En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Lettre à la République des aubergines

        Pocket
        EAN : 9782266271097
        Code sériel : 16757
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 160
        Format : 108 x 177 mm
        Lettre à la République des aubergines

        Justine COQUEL (Traducteur)
        Date de parution : 15/06/2017
        Bagdad, 1997. Salim, jeune étudiant irakien, est arrêté par la police pour avoir lu un livre interdit par le régime de Saddam Hussein. Du jour au lendemain, il est contraint de quitter son pays sans savoir s’il pourra un jour revoir ses proches. Exilé en Libye, il rejoint un réseau... Bagdad, 1997. Salim, jeune étudiant irakien, est arrêté par la police pour avoir lu un livre interdit par le régime de Saddam Hussein. Du jour au lendemain, il est contraint de quitter son pays sans savoir s’il pourra un jour revoir ses proches. Exilé en Libye, il rejoint un réseau clandestin pour braver la censure et faire parvenir une lettre à sa fiancée, Samia. Se souvient-elle encore de lui ? Le message, envoyé comme une bouteille à la mer, devra suivre un long chemin, étrange et périlleux, avant d’arriver à destination, porté par de nombreux messagers…

        « Avec beaucoup d'habileté, Abbas Khider détourne le genre du roman épistolaire. C'est drôle et triste à la fois, et l'évocation des dictatures délirantes de Kadhafi et de Saddam Hussein très réussie. » Jean-Claude Perrier – Livres Hebdo
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266271097
        Code sériel : 16757
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 160
        Format : 108 x 177 mm
        Pocket
        5.95 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Enroute Posté le 5 Novembre 2017
          Il ne faut pas se fier à la légèreté du titre, le contenu est beaucoup plus brutal. Que deviennent les lettres des émigrés irakiens à leurs proches restés sur place et qui, la poste ne fonctionnant plus, suivent des circuits alternatifs ? Salim paie cher l'acheminement d'une telle lettre à son amie Samia. Libye, Syrie, Jordanie, Irak, les déséquilibres de la guerre produisent des situations inhumaines. "La république" nous en donne un aperçu.
        • Bill Posté le 4 Septembre 2017
          Ce roman nous raconte le voyage de la lettre envoyée le vendredi 1er octobre 1999 par Salim, irakien, ouvrier du bâtiment à Benghazi en Lybie, et destinée à sa fiancée laissée il y a deux ans à Saddam City en Irak. En ce temps là, il n'était pas possible d'envoyer une lettre simplement par la poste libyenne à un destinataire irakien .... aujourd'hui peut être non plus d'ailleurs... Salim, moyennant une forte somme en dollars, a remis sa lettre à Haytham chauffeur de taxi. Le dimanche 3 octobre, la lettre est arrivée aux Caire et Majed Munir l'a remise à Latif Mohammed, un chauffeur routier d'Amman A chaque étape des dollars changent de main, la lettre et bien d'autres passent de cache en cache et arrivent à passer les frontières .... C'est ce périple que décrit ce roman, et les deux derniers chapitres donnent un nouvel éclairage sur les conditions de vie en Irak, sous Saddam Hussein. Un tout petit roman /récit qui mérite la lecture :)
        • bdelhausse Posté le 18 Avril 2017
          Le titre en français est un peu trompeur... Dans ce qu'on peut considérer comme un roman à nouvelles, il ne s'agit pas d'une lettre écrite à destination de la République des Aubergines (style "lettre ouverte à..."), mais d'une lettre qui va être envoyée en Irak (la république des aubergines, car c'est le seul légume dont on ne manque par en Irak) par un Irakien qui a fui le régime et se trouve en Lybie. En suivant la lettre dans son périple, de la Lybie à l'Irak en passant par l'Egypte et la Jordanie, la technique utilisée par l'auteur est de faire une plongée introspective dans le vécu du personnage qui reçoit la lettre (soit pour l'écrire, la transmettre, ou l'analyser). La destinataire ne recevra jamais la lettre. Le côté amusant est que le statut de la lettre évolue à mesure qu'elle se rapproche de l'Irak et y rentre. L'homme qui écrit la lettre a mis longtemps avant de se décider, car il craint pour lui et pour la destinataire. Une fois prise en charge, la lettre est un objet de trafic, de contrebande. Mais quand