétariat, et j'ai eu envie de poursuivre. Mais d'abord quelques mots sur l'auteur. #8195;Charles Dickens (1812-1870) est l'un des plus grands romanciers britanniques de l'époque victorienne. #8195;Pour faire face à des problèmes d'endettement, ses parents l'arrachent de l'école vers l'âge de 10 ans et l'obligent à travailler dans une entreprise de cirage. #8195;Suite à des malversations, son père est incarcéré en 1824 pendant trois mois. Charles Dickens restera marqué à vie par cette période et son œuvre en gardera les traces : la nostalgie de l'enfance, l'obsession de la faim et de la pauvreté, la fascination exercée par les quartiers les plus sordides de Londres, l'indignation contre les gens de lois et les injustices, l'univers carcéral. #8195;En 1825, Charles cesse de travailler à l’usine et reprend enfin l’école pendant deux ans. À l’âge de 15 ans, il se met à travailler comme clerc dans un cabinet d’avocats. #8195;En décembre 1833, il publie quelques pages remarquées dans le Monthly Magazine sous le pseudonyme Boz. La maison d’édition Chapman and Hall lui propose une série de vingt épisodes intitulée "Les papiers posthumes du Pickwick Club". Le succès est immédiat. #8195;Ces œuvres sont universellement connues : Oliver Twist, David Copperfield, Les papiers de Monsieur Picwik, La petite Dorrit (diffusée en plusieurs épisodes à partir du 27 novembre 2014 sur Arte) et Les Grandes Espérances (adapté au cinéma par Mike Newell, film sorti en 2012). #8195;Charles Dickens était un homme généreux, bon, altruiste, fidèle en amitié, défenseur des opprimés et travailleur acharné. Sa popularité était déjà immense à son époque et son œuvre touche toutes les générations et tous les milieux. #8195;J'ai donc rencontré Dickens deux fois, dans mon adolescence, grâce à Claude Santelli, et dans la maturité (pour ne pas dire plus) par la lecture directe de ses textes. J'estime être un privilégié d'avoir découvert ce magistral roman "Les Grandes Espérances" dans des conditions de lectures optimum. Un découpage en trois volumes reliés avec un papier de qualité, un vélin très épais doré sur la tranche supérieure. J'apprécie particulièrement le fait qu'il s'agit d'une édition non massicotée, le bord des tranches reste filandreux, vivant pourrait-on dire. Les illustrations sont nombreuses et toutes remarquables, elles m'ont permis à chaque début de chapitre de me plonger littéralement dans l'univers de Dickens, les aquarelles de Dignimont accompagnent le texte de manière à la fois fidèle et complémentaire. Je recommande fortement de lire de tels monuments littéraire dans des éditions illustrées de qualité, c'est un vrai bonheur. L'envoûtement est pratiquement immédiat, dès le premier dessin, dès la première ligne. Que raconte ce livre ? #8195;Ce roman écrit à la première personne, et largement inspiré par le vécu de l'auteur, raconte l'histoire du narrateur Pip. Pip est un orphelin élevé par sa sœur plus âgée, mégère acariâtre qui le traite durement. Il est soutenu par l'amitié de Joe, le mari de sa sœur, un brave homme qui subit avec philosophie les vexations quotidiennes de sa femme. Le roman commence par une scène au cimetière où Pip est venu se recueillir sur la tombe de ses parents, il y rencontre un forçat évadé qui le terrifie et auquel il va néanmoins rendre un grand service. Peu de temps après il est sollicité par miss Havisham, une riche et vieille femme au comportement très original dont on découvrira le passé énigmatique progressivement au fil du récit. Pip tombe amoureux d'Estella, la fille adoptive de miss Havisham. Il forme le vœu de devenir un vrai gentleman pour séduire cette jeune fille aux allures de princesse, mais au comportement arrogant et sans tendresse. Quelque temps plus tard un généreux donateur anonyme fait don à Pip d'une rente afin de lui permettre de partir pour Londres pour faire son éducation. #8195;Confronté à une société qu'il ne connaît pas, il va subir de nombreuses aventures et prendre conscience peu à peu des vraies valeurs de la vie. #8195;J'ai été séduit par la manière dont est menée l'intrigue, par la qualité des dialogues, j'ai apprécié les descriptions et jusqu'aux patronymes particulièrement originaux des personnages : M. Pumblechook l'oncle de Joe, M. Wopsle le chantre, Sarah Pocket, Biddy et Monsieur Wemmick, l'un des perdonnages centraux dont la description physique est frappante : "Je regardai monsieur Wemmick tout en marchant pour voir de quoi il avait l'air dans la lumière du jour, et je constatai que c'était un homme sec, de faible stature, nanti d'un visage de bois de forme carrée dont les traits semblaient avoir été taillés avec un ciseau ébréché. On y voyait quelques marques qui auraient pu être des fossettes si la matière avait été plus tendre et l'instrument plus aiguisé, mais qui n'étaient en l'occurrence que des encoches. Le ciseau avait fait trois ou quatre de ces tentatives d'embellissement sur son nez, puis il les avait abandonnées sans se donner la peine de les aplanir." (Volume 2, page 24) Voici encore une description, celle d'un homme croisé dans un escalier et dont on apprendra, une centaine de pages plus loin, l'importance dans le récit. Il s'agit de Monsieur Jaggers : "C'était un gros homme au teint excessivement basané, avec une énorme tête et des mains