Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266281089
Code sériel : 17137
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 544
Format : 108 x 177 mm

Les Souliers vernis rouges

Anne-Laure Brisac (traduit par)
Date de parution : 26/04/2018
En se promenant dans les rues animées d'Athènes, Néna découvre dans une vitrine une paire de souliers vernis rouges semblables à ceux qu'elle portait, enfant. Aussitôt, elle remonte le temps, se remémore ceux qu’elle a aimés et qui lui manquent tant.
À la fin du XIXe siècle, Yagos, son arrière-grand-père, décide...
En se promenant dans les rues animées d'Athènes, Néna découvre dans une vitrine une paire de souliers vernis rouges semblables à ceux qu'elle portait, enfant. Aussitôt, elle remonte le temps, se remémore ceux qu’elle a aimés et qui lui manquent tant.
À la fin du XIXe siècle, Yagos, son arrière-grand-père, décide de quitter l'île grecque de Zante. Avec sa jeune et belle épouse, il partagera une existence faite de passions et de joies, mais aussi de drames et d’exils. D'Odessa à Athènes, en passant par Constantinople et Smyrne, leur famille vivra au rythme des soubresauts du XXe siècle.
Alors qu'elle s'apprête à devenir mère, Néna saura-t-elle créer son propre chemin à travers ses racines grecques et turques et accepter ce passé tumultueux ?

« Une épopée faite d'amour, de joies et de peines. » L'Est éclair
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266281089
Code sériel : 17137
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 544
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

" Une véritable épopée, un long et beau voyage." Télématin
" Une épopée faite d'amour, de joies et de peines." L'Est-éclair

