En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Les jours fragiles

        10/18
        EAN : 9782264053527
        Code sériel : 4406
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 160
        Format : 108 x 177 mm
        Les jours fragiles

        Collection : Domaine Français
        Date de parution : 06/01/2011

        Elle a grandi dans l'ombre de son frère aîné, surdoué scandaleux. Lorsqu'il a choisi de s'enfuir, elle a appris l'absence et le manque. Aujourd'hui, l'exilé volontaire est de retour de ses lointains voyages et il la réclame. Il ne lui propose que des jours fragiles, fébriles. Elle accepte sans réfléchir....

        Elle a grandi dans l'ombre de son frère aîné, surdoué scandaleux. Lorsqu'il a choisi de s'enfuir, elle a appris l'absence et le manque. Aujourd'hui, l'exilé volontaire est de retour de ses lointains voyages et il la réclame. Il ne lui propose que des jours fragiles, fébriles. Elle accepte sans réfléchir. Empêtrée dans ses frayeurs, guidée par un infatigable espoir, Isabelle Rimbaud est enfin prête, à trente ans, à cheminer aux côtés d'Arthur vers l'irréparable.

        « Philippe Besson bouleverse par la simplicité de l'approche, par cette voix si pure qui interroge l'existence de Rimbaud. »
        Michèle Gazier, Télérama

        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782264053527
        Code sériel : 4406
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 160
        Format : 108 x 177 mm
        10/18
        6.60 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • ZeroJanvier79 Posté le 1 Septembre 2018
          Fidèle lecteur de Philippe Besson depuis son premier roman En l'absence des hommes en 2001, je ne parviens pas à expliquer pourquoi il m'a fallu autant d'années pour lire Les jours fragiles, son cinquième roman publié en 2004. Je l'avais acheté dès sa sortie mais je l'avais mis de côté, pour une raison totalement oubliée depuis. Il est ensuite resté dans ma pile spéciale Philippe Besson, enterré sous ses futures publications aussitôt achetées aussitôt lues. C'est une bizarrerie que j'ai renoncé à m'expliquer mais que j'ai finalement réparée cette semaine. Heureuse initiative, car ce roman fait partie des oeuvres réussies de Philippe Besson ! Elle a grandi dans l'ombre de son frère, surdoué scandaleux. Lorsqu'il a choisi de s'enfuir, elle a appris l'absence et le manque. Aujourd'hui, l'exilé volontaire est de retour de ses lointains voyages et il la réclame. Il ne lui propose que des jours fragiles, fébriles. Elle accepte sans réfléchir. Empêtrée dans ses frayeurs, guidée par un infatigable espoir, Isabelle Rimbaud est enfin prête, à trente ans, à cheminer aux côtés d'Arthur vers l'irréparable. L'auteur fait un choix audacieux en faisant parler Isabelle, soeur d'Arthur Rimbaud, pour nous raconter les dernières semaines de la vie du célèbre poète. Une... Fidèle lecteur de Philippe Besson depuis son premier roman En l'absence des hommes en 2001, je ne parviens pas à expliquer pourquoi il m'a fallu autant d'années pour lire Les jours fragiles, son cinquième roman publié en 2004. Je l'avais acheté dès sa sortie mais je l'avais mis de côté, pour une raison totalement oubliée depuis. Il est ensuite resté dans ma pile spéciale Philippe Besson, enterré sous ses futures publications aussitôt achetées aussitôt lues. C'est une bizarrerie que j'ai renoncé à m'expliquer mais que j'ai finalement réparée cette semaine. Heureuse initiative, car ce roman fait partie des oeuvres réussies de Philippe Besson ! Elle a grandi dans l'ombre de son frère, surdoué scandaleux. Lorsqu'il a choisi de s'enfuir, elle a appris l'absence et le manque. Aujourd'hui, l'exilé volontaire est de retour de ses lointains voyages et il