Lisez! icon: Search engine

Les hasards sont assassins

Pocket jeunesse
EAN : 9782266238045
Code sériel : j1280
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 192
Format : 108 x 177 mm
Les hasards sont assassins

,

Date de parution : 16/05/2013

Rien, absolument rien ne devait placer sur le chemin de Fabric Concellis un personnage aussi trouble et malfaisant que Stanislas de Saint Avril. Rien, sinon les hasards qui se jouent si mal, si bien de nous.

Un roman puissant et sensible, dont on sort essoufflé, bouleversé et certainement grandi.

 

Nouvelle édition enrichie par l'auteur

EAN : 9782266238045
Code sériel : j1280
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 192
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Juin Posté le 28 Mai 2015
    Il s'appelle Fabrice, c'est un ado qui n'est pas toujours d'accord avec ses parents. Il s'appelle Stanislas (de Saint Avril). Son avenir c'est la police. Il le sait depuis toujours. Rien ne pourra l'en empêcher. Quoique cette lettre... Les hasards sont assassins, l'auteur nous le répète, chapitre après chapitre. Des chapitres qui ont tous le mot coup dans leur titre. Un livre coup de poing, qui nous coupe le souffle. Coup de maître mais aussi coup du sort. Hubert Ben Kemoun nous balade dans un univers qui ne nous laisse peu d'espoir. J'ai rarement lu un livre jeunesse aussi terrifiant...Même le ciel bas de l'estuaire de la Loire ne nous laisse pas entrevoir d'éclaircie...Coup sur coup. Et c'est douloureux ... L'auteur dans un salon me disait qu'il ne laissait jamais un roman jeunesse se terminer sans laisser percer la possibilité de rebondir. Pour celui-ci c'est bien ténu. Tant on a été secoué tout au long du livre. Noir, très noir.
  • lesptitchats Posté le 8 Octobre 2014
    C'est l'histoire de deux sales gosses ego-centrés et assoiffés de vengeance... L'auteur nous fait suivre un tout nouveau serial killer, et loin d'en faire un Dexter, il en fait un être assez pathétique. Amusant, rapide à lire.
  • Coeurdechene Posté le 18 Décembre 2013
    Voici un roman court et dérangeant. Court pour un roman, car d'un côté c'est un roman jeunesse, mais ce n'est pas une raison. C'est surtout un roman qui se lit vite, dont les pages tournent toute seules et qu'on n'a pas envie de lâcher avant le dénouement. Pas haletant, non. Juste bien écrit, suffisamment intéressant pour que la fin, que l'on pressent dramatique, attire tout de même et garde en haleine jusqu'au bout. Dérangeant car classé en littérature jeunesse, justement. Et il est rare de trouver dans cette catégorie des romans qui expriment une telle violence, cette réalité crue et sordide de la maladie mentale alliée au pouvoir du tueur en série. Le personnage de Stanislas est difficile à appréhender. D'un côté on le prend en pitié, mais il est malgré tout impossible de ne pas le détester pour son manque de discernement, la manière dont son univers égocentrique déforme la réalité. C'est incompréhensible et déroutant. D'un autre côté, le jeune Fabrice, gamin sans limites, n'acceptant aucune forme d'autorité, mérite des baffes. C'est le genre de gosse qui prouve que parfois, une claque, c'est salutaire dans l'éducation. Tout au long de la lecture, on le voit s'enfoncer dans sa bêtise et quand il... Voici un roman court et dérangeant. Court pour un roman, car d'un côté c'est un roman jeunesse, mais ce n'est pas une raison. C'est surtout un roman qui se lit vite, dont les pages tournent toute seules et qu'on n'a pas envie de lâcher avant le dénouement. Pas haletant, non. Juste bien écrit, suffisamment intéressant pour que la fin, que l'on pressent dramatique, attire tout de même et garde en haleine jusqu'au bout. Dérangeant car classé en littérature jeunesse, justement. Et il est rare de trouver dans cette catégorie des romans qui expriment une telle violence, cette réalité crue et sordide de la maladie mentale alliée au pouvoir du tueur en série. Le personnage de Stanislas est difficile à appréhender. D'un côté on le prend en pitié, mais il est malgré tout impossible de ne pas le détester pour son manque de discernement, la manière dont son univers égocentrique déforme la réalité. C'est incompréhensible et déroutant. D'un autre côté, le jeune Fabrice, gamin sans limites, n'acceptant aucune forme d'autorité, mérite des baffes. C'est le genre de gosse qui prouve que parfois, une claque, c'est salutaire dans l'éducation. Tout au long de la lecture, on le voit s'enfoncer dans sa bêtise et quand il commet l'irréparable on en vient presque à le plaindre. Effectivement, parfois, les hasards sont assassins. Mais ce qui n'est que suggéré, c'est que ces hasards n'en sont pas. Que les faits s'enchaînent et que tout est lié. On ne récolte malheureusement que ce qu'on sème. Le roman se lit vite et bien, mais nécessiterait peut-être un approfondissement, ou du moins une discussion pour favoriser la prise de distance par rapport au texte. Sans doute le final aide-t-il à aller dans ce sens. Car le dernier personnage à apparaître sort un peu du chapeau. Il n'a pas vraiment de légitimité et n'est là que pour permettre une fin relativement "heureuse". En bref, un très bon roman, mais à faire lire de manière accompagnée car le contenu peut heurter et amener un questionnement. Surtout ne pas laisser le jeune lecteur affronter seul l'image de la mort, les notions de crime et tout ce qui touche la maladie mentale.
    Lire la suite
    En lire moins
  • claraetlesmots Posté le 8 Décembre 2013
