RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Les Légions de poussière

            Pocket
            EAN : 9782266279628
            Code sériel : 7237
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 512
            Format : 108 x 177 mm
            Les Légions de poussière

            Mélanie FAZI (Traducteur)
            Date de parution : 09/11/2017
            Joel est un élève de la prestigieuse académie Armedius et un passionné de Rithmatique, cet art qui permet de dessiner d'une simple craie des figures quasi impénétrables et de donner vie à des créatures fantastiques. Mais Joel ne possède pas ce talent.
            Ayant tout de même réussi à devenir l'assistant de...
            Joel est un élève de la prestigieuse académie Armedius et un passionné de Rithmatique, cet art qui permet de dessiner d'une simple craie des figures quasi impénétrables et de donner vie à des créatures fantastiques. Mais Joel ne possède pas ce talent.
            Ayant tout de même réussi à devenir l'assistant de l'éminent professeur Fitch, il se trouve dans le secret de l'enquête sur les disparitions qui frappent les étudiants rithmaticiens de l'université, apparemment attaqués par des crayolins, ces voraces êtres de poussière de craie. Mais comment est-ce possible, ici, si loin de la ligne de front de Nebrask, défendue par les meilleurs Rithmaticiens ?
            Joel n'appartient peut-être pas à leur caste, mais sa persévérance va lui ouvrir les portes des mystères de cette curieuse magie et en changer à jamais la pratique...

            @ Disponible chez 12-21
            L'ÉDITEUR NUMÉRIQUE
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266279628
            Code sériel : 7237
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 512
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            8.95 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « Avec Les légions de poussière, Brandon Sanderson reste fidèle à lui-même : une fois encore, il se renouvelle et nous offre un univers déroutant, un système de magie inventif et abouti – la Rithmatique, aussi captivante qu’amusante ! -, des personnages à l’humour mordant ! »
            Livresse des mots

            « Un système de magie (des craies et des dessins, qui l’eut cru!) encore une fois passionnant et très visuel. A ce titre les affrontements et les mystères tournant autour de cette magie apparaissent véritablement comme le fil rouge de l’histoire qui tient pratiquement à elle seule l’ensemble du livre. »
            Elbakin

