RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Les Vérités provisoires

            Pocket
            EAN : 9782266282420
            Code sériel : 17128
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 168
            Format : 108 x 177 mm
            Les Vérités provisoires

            Date de parution : 16/05/2018
            Deux ans que Céline Carenti a disparu, en descendant chercher du pain. Depuis, pas de nouvelles. Installé dans l’appartement que sa grande sœur occupait, Jules cherche des réponses. Mais les souvenirs ne disent pas tout. Rêveur et solitaire, le jeune homme est surtout un menteur pathologique : il s’invente même... Deux ans que Céline Carenti a disparu, en descendant chercher du pain. Depuis, pas de nouvelles. Installé dans l’appartement que sa grande sœur occupait, Jules cherche des réponses. Mais les souvenirs ne disent pas tout. Rêveur et solitaire, le jeune homme est surtout un menteur pathologique : il s’invente même des cancers, des histoires… Dans les pas de l’absente, il écrira la sienne.
            Entre l’amour, qu’il découvre au palier du dessous, et son enquête au jour le jour, Jules apprendra la vie, entre autres vérités provisoires…

            « Arnaud Dudek raconte une histoire charmante, une histoire de famille et d'attachement fraternel. » Virginie Bloch-Lainé – Libération

            « Passionnant, un sujet universel qu'Arnaud Dudek a eu envie de creuser à sa façon, poétique et légèrement décalée. » Valérie Susset – L'Est républicain
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266282420
            Code sériel : 17128
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 168
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            6.40 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « Un livre ramassé et percutant. » Daniel Fattore, La Liberté
            « Passionnant, le passage à l'âge des responsabilités est bien un sujet universel qu’Arnaud Dudek a eu envie de creuser à sa façon, poétique et légèrement décalée. » Valérie Susset, L'Est Républicain
            « Arnaud Dudek raconte une histoire charmante, une histoire de famille et d’attachement fraternel. » Virginie Bloch-Lainé, Libération
            « Le très discret Arnaud Dudek est un peu le chef de file de cette école littéraire du farfelu, informelle mais intéressante. » Jean-Claude Perrier, Livres-Hebdo

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • StephG54 Posté le 23 Septembre 2018
              L'auteur nous présente Jules, un jeune homme rêveur et sacrement menteur. Et pourtant , il est attachant . Ce roman est tendre, frais, léger et se lit d'une traite grâce à des phrases et des chapitres courts. J'ai aussi beaucoup aimé les traits d'humour. C'est la première fois que je lis un livre d'Arnaud Dudek mais pas la dernière !!
            • jostein Posté le 23 Juin 2017
              L’ambition d’Arnaud Dudek, le point qu’il se fixe comme objectif est de donner du plaisir au lecteur. Une fois de plus, avec ce quatrième roman, il parvient à nous captiver, nous faire sourire et nous émouvoir. Le sujet de départ est pourtant sombre. Céline Carenti, une étudiante de vingt-deux ans est portée disparue. Un dimanche marin, elle est allée acheter une baguette et personne ne l’a plus revue depuis. Deux ans après, sa mère est partie oublier à l’étranger, son père porte sa peine et s’investit dans des associations et son frère, Jules s’installe dans l’appartement de Céline. En vivant dans ses murs, le manque de sa sœur s’amplifie, les questions affluent. Deux ans après, il interroge les gens qui ont connu Céline, il reprend contact avec l’inspecteur autrefois chargé de l’enquête. » Il a été prouvé que le récit détaillé d’un évènement évolue naturellement selon l’accueil, l’attitude, les réactions de ses auditeurs successifs. » Jules est un personnage étonnant. Légèrement autiste, menteur invétéré, il est » un véritable handicapé des relations humaines. » Sa rencontre avec Bérénice, une jeune étudiante dynamique qui habite l’étage du dessous, pourrait éclairer son regard. Jules nous entraîne dans son enquête, une quête qui l’emmène surtout à la vérité... L’ambition d’Arnaud Dudek, le point qu’il se fixe comme objectif est de donner du plaisir au lecteur. Une fois de plus, avec ce quatrième roman, il parvient à nous captiver, nous faire sourire et nous émouvoir. Le sujet de départ est pourtant sombre. Céline Carenti, une étudiante de vingt-deux ans est portée disparue. Un dimanche marin, elle est allée acheter une baguette et personne ne l’a plus revue depuis. Deux ans après, sa mère est partie oublier à l’étranger, son père porte sa peine et s’investit dans des associations et son frère, Jules s’installe dans l’appartement de Céline. En vivant dans ses murs, le manque de sa sœur s’amplifie, les questions affluent. Deux ans après, il interroge les gens qui ont connu Céline, il reprend contact avec l’inspecteur autrefois chargé de