la réclame. Il ne lui propose que des jours fragiles, fébriles. Elle accepte sans réfléchir. Empêtrée dans ses frayeurs, guidée par un infatigable espoir, Isabelle Rimbaud est enfin prête, à trente ans, à cheminer aux côtés d'Arthur vers l'irréparable. L'auteur fait un choix audacieux en faisant parler Isabelle, soeur d'Arthur Rimbaud, pour nous raconter les dernières semaines de la vie du célèbre poète. Une fois de plus, Philippe Besson nous parle d'absence, de manque, de deuil. Il le fait bien. Avec subtilité, sans mélo. Sans concession non plus, puisqu'Isabelle ne nous cache rien de sa jalousie, de son agacement, de sa rancune, de sa façon de réprouver les moeurs de son frère. Malgré tout, Isabelle accompagne Arthur jusqu'au bout, devenant sa dernière amie. Si les premières pages sont un peu lentes, je me suis ensuite laissé entraîner par ce voyage, accompagnant avec une certaine émotion le poète et sa soeur vers l'issue inéluctable. En tournant la dernière page, j'étais heureux d'avoir enfin pris le temps de lire ce roman oublié. J'en retiens ce passage, terrible : J'ai accompagné un vivant à la mort. Désormais, c'est ce disparu qui m'accompagne, sur le chemin qui reste à parcourir.
          Lire la suite
          En lire moins
        • saphoo Posté le 13 Mars 2018
          Magnifique hommage à l'Arthur (comme on dit chez nous, ce qui est aussi inscrit sur sa pierre tombale). Philippe Besson plus je le lis plus je l'admire. On retrouve l'ambiance ardennaise, la mère acariâtre, la douceur d'Isabelle, et Arthur le rebelle. J'ai été admirative sur ce ton, l'ambiance de cette époque, il a dû faire un sacré boulot de recherche, car étant voisine de Roche, je peux affirmer que l'auteur s'est bien collé à ce que j'ai déjà pu entendre sur la famille Rimbaud - Cuif. Ici, on avons la fin de l'épisode Arthur, dans toute sa souffrance, sous le regard d'Isabelle sa petite soeur qui chérit tant son frère dont elle a très peu profité puisque ce dernier fugué déjà alors qu'Isabelle n'était qu'une enfant. C'est un très beau, sensible et émouvant récit même si il y a un pourcentage de romancé, l'ambiance y est, les personnages fidèles à ce que l'on peut connaitre, et la poésie de Besson ne ferait pas honte à notre Arthur. A lire sans hésitation rien que pour la beauté du texte, et pour en savoir plus la fin tragique d'Arthur. Et puis en connaissant mieux sa famille, on comprend mieux aussi pourquoi... Magnifique hommage à l'Arthur (comme on dit chez nous, ce qui est aussi inscrit sur sa pierre tombale). Philippe Besson plus je le lis plus je l'admire. On retrouve l'ambiance ardennaise, la mère acariâtre, la douceur d'Isabelle, et Arthur le rebelle. J'ai été admirative sur ce ton, l'ambiance de cette époque, il a dû faire un sacré boulot de recherche, car étant voisine de Roche, je peux affirmer que l'auteur s'est bien collé à ce que j'ai déjà pu entendre sur la famille Rimbaud - Cuif. Ici, on avons la fin de l'épisode Arthur, dans toute sa souffrance, sous le regard d'Isabelle sa petite soeur qui chérit tant son frère dont elle a très peu profité puisque ce dernier fugué déjà alors qu'Isabelle n'était qu'une enfant. C'est un très beau, sensible et émouvant récit même si il y a un pourcentage de romancé, l'ambiance y est, les personnages fidèles à ce que l'on peut connaitre, et la poésie de Besson ne ferait pas honte à notre Arthur. A lire sans hésitation rien que pour la beauté du texte, et pour en savoir plus la fin tragique d'Arthur. Et puis en connaissant mieux sa famille, on comprend mieux aussi pourquoi Arthur fuyait. Qu'est ce qui pouvait le retenir ? Un grand moment de lecture moi qui demeure à deux pas de Roche, tout ce qui peut toucher de près ou de loin ce poète me touche forcément.
