Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264056139
Code sériel : 4556
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 96
Format : 108 x 177 mm

Les trois lumières

Jacqueline ODIN (Traducteur)
Date de parution : 16/08/2012

Dans la campagne irlandaise, une fillette est confiée pour quelque temps à un couple sans enfants. Livrée à elle-même, l’enfant pénètre jour après jour un monde étranger, où elle découvre l’innocence et la tendresse de l’été. Peu à peu, des liens se tissent, chacun apprivoise l’autre et les ombres secrètes...

Dans la campagne irlandaise, une fillette est confiée pour quelque temps à un couple sans enfants. Livrée à elle-même, l’enfant pénètre jour après jour un monde étranger, où elle découvre l’innocence et la tendresse de l’été. Peu à peu, des liens se tissent, chacun apprivoise l’autre et les ombres secrètes de sa lumière. Pourtant, certains détails intriguent la fillette…

« Quelle force dans ce petit roman... Ces Trois Lumières nous éclairent. »
Sylvie Dupuch, Elle

Traduit de l'anglais (Irlande) par Jacqueline Odin

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264056139
Code sériel : 4556
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 96
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Crazynath Posté le 15 Juin 2020
    Que c’est beau, mais que c’est beau ! Je viens de terminer avec ravissement ce très court récit (ou nouvelle si vous préférez) d’à peine 88 pages et je dois avouer que je suis complétement tombée sous le charme de la plume de cette auteure irlandaise. Et pourtant…. Alors que je n’apprécie pas plus que cela en général le format « nouvelle », il y a de temps de temps de très belles exceptions, il faut le dire…Je ne peux que citer Stefan Zweig et aussi Kathrine Kressmann Taylor avec son inoubliable « Inconnu à cette adresse » pour confirmer que certains auteurs excellent dans cet exercice et ce format d’écriture et laissent souvent une impression durable aux lecteurs. Nous sommes dans la campagne irlandaise et un homme va laisser sa petite fille à un couple sans même lui dire au revoir. C’est cette petite fille qui est la narratrice de l’histoire et elle va nous raconter ce qui lui est arrivé lors de cet été où elle a été hébergée par ce couple…Ce couple qui va la considérer comme une enfant à part entière et non comme une bouche supplémentaire à nourrir comme c’est le cas dans sa propre famille… J’ai... Que c’est beau, mais que c’est beau ! Je viens de terminer avec ravissement ce très court récit (ou nouvelle si vous préférez) d’à peine 88 pages et je dois avouer que je suis complétement tombée sous le charme de la plume de cette auteure irlandaise. Et pourtant…. Alors que je n’apprécie pas plus que cela en général le format « nouvelle », il y a de temps de temps de très belles exceptions, il faut le dire…Je ne peux que citer Stefan Zweig et aussi Kathrine Kressmann Taylor avec son inoubliable « Inconnu à cette adresse » pour confirmer que certains auteurs excellent dans cet exercice et ce format d’écriture et laissent souvent une impression durable aux lecteurs. Nous sommes dans la campagne irlandaise et un homme va laisser sa petite fille à un couple sans même lui dire au revoir. C’est cette petite fille qui est la narratrice de l’histoire et elle va nous raconter ce qui lui est arrivé lors de cet été où elle a été hébergée par ce couple…Ce couple qui va la considérer comme une enfant à part entière et non comme une bouche supplémentaire à nourrir comme c’est le cas dans sa propre famille… J’ai vraiment été touchée par l’histoire de cette petite fille dont on ne saura pas le prénom tout au long de son récit. Une histoire lumineuse...
    Lire la suite
    En lire moins
  • lolols28 Posté le 19 Mai 2020
    un petit roman vite lu, mais pas vite oublié. Très sombre, très mystérieux, très simple...bref, très irlandais. en parallèle à la petite histoire de cette petite fille, la noirceur des adultes, les mensonges, l'injustice, la vie de gens simples.
  • Mangeur_de_livre Posté le 10 Mai 2020
    Départ pour l’Irlande rurale. Là, une petite fille d’une famille nombreuse ayant des problèmes d’argent est confiée le temps d’un été à un couple de fermiers, les Kinsella, afin de soulager sa mère, qui est sur le point d’accoucher. Sur place, cette petite fille sensible et en manque flagrant d’affection va apprivoiser ce couple qu’elle ne connait pas et qui cache un douloureux secret, prendre ses marques et finalement découvrir le bonheur d’être aimée. Avec 80 pages au compteur, « Les trois lumières » se situe entre le court roman et la longue nouvelle. L’écriture de Claire Keegan est pleine de tendresse et de simplicité, fine et délicate, nous faisant ressentir et partager les émotions contradictoires ressenties par cette petite fille. D’abord abandonnée par son père chez les Kinsella sans un au revoir, sans une affaire et sans même savoir pour combien de temps elle est là. D’abord clairement, et logiquement, totalement déboussolée, elle va petit à petit trouver des repères en partageant le quotidien des fermiers. L’auteur retranscrit très bien ce milieu rural où rien ne se dit et où tout se suggère, se devine. Cela s’opère aussi bien pour les soucis traversés par les parents de la petite fille... Départ pour l’Irlande rurale. Là, une petite fille d’une famille nombreuse ayant des problèmes d’argent est confiée le temps d’un été à un couple de fermiers, les Kinsella, afin de soulager sa mère, qui est sur le point d’accoucher. Sur place, cette petite fille sensible et en manque flagrant d’affection va apprivoiser ce couple qu’elle ne connait pas et qui cache un douloureux secret, prendre ses marques et finalement découvrir le bonheur d’être aimée. Avec 80 pages au compteur, « Les trois lumières » se situe entre le court roman et la longue nouvelle. L’écriture de Claire Keegan est pleine de tendresse et de simplicité, fine et délicate, nous faisant ressentir et partager les émotions contradictoires ressenties par cette petite fille. D’abord abandonnée par son père chez les Kinsella sans un au revoir, sans une affaire et sans même savoir pour combien de temps elle est là. D’abord clairement, et logiquement, totalement déboussolée, elle va petit à petit trouver des repères en partageant le quotidien des fermiers. L’auteur retranscrit très bien ce milieu rural où rien ne se dit et où tout se suggère, se devine. Cela s’opère aussi bien pour les soucis traversés par les parents de la petite fille (alcoolisme, jeu, problèmes d’argent…) que pour le traumatisme subi par les Kinsella qui ont perdu leur fils quelques années auparavant. Finalement, ces trois personnages se sont bien trouvés ! En bref, un court roman très émouvant, plein de poésie et de sensibilité, qui dévoile une large palette d’émotions et de sentiments avec beaucoup de finesse et de délicatesse.
    Lire la suite
    En lire moins
  • sld09 Posté le 2 Mai 2020
    Malgré sa brièveté, j’ai beaucoup aimé roman qui raonte avec beaucoup de simplicité et de tendresse comment une fillette vraisemblablement négligée par ses parents découvre l’amour d’une famille auprès d’un couple qui l’accueille le temps d’un été. Le style épuré reflète agréablement le point de vue d’une enfant pour donner un récit très touchant.
  • lilymoods Posté le 11 Février 2020
    Dans cette longue nouvelle, Claire Keegan décrit la nature Irlandaise avec une force incroyable, une simplicité désarmante, rayonnante et savoureuse. On est là, en plein champs, l’air frais sur le visage, observant le balancement des herbes hautes et folles… La terre est puissante, les sentiments purs. Une bouffé d’air à l’état brut !
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…