    Stanislas de Saint Avril fils unique n'a qu'une ambition : rentrer dans la police. Refusé, sa fierté d'égocentrique prend une claque et il ne comprend pas pourquoi. Lui qui a si "brillamment" passé les épreuves ne voit qu'une possibilité qui a pu motiver cette décision. Le psy qui qui lui a posé des questions est le coupable. Alors, Stanislas va faire justice lui-même pour réparer cette erreur. Il se rend au cabinet du psy et lui demande de modifier son rapport. Mais ce dernier refuse et s'en suit un premier meurtre pour Stanislas. Fabrice, treize ans, est un adolescent comme tant d'autres. Ranger sa chambre, passer du temps avec ses parents ne sont ses priorités. Il est invité à un fête qui tombe le jour d'un mariage. Ses parents ne veulent pas céder : il les accompagnent c'est tout. Le hasard fait que la route de Stanislas et de Fabrice vont se croiser. Le hasard que l'on ne maitrise pas, une idée idiote de la part d'un adolescent pour punir ses parents de ne pas pouvoir aller à une fête, un psychopathe qui se prend pour un justicier et la vengeance qui peut mener loin, très loin. Je n'en... Stanislas de Saint Avril fils unique n'a qu'une ambition : rentrer dans la police. Refusé, sa fierté d'égocentrique prend une claque et il ne comprend pas pourquoi. Lui qui a si "brillamment" passé les épreuves ne voit qu'une possibilité qui a pu motiver cette décision. Le psy qui qui lui a posé des questions est le coupable. Alors, Stanislas va faire justice lui-même pour réparer cette erreur. Il se rend au cabinet du psy et lui demande de modifier son rapport. Mais ce dernier refuse et s'en suit un premier meurtre pour Stanislas. Fabrice, treize ans, est un adolescent comme tant d'autres. Ranger sa chambre, passer du temps avec ses parents ne sont ses priorités. Il est invité à un fête qui tombe le jour d'un mariage. Ses parents ne veulent pas céder : il les accompagnent c'est tout. Le hasard fait que la route de Stanislas et de Fabrice vont se croiser. Le hasard que l'on ne maitrise pas, une idée idiote de la part d'un adolescent pour punir ses parents de ne pas pouvoir aller à une fête, un psychopathe qui se prend pour un justicier et la vengeance qui peut mener loin, très loin. Je n'en dirai pas plu sur ce livre que j'ai dévoré ! Une construction qui alimente un vrai suspense, une écriture qui colle aux personnages avec des conséquences à effet domino sans guimauve et qui démontrent ô combien certains actes ont de très lourds impacts. Terrible, scotchant ! Par contre, il est indiqué à partir de 12 ans et honnêtement, je le conseille pour des ados de 14 ou 15 ans.
    Lire la suite
    En lire moins
  • merryfantasy Posté le 8 Novembre 2013
    Je tiens à remercier chaleureusement Pocket Jeunesse et la Masse Critique de Babelio pour m'avoir permis de découvrir cet ouvrage. J’ai lu ce roman en un rien de temps! L’histoire est en effet vraiment prenante, dès les premières lignes. Dans ce roman nous suivons deux personnages "principaux". Stanislas tout d’abord, clairement psychopathe et imbu de sa personne, s’est vu refuser l’entrée à l’école de police. Pour lui, il n’y a qu’un coupable: le psychothérapeute qui l’a évalué inapte pour ce métier. Alors, très illogiquement, il décide de le tuer pour pouvoir devenir policier. Puis le hasard aidant, il se retrouve emmêlé dans un cercle infernal qu’il considère comme une opportunité magnifique. Oui, je le pense dérangé, mais c'est ce qui est fascinant. Fabrice, le second personnage, est quant à lui un adolescent en pleine crise. Vu que ses parents ne comprennent rien à sa vie et ses envies, il décide de se venger. Mais il ne s’attendait pas à croiser la route de Stanislas... Je vous laisse imaginer la suite! Le hasard est omniprésent dans ce roman: il a permis un enchaînement d'événements tous plus terrifiants les uns que les autres. Ce roman est terrible car il nous peint deux personnages... Je tiens à remercier chaleureusement Pocket Jeunesse et la Masse Critique de Babelio pour m'avoir permis de découvrir cet ouvrage. J’ai lu ce roman en un rien de temps! L’histoire est en effet vraiment prenante, dès les premières lignes. Dans ce roman nous suivons deux personnages "principaux". Stanislas tout d’abord, clairement psychopathe et imbu de sa personne, s’est vu refuser l’entrée à l’école de police. Pour lui, il n’y a qu’un coupable: le psychothérapeute qui l’a évalué inapte pour ce métier. Alors, très illogiquement, il décide de le tuer pour pouvoir devenir policier. Puis le hasard aidant, il se retrouve emmêlé dans un cercle infernal qu’il considère comme une opportunité magnifique. Oui, je le pense dérangé, mais c'est ce qui est fascinant. Fabrice, le second personnage, est quant à lui un adolescent en pleine crise. Vu que ses parents ne comprennent rien à sa vie et ses envies, il décide de se venger. Mais il ne s’attendait pas à croiser la route de Stanislas... Je vous laisse imaginer la suite! Le hasard est omniprésent dans ce roman: il a permis un enchaînement d'événements tous plus terrifiants les uns que les autres. Ce roman est terrible car il nous peint deux personnages qui veulent se venger et qui ne s’imaginent pas jusqu’où leurs actions vont les entraîner. Ajoutez à cela une écriture dynamique, et vous obtenez un roman qui se dévore. Alors, ce n’est donc pas un hasard si je l’ai lu aussi rapidement!
    Lire la suite
    En lire moins
Pocket Jeunesse, la newsletter qui vous surprend !
À chaque âge ses lectures, à chacun ses plaisirs ! Découvrez des conseils de lecture personnalisés qui sauront vous surprendre.