Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266318235
Code sériel : 18323
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 656
Format : 108 x 177 mm
Nouveauté

Les Protégés de sainte Kinga

Date de parution : 14/10/2021
Au fond des mines de sel: une prise d’otages. Un compte à rebours. Un passé à racheter.
1826. Aaron Salzberg descend d'une diligence sur la place de Bex. Il a quitté le royaume de Pologne où il est né pour venir travailler dans les mines de sel qui ont fait la notoriété de cette petite ville suisse.
2020. L'inspecteur Andreas Auer est appelé en urgence : un groupe d’élèves en...
1826. Aaron Salzberg descend d'une diligence sur la place de Bex. Il a quitté le royaume de Pologne où il est né pour venir travailler dans les mines de sel qui ont fait la notoriété de cette petite ville suisse.
2020. L'inspecteur Andreas Auer est appelé en urgence : un groupe d’élèves en visite dans les mines de sel vient d'être pris en otages.
Un wagon avec un homme solidement attaché à son bord surgit de l'étroite galerie souterraine et s'embrase sous le regard stupéfait des négociateurs et des forces de l'ordre. Andreas et son équipe n'ont que quelques heures pour découvrir l'identité des ravisseurs et leurs motivations. Une enquête qui les conduira à remonter le cours tumultueux de l'Histoire, et à interroger les secrets du passé pour déjouer les dangers du présent.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266318235
Code sériel : 18323
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 656
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • PaFink Posté le 9 Octobre 2021
    Quels liens peut-il y avoir entre un charlot preneur d'otages, une classe d'enfants, un groupe d'extrême droite et l'histoire d'un Polonais du XIXe siècle ? La réponse se cache dans les mines de Bex, coffre au trésor millénaire. De retour en Suisse après une escapade suédoise moins réussie, Marc Voltenauer tisse une intrigue alambiquée mais bien tenue. Les chapitres courts et précis alignent les époques et nombreux personnages sans pour autant égarer le lecteur. Les descriptions détaillées des lieux confirment un grand travail de recherche sur place et dans les écrits. Malgré quelques hasards et exagérations, qui font le sel d'un roman policier, son histoire demeure crédible et prenante. Sous la forme d'un haïku : Dans les mines de Bex, La sueur est sel de vie. Entre bien et mal.
  • blandine5674 Posté le 30 Août 2021
    Polar captivant, personnages attachants, bien documenté et instructif puisqu’il mêle une enquête dans les mines de sel de Bex en Suisse qui se visitent et sont exploitées depuis 1680. Quelques chiffres : 50 km de galeries, un escalier de 458 marches, sel enfoui depuis 200 millions d’années, extraction de 30 000 tonnes par an de sel. Y parle également de lieux que je connais. Une visite que je me promets de faire. Cette mine est tellement mise à l’honneur que j’en oublierai l’histoire. Prise d’otages d’une classe, d’un groupe d’extrême-droite et d’employés dans les entrailles de la terre. Andreas, qui a un neveu en otage, supervise l’affaire tandis que Bakari entame les négociations avec le preneur d’otages déguisé en Charlot qui s’exprime qu’en mime. Comment désactiver la technologie de pointe qu’ils ont mis en place avec l’informatique jusqu’à pirater les PC des flics et de la société ? En parallèle l’histoire très intéressante de Aaron Salzberg qui est venu de Pologne où se trouve la mine de Wieliczka et la légende de sainte Kinga (voir web). Un grand remerciement à Cancie, Fandol et Kazcook qui par leurs critiques enthousiastes m’ont dirigée vers ce lieu que je ne suis pas près d’oublier.