l’enquête. » Il a été prouvé que le récit détaillé d’un évènement évolue naturellement selon l’accueil, l’attitude, les réactions de ses auditeurs successifs. » Jules est un personnage étonnant. Légèrement autiste, menteur invétéré, il est » un véritable handicapé des relations humaines. » Sa rencontre avec Bérénice, une jeune étudiante dynamique qui habite l’étage du dessous, pourrait éclairer son regard. Jules nous entraîne dans son enquête, une quête qui l’emmène surtout à la vérité de ses sentiments. Arnaud Dudek a un regard clinique sur ses personnages, une vision personnelle sur les évènements comme un observateur externe qui nous fait participer à sa façon de voir les choses. En parlant de Jules » Précisons également qu’il est plutôt mignon dans son genre. Certes, nous n’avons pas affaire à un beau gosse musclé qui inonde sa page Facebook de photos de lui en slip. Ce n’est pas, disons, une beauté spectaculaire. Il n’est pas de la caste populaire des chênes; son corps et ses manières le classent dans la famille des roseaux. » C’est cette façon d’incarner ses personnages qui nous prend à parti, nous rend sympathiques ces êtres dynamiques et touchants par leur fragilité. Il faut beaucoup aimer ses personnages et la nature humaine en général pour les croquer de cette façon. Un roman équilibré, rythmé, touchant, empli de bonne humeur malgré un sujet plutôt lourd sur la disparition d’un être cher.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Annette55 Posté le 9 Juin 2017
              Une jeune fille, Céline a disparu, elle s'est volatilisée, un dimanche matin , après avoir acheté une baguette bien cuite à la boulangerie de son quartier.. Une jeune fille secrète mais sans histoires : Fuite, Crime ?? Nul ne sait , disparition inquiétante, personne ne comprend. Du temps passe. Au bout de deux ans d''enquête , doit- on se rendre à l'évidence ? Quand celle- ci a disparu, la normalité familiale a explosé en vol. Sans nouvelles de l'absente, le père courait dans tous les sens .. Jules, son frère, s'enfermait dans sa chambre. Bientôt il s'installe dans l'appartement de Céline. L'auteur se focalise alors sur son personnage: un drôle d'étudiant , son côté décalé, pas fini, petit oiseau tombé du nid, sa timidité, ce garçon de vingt ans, un beau personnage, attachant, énervant, doux rêveur , handicapé des relations humaines.Incapable de communiquer avec son entourage, il triture la vérité , sa difficulté à prendre des décisions et surtout, surtout son inclination pathologique à mentir tout le temps à tout le monde !! Il invente quand même un cancer pour que ses amis lui fichent la paix! Il découvre une collection de paires de chaussures hors de prix dans l'appartement de Céline : alors il enquête, il enquête ........il... Une jeune fille, Céline a disparu, elle s'est volatilisée, un dimanche matin , après avoir acheté une baguette bien cuite à la boulangerie de son quartier.. Une jeune fille secrète mais sans histoires : Fuite, Crime ?? Nul ne sait , disparition inquiétante, personne ne comprend. Du temps passe. Au bout de deux ans d''enquête , doit- on se rendre à l'évidence ? Quand celle- ci a disparu, la normalité familiale a explosé en vol. Sans nouvelles de l'absente, le père courait dans tous les sens .. Jules, son frère, s'enfermait dans sa chambre. Bientôt il s'installe dans l'appartement de Céline. L'auteur se focalise alors sur son personnage: un drôle d'étudiant , son côté décalé, pas fini, petit oiseau tombé du nid, sa timidité, ce garçon de vingt ans, un beau personnage, attachant, énervant, doux rêveur , handicapé des relations humaines.Incapable de communiquer avec son entourage, il triture la vérité , sa difficulté à prendre des décisions et surtout, surtout son inclination pathologique à mentir tout le temps à tout le monde !! Il invente quand même un cancer pour que ses amis lui fichent la paix! Il découvre une collection de paires de chaussures hors de prix dans l'appartement de Céline : alors il enquête, il enquête ........il creuse, il cherche ...... N'en disons pas plus .. L'auteur suit avec bienveillance et humour cet adolescent qui "apprend " "petit à petit " à Grandir ! La vérité fluctue, prend des tours et des détours différents. Jules se plaît dans l'imaginaire , en "menteur patenté", il ne se fait jamais prendre car il a une excellente mémoire encore que ........ Il se raconte des "histoires" devient son propre personnage plutôt un gentil, sensible, drôle et rêveur . Il ment par lâcheté ou par peur, jamais pour blesser . C'est aussi le roman des deuils car Jules n'est pas guéri , une douleur qui ne s'éteindra peut- être jamais. C'est tendre, frais, indocile, un peu policier,vif, farceur, léger, un brin philosophe, un ouvrage sur les êtres en devenir et les relations humaines, le passage douloureux à l'âge adulte. Lu d'une traite, pas triste du tout grâce au talent de l'auteur que je ne connais pas . Acheté à cause du titre aux "Éditions Alma".
