Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264057327
Code sériel : 4581
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 384
Format : 108 x 177 mm

Les ombres de Kittur

Annick LE GOYAT (Traducteur)
Date de parution : 06/09/2012

Kittur, ville imaginaire de l’Inde du sud située sur la côte du Karnataka, dont l’auteur du Tigre blanc fait le théâtre de ce recueil. On y croise un lycéen poseur de bombe, un brahmane communiste ou encore, un livreur insatisfait de sa condition… Autant de destinés humaines qui modèlent le...

Kittur, ville imaginaire de l’Inde du sud située sur la côte du Karnataka, dont l’auteur du Tigre blanc fait le théâtre de ce recueil. On y croise un lycéen poseur de bombe, un brahmane communiste ou encore, un livreur insatisfait de sa condition… Autant de destinés humaines qui modèlent le patchwork envoûtant d’un pays aux mille visages, victime de ses carcans et terre de révolte. 

Après Le Tigre blanc, (Booker Prize 2008) Aravind Adiga nous donne à voir l'Inde multiple et pointe avec puissance l’envers du décor Bollywood. 

Traduit de l'anglais (Inde)
par Annick Le Goyat

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264057327
Code sériel : 4581
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 384
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Colchik Posté le 27 Juillet 2020
    Le titre anglais du roman – Between the Assassinations – est plus explicite pour cerner les intentions de l’auteur : décrire le sort peu enviable des déshérités dans une ville imaginaire du Karnataka entre l’assassinat d’Indira Gandhi en 1984 et celui de son fils, Rajih, en 1991. Le livre prend la forme d’une pérégrination dans les lieux emblématiques de la ville, chaque étape servant de cadre à une nouvelle. Kittur devient en quelque sorte l’allégorie de l’Inde, dans une peinture d’une noirceur revendiquée. Aravind Adiga décrit la violence endémique qui touche les basses castes, la corruption, les tensions entre musulmans et hindous, le sort des immigrés tamouls, la mesquinerie des chrétiens, les ravages de l’alcool et de la drogue. Un portrait sans aucune concession de son pays qu’il juge incapable d’apporter une réponse aux inégalités criantes qui structurent la société indienne. La limite du livre est peut-être le sentiment de désespoir qui pèse sur tous ces destins brisés et qui finit par hanter le lecteur. On retrouvait déjà dans L’équilibre du monde de Rohinton Mistry ce pessimisme sans nuance qui semble dénier tout progrès à l’un des États les plus peuplés de la planète.
  • NoemieS Posté le 24 Octobre 2018
    Sombre et émouvant.
  • Duh Posté le 8 Mars 2016
    j'ai beaucoup aimé ce livre qui nous donne une image de l'Inde d'aujourd'hui loin des clichés touristiques. Le roman est découpé en demi-journée qui sont chacune l'occasion de présenter un personnage, sa vie, sa condition et les vicissitudes auxquelles il fait face. L'auteur nous dresse un portrait complet de ce pays aux multiples religions, langues, castes ... Ils ne nous épargne pas de la violence quotidienne pour la survie. Non en Inde il n'y a pas que les palais des anciens Maharajas ...
  • Atasi Posté le 29 Août 2015
    Kittur est une ville (imaginaire) côtière de l'Inde du Sud avec de nombreux attraits touristiques - cathédrale, tombeau d'un saint musulman, phare, mosquée, temples hindoues, marché ... Ce qu'il fait son histoire ce sont ces ombres - personnages de toutes les religions, de toutes origines, de tous statuts sociaux, ... qui fourmillent dans cette ville et dont certains ne laisseront aucune empreinte pour le futur. Le roman est en réalité une déclinaison de nombreuses petites histoires qui raconte un morceau de vie d'une petite poignée de ses habitants de Kittur historiquement entre l'assassinat d'Indira Gandhi et avant celle de son fils. On retrouve un proviseur adjoint d'un établissement scolaire, élève de ce même établissement, démousticateur, cuisinière, journaliste, communiste, vendeur de faux livres, coolie d'un marchant de meuble, ... En introduction de chaque histoire, une petite description de la ville presque comme un guide touristique. Une lecture agréable et légère.
  • Hilde Posté le 5 Février 2015
    Nous découvrons Kittur, petite ville imaginaire de l'Inde ("entre Goa et Calicut"), nous sommes invités à rencontrer ses habitants, des personnages hauts en couleur, avec leurs rêves, leurs souffrances, leur destinée plus ou moins heureuse, leur statut et leur religion. Mendicité, corruption, pauvreté, injustices liées au système des castes, l'auteur aborde ainsi toute une gamme de thèmes, de problématiques indiennes "entre l’assassinat d'Indira Gandhi (1984) et celui de son fils Rajiv (1991). Qu'il s'agisse d'un vendeur de livres photocopiés, d'un journaliste voulant révéler la vérité sur la corruption d'un système, d'un jeune homme posant une bombe en espérant mettre fin au système des castes, tous ou presque ont l'espoir de changer leur société. J'ai été touchée, parfois un peu perplexe, car la plupart de ces récits laissent un goût d'inachevé. Beaucoup de légèreté malgré des sujets forts et une agréable écriture qui sert ces histoires qui ne marquent pas toujours l'esprit. J'ai apprécié cette virée à Kittur mais sans plus et j'ai peur de vite l'oublier. Étrange sensation. Je suis un peu déçue par rapport à mes attentes mais contente quand même de l'avoir découvert.
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…