elle rentre en Irak, elle tombe dans les mains de la police irakienne, qui la lit et... Le titre en français est un peu trompeur... Dans ce qu'on peut considérer comme un roman à nouvelles, il ne s'agit pas d'une lettre écrite à destination de la République des Aubergines (style "lettre ouverte à..."), mais d'une lettre qui va être envoyée en Irak (la république des aubergines, car c'est le seul légume dont on ne manque par en Irak) par un Irakien qui a fui le régime et se trouve en Lybie. En suivant la lettre dans son périple, de la Lybie à l'Irak en passant par l'Egypte et la Jordanie, la technique utilisée par l'auteur est de faire une plongée introspective dans le vécu du personnage qui reçoit la lettre (soit pour l'écrire, la transmettre, ou l'analyser). La destinataire ne recevra jamais la lettre. Le côté amusant est que le statut de la lettre évolue à mesure qu'elle se rapproche de l'Irak et y rentre. L'homme qui écrit la lettre a mis longtemps avant de se décider, car il craint pour lui et pour la destinataire. Une fois prise en charge, la lettre est un objet de trafic, de contrebande. Mais quand elle rentre en Irak, elle tombe dans les mains de la police irakienne, qui la lit et vérifie s'il est nécessaire d'entamer des poursuites. Cela montre à quel point l'économie parallèle peut en fait faire partie du circuit principal. Tout le commerce de contrebande mis en place pour acheminer les lettres de la diaspora irakienne a reçu l'assentiment du pouvoir de Saddam, afin de pouvoir exercer sa triste besogne de police secrète. C'est cynique, mais bien réel. Ce rouage est intéressant. Tout comme le fait qu'à chaque étape, le lecteur peut (à l'instar de ce qui se fait dans un roman choral) percevoir la réalité par un prisme différent. C'est bien vu, plutôt bien écrit. Mais cela fait long feu. J'ai trouvé cela lassant. Chaque chapitre apporte de l'information différente, mais il est construit comme le précédent et comme le suivant. C'est donc un peu monotone. Par ailleurs, le format court (133 pages) ne permet pas d'approfondir réellement la situation. C'est impressionniste, résumé, réducteur parfois. Il m'a manqué des informations géopolitiques, une carte pour le trajet de la lettre. Sur le contenu, que dire? Cela dépeint une triste réalité. Dont nous payons les conséquences encore maintenant (mais ces conséquences sont sans commune mesure avec la situation en Irak). Les deux chapitres les plus intéressants sont le premier, où on est dans le vécu de l'auteur de la lettre qui a fui l'Irak pour la Lybie, et le dernier... très impressionnant, où on est dans la tête de la femme "modèle" d'un colonel, proche de Saddam, qui découvre brutalement de quoi est fait le boulot de son mari... Au final, ce livre m'a laissé un goût de trop peu.
          Lire la suite
          En lire moins
        • IsaNaturalTales Posté le 7 Novembre 2016
          Cet été, les éditions Piranha m'ont envoyé trois livres à découvrir, afin de venir vous en parler. Je vous les ai présentés dans cette vidéo book haul sur ma chaine youtube. Je remercie encore une fois les éditions pour leur confiance. Avec sa couverture atypique et son format peu commun, ce livre avait déjà l'apparence d'un petit ovni. Dans ce roman, nous suivons le parcours d'une lettre qu'un jeune Irakien réfugié en Libye tente d'envoyer à sa fiancée. Cette lettre va faire un long voyage périlleux, de transporteur en transporteur. C'est chacun d'entre eux que nous allons découvrir au fil des chapitres. Nous rencontrons ainsi Haytham Mursi, un Lybien chauffeur de Taxi, Majed Munir, un égyptien qui dirige une agence de voyage, et bien d'autres protagonistes riches de leurs différences. Nous parcourons donc plusieurs pays et avons ainsi l'occasion d'avoir l'opinion politique précise de chacun ... pour ceux qui en ont! L'auteur accorde une réelle importance aux différentes voix : que ce soit le "héros" du chapitre, ou les différents interlocuteurs rencontrés au cours du voyage. Il n'hésite pas à conter des anecdotes qui nous font découvrir - si ce n'est comprendre - ce monde qui nous est moins connu. Il réussit... Cet été, les éditions Piranha m'ont envoyé trois livres à découvrir, afin de venir vous en parler. Je vous les ai présentés dans cette vidéo book haul sur ma chaine youtube. Je remercie encore une