Lisez! icon: Search engine
Perrin
EAN : 9782262075132
Code sériel : 724
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 608
Format : 108 x 177 mm

Les nazis en fuite

Collection : Tempus
Date de parution : 26/04/2018
"Enfin traduit en français, Les Nazis en fuite constituent la première approche d'ensemble d'un épisode mal connu : la fuite d'Europe de milliers de criminels nazis entre 1945 et 1950." Marianne
À partir de 1945, plusieurs dizaines de criminels de guerre nazis sont parvenus à fuir l’Allemagne par le Tyrol, pour rejoindre ensuite les ports italiens et échapper à la justice afin de vivre, dans un anonymat relatif, en Amérique du Sud. Quelles filières ont-ils suivi ? De quelles complicités ont-ils... À partir de 1945, plusieurs dizaines de criminels de guerre nazis sont parvenus à fuir l’Allemagne par le Tyrol, pour rejoindre ensuite les ports italiens et échapper à la justice afin de vivre, dans un anonymat relatif, en Amérique du Sud. Quelles filières ont-ils suivi ? De quelles complicités ont-ils joui ? C’est ce que révèle Gerald Steinacher dans cet ouvrage novateur, rigoureux et enlevé, où se croisent agents de la Croix-Rouge, du Vatican et des services secrets des grandes puissances. L’auteur retrace le parcours de certains de ces hommes, dont au premier chef Adolf Eichmann et Josef Mengele, ouvrant une réflexion plus générale sur la difficulté d’appréhender les criminels de guerre.
 
Historien d’origine allemande, Gerald Steinacher est professeur à l’université de Nebraska-Lincoln, aux États-Unis. Il a également enseigné à Harvard et est expert des questions relatives aux crimes de guerre au sein de différentes commissions internationales.
 
« La première étude d’ensemble sur les filières qui permirent à des milliers de nazis de fuir. » Marianne
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782262075132
Code sériel : 724
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 608
Format : 108 x 177 mm
Perrin

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • vincentf Posté le 22 Décembre 2019
    Mai 1945 : Hitler se suicide, c’en est fini du nazisme. Vraiment ? Et les autres ? Goebbels imite son maître, Himmler et Goering également. Et les autres ? Ribbentrop est pendu. Et les autres ? Ils fuient. Comment ? Ce livre, à travers de nombreux exemples, retrace l’itinéraire des nazis en fuite et les montre franchissant le col du Brenner puis accueillis en héros dans le Tyrol du Sud, territoire italien mais germanophone, nid de SS et étape majeure vers d’autres lieux accueillants, comme le Vatican, où de sinistres évêques –Hudal et Draganovitch, parmi d’autres – procurent aux criminels de guerre des papiers gentiment fournis par la Croix-Rouge, leur permettant, au nom du pardon et surtout de l’anticommunisme de tranquillement refaire leur vie en Argentine, où le président Péron les accueille à bras ouverts. Ajoutons à ces bons samaritains les services secrets américains, qui ferment les yeux sur quelques anecdotiques horreurs afin de bénéficier de l’expertise d’espions compétents et discrets, et nous voilà au courant des magouilles qui sauvèrent de la justice – parfois temporairement – les pires bourreau de notre histoire. Raconter leur fuite et pointer du doigt les compromissions rétablit enfin un semblant de justice. Voilà pourquoi... Mai 1945 : Hitler se suicide, c’en est fini du nazisme. Vraiment ? Et les autres ? Goebbels imite son maître, Himmler et Goering également. Et les autres ? Ribbentrop est pendu. Et les autres ? Ils fuient. Comment ? Ce livre, à travers de nombreux exemples, retrace l’itinéraire des nazis en fuite et les montre franchissant le col du Brenner puis accueillis en héros dans le Tyrol du Sud, territoire italien mais germanophone, nid de SS et étape majeure vers d’autres lieux accueillants, comme le Vatican, où de sinistres évêques –Hudal et Draganovitch, parmi d’autres – procurent aux criminels de guerre des papiers gentiment fournis par la Croix-Rouge, leur permettant, au nom du pardon et surtout de l’anticommunisme de tranquillement refaire leur vie en Argentine, où le président Péron les accueille à bras ouverts. Ajoutons à ces bons samaritains les services secrets américains, qui ferment les yeux sur quelques anecdotiques horreurs afin de bénéficier de l’expertise d’espions compétents et discrets, et nous voilà au courant des magouilles qui sauvèrent de la justice – parfois temporairement – les pires bourreau de notre histoire. Raconter leur fuite et pointer du doigt les compromissions rétablit enfin un semblant de justice. Voilà pourquoi un tel livre est nécessaire.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Nikoz Posté le 23 Août 2019
    Aurait gagné à une mise en perspective. Mais très instructif et très souvent surprenant. Travail très fouillé.
  • Marc45 Posté le 25 Août 2018
    Ce livre propose une relecture de la fin du second conflit mondial à la lumière d'archives récemment mises à disposition des historiens. Comment, dans le chaos d'une Europe sans dessus dessous, des criminels de guerre ont ils pu échapper à la justice ? Cette contribution argumentée et très fouillée apporte les réponses à cette lancinante question. Elle bat en brèche l'image des alliés uniquement obsédés par la victoire contre la barbarie et lavant le crime dans le procès de Nuremberg. Les compromissions politiques au nom de la lutte contre le communisme ont gravement entaché l'action des alliés et en particulier des Etats Unis. Voilà donc un ouvrage essentiel, passionnant sur le fond même si, sur la forme, l'écriture est souvent fouillis. Le foisonnement des anecdotes crédibilise la thèse mais rend la lecture parfois fastidieuse. Néanmoins et au delà de cette réserve, Les Nazis en Fuite est un livre à recommander à tous ceux qui veulent aller au delà de l'image du débarquement de Normandie et de la victoire du 8 mai 1945 pour comprendre la complexité d'une époque qui va se solder dans la guerre froide.
  • SebastienCreo Posté le 1 Septembre 2016
    Ceci n'est pas mon premier documentaire sur le sujet avant j'avais lu Guy Walter (la traque du mal que j'avais aimé) et le livre de Serge Klarsfeld (La traque des criminels nazi que j'avais beaucoup aimé). Cette fois-ci, l'auteur Gerald Steinacher avec ses nouvelles informations donne du poids à ces deux autres écrits. Le livre est séparé en cinq partie: Les itinéraires de fuite nazis en Italie, Les torts partagés de la Croix-Rouge internationale, Les réseaux du Vatican, le réseau d'exfiltration des services de renseignements et destination Argentine. Sur les cinq chaptires principaux seulement trois m'ont appris beaucoup de choses que ce soit la publicité de l'Argentine qui recherchait seulement les bons agents SS les meilleurs elle les laissaient aux États-Unis, la Grande-Bretagne ou la Russie (c'est elle qui en avait le plus soit 5600 anciens nazis des scientifiques de haut niveaux). La réseau de l'ancien OSS (ou CIA) ça ne m'était pas inconnu mais la Croix-Rouge ça c'est toute une surprise pour le Vatican j'en avait déjà entendu parler. Bonne lecture !
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PERRIN
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…