Lisez! icon: Search engine

L'étrange affaire du pantalon de Dassoukine

Pocket
EAN : 9782266238816
Code sériel : 15578
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 144
Format : 108 x 177 mm
L'étrange affaire du pantalon de Dassoukine

Date de parution : 04/09/2014
Un haut fonctionnaire marocain, envoyé à Bruxelles, se retrouve mortifié quand son unique pantalon lui est dérobé. C’est sanglé dans une défroque digne de celle d’un clown qu’il se présente devant la Commission européenne…
Un jeune homme faisant une demande de passeport s’aperçoit que, pour l’administration, son village natal n’existe pas....
Un haut fonctionnaire marocain, envoyé à Bruxelles, se retrouve mortifié quand son unique pantalon lui est dérobé. C’est sanglé dans une défroque digne de celle d’un clown qu’il se présente devant la Commission européenne…
Un jeune homme faisant une demande de passeport s’aperçoit que, pour l’administration, son village natal n’existe pas. Par conséquent, n’étant jamais né, il est inconnu au bataillon…
 
Avec un humour décapant et un rythme endiablé, Fouad Laroui nous conduit à l’irrépressible éclat de rire devant l’absurdité de la condition humaine.
 
« Un salvateur bain d’intelligence, d’humour et de littérature. » Karine Papillaud – 20 minutes
 
Cet ouvrage a reçu le prix Goncourt de la nouvelle
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266238816
Code sériel : 15578
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 144
Format : 108 x 177 mm
Pocket

Ils en parlent

« Un salvateur bain d'intelligence, d'humour et de littérature. Des petits bijoux de fantaisie et de maîtrise stylistique. » Karine Papillaud, 20 Minutes
« Cet humour tendre et cette ironie sont un peu sa marque de fabrique. Fouad Laroui a du talent, de la fantaisie et de l'érudition. » Livres Hebdo
« Les nouvelles métaphoriques et cocasses de Fouad Laroui se dégustent comment celles de Marcel Aymé. » VSD

