Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266299688
Code sériel : 17697
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 304
Format : 108 x 177 mm

Les Oscillations du coeur

Date de parution : 09/01/2020
Discrète et fleur bleue, la Japonaise Aïko Ishikawa est une designer textile talentueuse. Veuf inconsolable, l’écrivain Jean-Marc Poulain se définit lui-même comme une « ancienne gloire de la littérature ». Quant à la déroutante Angélique Meunier, elle est mathématicienne au CNRS.
Que peuvent bien avoir en commun ces trois personnages ?...
Discrète et fleur bleue, la Japonaise Aïko Ishikawa est une designer textile talentueuse. Veuf inconsolable, l’écrivain Jean-Marc Poulain se définit lui-même comme une « ancienne gloire de la littérature ». Quant à la déroutante Angélique Meunier, elle est mathématicienne au CNRS.
Que peuvent bien avoir en commun ces trois personnages ? En apparence rien, sauf peut-être leur amour pour de curieux petits jouets vintage appelés culbutos. Par hasard, ils découvrent que certains de ces joujoux renferment de mystérieux messages : « Le phare m’appelle », « Les amants sont des âmes sœurs », « Demain je pars ».
Lié par cette étrange trouvaille, l’étonnant trio parviendra-t-il à percer cette singulière énigme ?

« Une jolie histoire. » Un brin de Syboulette

« Une histoire tendre et attachante, vraiment agréable à lire. » Les lectures de Jangelis