  • AURORE53 Posté le 9 Juillet 2021
    Je ressors plus que ravie de cette lecture . c'est avec impatience que j'attendais ces retrouvailles avec andréeas , et elles se sont passées à merveille.... J'aime beaucoup quand les romans me font voyager dans un autre pays, pour découvrir d'autres coutumes, une autre culture une autre histoire , des autres expression , d'autres modes de vie.. bref j'aime apprendre ( un minima) tout en me divertissant . Et dans ce gros pavé de plus de 500 pages qui se lit très facilement, direction une petite ville suisse et la découverte des mines se sel . Il y a plusieurs temporalités, procédé que j'aime beaucoup , reliées les unes aux autres, le passé expliquant le présent . Une prise d'otages dans une mine ( original) , des... Je ressors plus que ravie de cette lecture . c'est avec impatience que j'attendais ces retrouvailles avec andréeas , et elles se sont passées à merveille.... J'aime beaucoup quand les romans me font voyager dans un autre pays, pour découvrir d'autres coutumes, une autre culture une autre histoire , des autres expression , d'autres modes de vie.. bref j'aime apprendre ( un minima) tout en me divertissant . Et dans ce gros pavé de plus de 500 pages qui se lit très facilement, direction une petite ville suisse et la découverte des mines se sel . Il y a plusieurs temporalités, procédé que j'aime beaucoup , reliées les unes aux autres, le passé expliquant le présent . Une prise d'otages dans une mine ( original) , des preneurs d'otages aux motivations sortant de l'ordinaire , et notamment Charlot, leur chef, vraiment atypique, avec un côté robin des bois . Une histoire qui met en avant de belles valeurs . Andréas va devoir mettre fin à cette prise d'otages, il est particulièrement concerné car son neveu fait partie des otages , mais pas que ..Pour moi, la grande force du roman, au délà de son histoire qui m'a emballée, réside ds les personnages . ils sont nombreux mais tous bien travailles notamment au niveau psychologique ... je m'y suis attachée facilement , Andréas est finalement un peu éclipsé parmi toute cette galerie de personnages . il y de nombreux thèmes abordés( l'homophobie, le racisme , l'antisémitisme) l'histoire dégage de belles valeurs , et de belles émotions . Seuls petits ( vraiment tout petits) bémols , des passages technique sur l'extraction du sel parfois un peu longues , et une toute fin qui aurait méritée d'être un peu plus courte . Mais ce roman se lit tout seul . Il est très bien écrit et j'ai grandement apprécié l'originalité de l'histoire J'ai qu'une hâte , celle de retrouver andréas dans une nouvelle enquête
    Lire la suite
    En lire moins
  • Danieldu38 Posté le 4 Juillet 2021
    J’ai beaucoup aimé ce livre qui m’a fait à la fois découvrir l’histoire de Sainte Kinga, les mines de sels de Bex, et même… que la Suisse est finalement un pays comme un autre avec ses policiers et ses équipes de choc pour intervenir dans les situations difficiles (même si on n’en entend rarement parler). Le livre est habilement découpé, le passé venant régulièrement éclairer l’action présente et le suspense est total. Je ne sais pas si toutes les manipulations techniques et informatiques sont vraisemblables mais au vu du nombre de personnes qui figurent dans les remerciements pour leur concours je vais croire que oui. Malgré cela, certains détails m’ont un peu « chiffonné ». C’est sans doute le revers de la médaille : plus une histoire est bien agencée, plus l’ensemble paraît tenir la route et plus on est sensible à ce qui ne semble pas coller. Mais peut-être est-ce simplement moi qui ai mal compris aussi je livre ces quelques remarques à votre sagacité (en texte masqué bien sûr, à n’ouvrir que si vous avez déjà lu le livre). [masquer] 1er point : Charlot Chapitre 44 : à 11h et 14 mn après le début de la prise d’otages Charlot se démaquille. Je... J’ai beaucoup aimé ce livre qui m’a fait à la fois découvrir l’histoire de Sainte Kinga, les mines de sels de Bex, et même… que la Suisse est finalement un pays comme un autre avec ses policiers et ses équipes de choc pour intervenir dans les situations difficiles (même si on n’en entend rarement parler). Le livre est habilement découpé, le passé venant régulièrement éclairer l’action présente et le suspense est total. Je ne sais pas si toutes les manipulations techniques