          Lire la suite
          En lire moins
        • frueka Posté le 28 Septembre 2017
          Les jours fragiles retrace les derniers mois de vie de Arthur Rimbaud et se présente sous la forme d'un journal intime fictif rédigé par sa soeur cadette entre mai et novembre 1891. Isabelle, 30 ans et célibataire, vit seule avec sa mère dans la ferme familiale dans les Ardennes. Paysanne travailleuse et très pieuse, elle n'a jamais quitté la ferme et vit accablée sous le poids de la solitude et du silence, sous le joug d'une mère rigide, froide et insensible. Lorsque Arthur qu'elle n'a plus vu depuis très longtemps est rapatrié d'Afrique et rentre à la ferme qu'il a pourtant fui toute sa vie, elle se dévoue corps et âme à ce frère à l'agonie, l'assistant au quotidien et l'accompagnant à Marseille où il mourra à l'hôpital le 10 novembre 1891. Le journal intime représente pour Isabelle un exutoire grâce auquel elle peut exprimer ses craintes, sa tristesse, sa douleur et ses colères mais aussi ses espoirs, sa joie et surtout son grand amour pour son frère. Elle y évoque les derniers mois difficiles d'Arthur amputé de sa jambe droite et rongé par le cancer, l'énorme souffrance physique et morale qui en découle, le cadre familial étouffant, le monstre d'insensibilité qu'est... Les jours fragiles retrace les derniers mois de vie de Arthur Rimbaud et se présente sous la forme d'un journal intime fictif rédigé par sa soeur cadette entre mai et novembre 1891. Isabelle, 30 ans et célibataire, vit seule avec sa mère dans la ferme familiale dans les Ardennes. Paysanne travailleuse et très pieuse, elle n'a jamais quitté la ferme et vit accablée sous le poids de la solitude et du silence, sous le joug d'une mère rigide, froide et insensible. Lorsque Arthur qu'elle n'a plus vu depuis très longtemps est rapatrié d'Afrique et rentre à la ferme qu'il a pourtant fui toute sa vie, elle se dévoue corps et âme à ce frère à l'agonie, l'assistant au quotidien et l'accompagnant à Marseille où il mourra à l'hôpital le 10 novembre 1891. Le journal intime représente pour Isabelle un exutoire grâce auquel elle peut exprimer ses craintes, sa tristesse, sa douleur et ses colères mais aussi ses espoirs, sa joie et surtout son grand amour pour son frère. Elle y évoque les derniers mois difficiles d'Arthur amputé de sa jambe droite et rongé par le cancer, l'énorme souffrance physique et morale qui en découle, le cadre familial étouffant, le monstre d'insensibilité qu'est leur mère qui, déterminée à ne voir en son fils qu'un enfant maudit ayant jeté l'opprobre sur la famille, le laissera mourir seul et brisé. Ce court roman (188 pages) est intéressant, original et touchant dans la mesure où PB ne se penche pas sur la vie du poète mais sur celle de l'homme qu'a été Rimbaud à la fin de sa vie. Par ailleurs, le parti pris de la narration au féminin, qui plus est sous forme de journal intime, s'est révélé très réussi. Si je ne suis de loin pas une amatrice de poésie, je dois avouer que ce roman m'a presque donné envie d'aller fouiller dans les cartons qui prennent la poussière à la cave pour en ramener mon vieil exemplaire de Une saison en enfer! En bref, c'était une première lecture très agréable et qui ne sera certainement pas la dernière !