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Tari_Graceling Posté le 6 Avril 2019
              Encore un très bon roman de Brandon Sanderson qui, à l'heure actuelle, ne m'a jamais déçu.
            • SoYaya Posté le 5 Avril 2019
              Un roman pour ados ou jeunes adultes, dans un univers très original où les dessins à la craie qui qui prennent vie sont à la fois une menace et le moyen de se défendre. Un moment très agréable à passer avec ce livre, dont on espère une éventuelle suite.
            • Nenvyal Posté le 5 Février 2019
              Coup de #9829; ! L’histoire en elle-même est assez classique avec des personnages principaux pas tellement communs. Je m’explique, je parle particulièrement de Joel et Melody. Iels ne sont pas parfaits et sont tellement naturels qu’on veut juste être amis avec eux et rire dans leur dos tellement qu’iels se ressemblent. Oui, oui. J’étais morte de rire dans leurs discussions sur « l’arrogance », sur cette réservation de soi. Je les aime particulièrement. Joel est un jeune garçon de 16 ans, intelligent mais un peu faignant sur les cours qui ne l’intéressent pas. Passionné de Rithmatique, il rêve d’être parmi eux mais ne peut pas malheureusement. Un peu présomptueux et centré sur lui-même parfois, il va voir beaucoup plus loin que le bout de son nez. Melody est une jeune fille, qui a sensiblement le même âge si mes souvenirs sont bons, extrovertie. Elle dit beaucoup ce qu’elle pense, brute de pomme. Elle est terriblement seule, à l’écart des autres Rithmaticiens, alors elle s’incruste et est tellement curieuse en plus. Bref, ces deux là m’ont fait rire. Iels vont apprendre à se connaître, à se découvrir et surtout s’aidant l’un et l’autre sur la vision de ce qui se passe chez autrui.... Coup de #9829; ! L’histoire en elle-même est assez classique avec des personnages principaux pas tellement communs. Je m’explique, je parle particulièrement de Joel et Melody. Iels ne sont pas parfaits et sont tellement naturels qu’on veut juste être amis avec eux et rire dans leur dos tellement qu’iels se ressemblent. Oui, oui. J’étais morte de rire dans leurs discussions sur « l’arrogance », sur cette réservation de soi. Je les aime particulièrement. Joel est un jeune garçon de 16 ans, intelligent mais un peu faignant sur les cours qui ne l’intéressent pas. Passionné de Rithmatique, il rêve d’être parmi eux mais ne peut pas malheureusement. Un peu présomptueux et centré sur lui-même parfois, il va voir beaucoup plus loin que le bout de son nez. Melody est une jeune fille, qui a sensiblement le même âge si mes souvenirs sont bons, extrovertie. Elle dit beaucoup ce qu’elle pense, brute de pomme. Elle est terriblement seule, à l’écart des autres Rithmaticiens, alors elle s’incruste et est tellement curieuse en plus. Bref, ces deux là m’ont fait rire. Iels vont apprendre à se connaître, à se découvrir et surtout s’aidant l’un et l’autre sur la vision de ce qui se passe chez autrui. L’histoire se déroulant au début du XXe siècle où des changements sociétaux sont en train de se produire particulièrement concernant les femmes. C’est vraiment suggestif, même si ça en parle un peu. De même, que l’auteur appuie sur les différentes classes sociales (Rithmaticiens vs gens ordinaires), les privilèges et la situation politique et économique. Nous avons vraiment un monde enrichi, que j’ai adoré en apprendre à chaque page surtout sur la Rithmatique. Une intrigue en premier plan se déroule spécialement pour ce premier tome : les étudiants qui ont disparus. Parallèlement Joel et sa mère vont faire la paix avec un brin de leur passé. Des histoires s’en mêlent, se croisent et on se demande qui est derrière les enlèvements. Un certain rythme se met en place. Ce que je regrette est que ça va un peu vite vers la fin concernant le dénouement des enlèvements. Dans un sens ce n’est pas pour me déplaire par ce qu’on allait savoir, mais les pages défilaient tellement vite que je n’ai pas vu le temps passer et que ça m’a semblé trop court. C’est-à-dire que le dénouement arrive d’un coup. Ça a coupé court, c’est l’impression que j’ai. Je me suis faite avoir comme une bleue, j’avais une idée et en même temps aucune. Comme à chaque fois qu’il y a ce genre de révélations. Ça ne rate quasi jamais. J’ai vraiment adoré l’univers dépeint par Brandon Sanderson. Un univers semblable fortement au nôtre, rappelant le XXe siècle et en même temps la particularité géopolitique, géographique et Rithmatique font la différence. Le plus dans ce roman est la carte des îles ressemblant fortement aux États-Unis ainsi les dessins parcourant les pages. Ces dessins nous permettent vraiment de comprendre cet art Rithmatique, ces dessins dessinés à la craie prenant vie par quelques « élus ». Avant chaque chapitre, des explications fournies autour des défenses et des attaques pour mieux imaginer, mieux visualiser surtout les descriptions complexes et parfois barbantes ainsi passionnantes de cet art. Les combats semblent plus vivants ! Ce qui me chagrine, c’est quand arrivant à la fin, je ne demande que la suite. Le problème, d’où « ça me chagrine », est que je n’ai pas vu qu’il y avait une suite de prévue. J’espère vraiment qu’il y en ait une en préparation car avec les révélations de la fin, les mystères toujours autour de Nebrask et l’énigme autour du héros et de ce qu’il a vu dans cette salle, ainsi les personnages me donnent vraiment envie de continuer dans ce monde. J’ai vraiment adoré ce premier (?) tome où l’action se mêle au mystère et à la « magie ». L’univers est très intéressant, bien foutu et addictif. Oui, j’ai été accro dès le départ en faisant connaissance avec les personnages, les particularités et cette intrigue. Vivement la suite ! Espérons !
              Lire la suite
              En lire moins
            • un-monde-de-papier Posté le 16 Février 2018