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • PinkCatReading Posté le 17 Octobre 2016
    Dans ce recueil de nouvelles, vous apprendrez comment négocier le prix du blé alors que votre pantalon a été volé, comment remédier à une crise existentielle et/ou de couple en vous murant dans le silence et l'introspection, comment gérer le fait que vous n'êtes apparemment pas né (ce qui est bien ennuyeux), comment faire des études de coiffure vous apportera pouvoir et influence, comment se faire des amis en société quand on est un rien du tout, comment nager sans eau mais obtenir un diplôme, et comment terroriser son ancien prof de philo... Très intriguée par cet auteur d'origine marocaine, vivant à Amsterdam, écrivant des romans et nouvelles en français, de la poésie en néerlandais, et enseignant l'économie, j'ai plongé dans ce recueil de nouvelles de Fouad Laroui sans trop savoir à quoi m'attendre. Et bien, voici un petit bijou littéraire dont les neufs nouvelles qui le composent sont beaucoup plus denses qu'il n'y parait. En effet, elles mélangent habilement humour, absurdité de la condition humaine mais aussi des institutions, satire et même étude de la langue, le tout avec plusieurs constantes. L'humour donc, très présent, sert à mieux révéler des messages sérieux aux travers de situations parfois très saugrenues, absurdes et... Dans ce recueil de nouvelles, vous apprendrez comment négocier le prix du blé alors que votre pantalon a été volé, comment remédier à une crise existentielle et/ou de couple en vous murant dans le silence et l'introspection, comment gérer le fait que vous n'êtes apparemment pas né (ce qui est bien ennuyeux), comment faire des études de coiffure vous apportera pouvoir et influence, comment se faire des amis en société quand on est un rien du tout, comment nager sans eau mais obtenir un diplôme, et comment terroriser son ancien prof de philo... Très intriguée par cet auteur d'origine marocaine, vivant à Amsterdam, écrivant des romans et nouvelles en français, de la poésie en néerlandais, et enseignant l'économie, j'ai plongé dans ce recueil de nouvelles de Fouad Laroui sans trop savoir à quoi m'attendre. Et bien, voici un petit bijou littéraire dont les neufs nouvelles qui le composent sont beaucoup plus denses qu'il n'y parait. En effet, elles mélangent habilement humour, absurdité de la condition humaine mais aussi des institutions, satire et même étude de la langue, le tout avec plusieurs constantes. L'humour donc, très présent, sert à mieux révéler des messages sérieux aux travers de situations parfois très saugrenues, absurdes et à la limite du surréalisme. Le côté philosophique est aussi bien présent et certaines nouvelles sont de véritables petits contes qui nous délivrent une morale nous permettant de réfléchir à notre propre condition. Ensuite, la question centrale ici est celle de l'identité. Que ce soit la façon dont les pays occidentaux voient les autres pays, le sentiment d'être étranger à sa propre vie, son pays d'adoption, son couple, son milieu social voir de ne pas exister du tout, Fouad Laroui ne cesse de se/nous demander : qui sommes nous vraiment? Et toutes ces réflexions prennent souvent leur point de départ ...dans un café! À Casablanca, Bruxelles, Rabat ou Saint Germain des Prés...des hommes discutent, s'interrompent, ne s'écoutent pas vraiment, philosophent, se fâchent et nous font part de leurs anecdotes...J'ai d'ailleurs beaucoup aimé cette aspect social donné au café/bistrot/troquet qui devient une source de sagesse populaire, qui conserve et renforce la tradition de l'oralité et son caractère patrimonial précieux bien qu'immatériel. Quant au style de Fouad Laroui, j'ai apprécié son écriture vive, tendre, parfois loufoque parfois plus sage, parfois même théâtrale ( "Le quart d'heure des philosophes" est une mini pièce de théâtre) ou carrément littéraire comme dans la nouvelle "Dislocation" où le texte se répète et auquel l'auteur ajoute à chaque fois un petit élément qu'il répété à nouveau et ainsi de suite, et qui reflète l'indécision du personnage qui ressasse et ressasse sans cesse . Un recueil tout en finesse, intelligent et drôle à relire peut être une deuxième fois tant il foisonne d'idées et de messages et qui m'a donné envie de découvrir un peu plus Fouad Laroui!
    Lire la suite
    En lire moins
  • motspourmots Posté le 5 Janvier 2015