« Un agréable moment. » À la page de Suzie
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266299688
Code sériel : 17697
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 304
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • ramettes Posté le 22 Juillet 2021
    On retrouve des personnages et des thématiques qui lui sont propre. Bien que différent du premier on se dit qu’il y a des clins d’œil et des passerelles qui se font entre ses romans, j’ai hâte de voir comment cet aspect de l’écriture va évoluer au fil des livres. La mémoire, les souvenirs et le passé… les personnages ici ne sont pas vieux, le trio central a moins de 50 ans, mais ils ont un lien fort avec des gens plus âgés. Que ce soit Aïko et ses souvenirs liés à sa grand-mère et Claudine Casserole dont elles sont fans (variété souvent décriée jugée ringarde mais dont tout le monde connait les refrains), Jean-Marc qui fait vieux et ringard à force de se forger un personnage ou encore cette quête qui les ramène aux années 70, c’est vers des personnes plus âgées qu’elles vont tourner leur regard. Sans parler de la passion pour les culbutos des années 70. La famille avec ses fonctionnements internes qui lui sont propres, les secrets de famille, le monde de l’enfance qui marque à vie, l’hérédité… vous trouvez toute la gamme et plus encore. Des personnages atypiques qui détonnent dans le paysage, je vais vous parler des trois... On retrouve des personnages et des thématiques qui lui sont propre. Bien que différent du premier on se dit qu’il y a des clins d’œil et des passerelles qui se font entre ses romans, j’ai hâte de voir comment cet aspect de l’écriture va évoluer au fil des livres. La mémoire, les souvenirs et le passé… les personnages ici ne sont pas vieux, le trio central a moins de 50 ans, mais ils ont un lien fort avec des gens plus âgés. Que ce soit Aïko et ses souvenirs liés à sa grand-mère et Claudine Casserole dont elles sont fans (variété souvent décriée jugée ringarde mais dont tout le monde connait les refrains), Jean-Marc qui fait vieux et ringard à force de se forger un personnage ou encore cette quête qui les ramène aux années 70, c’est vers des personnes plus âgées qu’elles vont tourner leur regard. Sans parler de la passion pour les culbutos des années 70. La famille avec ses fonctionnements internes qui lui sont propres, les secrets de famille, le monde de l’enfance qui marque à vie, l’hérédité… vous trouvez toute la gamme et plus encore. Des personnages atypiques qui détonnent dans le paysage, je vais vous parler des trois personnages centraux. Un des personnages est différent par la culture, l’autre par la nature et l’autre par choix, chacun avec sa singularité. Ils sont enfermés dans leur solitude, leur passion monomaniaque. Aïko jeune japonaise qui est en décalage avec la société française de par sa culture, elle a heureusement son métier de designer qui lui permet de vivre dans sa bulle. Ce qui ne l’empêche pas de vivre avec son temps avec les réseaux sociaux et autre. Angélique, autiste trentenaire, qui a trouvé son équilibre grâce au monde des mathématiques et une famille aimante. Jean-Marc veuf récent qui se complaît dans son rôle d’écrivain « has been » et qui a du mal à vivre avec son temps. Ce qui m’a plu dans ce roman, et ce qui me plaît en général dans la fiction, c’est le fait que des gens qui n’aurait jamais dû se rencontrer, pour des raisons géographiques ou de milieux sociaux ou de mode de vie, vont se retrouvés souder par une même quête. Cette quête un prétexte, ils sont à un moment de leur vie où ils doivent changer leur mode de vie, qu’ils en aient conscience ou pas. L’idée de nouveau départ, de savoir saisir l’opportunité d’une deuxième chance est la base de cette histoire, ça ne peut pas continuer comme c’était. Les personnages ne sont pas tendres envers eux-mêmes, on va les voir évoluer au fur et à mesure qu’ils vivent de nouvelles aventures. Il y a beaucoup d’humour, et l’idée de rire avec les personnages et non d’eux, ils ont un côté caricatural et en même temps si crédibles. Des road trip très particuliers. Des scènes qui frôlent le surréalisme et des réparties brut de décoffrage. Une façon délicate de parler de handicap invisible comme l’autisme mais aussi face à la vie et à la société. D’un premier abord on prend de la distance avec ces personnages et puis plus on les connaît plus on s’y attache… comme les gens dans la vrai vie finalement dès qu’on dépasse les apparences et les à priori. Un joli feel good qui nous parle aussi du monde des passionnés et des collectionneurs qui ont tous un petit grain de folie (je sais de quoi je parle !) à des degrés différents qu’ils essaient de partager et de communiquer aux autres ! J’ai appris encore des mots et des collections !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Marieemmy Posté le 6 Décembre 2020
    Merci à Anne de m'avoir confié un exemplaire de son 2è bébé que j'ai pris le temps de lire et d'aimer. 3 personnages, 2 points communs : des culbutos et un blog littéraire... 3 personnages atypiques : il y a Jean Claude, le veuf suite au décès de Barbara, créatrice du blog des Colombines, Aiko, la japonaise designer bien enracinée en France et Angélique, mathématicienne autiste... Mais il ne faut pas oublier les culbutos délivreurs de messages et les voilà partis tous les 3 vers la résolution de ce mystère... J4ai adoré suivre leurs pérégrinations, les hypothèses soulevées, parfois délirantes, et leurs échecs. La fin est heureuse et belle. Un roman dénué de mièvreries, où les sentiments sont bien décrits. J'ai beaucoup apprécié aussi l'image renvoyée dans cette histoire de l'autisme. Elle est positive, montre que les autistes ont tout à fait le droit à une vie comme les autres faites de plaisirs, d'amitié, de joies. J'ai aimé l'histoire même si j'y ai trouvé quelques longueurs par moment. Mais la plume d'Anne est belle, poétique et sincère.
  • coquinnette1974 Posté le 26 Août 2020