              Un thriller surprenant et passionnant, une fantasy fascinante et mystérieuse ; que demander de plus ? Le style est superbe, du Brandon Sanderson quoi, les personnages sont adorables ou détestables, ils nous investissent dans l’histoire. Et le tout pousse à la réflexion sur beaucoup de chose de notre monde. Il n’en faut pas moins pour devenir un coup de cœur.
            • Igguk Posté le 17 Décembre 2017
              Brandon Sanderson écrit des beaux pavés avec des univers massifs et des histoires complexes, mais quand il est fatigué il a besoin d’un peu se détendre, comme tout le monde. Dans ces moments-là, il écrit des pavés un peu plus petits, comme Les légions de poussière. J’invente pas, c’est lui-même qui l’explique en postface, il a écrit The Rithmatist pour se dégourdir le cerveau comme on ferait son jogging du Dimanche (pour les fous qui font du jogging). Ce roman est donc plus léger, et orienté pour un public adolescent. Il nous raconte l’histoire de Joel, étudiant à l’académie Armedius qui forme les plus grands rithmaticiens. Sauf que Joel n’en est pas un, il est le fils de la femme de ménage et n’a aucun pouvoir, pourtant il se passionne pour cette discipline magique qui s’exerce en faisant des dessins avec une craie. Mais lui n’a pas été choisi lors de l’initiation, c’est un gros moldu, quoi ! Pourtant, il va réussir à s’incruster dans l’entourage du professeur Fitch pour l’été, et participer à une enquête sur des étudiants qui disparaissent mystérieusement. Fidèle à sa réputation, l’écrivain nous sert un système de magie original et peaufiné dans ses moindres détails, on dirait... Brandon Sanderson écrit des beaux pavés avec des univers massifs et des histoires complexes, mais quand il est fatigué il a besoin d’un peu se détendre, comme tout le monde. Dans ces moments-là, il écrit des pavés un peu plus petits, comme Les légions de poussière. J’invente pas, c’est lui-même qui l’explique en postface, il a écrit The Rithmatist pour se dégourdir le cerveau comme on ferait son jogging du Dimanche (pour les fous qui font du jogging). Ce roman est donc plus léger, et orienté pour un public adolescent. Il nous raconte l’histoire de Joel, étudiant à l’académie Armedius qui forme les plus grands rithmaticiens. Sauf que Joel n’en est pas un, il est le fils de la femme de ménage et n’a aucun pouvoir, pourtant il se passionne pour cette discipline magique qui s’exerce en faisant des dessins avec une craie. Mais lui n’a pas été choisi lors de l’initiation, c’est un gros moldu, quoi ! Pourtant, il va réussir à s’incruster dans l’entourage du professeur Fitch pour l’été, et participer à une enquête sur des étudiants qui disparaissent mystérieusement. Fidèle à sa réputation, l’écrivain nous sert un système de magie original et peaufiné dans ses moindres détails, on dirait que c’est vraiment son dada. La rithmatique permet à ceux qui ont le don de se battre avec des petites craies. Ils se les envoient pas à la figure comme mon ancien prof de maths, mais ils dessinent des formes spécifiques sur le sol, cercles de défense, lignes d’attaque, petites créatures appelées Crayolins… Il y a tout plein de règles qui nous seront expliquées au fur et à mesure, le gars il est parti loiiiin dans sa tête, mais c’est très divertissant. Au milieu de tout ça on retrouve des personnages intéressants et bien mis en place, on s’attache sans problème à ce héros et son entourage, l’histoire de sa famille dans le contexte de l’académie est très touchante. Le livre apparait bien construit et agréable à lire. On a un background intéressant avec cette géographie États-Unienne explosée, ces écoles de rithmaticiens qui forment des soldats pour aller contenir l’invasion de crayolins, cette ambiance fantasy steampunk extrêmement bien mise en place. Les légions de poussière est une lecture pop-corn pas désagréable, qui apparait clairement comme l’exercice d’échauffement d’un auteur qui avait envie de jouer avec une idée rigolote (ce système de magie), mais qui s’est pas trop foulé pour enrober tout ça. La conséquence est qu’on a souvent l’impression que le livre explique plus qu’il ne raconte, jusqu’aux trois quarts du roman l’histoire n’a pas avancé d’un millimètre, on est toujours quasiment dans la situation initiale mais on nous a étalé le background, on nous a exposé le système de magie, on nous a présenté ces personnages et ce monde. Tout ça sert de moteur à une trame principale malheureusement très convenue, Joel va aider son professeur à enquêter sur la disparitions d’élèves au milieu d’un contexte scolaire avec les profs gentils, les profs méchants, les élèves condescendants, etc… C’est cousu de fil blanc, tous les schémas utilisés sont de l’archi-classique. Le pauvre héros, le mentor, l’ombre du père qui cache un mystère, la copine énervante, le « professeur à l’air méchant qui est sûrement le coupable mais peut-être que non mais peut-être que si quand même » (wink wink), le coup de théâtre qu’on voit venir a des kilomètres, on a constamment une impression de connaitre cette histoire. Si vous avez déjà lu deux trois références du genre, tout est absolument téléphoné. Les légions de poussière est un roman divertissant, qui amuse le cerveau du lecteur avec son univers et ses mécaniques mais raconte une histoire archi-classique, oubliable. Certainement pas le meilleur travail de Brandon Sanderson, mais une bonne petite récréation, autant pour lui que pour nous. Par contre il conviendra certainement à de jeunes adolescents comme le prouvent les avis publiés sur Naufragés Volontaires ou chez Gromovar mais si vous avez plus de 15 ans et quelques lectures derrière vous, ça va limiter le truc. On est plus dans du « young child » que du « young adult » en fait. Tiens, si je le filais à ma nièce ? Bouquin reçu en Service Presse de la part de Pocket, merci à eux.
              Lire la suite
              En lire moins
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.