En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Les poisons de Katharz

            Pocket
            EAN : 9782266283519
            Code sériel : 7254
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 432
            Format : 108 x 177 mm
            Nouveauté
            Les poisons de Katharz

            Date de parution : 11/10/2018
            À Katharz, crimes et assassinats constituent un quotidien sanglant et divertissant. Logique dans une ville-prison où l’homicide est largement pratiqué par sa dirigeante. Ténia Harsnik n'a pourtant pas un goût immodéré pour la violence, mais son rôle de tyranne l'oblige à garder la population de la ville sous le seuil fatidique des 100 000... À Katharz, crimes et assassinats constituent un quotidien sanglant et divertissant. Logique dans une ville-prison où l’homicide est largement pratiqué par sa dirigeante. Ténia Harsnik n'a pourtant pas un goût immodéré pour la violence, mais son rôle de tyranne l'oblige à garder la population de la ville sous le seuil fatidique des 100 000 âmes.
            C'est un secret qu'elle ne peut partager : si ce chiffre est dépassé, un démon endormi sous Katharz se réveillera. Et l'Apocalypse est une promesse déplaisante. Malheureusement, alors que la population augmente dangereusement, tout semble se liguer contre Ténia…

            « Le roman s'amuse des codes et fait preuve d'une adorable cruauté envers ses personnages. » Erwan Perchoc – Bifrost

            « Un livre drôle grâce à ses personnages truculents, et aux situations rocambolesques qui l'animent. A. Alwett place son récit sous le patronage du regretté Sir Terry Pratchett. » David – SyFantasy

            « Plus q'un hommage à Pratchett, c'est son digne successeur. Sans compter l'influence très nette du Monde de Troy ! » Pierre-Marie Sencarrieu – ImaJn'ère