    Autre roman découvert via net galley grâce aux éditions Michel Lafon : Les oscillations du cœur d'Anne Idoux-Thivet. Discrète et fleur bleue, la Japonaise Aïko Ishikawa est une designer textile talentueuse. Veuf inconsolable, l’écrivain Jean-Marc Poulain se définit lui-même comme une « ancienne gloire de la littérature ». Quant à la déroutante Angélique Meunier, elle est mathématicienne au CNRS. Que peuvent bien avoir en commun ces trois personnages ? En apparence rien, sauf peut-être leur amour pour de curieux petits jouets vintage appelés culbutos. Par hasard, ils découvrent que certains de ces joujoux renferment de mystérieux messages : « Le phare m’appelle », « Les amants sont des âmes sœurs », « Demain je pars »… Lié par cette étrange trouvaille, l’étonnant trio parviendra-t-il à percer cette singulière énigme ? Les oscillations du cœur est un joli petit roman mettant en scène trois personnages atypiques : Aïko, Jean-Marc et Angélique. Ils ont une personnalité qui leur est propre, qui est parfois amusante ou agaçante. Cela dépend des moments :) J'ai eu un peu de mal au départ avec Angélique, et puis je m'y suis faite :) Elle est parfois agaçante, mais on comprend pourquoi au fur que les pages avancent. C'est vraiment une femme... Autre roman découvert via net galley grâce aux éditions Michel Lafon : Les oscillations du cœur d'Anne Idoux-Thivet. Discrète et fleur bleue, la Japonaise Aïko Ishikawa est une designer textile talentueuse. Veuf inconsolable, l’écrivain Jean-Marc Poulain se définit lui-même comme une « ancienne gloire de la littérature ». Quant à la déroutante Angélique Meunier, elle est mathématicienne au CNRS. Que peuvent bien avoir en commun ces trois personnages ? En apparence rien, sauf peut-être leur amour pour de curieux petits jouets vintage appelés culbutos. Par hasard, ils découvrent que certains de ces joujoux renferment de mystérieux messages : « Le phare m’appelle », « Les amants sont des âmes sœurs », « Demain je pars »… Lié par cette étrange trouvaille, l’étonnant trio parviendra-t-il à percer cette singulière énigme ? Les oscillations du cœur est un joli petit roman mettant en scène trois personnages atypiques : Aïko, Jean-Marc et Angélique. Ils ont une personnalité qui leur est propre, qui est parfois amusante ou agaçante. Cela dépend des moments :) J'ai eu un peu de mal au départ avec Angélique, et puis je m'y suis faite :) Elle est parfois agaçante, mais on comprend pourquoi au fur que les pages avancent. C'est vraiment une femme à part. C'est une bonne idée d'avoir fait se rencontrer ses trois personnes dont la rencontre fait des étincelles mais va aussi leur faire du bien. J'ai bien aimé l'histoire, bien ficelée même s'il y a des longueurs notamment dans la seconde partie, c'est un peu dommage. L'idée d'une chasse au trésor autour des culbutos est originale et ça m'a bien plu. Je l'ai lu il y a un petit moment (j'avoue, j'ai oublié de le chroniquer avant) et j'en garde un bon souvenir. Ma note : 3,5 étoiles. Pourquoi pas plus ? Car j'ai préféré le précédent roman d'Anne Idoux-Thivet, L'atelier des souvenirs et que j'ai trouvé celui-ci légèrement en dessous même si on passe un bon moment de lecture en sa compagnie :)
    Lire la suite
    En lire moins
  • Laurie_lucas Posté le 24 Juillet 2020
    Aïko est designer textile et vit à Arles. Elle est une grande admiratrice de la chanteuse française Claudine Casserole. Jean-Marc qui se définit lui-même comme "une ancienne gloire de la littérature" est veuf depuis quelques mois et vit à Dijon. Angélique, elle, vit à Grenoble et est mathématicienne au CNRS. Elle possède un cahier d'habilités sociales qu'elle ne quitte jamais. Rien ne pouvait relier ces 3 personnes entre elles. Rien, hormis de petits jouets vintage. Les culbutos... J'ai beaucoup aimé ce roman. C'est léger, doux et tendre. Le genre de lecture qui fait du bien. Je l'ai lu en pensant très souvent au culbuto vintage de ma fille. M'imaginant que je pourrais découvrir un message à l'intérieur moi aussi et rejoindre les personnages dans leur quête... (il est sain et sauf, je vous rassure !). Les personnages sont très différents les uns des autres. Mais réunis à travers ce but commun, on assiste à la naissance de leur amitié. Ils sont très attachants, avec leurs faiblesses, leurs joies, leurs peines. Ils m'ont souvent touchés dans leur simplicité. On peut facilement se reconnaître en eux ou reconnaître quelqu'un que l'on connaît. Ils sont humains, voilà tout. "Les Oscillations du coeur" est un roman plein de douceur qui fait du bien... Aïko est designer textile et vit à Arles. Elle est une grande admiratrice de la chanteuse française Claudine Casserole. Jean-Marc qui se définit lui-même comme "une ancienne gloire de la littérature" est veuf depuis quelques mois et vit à Dijon. Angélique, elle, vit à Grenoble et est mathématicienne au CNRS. Elle possède un cahier d'habilités sociales qu'elle ne quitte jamais. Rien ne pouvait relier ces 3 personnes entre elles. Rien, hormis de petits jouets vintage. Les culbutos... J'ai beaucoup aimé ce roman. C'est léger, doux et tendre. Le genre de lecture qui fait du bien. Je l'ai lu en pensant très souvent au culbuto vintage de ma fille. M'imaginant que je pourrais découvrir un message à l'intérieur moi aussi et rejoindre les personnages dans leur quête... (il est sain et sauf, je vous rassure !). Les personnages sont très différents les uns des autres. Mais réunis à travers ce but commun, on assiste à la naissance de leur amitié. Ils sont très attachants, avec leurs faiblesses, leurs joies, leurs peines. Ils m'ont souvent touchés dans leur simplicité. On peut facilement se reconnaître en eux ou reconnaître quelqu'un que l'on connaît. Ils sont humains, voilà tout. "Les Oscillations du coeur" est un roman plein de douceur qui fait du bien au cœur et au moral. J'ai découvert une auteure avec un bel univers et une jolie plume. Son précédent roman a rejoint ma wishlist et j'espère qu'il rejoindra bientôt ma pile à lire.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Carrevert Posté le 27 Avril 2020
    Ce livre nous plonge au cœur d'une quête incertaine (et aussi invraisemblable) où des personnages très dissemblable se rencontre et se lient d'amitié. En seconde lecture, on peut y voir la question de la différence. Cela est amplifié par l’introduction d'un personnage autiste. J'ai regretté que l'auteure rappelle régulièrement ce fait. Cela donne l'impression que la maladie définie à elle-seule le personnage. J'ai trouver ça maladroit et surtout cela n'apporte rien à l'histoire (selon moi). La fin est aussi rocambolesque qu'attendue. Cela ne m'a pas gêné, je retiens une histoire tendre et divertissante. Agréable avec un bon thé si on aime le cocooning!
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.