Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266197311
Code sériel : 14199
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 544
Format : 108 x 177 mm

Les soeurs Deblois

Date de parution : 17/06/2010

Charlotte est partie. Émilie est restée.
Moins solide et impétueuse que son aînée, la cadette a hérité des névroses et des migraines de sa mère qui l'a forgée à son image. C'est une nature passive, sereine, sans talent particulier. Privée du soutien de Charlotte, en quête de son grand amour à...

Charlotte est partie. Émilie est restée.
Moins solide et impétueuse que son aînée, la cadette a hérité des névroses et des migraines de sa mère qui l'a forgée à son image. C'est une nature passive, sereine, sans talent particulier. Privée du soutien de Charlotte, en quête de son grand amour à travers l'Europe bombardée, Émilie se laisse aller...
Mais l'eau qui dort couve des tempêtes et l'amour, les bouleversements familiaux, les aventures de Charlotte auront raison de cette apparente tranquillité. Bientôt, la deuxième sœur Deblois fait, à son tour, ses premiers pas dans la vie. La vraie...

« [Une saga] à laquelle des milliers de lecteurs québécois se sont attachés, attachés à des mots sensibles, des phrases poignantes, des descriptions évocatrices et des dialogues prenants. » Journal de Montréal

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266197311
Code sériel : 14199
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 544
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« [Une série] à laquelle des milliers de lecteurs québécois se sont attachés, attachés à des mots sensibles, des phrases poignantes, des descriptions évocatrices et des dialogues prenants. »

Journal de Montréal

PRESSE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • ManonCC Posté le 21 Octobre 2019
    Je n’ai pas lu les séries écrites par Louise Tremblay D’Essaimbre dans l’ordre où elles ont initialement été publiées. En fait, j’ai commencé par les douze tomes de « Mémoires d’un quartier » avant d’entamer les quatre tomes de la série « Les sœurs Deblois ». J’y ai donc découvert l’enfance de certains personnages que je n’avais connus qu’à l’âge adulte. Et rien n’a pu amoindrir le plaisir que m’apporte la lecture d’un roman de l’une de mes auteures québécoises préférées.
  • CarPerry Posté le 21 Avril 2018
    Bon rythme, la mère est un peu moins présente donc l'histoire moins redondante et plus intéressante! J'ai mieux aimé le tome 2 que le premier!
  • majolo Posté le 24 Novembre 2012
    Très difficile à noter. Le style est lourd, le propos souvent dilué et redondant...Mais j'ai aimé que l'on me raconte cette histoire, la saga des Deblois. On rit, on pleure, on tremble pour Charlotte, Émilie, Anne et Jason. C'est une saga efficace, romanesque, agréable, nettement inférieure à "Gabrielle" (on ne peut s'empêcher d'y penser) mais très plaisante. NB: Il y a cependant une analyse intéressante et convaincante du mécanisme de la maltraitance infligée par Blanche à ses filles, particulièrement à Émilie, qu'elle justifie par un raisonnement perverti par sa propre enfance douloureuse, sous les yeux aveugles et coupables de son mari, personnage peu courageux.
  • Isa_bel_7 Posté le 19 Septembre 2012
    J'ai adoré ce bouquin. Un deuxième tome tout à l'honneur du premier. Dès que j'ai entamé Émilie, j'ai voulu arrêter tout ce qui était autour de moi pour savoir ce qui allait se passer. Il y a Blanche, que je voudrai secoué pour la réveiller et lui montrer tous les dégâts qu'elle cause autour d'elle et d'un autre côté, je la plains, mais ce n'est pas pour autant que je l'aime plus... Dans ce deuxième tome Émilie ouvre les yeux, Émilie apprend à vivre, Émilie prend de plus en plus confiance en elle.
  • benjamin2010 Posté le 14 Janvier 2012
    C'est avec plaisir que j'ai retrouvé les personnages de cette saga. Après le 1er tome centré sur Charlotte, l'aînée des sœurs Deblois, celui-ci nous dévoile la personnalité d’Émilie. Très proche de sa mère, qui a voulu en faire son égale, Émilie est en réalité très forte : à mi-chemin entre manipulation et délicatesse. Les autres personnages continuent à évoluer, notamment Blanche qui s'enfonce dans son alcoolisme et Anne, petite fille sage dont l'on devine le mal être et le talent pour la musique. Une seule chose m'a gênée dans ce roman : la traduction. On se retrouve, sur certaines pages, avec du vocabulaire québécois. Et autant dans la saga "le Gout du bonheur" de Marie Laberge, c'était voulu et plaisant. Dans ce livre, j'ai trouvé cela gênant car certainement un oubli de traduction. Mais ce détail ne m'empêchera nullement de découvrir le 3ème tome, Anne, très prochainement.
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.