            Nouvelle édition revue par l'auteur
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266283519
            Code sériel : 7254
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 432
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            8.10 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • Ewylyn Posté le 13 Novembre 2018
              Cela faisait un moment que ce titre me tentait, parce que l'autrice on lui doit le scénario de la bande dessinée Princesse Sara, mais je n'avais pas eu le loisir de découvrir ce roman. Chose faite grâce à la maison d'édition et au site Babelio via une Masse Critique. Je ne le regrette pas une seule minute, parce que ce fut une excellente lecture, je suis curieuse de voir la suite de ces chroniques. Je n'ai pas lu de Terry Pratchett à qui le roman fait honneur, référence, est comparé... Ce n’est pas l'envie qui manque, je vous rassure de suite, juste un manque d'occasion. En tout cas, si ce roman est un aperçu, un avant-goût de ce que l'auteur peut offrir dans ses propres romans, je signe immédiatement ! L'autrice m'a donc donné encore plus envie de me précipiter dans l'univers du grand maître de la fantasy et de l'humour. Je ne pourrais pas juger de la qualité de l'hommage rendu, mais je suis fan de la démarche et j'espère pouvoir lire Pratchett un jour. Maintenant, parlons de ce super roman ! Franchement, il est pétillant, drôle, moderne dans son écriture, incisif et très attractif. J'avais ce petit goût de Kaamelott... Cela faisait un moment que ce titre me tentait, parce que l'autrice on lui doit le scénario de la bande dessinée Princesse Sara, mais je n'avais pas eu le loisir de découvrir ce roman. Chose faite grâce à la maison d'édition et au site Babelio via une Masse Critique. Je ne le regrette pas une seule minute, parce que ce fut une excellente lecture, je suis curieuse de voir la suite de ces chroniques. Je n'ai pas lu de Terry Pratchett à qui le roman fait honneur, référence, est comparé... Ce n’est pas l'envie qui manque, je vous rassure de suite, juste un manque d'occasion. En tout cas, si ce roman est un aperçu, un avant-goût de ce que l'auteur peut offrir dans ses propres romans, je signe immédiatement ! L'autrice m'a donc donné encore plus envie de me précipiter dans l'univers du grand maître de la fantasy et de l'humour. Je ne pourrais pas juger de la qualité de l'hommage rendu, mais je suis fan de la démarche et j'espère pouvoir lire Pratchett un jour. Maintenant, parlons de ce super roman ! Franchement, il est pétillant, drôle, moderne dans son écriture, incisif et très attractif. J'avais ce petit goût de Kaamelott en le lisant, un humour absolument corrosif, de belles références et des codes de la fantasy tournés en dérision, une pointe de cruauté teintée en parodie. C'est un roman parfait pour rire sur le genre, sur les personnages, c'est un humour maîtrisé et élégant, on ne tombe pas dans le lourd, c'est très plaisant et j'en garde un sourire aux lèvres rien qu'en pensant à certaines scènes. J'ai su que j'allais adorer ce roman dès le prologue qui est à mourir de rire avec ce démon et cet ange, avec cette prophétie liant le monstre à sa prison. Le démon est maintenu prisonnier tant que Katharz ne dépasse pas les 100 000 âmes, c'est une condition qui engendre un récit passionnant à lire. Mais là, l'instant T où je suis tombée amoureuse du récit, c'est cette référence à Jeanne Mas et sa chanson « En rouge et noir ». Là, je me suis dit que je n'allais pas m'ennuyer à lire le récit, qu'en plus de situations rocambolesques et de personnages hauts en couleur, je n'allais pas être déçue de la plume. Le style d'Audrey Alwett est léger. On est loin d'être simpliste, mais il y a ce petit truc qui fait qu'on accroche, qu'on reste à fond dedans. J'ai dû lire les trois quarts d'une seule traite tellement j'étais dedans. Il faut dire qu'au-delà d'un humour maîtrisé, les dialogues sont truculents, les péripéties extraordinaires, les émotions sont là et l'action ne fait aucunement défaut. Même l'attendu devient surprenant, même quand tu sais qu'il pourrait se passer tel ou tel événement, l'autrice montre qu'elle maîtrise son histoire, qu'elle sait la rendre captivante et originale. J'ai bien aimé l'histoire ainsi que l'univers des terres d'Airain. La politique est très intéressante à suivre, j'ai adoré découvrir Malicorne ou Katharz, leurs coutumes ; pareil pour la magie, c'était un bonheur de suivre Dame Carasse et ses apprentis. Mine de rien, l'histoire n'a rien de facile ou de léger, on parle de meurtres, de vie et de mort, de guerre et d'accusations gratuites, des rumeurs et de leur pouvoir, on évoque énormément la féminité et les conditions féminines, des sujets déjà évoqués via Princesse Sara. C'est un monde qui dépeint pas mal les travers de notre monde à travers une société très fantasy. Je terminerais avec les personnages pour dire à quel point ils sont géniaux, principaux comme secondaires, ils sont drôles, horribles et sympathiques, avec des apparences trompeuses. Ils sont attachants et j'ai mes petits chouchous comme Azarel, Dame Carasse, Ténia ou encore Sinus et son domestique. Je vous laisse la surprise de les rencontrer, de les voir évoluer et de découvrir leur destin, ça vaut la chandelle ! En conclusion, ce roman il est génial. De A à Z, je l'ai adoré et je signe pour lire la suite directement ! La couverture est magnifique, tout est maîtrisé, soigné et fluide, très agréable à lire. J'ai passé un chouette moment avec ces personnages inoubliables et captivants, un univers riche et une intrigue rocambolesque, un style aux petits oignons. L'ensemble est délicieux à découvrir, je le relirais très volontiers, les thèmes abordés sont sérieux et traités tant avec justesse qu'avec un humour corrosif, piquant. Le tout s'avère divertissant, passionnant.
              Lire la suite
              En lire moins
            • MDWI Posté le 7 Novembre 2018
              J'ai acheté les poisons de Katharz" de A. Alwett, lors d'une rare flânerie dans une grande librairie. J'ai d'abord été attirée par sa très belle couverture, et la quatrième de couverture invoquant Terry Pratchett et un pitch de départ plus qu'original a fini de me convaincre. Puis, une fois en ma possession, les avis élogieux des autres lecteurs m'ont décidée à en faire une lecture prioritaire. J'ai beaucoup aimé le portrait plein d'humour des nombreux personnages : la sorcière au grand cœur derrière ses allures bougonnes et son ego sur-dimensionné, la tyranne sans illusion ni pitié mais œuvrant en secret pour le bien-être du plus grand nombre, les malicorniens tous ridicules avec leur pureté et leurs licornes, le zombie fonctionnaire presque incorruptible, et de nombreux autres encore. Les situations ne sont pas en reste, de nombreuses péripéties, dans l'ensemble inattendues et à prendre au 3ème degré (au moins), à contre-courant des clichés du genre (sauf des ouvrages de Pratchett bien sûr). Mais, pour moi, l'atout de ce livre