Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264059284
Code sériel : 4685
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 168
Format : 108 x 177 mm

Les séparées

Collection : Domaine Français
Date de parution : 06/06/2013

Depuis l’enfance, elles ont tout partagé : rêves, amours, avenir. Et puis soudain... Assise à un café, Alice tente de déchiffrer cette amitié vénéneuse. Plongée dans le coma, Cécile lui envoie des lettres imaginaires. Au fil du souvenir affleurent la joie, et les failles – les secrets dont va se...

Depuis l’enfance, elles ont tout partagé : rêves, amours, avenir. Et puis soudain... Assise à un café, Alice tente de déchiffrer cette amitié vénéneuse. Plongée dans le coma, Cécile lui envoie des lettres imaginaires. Au fil du souvenir affleurent la joie, et les failles – les secrets dont va se nourrir l’inévitable désamour. À qui la faute ? Et la vie, après ? Dans ce roman à deux voix, Kéthévane Davrichewy tisse délicatement la trame des émotions et de la mémoire.

« Un roman dense et lumineux, magnifiquement construit et dont les dernières pages vous collent un frisson qui ne vous lâchera pas de sitôt. »
François Busnel, L'Express

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264059284
Code sériel : 4685
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 168
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • mylene76 Posté le 19 Janvier 2020
    Léger/ plein de sentiments/ vrai. « Alice et Cécile sont amies d’enfance, une amitié qui a tout de suite été évidente pour elles. Mais le temps faisant son œuvre la force de cette amitié s’étiole doucement. Jusqu’à la rupture totale. » A lire entourée de ses ami-e-s les plus proches.
  • Billie72 Posté le 7 Novembre 2019
    La construction du roman est originale, tant en ce qui concerne les points de vue, que sa non-linéarité chronologique. Écrite à la troisième personne, la narration adopte tour à tour les points de vue des deux protagonistes, Alice et Cécile. Dans leur présent de quadragénaires désabusées et "séparées" par la vie, s'intercalent des souvenirs d'adolescentes, puis les premières fissures dans leur amitié fusionnelle, les cachotteries (ou trahisons?), la jalousie, l'amertume, qui ont pris la place de l'enivrante complicité, jusqu'à la rupture. Kéthévane Davrichewy montre comment le temps, inexorable, accomplit son oeuvre : les protagonistes évoluent et leurs relations ne restent pas figées dans un idéal adolescent, mais se complexifient à l'âge adulte. Les liens se tissent, pour devenir aussi ténus que des fils qui finissent par casser, mais la fin du roman laisse poindre une éclaircie. Émaillée de références culturelles d'une époque pas si lointaine, cette histoire d'amitié trouvera un écho chez de nombreux lecteurs, qui revivront peut-être des moments enfouis de bonheur intense, complicité, fous rires partagés et promesses de fidélité éternelle...
  • TarteTatin Posté le 16 Janvier 2019
    Je ne connaissais pas du tout l'auteure et je dois dire que j'ai été agréablement surprise. Nous suivons deux filles, Cécile et Alice, qui deviennent ados puis femmes. Elles étaient très amies, voire trop et puis il y a eu rupture. . "Peut-on haïr après tant d'amour? Ce qui survit n'a pas de nom." . Les deux vies s'entremêlent pour nous livrer finalement un roman à plusieurs vitesses : - celle du passé avec les souvenirs partagés des deux femmes - le présent, avec la matinée d'Alice à la terrasse de café, égrainée tout du long de l'histoire - le temps indéterminé et qui semble suspendu de Cécile qui est dans le coma, et par extension, sa fin anticipée donc le futur. . Lorsqu'une amitié devient aussi fusionnelle, cela peut se transforme en un amour inconditionnel. Et puis les vies des héroïnes avancent et chacune finit par percevoir l'autre comme une amie abusive, une fausse sœur, intrusive et envahissante. Alors que pour finir, tout est basé sur un accord tacite et non dit de respect de l'autre et d'effacement. Peut-on être réellement soi-même dans ces relations? Ne passons-nous pas à côté de notre vraie personnalité et nos propres désirs/besoins? . J'ai vraiment trouvé la réflexion intéressante car le récit est loin d'être manichéen et fait... Je ne connaissais pas du tout l'auteure et je dois dire que j'ai été agréablement surprise. Nous suivons deux filles, Cécile et Alice, qui deviennent ados puis femmes. Elles étaient très amies, voire trop et puis il y a eu rupture. . "Peut-on haïr après tant d'amour? Ce qui survit n'a pas de nom." . Les deux vies s'entremêlent pour nous livrer finalement un roman à plusieurs vitesses : - celle du passé avec les souvenirs partagés des deux femmes - le présent, avec la matinée d'Alice à la terrasse de café, égrainée tout du long de l'histoire - le temps indéterminé et qui semble suspendu de Cécile qui est dans le coma, et par extension, sa fin anticipée donc le futur. . Lorsqu'une amitié devient aussi fusionnelle, cela peut se transforme en un amour inconditionnel. Et puis les vies des héroïnes avancent et chacune finit par percevoir l'autre comme une amie abusive, une fausse sœur, intrusive et envahissante. Alors que pour finir, tout est basé sur un accord tacite et non dit de respect de l'autre et d'effacement. Peut-on être réellement soi-même dans ces relations? Ne passons-nous pas à côté de notre vraie personnalité et nos propres désirs/besoins? . J'ai vraiment trouvé la réflexion intéressante car le récit est loin d'être manichéen et fait la part belle à l'évolution de chacun dans sa vie, au risque de se laisser embarquer et d'oublier, parfois, ceux qui sont à nos côtés.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Marech20 Posté le 25 Septembre 2017
    J'ai bien aimé cette histoire d'amitié fusionnelle qui se délite sous le coup des secrets. Court roman, qui se lit vite, à deux voix et qui permet de revisiter les années 80-90 du fait des allers-retours dans l'histoire pour raconter leur histoire, et celles de leurs proches.
  • JMLire17 Posté le 3 Juillet 2017
    S'il fallait un livre pour montrer que l'amitié et l'amour sont un même sentiment, Kéthévane Davrichewy l'a écrit avec Les séparées. Elle excelle dans la description des passions humaines. A travers le film des années Mitterand, et au-delà, de 1981 à 2011, elle déroule, le parcours de deux femmes d'une cinquantaine années, amies depuis l'enfance. Elle nous montre, à travers les lettres imaginaires que Cécile ,plongée dans le coma, écrit à Alice et les pensées vagabondes de celle-ci, ce qui les unit, ce qui les sépare, elle nous décrit les moments de bonheur d'une si longue liaison amicale, mais également, les peines, les séparations, et les trahisons. Alice et Cécile se sont rencontrées à l'école maternelle, retrouvée en 6ème, à l'adolescence, puis tout au long de leurs vies, elles ont tout partagé, les mêmes passions pour l'art, leurs familles, elles ont aimés les mêmes lieux, les mêmes musiques, se sont éprises, parfois des mêmes hommes, Philippe, David, elles se sont soutenues dans les peines qui ont émaillés leurs vies. Mais, malgré cette liaison fusionnelle, elles ont eu des secrets l'une pour l'autre. C'est un roman plein de charme.
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…