              Lire la suite
              En lire moins
            • Noctenbule Posté le 23 Avril 2017
              Attention, n'y voyez pas une enquête policière haletante qui va vous saisir de la première à la dernière page. Ce n'est pas l'histoire d'un frère qui va remuer terre et ciel pour trouver des indices et retrouver sa grande soeur. Retirez vous de la tête les schémas classiques des policiers que vous avez lu. Jules est un gars ordinaire, pas plus malin qu'un autre et pas plus doué qu'un autre. Il va trouver quelques informations qui va le mener à des informations que sa famille avait déjà tout comme le policier en charge de l'enquête. On va suivre l'évolution d'un jeune homme dans sa vie, dans son quotidien qui va aller à la découverte de soi. Il a toujours été un menteur pathétique depuis qu'il est petit et en grandissant, il a continué. Parfois, il y a des rencontres qui nous changent. L'amour, il en avait déjà entendu parlé mais jamais il ne l'avait ressenti en lui. Alors quand il a rencontré sa voisine du dessous et qu'elle a ri à ces mensonges. Quelque d'inattendu c'est passé. Son coeur n'est pas vraiment en pierre, il peut battre, ressentir... Un nouveau monde s'ouvre à lui. Tout n'est pas centré sur ce personnage... Attention, n'y voyez pas une enquête policière haletante qui va vous saisir de la première à la dernière page. Ce n'est pas l'histoire d'un frère qui va remuer terre et ciel pour trouver des indices et retrouver sa grande soeur. Retirez vous de la tête les schémas classiques des policiers que vous avez lu. Jules est un gars ordinaire, pas plus malin qu'un autre et pas plus doué qu'un autre. Il va trouver quelques informations qui va le mener à des informations que sa famille avait déjà tout comme le policier en charge de l'enquête. On va suivre l'évolution d'un jeune homme dans sa vie, dans son quotidien qui va aller à la découverte de soi. Il a toujours été un menteur pathétique depuis qu'il est petit et en grandissant, il a continué. Parfois, il y a des rencontres qui nous changent. L'amour, il en avait déjà entendu parlé mais jamais il ne l'avait ressenti en lui. Alors quand il a rencontré sa voisine du dessous et qu'elle a ri à ces mensonges. Quelque d'inattendu c'est passé. Son coeur n'est pas vraiment en pierre, il peut battre, ressentir... Un nouveau monde s'ouvre à lui. Tout n'est pas centré sur ce personnage qui malgré des traits bien énervants de sa personnalité reste attachant. On trouve également les parents derrière qui doivent faire face aussi à la disparition de leur fille. Les parents sont séparés et vivent chacun de leur côté. La mère est partie et a repris sa vie en main. Alors que le père reste dans la maison familiale avec tous les souvenirs et peines à communiquer avec son fils. Lui a plus de mal à avancer pour combler le vide laisser par sa fille. Mais il va falloir changer, car pour se sentir bien, il faut laisser de côté ce qui nous blesse si l'on ne peut pas le modifier. Arnaud Dudek parle avec sensibilité du ressenti des hommes. Les femmes sont présentes avec la soeur disparue, la mère et la vieille dame de l'étage du dessous, mais elles sont autour des hommes et de façon discrète. Cela lui est sûrement plus facile de parler des hommes et de ce qu'ils ressentent étant lui même un homme. Tout comme de ce qui est de parler de l'ordinaire, car l'ordinaire et la banalité nous entoure tous. Il a plus de facilité de parler de ce qu'il connaît de près ou de loin. Le style du livre est léger. Déjà, c'est le plus gros roman d'Arnaud Dudek dans lequel il a voulu approfondir un peu les personnages. Il n'y a pas de très longues phrases qui n'en finissent pas. Pas de vocabulaire compliqué. On pourrait même dire que ces mots se rapprochent du langage parlé. Les paragraphes sont courts et se succèdent assez vite. Le drame côtoie toujours le mot pour sourire. Les pages se tournent simplement comme si l'on découvrait le récit de quelqu'un de proche, de même valeur que nous. Et puis ce titre, très beau, Les vérités provisoires qui évoquent à tous quelques choses. Très bon choix d'Alma d'avoir proposé ce titre. Un livre léger comme un nuage sous lequel vous pourrez vous abritez le temps d'aller à la rencontre de Vérités provisoires.