          Lire la suite
          En lire moins
        • sabine59 Posté le 17 Avril 2017
          Quel joli titre , tout à fait en accord avec le livre ! C'est un très beau roman,sous forme de journal intime, celui, fictif mais s'inspirant de la réalité ,d'Isabelle, la soeur de Rimbaud, au moment où celui-ci revient en France pour se faire amputer et où il finira par mourir. Isabelle veut pour son frère une postérité sans tache. Elle écrit :" Il faut arranger un peu nos souvenirs.Sinon, la vie n'est pas supportable." Elle transcrit laborieusement chaque jour leur quotidien.On sent tout le poids de la froideur d'une éducation religieuse provinciale dans laquelle la narratrice étouffe , sans pouvoir s'en libérer. La tension entre la mère et le fils , dans ce lieu maudit, qu'il a essayé de fuir à plusieurs reprises en fuguant, est à tout instant palpable. Isabelle, fragile témoin d'une dégénérescence, d'une mort annoncée, est émouvante dans son amour pour son frère, pourtant si éloigné d'elle.Elle ne le comprend pas , il la choque, mais elle l'accompagne dans son enfer.C'est la face sombre de Rimbaud qui nous est ici proposée, le malade déchu et non la figure légendaire de l'ange-poète un peu maudit. Avec pudeur et grâce, Philippe Besson nous fait pénétrer... Quel joli titre , tout à fait en accord avec le livre ! C'est un très beau roman,sous forme de journal intime, celui, fictif mais s'inspirant de la réalité ,d'Isabelle, la soeur de Rimbaud, au moment où celui-ci revient en France pour se faire amputer et où il finira par mourir. Isabelle veut pour son frère une postérité sans tache. Elle écrit :" Il faut arranger un peu nos souvenirs.Sinon, la vie n'est pas supportable." Elle transcrit laborieusement chaque jour leur quotidien.On sent tout le poids de la froideur d'une éducation religieuse provinciale dans laquelle la narratrice étouffe , sans pouvoir s'en libérer. La tension entre la mère et le fils , dans ce lieu maudit, qu'il a essayé de fuir à plusieurs reprises en fuguant, est à tout instant palpable. Isabelle, fragile témoin d'une dégénérescence, d'une mort annoncée, est émouvante dans son amour pour son frère, pourtant si éloigné d'elle.Elle ne le comprend pas , il la choque, mais elle l'accompagne dans son enfer.C'est la face sombre de Rimbaud qui nous est ici proposée, le malade déchu et non la figure légendaire de l'ange-poète un peu maudit. Avec pudeur et grâce, Philippe Besson nous fait pénétrer dans l'intériorité de cette famille, où les non-dits, les haines larvées, la complexité des relations se devinent. Et où le mystère rimbaldien demeure entier...
          Lire la suite
          En lire moins
        • cantate Posté le 6 Mars 2017
          un journal tenu par la douce et tendre Isabelle, la sœur d'Arthur, qui en bonne chrétienne se dévoue totalement à ce frère qui les a quittés il y a 12 ans, et elle recueille cet écorché vif, l'amputé, qui n'en finit pas de mourir dans un silence pesant entrecoupé de sanglots. Elle a repris la ferme et ne cherche plus à rencontrer un homme et fonder une famille. Elle offre sa vie aux autres. La mère est accusatrice, aigrie, fuyante et lointaine même si elle reste des heures en bas dans sa cuisine à quelques pas de lui à tuer les jours ne rien faire. elle refusera même l'annonce de son retour, de son décès et de ses funérailles solitaires. on suit ce trio pas à pas, dans les bandages et l' apprentissage du handicap insupportable pour un jaune homme épris de folle liberté, d'ivresses et de jouissances sous toutes leurs formes. Ses poèmes prennent ici un gout amèrement réaliste: le cœur supplicié, le bateau ivre , la bohême, le dormeur du val..une envie de tout relire avec un nouveau regard!
        Lisez inspiré avec 10/18 !
        Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com