Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782266324915
Code sériel : 18648
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 504
Format : 108 x 177 mm
À Paraître
Les Mamies font parler la poudre
Hélène Hervieu (traduit par)
Date de parution : 30/06/2022
Éditeurs :
Pocket
En savoir plus
8.75 €
Date de parution: 30/06/2022
À Paraître

Les Mamies font parler la poudre

Hélène Hervieu (traduit par)
Date de parution : 30/06/2022
Quand deux mamies se lancent dans le militantisme pour le désarmement, tous les coups sont permis pour vivre en paix.
Dagny Svensson, 74 ans, a tout pour passer une retraite heureuse. Son centre de divertissement et bien-être pour personnes âgées, qu'elle a fondé avec sa soeur dans la campagne suédoise,... Dagny Svensson, 74 ans, a tout pour passer une retraite heureuse. Son centre de divertissement et bien-être pour personnes âgées, qu'elle a fondé avec sa soeur dans la campagne suédoise, rencontre un franc succès. Elle décide pourtant de se lancer dans un nouveau défi : créer le collectif « Les... Dagny Svensson, 74 ans, a tout pour passer une retraite heureuse. Son centre de divertissement et bien-être pour personnes âgées, qu'elle a fondé avec sa soeur dans la campagne suédoise, rencontre un franc succès. Elle décide pourtant de se lancer dans un nouveau défi : créer le collectif « Les Mamies pour la paix » pour lutter contre la prolifération des armes. Le jour où ses nouveaux voisins, officiellement en train de développer le premier champagne nordique, se révèlent être des trafiquants d'armes, Dagny comprend que cette nouvelle étape ne sera pas un long fleuve tranquille ! Et la police locale n'a pas l'intention de se laisser marcher sur les pieds...
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266324915
Code sériel : 18648
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 504
Format : 108 x 177 mm
Pocket
En savoir plus
8.75 €
Date de parution: 30/06/2022