fois les éditions pour leur confiance. Avec sa couverture atypique et son format peu commun, ce livre avait déjà l'apparence d'un petit ovni. Dans ce roman, nous suivons le parcours d'une lettre qu'un jeune Irakien réfugié en Libye tente d'envoyer à sa fiancée. Cette lettre va faire un long voyage périlleux, de transporteur en transporteur. C'est chacun d'entre eux que nous allons découvrir au fil des chapitres. Nous rencontrons ainsi Haytham Mursi, un Lybien chauffeur de Taxi, Majed Munir, un égyptien qui dirige une agence de voyage, et bien d'autres protagonistes riches de leurs différences. Nous parcourons donc plusieurs pays et avons ainsi l'occasion d'avoir l'opinion politique précise de chacun ... pour ceux qui en ont! L'auteur accorde une réelle importance aux différentes voix : que ce soit le "héros" du chapitre, ou les différents interlocuteurs rencontrés au cours du voyage. Il n'hésite pas à conter des anecdotes qui nous font découvrir - si ce n'est comprendre - ce monde qui nous est moins connu. Il réussit de manière convaincante à capturer précisément la personnalité de chacun, à un moment clé de leur parcours. Certains passages sont émouvants voire poignants, l'on rit également car certaines anecdotes sont empruntes d'un humour simple ou parfois plus ironique selon les circonstances. Le récit est captivant , enrichissant et éloquent, tout ça renforcé par la traduction habile de Justine Coquel. Si les personnages sont tous différents, j'ai cependant remarqué que certains se rejoignent dans leur manière d'appréhender le monde. Du coup, comme les noms sont fort semblables, il m'est arrivé d'en confondre certains. C'est pourquoi je vous propose de découvrir le récit en lecture fragmentée, deux chapitres à la fois, afin d'éviter l'amalgame entre les différentes voix. Malgré tout, certaines anecdotes, touches d'ironie et subtilités me sont peut-être passées sous le nez car je n'y connais absolument rien sur cette guerre si ce n'est ce qu'on en dit aux infos. Du coup, quelqu'un de plus informé, ou qui serait issu d'un de ces pays, pourrait voir en ce livre encore plus que ce que j'y ai vu. La lettre dont on parle tout au long du roman nous est dévoilée sur la fin, et je regrette presque de l'avoir lue car elle me semblait bien fade face à toute la profondeur de certains discours. Je m'attendais à quelque chose emprunt d'un lyrisme et d'une poésie accentués par la distance, et j'ai trouvé cette lettre banale... Par celà l'auteur a peut-être voulu nous démontrer que la lettre n'était pas le plus important, mais bien son parcours. J'ai mis 16/20 à cette lecture car j'ai découvert un roman singulier, authentique et innovant, malgré certaines choses qui ont pu m'échapper.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Rosettre Posté le 15 Septembre 2016
          Voici un titre original pour un livre qui l'est tout autant. Ecrit par un auteur originaire de Bagdad, Abbas Khider, ce "roman-vrai" nous conte le trajet d'une lettre d'amour à travers des contrées attachantes mais en proie à des troubles politiques et affectés par la corruption. Les lecteurs suivront le chemin de cette missive, confiée à un réseau clandestin, à travers le récit de ses détenteurs successifs. Emotion, révolte, étonnement vous sont garantis grâce à la lecture de ce livre remarquable. Je n'ai pas parlé de Salim, le héros amoureux de cette histoire, c'est que vous le connaissez déjà, même s'il a peut-être changé de nom. : oui, Salim ! Ce gars brun qui a beaucoup voyagé et qui a du mal à parler français ! C'est un réfugié politique que vous croisez peut-être de temps en temps. Lui raconterez-vous la fin de l'histoire ?

        Ils en parlent

        « Ce roman est un petit bijou qui se lit d’une traite. » Sophia Andreotti - Paris Berlin

        « Avec beaucoup d'habileté, Abbas Khider détourne le genre du roman épistolaire (...) C'est drôle et triste à la fois, et l'évocation des dictatures délirantes de Khadafi et de Saddam Hussein très réussie. » Jean-Claude Perrier - Livres Hebdo

        « De Benghazi à Bagdad, nous voici à la poursuite d'une lettre écrite par Salim, jeune étudiant irakien réfugié, à sa bien-aimée. » Gazelle
         
        Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
        Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.