    Fouad Laroui est un véritable remède à la grisaille et à la morosité. C'est peut-être ce qu'ont pensé les jurés Goncourt qui lui ont attribué, pour ce petit recueil, le Goncourt de la Nouvelle 2013. Neuf textes aussi désopilants qu'intelligents, qui font sourire - rire parfois - autant que réfléchir. J'avais découvert cet auteur grâce au prix du roman Fnac qui m'avait fait parvenir "Les tribulations du dernier Sijilmassi" pour évaluation (il faudra d'ailleurs que je le chronique un de ces jours...). Bref, n'hésitez pas à acheter ce recueil lorsque vous le verrez sur les tables des libraires et à le picorer à la moindre idée noire... La question centrale chez Fouad Laroui est celle de l'identité. Qu'il mette en scène un marocain installé (intégré ?) en Belgique, les difficultés d'un couple aux cultures différentes (une française et un néerlandais), un homme qui apprend qu'il n'est peut-être pas né, des différences de milieux ou la façon dont l'Europe envisage les pays en voie de développement, l'auteur pose sans arrêt cette question : qui sommes-nous ? De quoi sommes-nous faits ? Où est la vérité, dans ce que nous croyons être ou dans l'image que l'on nous renvoie ? Mais il le fait... Fouad Laroui est un véritable remède à la grisaille et à la morosité. C'est peut-être ce qu'ont pensé les jurés Goncourt qui lui ont attribué, pour ce petit recueil, le Goncourt de la Nouvelle 2013. Neuf textes aussi désopilants qu'intelligents, qui font sourire - rire parfois - autant que réfléchir. J'avais découvert cet auteur grâce au prix du roman Fnac qui m'avait fait parvenir "Les tribulations du dernier Sijilmassi" pour évaluation (il faudra d'ailleurs que je le chronique un de ces jours...). Bref, n'hésitez pas à acheter ce recueil lorsque vous le verrez sur les tables des libraires et à le picorer à la moindre idée noire... La question centrale chez Fouad Laroui est celle de l'identité. Qu'il mette en scène un marocain installé (intégré ?) en Belgique, les difficultés d'un couple aux cultures différentes (une française et un néerlandais), un homme qui apprend qu'il n'est peut-être pas né, des différences de milieux ou la façon dont l'Europe envisage les pays en voie de développement, l'auteur pose sans arrêt cette question : qui sommes-nous ? De quoi sommes-nous faits ? Où est la vérité, dans ce que nous croyons être ou dans l'image que l'on nous renvoie ? Mais il le fait toujours avec beaucoup d'humour, choisissant une forme qui peut s'apparenter au conte philosophique. Les dialogues ont lieu dans des cafés, à Casablanca, Bruxelles, Rabat ou Saint Germain des Prés. La science se mêle à la philosophie et rend les questions plus percutantes, les démonstrations par l'absurde n'ont jamais mieux porté leur nom (le passé d'ingénieur de l'auteur, sans doute). J'ai particulièrement apprécié le premier texte, qui donne son titre au recueil, savoureuse démonstration sur les idées reçues, et l'imbécilité des institutions, ainsi que "Ce qui ne s'est pas dit à Bruxelles", jolie parabole sur les différences culturelles et tout ce qui peut rapprocher les hommes. L'amour notamment. Finesse, tendresse, drôlerie et clairvoyance... Un régal !
    Lire la suite
    En lire moins
  • zeropointu Posté le 21 Septembre 2013
    Quel plaisir, comme à chaque fois, d’avoir un livre de Fouad Laroui entre les mains. Avec son talent, son humour et son immense culture, ce digne successeur....
  • pafla24 Posté le 14 Août 2013
    Recueuil de nouvelles, c'est drôle, sans pour autant être anondin. Ce livre fait réfléchir aux identités, aux crises d'identités, au rapport à l'autre dans les moments clés de nos vies. La première nouvelle, sur le pantalon de Dassoukine, traite le thème des rapports de force diplômatiques et le fait que les citoyens du monde ne sont pas traités en égaux. Laroui insère également fréquemment des passages ressemblant à des brouillons d'écrivain pour mettre en lumière les processus d'écriture. Une des nouvelles est un véritable exercice d'écriture, où le même récit est répété plusieurs fois, devenant plus ample au fil des pages et nous permettant ainsi d'entrer peu à peu dans la psychologie du personnage, de comprendre ce que lui-même n'a pas envie de s'avouer. Une bonne lecture, distrayante sans être vaine.
  • MicheleP Posté le 17 Mars 2013
    Recueil de nouvelles, très inégal et cependant, dans l’ensemble, d’une lecture assez jubilatoire. Deux thèmes : la petite vie marocaine, traitée avec énormément de tendresse, d’humour et de dérision légère, avec, souvent , un groupe d’amis intellectuels qui discutent des journées entières dans les cafés de Casablanca, et d’autre part, plus sérieux et peu marocain, l’évocation d’hommes à mi-parcours de leur vie, brillants, étrangers aux pays où ils vivent (fussent-ils marocains ou néerlandais) et à leurs amours, avec le plus souvent un retour (résigné ?) à la tendresse à défaut de la passion. La nouvelle qui donne son titre au recueil est désopilante, mais j’aurais aimé que le recueil prenne le nom, tellement plus significatif, d’une autre nouvelle : « Né nulle part ». (Prix Goncourt de la nouvelle 2013)
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.