est définitivement son style : des dialogues plein de finesse, des jeux de mots savoureux ... et même du Stéphanie de Monaco et des slogans de pub sans que cela fasse tâche. Pour finir, une... J'ai acheté les poisons de Katharz" de A. Alwett, lors d'une rare flânerie dans une grande librairie. J'ai d'abord été attirée par sa très belle couverture, et la quatrième de couverture invoquant Terry Pratchett et un pitch de départ plus qu'original a fini de me convaincre. Puis, une fois en ma possession, les avis élogieux des autres lecteurs m'ont décidée à en faire une lecture prioritaire. J'ai beaucoup aimé le portrait plein d'humour des nombreux personnages : la sorcière au grand cœur derrière ses allures bougonnes et son ego sur-dimensionné, la tyranne sans illusion ni pitié mais œuvrant en secret pour le bien-être du plus grand nombre, les malicorniens tous ridicules avec leur pureté et leurs licornes, le zombie fonctionnaire presque incorruptible, et de nombreux autres encore. Les situations ne sont pas en reste, de nombreuses péripéties, dans l'ensemble inattendues et à prendre au 3ème degré (au moins), à contre-courant des clichés du genre (sauf des ouvrages de Pratchett bien sûr). Mais, pour moi, l'atout de ce livre est définitivement son style : des dialogues plein de finesse, des jeux de mots savoureux ... et même du Stéphanie de Monaco et des slogans de pub sans que cela fasse tâche. Pour finir, une fin qui ne ressemble pas à une fin, c'est assez étrange mais dans un livre pareil, cela sonne plutôt juste. Une très chouette lecture sans prise de tête mais pas légère pour autant.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Katnip12 Posté le 5 Novembre 2018
              Je connaissais l'auteure surtout pour ses BD Princesse Sara, et je voulais donc tester en roman fantasy, voir ce que cela donnait. j'ai été très déstabilisé par le style d'écriture ^^ le niveau de langue est en décalage avec les événements racontés ! Il y a des références à foison ( musicale, littéraire, politique, jeu de rôle.... Et j'en passe sûrement ;) ) et j'ai mis un temps avant de m'habituer à cette histoire de fantasy, assez sombre pourtant, mais qui est complètement farfelue, loufoque, et pourtant avec des personnages marquants ... J'ai adoré le moment de la fin, et Azarel ainsi que la petite Grace ( virginie... Enfin, ouais, pas tant que ça ^^) j'ai ri, été choqué, et je me demandais où tout cela mènerait ! En conclusion, une fois habituée à ce style humoristique, avec une écriture " parlée " le plaisir est bien là et l'histoire surprenante ! :)
            • Elamia Posté le 26 Octobre 2018
              Venenum Sumus. Nous sommes poison. Telle est la devise de Katharz. Cette ville, bastion des pires bandits et meurtriers de la Terre d'Airain est dirigée d'une main de fer par Ténia. Depuis la Guerre Céleste, les anges se sont retirés dans les cieux, abandonnant les habitants de Katharz à une malédiction dont ils ignorent tout. Pour protéger son secret, Ténia n'a d'autre choix que de s'abaisser à la violence de ses citoyens. Si le synopsis a tout l'air d'être une histoire sombre et lugubre, ce livre est pourtant bourré d'humour et ne se prend pas du tout au sérieux. Audrey Alwett réalise un bel hommage à Terry Pratchett, qui l'a grandement inspirée durant sa jeunesse, et qui est malheureusement disparu durant l'écriture des derniers chapitres. A travers ce roman de fantasy léger et drôle, elle nous offre des personnages caricaturaux, loufoques et pourtant, profondément humains. Cette histoire fait écho à tout un tas de références qui prêtent à sourire et font de cet univers une véritable madeleine de proust. La qualité de l'édition poche est indéniable. Je suis tombée sous le charme de cette couverture. Si d'après cette illustration, Tenia semble être un mélange entre Cersei Lannister et Charlize Theron,... Venenum Sumus. Nous sommes poison. Telle est la devise de Katharz. Cette ville, bastion des pires bandits et meurtriers de la Terre d'Airain est dirigée d'une main de fer par Ténia. Depuis la Guerre Céleste, les anges se sont retirés dans les cieux, abandonnant les habitants de Katharz à une malédiction dont ils ignorent tout. Pour protéger son secret, Ténia n'a d'autre choix que de s'abaisser à la violence de ses citoyens. Si le synopsis a tout l'air d'être une histoire sombre et lugubre, ce livre est pourtant bourré d'humour et ne se prend pas du tout au sérieux. Audrey Alwett réalise un bel hommage à Terry Pratchett, qui l'a grandement inspirée durant sa jeunesse, et qui est malheureusement disparu durant l'écriture des derniers chapitres. A travers ce roman de fantasy léger et drôle, elle nous offre des personnages caricaturaux, loufoques et pourtant, profondément humains. Cette histoire fait écho à tout un tas de références qui prêtent à sourire et font de cet univers une véritable madeleine de proust. La qualité de l'édition poche est indéniable. Je suis tombée sous le charme de cette couverture. Si d'après cette illustration, Tenia semble être un mélange entre Cersei Lannister et Charlize Theron, elle est pourtant très différentes des deux reines de l'écran. C'est un personnage torturé par ses devoirs d'héritière, qui n'a pas le droit à l'erreur. Mais il y a bien une chose que l'on peut lui envier : son amitié avec Dame Carasse. Cette sorcière charismatique, à l'égo surdimensionné, est clairement l'une des belles surprises de ce récit. Sans oublier sa fabuleuse isba poule (je veux la même ! ) et son surprenant apprenti. Mais n'oublions pas Eustache Badufond, le zombie en charentaises, lui aussi responsable de la plupart des gloussements qui ont ponctué ma lecture. Outre ces personnages hauts en couleur, Audrey Alwett prend le temps d'installer son univers, ainsi que sa mythologie. Dans cette histoire, les anges ne sont pas simplement là pour faire joli, ce sont des défenseurs hors-normes. Qui dit ange, dit bien entendu, démon.. et donc, combat millénaire. Et bien que le tout soit joliment emballé, comme un bonbon de Sinus Maverick, dans une papillote d'humour, on se prend au jeu et on espère un final épique. Cela faisait des années que ce livre traînait dans ma wishlist, plus précisément depuis sa première parution en juin 2015. L'attente en valait la peine, puisque c'était une lecture vraiment agréable. Un moment de détente assuré !
              Lire la suite
              En lire moins
            • Rowena77 Posté le 19 Août 2018
              J'ai été agréablement surprise par cette lecture.  D'habitude, j'évite les livres humoristiques autant que possible. Et en plus de cela, je ne suis clairement pas fan de Terry Pratchett dont l'auteur s'inspire grandement mais là je ne sais pas, je n'ai pas pu m'empêcher de... rire aux éclats. L'histoire n'est pas follement originale puisque beaucoup d'éléments sont très prévisibles mais le ton ironique, décalé, absurde, rend l'ensemble bougrement amusant.  Un agréable moment grâce à cette lecture légère et pleine d'entrain !

