Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266313032
Code sériel : 18069
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 672
Format : 108 x 177 mm
Nouveauté

Les sept ou huit morts de Stella Fortuna

Caroline BOUET (Traducteur)
Date de parution : 07/10/2021
Si Stella Fortuna veut dire « bonne étoile », alors la vie a un drôle de sens de l'humour. Car dans la famille Fortuna, tous connaissent l'histoire de la belle et insolente Stella, qui a refusé d'apprendre à cuisiner, a juré de ne jamais se marier, et a surtout échappé... Si Stella Fortuna veut dire « bonne étoile », alors la vie a un drôle de sens de l'humour. Car dans la famille Fortuna, tous connaissent l'histoire de la belle et insolente Stella, qui a refusé d'apprendre à cuisiner, a juré de ne jamais se marier, et a surtout échappé plus d'une fois à une mort certaine. Depuis son enfance en Calabre, dans les années 1920, jusqu'à sa vie de femme en Amérique, son existence a mystérieusement plus d’une fois tourné au cauchemar. Mauvais œil ? Ou chance incroyable ?
Il faut croire que le destin de Stella était de vivre jusqu’à cent ans. Cent ans d’une vie de femme, de fille, de mère, de sœur fâchée, d’immigrée et de rebelle – cent ans de condition féminine, de cicatrices et de secrets de famille, entre deux continents.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266313032
Code sériel : 18069
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 672
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Un premier roman né sous une bonne étoile. » 
Madame Figaro