Ils en parlent

« Jubilatoire. »
Cosmopolitan

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • missmolko1 Posté le 14 Décembre 2021
    Un livre amusant sur un groupe de mamies qui lancent un mouvement pour la paix dans le monde. Malgré cela, je m’attendais à quelque chose de différent et je suis légèrement déçue. Je pensais avoir à faire à un cosy murder, ces romans policiers à la mode mais on est plus sur un roman feel-good. On passe un bon moment avec Dagny et sa sœur mais le roman est long et les nombreuses péripéties n’arrivent pas à susciter l’intérêt du lecteur. J’aurais aimé un peu plus d’interaction avec leurs voisins, trafiquants d’arme. Or le roman est plus une succession de situations cocasses et peu réalistes malheureusement. C’est un roman léger qui fait sourire mais il manque quelque chose pour que ce soit un coup de cœur. Malgré tout, il apporte matière à réflexion sur la course à l’armement mais il ne me lassera pas un grand souvenir. Dommage….
  • Sharon Posté le 21 Septembre 2021
    Ce roman semble presque, de prime abord, un roman de feel-good. Il s’agirait simplement de lire l’histoire de deux soeurs, Dagny et Marie, deux retraitées qui peuvent désormais profiter de ce que la vie leur réserve. Comme si c’était si simple, comme si ce simple résumé ne cachait pas autre chose. J’ai eu plus de mal que je ne pensais à avancer dans le livre, sans que je sache vraiment pourquoi, et surtout, sans que je me questionne sur les raisons de cette lenteur. Peut-être parce que je m’attendais à plus d’humour, plus de cohérences entre les différentes parties. C’est vrai qu’elles débordent d’énergie, ces vieilles dames, qu’elles nous font réfléchir ce que signifie vraiment la course à l’armement. Je les ai tout de même trouvées parfois un peu naïves, j’avais envie de les secouer. Elles mettent beaucoup de temps à se rendre compte que quelque chose cloche chez leurs gentils voisins, à croire qu’elles n’ont jamais été réellement confrontées à des personnes qui ont quelque chose à cacher. Est-ce parce que l’on est au pays d’une certaine Greta ? Une autre Greta, octogénaire, se montre particulièrement active, tout le monde la tolère même si elle parle parfois à tort et... Ce roman semble presque, de prime abord, un roman de feel-good. Il s’agirait simplement de lire l’histoire de deux soeurs, Dagny et Marie, deux retraitées qui peuvent désormais profiter de ce que la vie leur réserve. Comme si c’était si simple, comme si ce simple résumé ne cachait pas autre chose. J’ai eu plus de mal que je ne pensais à avancer dans le livre, sans que je sache vraiment pourquoi, et surtout, sans que je me questionne sur les raisons de cette lenteur. Peut-être parce que je m’attendais à plus d’humour, plus de cohérences entre les différentes parties. C’est vrai qu’elles débordent d’énergie, ces vieilles dames, qu’elles nous font réfléchir ce que signifie vraiment la course à l’armement. Je les ai tout de même trouvées parfois un peu naïves, j’avais envie de les secouer. Elles mettent beaucoup de temps à se rendre compte que quelque chose cloche chez leurs gentils voisins, à croire qu’elles n’ont jamais été réellement confrontées à des personnes qui ont quelque chose à cacher. Est-ce parce que l’on est au pays d’une certaine Greta ? Une autre Greta, octogénaire, se montre particulièrement active, tout le monde la tolère même si elle parle parfois à tort et à travers : elle est toujours partante pour tout, elle est tellement en forme pour son âge ! Leurs actions font parler d’elles, et c’est ce qu’elles voulaient. Elles expérimentent les nuits en garde à vue, la prison…. et moi de m’interroger sur les méthodes de fonctionnement du système judiciaire suédois (oui, la durée d’incarcération m’a semblé bien floue). Oui, d’un côté, cela fait plaisir de voir des mamies aussi actives. De l’autre, je me suis dit que, parfois, elles se réveillent bien tard. Dagny, par exemple, aurait voulu avoir d’autres enfants, mais son mari lui en a refusé le droit – pourquoi, dans ce pays que l’on montre toujours comme un modèle pour le droit des femmes, ne s’est-elle pas battue pour ce qu’elle désirait vraiment ? Oui, je sais, ce ne sont que quelques lignes en passant, mais Dagny ne se remet pas (le peut-on ?) de la mort de sa fille unique, enceinte, lors d’une mission humanitaire. Quand je dis que les thématiques de ce roman ne sont pas drôles, elles ne le sont pas, tout comme il n’est pas drôle de s’enrichir en créant des armes toujours plus efficaces, et de penser que, pour se débarrasser de ses problèmes, il suffit de tuer. J’ai lu aussi que ce roman était qualifié de « cosy mystery ». Franchement, non, et pourtant, j’adore ce genre littéraire ! Ce n’est pas parce qu’il est en vogue qu’il faut mettre cette étiquette partout, à croire que les romains suédois n’ont pas connu d’heures de gloire. Les Mamies font parler la Poudre ? Un roman que j’aurai aimé davantage apprécier
    Lire la suite
    En lire moins
  • laurie4104 Posté le 13 Juillet 2021
    Je dois admettre que ce livre m'a un peu déçue. Je m'attendais à plus d'humour, plus de situation amusante mais ce livre est plus un "traité " pour devenir désobéissant qu'autres choses. Alors oui,il y a la question de l'armement. Oui c'est amusant car ce sont des mamies de plus de 70-80 ans qui opèrent cette désobéissance civile. Mais pour ma part certaines parties ne sont pas exploités comme les conséquences des l'armement massive ou encore pourquoi Dagny souhaite cette désobéissance civile. On a un début de réponse avec sa fille Yvonne mais l'autrice n'entre pas dans le vif. Je trouve dommage car le postulat de départ m'avait beaucoup plus mais ce livre n'est pas à la hauteur de mes espérances. Peut-être plaira t il à d'autre? Je l'espère pour l'auteure.
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.