grandes en proportion. Il me saisit le menton de cette immense main et me tourna la tête dans la lumière pour me regarder. Il était prématurément chauve au sommet du crâne, et je remarquai ses sourcils noirs et broussailleux au poil hérissé. Ses yeux, enfoncés très profonds dans sa tête, étaient désagréablement perçants et soupçonneux. Il portait une grande chaîne de montre, et l'on voyait sur son visage des points noirs à l'endroit où se fussent trouvés sa barbe et ses favoris s'il les eût laissés pousser. Je ne le connaissais pas et je ne pouvais prévoir alors que la vie nous réunirait plus tard, mais il se trouva que j'eus ainsi l'occasion de l'observer de près." (Volume 1, page 138) #8195;L'humour est omniprésent et se mêle au drame, comme dans la vie réelle. Les événements vont crescendo à mesure que l'on s'approche du dénouement et toutes les zones d'ombre trouvent finalement une explication et une justification dans l'histoire. #8195;Pour ne rien gâter, ce roman est truffé d'imparfait du subjonctif que l'on doit à la traduction de Pierre Leyris (Traduction reprise dans l'édition de La Pléiade). #8195;Chef-d'œuvre absolu, à la fois émouvant, drôle, édifiant, il décrit magistralement un univers parfois sombre, parfois lumineux et féerique, toujours surprenant. Les descriptions des personnages, des lieux, des scènes sont exceptionnelles de réalisme, un réalisme fortement teinté de romantisme et c'est ce qui rend cette œuvre difficile à circonscrire, car tel un joyau elle présente de multiples facettes. #8195;Roman d'initiation, d'aventure, histoire d'amour, d'amitié, roman sur l'enfance mais aussi critique sociale, histoire fantasmagorique, histoire policière, tout l'univers semble être contenu dans cette oeuvre. #8195;Initialement publié en feuilleton dans la presse, le roman est découpé en chapitres denses de longueur à peu près constante et se terminant par une énigme à résoudre, ce qui permet au lecteur d'avancer dans l'histoire de telle manière que l'envie de tourner les pages ne faiblit pas un instant. Sur le plan technique, l'histoire est parfaitement structurée, aucun détail n'est superflu, chaque paragraphe est justifié et trouve sa place dans l'explication finale. Aucun personnage n'est laissé dans l'ombre et tous jouent un rôle essentiel. Leurs caractéristiques physiques et leur psychologie sont parfaitement décrites. #8195;J'ai eu tendance à ralentir ma vitesse de lecture à mesure que j'approchais de l'épilogue afin de prolonger le plus possible la magie de ce moment. Les descriptions de Londres, de ses tavernes, des hôtels, des commerces, des prisons, de la Tamise et de la campagne environnante sont captivantes. L'atmosphère terrifiante des rues glauques et visqueuses est particulièrement bien rendue. Ce roman présente une galerie de personnages pittoresques, certains sont à la fois énigmatiques et attachants, d'autres tragiques, parfois ridicules, mais tous empreints d'une humanité leur permettant, même au terme d'une vie peu exemplaire, de retrouver la lumière et de se faire pardonner leurs méfaits. #8195;Il y a tout dans ce roman et je le recommande à tous, enfant ou adulte. Il exprime la vie, à la fois dans ces aspects tragiques, comiques, imprévisibles, mais sans jamais sombrer dans le désespoir. Un roman d'aventure mais aussi, une leçon de philosophie. Bibliographie : "De Grandes Espérances", Charles Dickens, André Sauret éditeur (1956), trois volumes illustrés par Dignimont, 251,258 et 254 pages. Deux biographies pour en savoir plus sur Charles Dickens : - "Charles Dickens", Kaplan Fred, Fayard (1990). 519 p. - "Dickens", Priestley J.B. Hachette (1963), 144 p. Collection les écrivains par l'image, Très riche iconographie illustrations et photos.
    Lire la suite
    En lire moins
  • myrtigal Posté le 1 Avril 2020
    Quelle histoire singulière que celle de Pip. Il passe de petit garçon tyrannisé par sa grande soeur mais aimé de son beau frère, promis à un avenir honorable de forgeron aux côtés de ce dernier, loin de la richesse mais dans l'authenticité d'une vie de labeur dans son village, à une soudaine situation de futur gentleman Londonien entouré d'argent et de personnages importants, mais aussi bientôt assailli de dettes. On suit Pip pendant son changement radical de vie, on le voit grandir, trouver un meilleur ami et malheureusement parfois oublier d'où il vient et se perdre un peu lui même. Tiraillé d'amour pour la même fille inaccessible depuis son enfance, puis tombant de haut en découvrant qui est son bienfaiteur secret, il va vivre tout un tas d'émotions et de péripéties aux côtés de Joe, d'Herbert et Estella, mais enfin de compte il réalisera ce qui est essentiel et revenir à lui même. Et c'est uniquement une fois l'histoire fini et le roman terminé que j'ai compris le sens du titre: De grandes espérances. Merveilleuse plume de Dickens encore une fois.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • News
    Lisez

    8 classiques de la littérature pour s'émouvoir

    Incontournables, intemporels, les grands classiques de la littérature ne sont jamais aussi puissants que lorsqu'ils se mettent à l'heure de l'amour et de la passion. De Charlotte Brontë à Marcel Proust, découvrez notre sélection de romans classiques parfaits pour s'émouvoir.

    Lire l'article