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Loren63 Posté le 8 Octobre 2021
    Un immense coup de coeur ! Une saga familiale qui débute en Italie et nous entraîne en Amérique. Une histoire de femmes, un roman puissant. Les personnages sont tous dépeints avec une grande subtilité, le caractère de chacun prends racine dans son histoire. Ce roman m'a pris aux tripes et m'a accompagné plusieurs jours après avoir lu la dernière page.
  • Malarwen Posté le 27 Mai 2021
    Une saga familiale dynamique et pleine de rebondissements. Les personnages sont attachants et réalistes. On plonge dans cette famille italienne en suivant Stella, jeune femme féministe venir ou maudite. Un coup de coeur pour cette autrice que je ne connaissais pas !
  • Livresque78 Posté le 9 Mars 2021
    Roman qui m’a été offert à Noël par mon fils, Les sept ou huit morts de Stella Fortuna est une véritable saga familiale qui sent bon l’Italie mais c’est aussi un trompe-l’œil, derrière un titre et des premières pages qui prêtent à sourire, se déroule un roman où le drame tient une grande part. Un roman absolument passionnant que j’ai vécu de l’intérieur, entre Italie et Etats-unis, entre pauvreté et rêve américain, la famille Fortuna m’a faite vibré de la première à la dernière page. Je termine ce roman avec une affection particulière pour Stella, bien entendu, mais aussi et pour sa soeur Tina et surtout pour leur mère Assunta, une femme incroyable qui force le respect. Attention la famille Fortuna est bien plus conséquente que les membres féminins que je viens de vous citer, le chef de famille Antonio est également au centre de cette histoire car il est le déclencheur, l’instigateur du devenir de Stella. Assunta a également mis des fils au monde, des enfants en « veux tu en voilà » tant que le corps féminin le permet. Une fresque haute en couleurs car Italienne du siècle précédent, des femmes qui ont vécu au coeur d’une époque et d’une... Roman qui m’a été offert à Noël par mon fils, Les sept ou huit morts de Stella Fortuna est une véritable saga familiale qui sent bon l’Italie mais c’est aussi un trompe-l’œil, derrière un titre et des premières pages qui prêtent à sourire, se déroule un roman où le drame tient une grande part. Un roman absolument passionnant que j’ai vécu de l’intérieur, entre Italie et Etats-unis, entre pauvreté et rêve américain, la famille Fortuna m’a faite vibré de la première à la dernière page. Je termine ce roman avec une affection particulière pour Stella, bien entendu, mais aussi et pour sa soeur Tina et surtout pour leur mère Assunta, une femme incroyable qui force le respect. Attention la famille Fortuna est bien plus conséquente que les membres féminins que je viens de vous citer, le chef de famille Antonio est également au centre de cette histoire car il est le déclencheur, l’instigateur du devenir de Stella. Assunta a également mis des fils au monde, des enfants en « veux tu en voilà » tant que le corps féminin le permet. Une fresque haute en couleurs car Italienne du siècle précédent, des femmes qui ont vécu au coeur d’une époque et d’une société où la femme n’était que l’ombre de son mari après avoir été celle de son père, où elle ne pouvait choisir son destin, où son avenir était tracé par un père, chaperonné par des frères, puis décidé par un époux. Stella se voulait différente, elle souhaitait vivre ce que chacune d’entre nous est libre de choisir aujourd’hui, la liberté d’être celle que l’on souhaite. Juliet Grames crée un personnage que les lecteurs ne peuvent qu’aimer, même si quelquefois l’incompréhension et l’envie de secouer Stella nous effleurent, mais c’est d’une autre époque dont il s’agit, une période où la femme n’avait aucun avenir seule, elle finissait donc par suivre le mouvement imposé et le lecteur finit par le comprendre...
    Lire la suite
    En lire moins
  • yeroliote Posté le 7 Mars 2021
    L'histoire se passe sur une centaine d'années, parce que l'on suivra l'histoire de la maman de Stella, avant de suivre la vie de celle-ci, Assunta, sa mère. Nous sommes en Calabre, en Italie, une famille italienne, pauvre, avec les habitudes des familles de l'époque. Stella, est la Stella II, parce que la Stella I, est décédée dans son jeune âge. Notre Stella, est vraiment une personne que rien n'arrête, elle n'a peur de rien et fonce vers ce qu'elle veut dans la vie. Et en vieillissant elle sait très bien ce qu'elle ne veut pas, elle ne veut pas se marier, elle ne veut pas d'enfant, il faut dire qu'à l'époque ce n'était pas très bien vu, mais quoi, Stella n'en a rien à faire de ce que les gens peuvent penser. Pour ces raisons, peut-être, elle a frôlé la mort plusieurs fois, et de façon très insolite parfois, se faire attaquer par une aubergine, des cochons, presque noyée...Etc, je ne vous dirai pas les autres façons qu'elle a trouvé de confronter le destin ou encore sa bonne étoile, se bat-elle contre un envoutement? Et puis c'est le départ pour les États-Unis, quitter sa campagne calabraise pour ce nouveau pays. Pauvres, ils étaient en... L'histoire se passe sur une centaine d'années, parce que l'on suivra l'histoire de la maman de Stella, avant de suivre la vie de celle-ci, Assunta, sa mère. Nous sommes en Calabre, en Italie, une famille italienne, pauvre, avec les habitudes des familles de l'époque. Stella, est la Stella II, parce que la Stella I, est décédée dans son jeune âge. Notre Stella, est vraiment une personne que rien n'arrête, elle n'a peur de rien et fonce vers ce qu'elle veut dans la vie. Et en vieillissant elle sait très bien ce qu'elle ne veut pas, elle ne veut pas se marier, elle ne veut pas d'enfant, il faut dire qu'à l'époque ce n'était pas très bien vu, mais quoi, Stella n'en a rien à faire de ce que les gens peuvent penser. Pour ces raisons, peut-être, elle a frôlé la mort plusieurs fois, et de façon très insolite parfois, se faire attaquer par une aubergine, des cochons, presque noyée...Etc, je ne vous dirai pas les autres façons qu'elle a trouvé de confronter le destin ou encore sa bonne étoile, se bat-elle contre un envoutement? Et puis c'est le départ pour les États-Unis, quitter sa campagne calabraise pour ce nouveau pays. Pauvres, ils étaient en Italie, pauvres, ils seront en Amérique aussi. Adulte, une rencontre viendra la faire dévier des promesses qu'elle s'était faite, et cette rencontre s'appelle Carmelo ! J'ai bien aimé cette histoire qui m'a fait pensé autant à "Betty" de Tiffany Mcdaniel et aussi au différents livres de Lucas Di Fulvio car on suit cette histoire familial sur plusieurs générations avec c'est hauts et c'est bas. J'ai quand même eu une préférence pour la presque fin du livre car il y arrive une révélation qui moi m'a laisser sans voix.
    Lire la suite
    En lire moins
  • natn Posté le 26 Février 2021
    Pas du tout un roman policier comme le titre pourrait le faire penser mais une saga italienne fort réjouissante, avec des personnages forts et de l'humour. Raconté par une petite fille de Stella, nous assistons au déroulé de la vie de cette famille calabraise, très pauvre. Des années 1910 à 1970, nous suivons surtout Mariastella et son destin de femme. Car il faut le dire, c'est surtout sur la condition de la femme et son heureuse évolution à travers toutes ses années. La femme qui était destinée à se marier, a obéir aveuglément à son mari et maître. C'est ce qu'à fait Assunta, la mère de Stella et Tina, obéir, et tomber enceinte, puis suivre un mari odieux jusqu'en Amérique. C'est terrifiant toute cette époque, entre la pauvreté et le quasi esclavage. L'Amérique va montrer sa force montante d'une vie où les appartements même crasseux possèdent des toilettes. Et puis Stella va y vivre son adolescence et sa vie de femme, mais je ne spolierais pas. J'ai nettement préféré la grosse partie de son enfance et puis l'adolescence. Après, j'ai trouvé des longueurs. Mais quand même ! quelle vie, quelles morts ! Le style est enlevé, c'est bien documenté et... Pas du tout un roman policier comme le titre pourrait le faire penser mais une saga italienne fort réjouissante, avec des personnages forts et de l'humour. Raconté par une petite fille de Stella, nous assistons au déroulé de la vie de cette famille calabraise, très pauvre. Des années 1910 à 1970, nous suivons surtout Mariastella et son destin de femme. Car il faut le dire, c'est surtout sur la condition de la femme et son heureuse évolution à travers toutes ses années. La femme qui était destinée à se marier, a obéir aveuglément à son mari et maître. C'est ce qu'à fait Assunta, la mère de Stella et Tina, obéir, et tomber enceinte, puis suivre un mari odieux jusqu'en Amérique. C'est terrifiant toute cette époque, entre la pauvreté et le quasi esclavage. L'Amérique va montrer sa force montante d'une vie où les appartements même crasseux possèdent des toilettes. Et puis Stella va y vivre son adolescence et sa vie de femme, mais je ne spolierais pas. J'ai nettement préféré la grosse partie de son enfance et puis l'adolescence. Après, j'ai trouvé des longueurs. Mais quand même ! quelle vie, quelles morts ! Le style est enlevé, c'est bien documenté et nous entraine vraiment au sein de cette famille si italienne, si émigrée, si finalement, comme tant d'autres qui ont réussi à s'intégrer. un bon roman et un caractère féminin que je ne pense pas oublier de sitôt.
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.