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • sandrine57 Posté le 20 Septembre 2021
    Dans une vitrine, à Athènes, Néna voit les mêmes chaussures rouges qu’elle portait enfant quand elle vivait à Constantinople. Aussitôt les souvenirs affluent et elle raconte à son enfant à naître l’histoire mouvementée de sa famille, les Xénopoulos. La saga familiale commence en 1890, quand les deux frères, Dionysos et Yagos, quittent l’île grecque de Zante pour chercher fortune par-delà la mer Ionienne. De Constantinople à Odessa, ils feront fortune, seront ruinés, riches à nouveau, au gré des guerres, des prises de pouvoir et des décisions politiques qui secouèrent cette région du monde. Homme à femmes, Dionysos restera célibataire, tandis que Yagos tombera amoureux de la très jeune Evanthia, l’épousera et lui fera cinq enfants, devenant le patriarche de la famille Xénopoulos. Des amours, des mariages, des trahisons, des secrets, des non-dits, des deuils, des enfants, des petits-enfants, bref une saga familiale qui raconte la vie avec ses hauts et ses bas, les ambitions, les revers de fortune, les joies et les larmes. Le tout est ancré dans l’histoire des Grecs qui cherchèrent fortune hors de leurs frontières, à Odessa et Constantinople. La communauté est très unie, très attachée aux traditions orthodoxes et à la Grèce et a subi les aléas de... Dans une vitrine, à Athènes, Néna voit les mêmes chaussures rouges qu’elle portait enfant quand elle vivait à Constantinople. Aussitôt les souvenirs affluent et elle raconte à son enfant à naître l’histoire mouvementée de sa famille, les Xénopoulos. La saga familiale commence en 1890, quand les deux frères, Dionysos et Yagos, quittent l’île grecque de Zante pour chercher fortune par-delà la mer Ionienne. De Constantinople à Odessa, ils feront fortune, seront ruinés, riches à nouveau, au gré des guerres, des prises de pouvoir et des décisions politiques qui secouèrent cette région du monde. Homme à femmes, Dionysos restera célibataire, tandis que Yagos tombera amoureux de la très jeune Evanthia, l’épousera et lui fera cinq enfants, devenant le patriarche de la famille Xénopoulos. Des amours, des mariages, des trahisons, des secrets, des non-dits, des deuils, des enfants, des petits-enfants, bref une saga familiale qui raconte la vie avec ses hauts et ses bas, les ambitions, les revers de fortune, les joies et les larmes. Le tout est ancré dans l’histoire des Grecs qui cherchèrent fortune hors de leurs frontières, à Odessa et Constantinople. La communauté est très unie, très attachée aux traditions orthodoxes et à la Grèce et a subi les aléas de la politique turque. Parfois protégés, intégrés, ils furent aussi ostracisés et chassés. Peu ont pu rester. Sans être follement original, le roman de Stella Vretou se lit sans déplaisir. Une simple saga de l’été.
    Lire la suite
    En lire moins
  • HQL Posté le 26 Janvier 2021
    Les sagas familiales m’enchantent, c’est un genre de roman dans lequel je me retrouve, pas tant pour les histoires de familles, les secrets, les cicatrices qu’un geste ou une parole peuvent laisser dans la vie d’une famille, mais parce que ce sont des romans qui me donnent l’impression de durer des décennies, et qu’en les lisant je traverse les siècles, les océans, et que je vis plusieurs romans en un seul. Les souliers vernis rouges suit la vie tumultueuse de la famille Xénopoulous à travers les siècles, à compter du départ de l’île grecque de Zakynthos des deux frères Dionysis et Yagos, en 1870. Les deux cordonniers partiront pour Constantinople (l’actuelle Istanbul) puis Odessa, afin de monter leur commerce de chaussures, qui deviendra une affaire florissante. Le reste de roman sera fait de mariages, d’amours intenses, de tromperies, d’enfants cachés, de drames, de jours heureux, de bonheur tranquille, de déceptions et de regrets. C’est une vie de famille riche et pleine de rebondissements que nous offre la descendance de Yagos, et chaque génération vivra à sa façon les évènements de l’Histoire et de son histoire. J’ai aimé tout particulièrement le premier tiers du romans, qui m’a fait voyager dans le temps et m’a... Les sagas familiales m’enchantent, c’est un genre de roman dans lequel je me retrouve, pas tant pour les histoires de familles, les secrets, les cicatrices qu’un geste ou une parole peuvent laisser dans la vie d’une famille, mais parce que ce sont des romans qui me donnent l’impression de durer des décennies, et qu’en les lisant je traverse les siècles, les océans, et que je vis plusieurs romans en un seul. Les souliers vernis rouges suit la vie tumultueuse de la famille Xénopoulous à travers les siècles, à compter du départ de l’île grecque de Zakynthos des deux frères Dionysis et Yagos, en 1870. Les deux cordonniers partiront pour Constantinople (l’actuelle Istanbul) puis Odessa, afin de monter leur commerce de chaussures, qui deviendra une affaire florissante. Le reste de roman sera fait de mariages, d’amours intenses, de tromperies, d’enfants cachés, de drames, de jours heureux, de bonheur tranquille, de déceptions et de regrets. C’est une vie de famille riche et pleine de rebondissements que nous offre la descendance de Yagos, et chaque génération vivra à sa façon les évènements de l’Histoire et de son histoire. J’ai aimé tout particulièrement le premier tiers du romans, qui m’a fait voyager dans le temps et m’a littéralement transporté dans l’Empire Ottoman. J’avais l’impression de marcher dans les ruelles de Constantinople, de profiter des odeurs de ses marchés, de vivre aux côtés des personnages. La suite m’a parfois un peu déçu dans la forme du récit, l’auteur faisant le choix surprenant d’un rythme narratif inconstant, où elle peut décrire une rencontre autour d’un thé en cinq pages, puis ensuite nous dire en cinq lignes qu’ils se marièrent, eurent trois enfants, et qu’ils ont désormais chacun une dizaine d’année. Une lecture agréable mais inégale, que je conseille malgré tout aux amateurs de sagas familiales.
    Lire la suite
    En lire moins
  • MARTINE300645 Posté le 8 Juillet 2019
    Allers-retours entre le présent et le passé (j'adore). Fin du XIXème siècle et de nos jours en Grèce. Stella nous raconte l'histoire d'une famille de cordonniers qui décide au XIXème de quitter l'ïle de Zante pour aller à Odessa et Athènes en passant par Constantinople pour monter une petite entreprise de chaussures. Très belle saga où l'on voyage (idéale pour commencer l'été) et qui m'a enchantée.
  • KidsTrotters Posté le 31 Mai 2018
    Avec Les Souliers vernis rouges, on voyage entre l’Ile de Zakynthos et Constantinople en passant par Odessa, Smyrne et Athènes; on voyage aussi entre trois générations de femmes (et d’hommes aussi): Evanthia (la grand-mère), Sappho (la mère) et Néna (la petite-fille). C’est un long roman, on se perd parfois un peu (L’arbre généalogique du début du livre est d’une grande aide d’autant plus avec des prénoms qui se ressemblent!) mais j’ai beaucoup aimé ces Histoires, leurs joies, leurs peines, sur fond de soubresauts du XXe siècle (guerre mondiale, relations avec la Turquie, ...)
  • PauseEarlGrey Posté le 12 Juin 2017
    Si vous aimez les sagas familiales, vous aimerez forcément Les souliers vernis rouges. C’est une belle et grande histoire, ancrée dans un contexte géographique et historique fort donc l’essence même repose au coeur de la ville de Constantinople. J’y ai appris beaucoup et je ne regrette vraiment pas ma lecture malgré les quelques maladresses. J’ai totalement voyagé, suivant les membres de la famille entre Constantinople, Odessa, Constantinople encore et Athènes. Un beau roman sur la dure réalité de la vie....https://pauseearlgreyblog.wordpress.com/2017/06/12/les-souliers-vernis-rouges-stella-vretou-depart-imminent-pour-constantinople/
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.