Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266157933
Code sériel : 12847
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 320
Format : 108 x 177 mm

Les tisserands de la licorne

Date de parution : 15/03/2007

En 1869, le village de Saint-Blaise vit au rythme du tissage artisanal du drap. Joséphine, dix-sept ans, étouffe dans la maison familiale où le métier à tisser prend toute la place. Contre l’avis de son père, elle décide de partir pour Sedan.
Là-bas, elle tombe amoureuse de Jérôme, le fils de...

En 1869, le village de Saint-Blaise vit au rythme du tissage artisanal du drap. Joséphine, dix-sept ans, étouffe dans la maison familiale où le métier à tisser prend toute la place. Contre l’avis de son père, elle décide de partir pour Sedan.
Là-bas, elle tombe amoureuse de Jérôme, le fils de la puissante famille Desprez, propriétaire d’une fabrique de draps depuis près de deux siècles. Très épris l’un de l’autre, ils projettent de se marier malgré l’opposition de la tyrannique mère du jeune homme.
Mais la guerre de 1870 va bouleverser leur destin…

« Un magnifique roman d'amour et de passion. » La Marne

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266157933
Code sériel : 12847
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 320
Format : 108 x 177 mm
Pocket

Ils en parlent

« (…) un magnifique roman d’amour et de passion (…). »

La Marne

PRESSE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Cricri08 Posté le 1 Mai 2020
    1869 – dans les Ardennes au village de Sainte-Blaise, les familles travaillent essentiellement à tisser le drap pour les fabriques de Sedan. Joséphine, 17 ans, ne se voit pas vivre là toute sa vie. Elle déteste son père alcoolique et regrette sa mère morte trop tôt. Elle décide alors de tenter sa chance à Sedan. Changement de lieu, de vie, de connaissances et de classe sociale pour la jeune femme. Mais la guerre de 1870 passe par là (est mentionnée la maison de la dernière cartouche à Bazeilles que l’on peut toujours visiter) … Une plongée dans l’univers disparu du tissage de drap, dans les Ardennes avec la salade au lard et la tarte au sucre, dans les rues de Sedan que je connais si bien (j’ai habité rue des Francs Bourgeois, là où Jean-Philippe avait son studio !) et devant les anciennes fabriques qui sont toujours là (notamment celle de la famille Desprez et celle du Gros Chien), avec une mention très spéciale pour Jean-Baptiste Clément !
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.