              Lire la suite
              En lire moins
            • zazy Posté le 28 Mars 2017
              « On est sans nouvelles de Céline Carenti, une étudiante âgée de vingt-deux ans. » Céline a disparu depuis deux ans, faute de nouvelles pistes, les dossiers s’entassant, les recherches ont été abandonnées. Jules, son frère s’installe dans l’appartement, s’y enferme comme dans une coquille, pour chercher, essayer de savoir. Jules ? Un être inadapté, perpétuel étudiant, menteur patenté, mais pas pour faire le bravache, non, par faiblesse, par gentillesse, pour mieux vivre ou rêver sa vie. Sa vie est une esquive perpétuelle. « Le garçon a longtemps posé problème. Son comportement, sa timidité, ses mensonges, ça ne faisait pas rire. On a frôlé le psychothérapeute. Mais on a fini par se convaincre que mieux valait ce genre de crise d’adolescence que pas d’adolescence du tout. » Jules semble être un ventre mou et l’appartement devient sa carapace. Il se cache tellement que c’est le narrateur, donc l’auteur, qui décrit les scènes. Qui sait si, à force de fouiller dans les affaires de sa sœur, d’enquêter sur sa vie avant la disparition, il ne se trouvera pas lui-même, d’autant qu’une jeune et jolie voisine répondant au doux nom de Bérénice, entre dans sa vie et qu’un industriel allemand, amant de sa sœur, lui offre... « On est sans nouvelles de Céline Carenti, une étudiante âgée de vingt-deux ans. » Céline a disparu depuis deux ans, faute de nouvelles pistes, les dossiers s’entassant, les recherches ont été abandonnées. Jules, son frère s’installe dans l’appartement, s’y enferme comme dans une coquille, pour chercher, essayer de savoir. Jules ? Un être inadapté, perpétuel étudiant, menteur patenté, mais pas pour faire le bravache, non, par faiblesse, par gentillesse, pour mieux vivre ou rêver sa vie. Sa vie est une esquive perpétuelle. « Le garçon a longtemps posé problème. Son comportement, sa timidité, ses mensonges, ça ne faisait pas rire. On a frôlé le psychothérapeute. Mais on a fini par se convaincre que mieux valait ce genre de crise d’adolescence que pas d’adolescence du tout. » Jules semble être un ventre mou et l’appartement devient sa carapace. Il se cache tellement que c’est le narrateur, donc l’auteur, qui décrit les scènes. Qui sait si, à force de fouiller dans les affaires de sa sœur, d’enquêter sur sa vie avant la disparition, il ne se trouvera pas lui-même, d’autant qu’une jeune et jolie voisine répondant au doux nom de Bérénice, entre dans sa vie et qu’un industriel allemand, amant de sa sœur, lui offre une béquille. Le regard tendrement ironique qu’Arnaud Dudek pose sur Jules me le rend sympathique, malgré des défauts rédhibitoires pour moi. Bien calée sur mes oreillers, je regarde avec le narrateur évoluer Jules, je l’admire de ne pas s’empêtrer dans ses mensonges grâce à une mémoire prodigieuse, je le suis dans les méandres de son aventure avec Bérénice. Je le vois évoluer doucement vers un retour à la « vraie vie » avec beaucoup moins de mensonges, vivre avec ses souvenirs et, enfin, regarder plus loin. Les vérités sont provisoires, mais la vie est une permanence. Alma offre un catalogue d’auteurs qui, sans faire trop de bruits, tracent une belle route. Arnaud Dubek, je fus séduite par Rester sage et là, je confirme, votre univers me plait. je vous remercie de m’avoir proposé votre livre. J’ai souri en lisant votre adorable dédicace. Je ne l’avais pas vu en recevant le livre car je savais que, si je l’ouvrais, je ne pourrai le refermer avant d’en avoir terminé la lecture. Voyez que te temps à autre, je puis être sage !
              Lire la suite
              En lire moins
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.