            Ils en parlent

            Coup de cœur de Dionysos du Bibliocosme

            "Le roman s’amuse des codes et fait preuve d’une adorable cruauté envers ses personnages."
            Erwan Perchoc, Bifrost

            "Un roman d’heroïc fantasy qui sort du lot, par son histoire inventive et son humour féroce !"
            BennyB, La Loutre masquée

            "Ce premier tome est plein de promesse et il les tient toutes ! On rit, on s'amuse, on passe un très bon moment en compagnie d'une équipe bancale mais qui nous percute de plein fouet avec leurs vannes, leur humour et leur connerie. Une joyeuse équipe dans un monde pas si joyeux ! J'approuve !"
            Louve, Les victimes de louve

            "Du coup, Les Poisons de Katharz aurait pu n'être qu'une pâle copie d'un tome des Annales du Disque-Monde, mais non : il est exécuté (ha ha) avec suffisamment de brio pour soutenir la comparaison avec un des maîtres du genre. Je me suis franchement marrée tout du long, et je vous le recommande à mon tour."
            Armalite, L'Annexe

            "Les Poisons de Katharz sont un livre drôle grâce à ses personnages truculents et aux situations rocambolesques qui l’animent. Audrey Alwett place son récit sous le patronage du regretté Sir Terry Pratchett. Sa lecture est très agréable, tant l’écrivaine manie l’humour à merveille."
            David, SyFantasy

            "Roman loufoque sans tomber dans le potache ou l’humour graveleux, l’auteur nous livre un texte ludique et séduisant. Bon pour le moral !"
            Lutin82, Albédo

            "Les poisons de Katharz, c’est drôle, noir, épique, tragique... Et tellement humain ! Un excellent roman qui prend plaisir à être le contrepied d'une fantasy parfois un peu trop rose et gentille et où les "méchants" ne sont pas si méchants."
            Le Comptoir de l'écureuil

            "Construit autour de personnages brillamment écrits, le monde de la Terre d’Airain évolue avec fluidité et se dévore avec une envie qui frôle la névrose."
            What about a dragon

            "Ce roman est l’un des plus drôles que j’ai jamais lu, surtout pour un roman fantasy. Des bons mots aux situations rocambolesques, en passant par les personnages, tout est fait pour faire rire, et ça marche vraiment bien !"
            Doris bouquine

            "Un premier roman qui donne envie de voir la suite."
            Allan, Fantastinet


             
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
            Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com