et informatiques sont vraisemblables mais au vu du nombre de personnes qui figurent dans les remerciements pour leur concours je vais croire que oui. Malgré cela, certains détails m’ont un peu « chiffonné ». C’est sans doute le revers de la médaille : plus une histoire est bien agencée, plus l’ensemble paraît tenir la route et plus on est sensible à ce qui ne semble pas coller. Mais peut-être est-ce simplement moi qui ai mal compris aussi je livre ces quelques remarques à votre sagacité (en texte masqué bien sûr, à n’ouvrir que si vous avez déjà lu le livre). [masquer] 1er point : Charlot Chapitre 44 : à 11h et 14 mn après le début de la prise d’otages Charlot se démaquille. Je cite : « l’heure était venue de mettre un terme à son jeu d’acteur ». A 14h et 30 mn après le début de la prise d’otages (donc 3h et 16 mn plus tard), Charlot entre en contact visuel avec Bakary pour procéder au simulacre de l’exécution de Julien Rapaz et faire ainsi reculer le DARD qui tentait d’intervenir. Lorsque l’écran s’allume tout le monde reconnaît spontanément Charlot alors qu’ils ne devraient voir qu’un terroriste cagoulé, ce qu’il est devenu après s’être démaquillé. Et par la suite, Bakary dans ses échanges avec Charlot/Hugo ne fera jamais allusion au fait qu’il ait quitté son personnage comique. Ce qui devrait pourtant être un fait psychologique important pour le négociateur. 2ème point : L’abbé Mauron Dans le chapitre 67, l’abbé Mauron commence par déclarer qu’il ne peut répondre à la sollicitation des preneurs d’otages. Cette réponse négative n’est pas logique quand on sait qu’à ce moment il a déjà reçu par mail des menaces de divulgation dans la presse du fait qu’il avait dissimulé un cas d’abus sexuel. Nous apprenons cela dans le chapitre 72, où il est précisé : « Au moment où les deux policiers étaient arrivés dans son bureau, Mauron avait en réalité déjà mûri sa décision ». N’ayant pas le choix il aurait été plus logique qu’il accepte d’emblée en affichant ainsi une image de bonne volonté et de compassion. Par ailleurs dans ce même chapitre, l’auteur nous glisse au passage une fausse information : nous apprenons que c’est Mélaine qui a emporté la décision de l’abbé Mauron pendant qu’Andréas était au téléphone. L’auteur ajoute : « Elle (Mélaine) l’ignorait mais elle avait mis le doigt sur une corde sensible » Or elle ne pouvait pas ignorer le point faible de l’abbé puisqu’elle est complice des preneurs d’otages et prépare l’opération depuis des mois avec eux. 3ème point : Aaron Salzberg Dans les chapitres 89 et suivants nous découvrons la fin de l’histoire d’Aaron Salzberg sous deux angles différents : à la fois en y assistant « en direct » en 1834 et également au travers de différents procès-verbaux de cette même époque que Mikaël parvient à dénicher sur internet. Or les deux sources d’information n’arrivent pas au même dénouement ! Dans le dernier procès-verbal du tribunal que lit Mikaël (chap. 93) nous apprenons qu’Aaron est condamné à perpétuité, et dans le chapitre suivant on nous raconte qu’Aaron a été condamné à mort. Il sera sauvé in extremis par une intervention armée de ses amis donc dans les deux cas il reste en vie mais il n’empêche qu’il n’y a pas de raison pour que le tribunal d’Aigle consigne un PV différent.[/masquer]
    Lire la suite
    En lire moins
  • Kazcook Posté le 1 Juillet 2021
    Mon Dieu, quel bouquin ! Je pense que c'est ma meilleure lecture de 2021 ! Je ne tergiverserai pas : lisez-le ! La plume se montre sublime, c'est empli de connaissances et de culture. Les sentiments eux se révèlent on ne peut plus justes. La prise d'otages est époustouflante ! Un bijou contemporain comme on en fait peu. Je me suis vraiment régalée de la première à la dernière page au cœur des mines de sel de Bex, de nos jours mais aussi au 19e siècle. C'est malin et bourré de bonnes intentions. On y retrouve les thèmes chers à l'auteur (lutte contre l'antisémitisme, l'homophobie ; théologie ; technologies...) avec un plaisir immense. Comme je ne fais jamais les choses comme tout le monde, j'avais lu la 2e enquête d'Andreas Auer et je viens donc de lire la 4e. J'avais le premier dans ma pal et je me suis commandé le 3e, il me fallait absolument la collection au complet, parce que quand c'est bon ben... c'est bon. Point.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.