Lisez! icon: Search engine
Nouveauté
L'Évangile du nouveau monde
Date de parution : 26/01/2023
Éditeurs :
Pocket
Nouveauté

L'Évangile du nouveau monde

Date de parution : 26/01/2023
Le dernier appel d'un monument de la littérature pour une prise de conscience...
Au commencement était la crèche… Né un soir de Pâques, sur la paille, et au pied d’un âne, c’est tout naturellement qu’on l’appellera Pascal. Qui sont les vrais parents de ce petit messie... Au commencement était la crèche… Né un soir de Pâques, sur la paille, et au pied d’un âne, c’est tout naturellement qu’on l’appellera Pascal. Qui sont les vrais parents de ce petit messie d’outre-mer, prophète au sang mêlé ? À quelles croisées s’enracinent ses origines ? Élevé par un vieux couple d’horticulteurs, l’enfant trouvé ne cessera... Au commencement était la crèche… Né un soir de Pâques, sur la paille, et au pied d’un âne, c’est tout naturellement qu’on l’appellera Pascal. Qui sont les vrais parents de ce petit messie d’outre-mer, prophète au sang mêlé ? À quelles croisées s’enracinent ses origines ? Élevé par un vieux couple d’horticulteurs, l’enfant trouvé ne cessera plus dès lors de chercher Dieu, son père… Sa mission ? Changer le monde. Du Brésil à New York, en passant par Haïti, l’île oubliée du Ciel, voici l’évangile selon Pascal. Un évangile métissé, candide, imparfait et miraculeux – un évangile nouveau pour un monde nouveau…

Maryse Condé a reçu le prix Nobel alternatif de littérature et le prix Cino-Del-Duca pour l’ensemble de son oeuvre
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266325707
Code sériel : 18677
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 320
Format : 108 x 177 mm
EAN : 9782266325707
Code sériel : 18677
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 320
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Maryse Condé sublime, refait la Bible et le monde dans ce roman porté par une grande liberté de ton, poétique et facétieux. »
LiRE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • syssylle 17/09/2022
    Pascal, enfant trouvé, aimé, vénéré, n'aura de cesse de retrouver son père. On le dit fils de Dieu, mais qui est Dieu, et surtout OÙ est-il ? Sur ce thème, naissance et vie d'un prophète, Maryse Condé nous fait voyager à travers le monde, en passant par le Brésil, Haïti, New-York et bien d'autres pittoresques endroits. C'est une histoire complexe, et j'ai souvent eu la tentation de me mettre à la place de Pascal -Jésus, j'ai bien aimé les clins d'oeil appuyés aux évangiles, aux apôtres et aux miracles. Il me semble cependant que ce plagiat assumé et décalé n'est qu'un prétexte littéraire pour parler de racisme, d'amour et de religion. J'aurais aimé que la psychologie de Pascal soit un peu plus approfondie, j'ai eu la sensation de rester au bord du personnage qui mérite plus, à mon humble avis... oui il est humble, oui il est plein d'amour, oui il se cherche, mais pourquoi ai-je la sensation d'être passée à côté de sa véritable personnalité ? j'ai cherché, comme lui, mais je n'ai pas trouvé ...
  • clauclau28 20/03/2022
    Maryse Condé, née en Guadeloupe, à Pointe-à-Pitre, part à seize ans étudier en métropole au lycée Fénelon puis à la Sorbonne. Mariée deux fois, son premier mari est un acteur guinéen, et le deuxième un américain, Richard Philcox qui sera le traducteur de la plupart de ses romans vers l'anglais. Elle doit son premier prix littéraire à "Moi, Tituba sorcière...Noire de Salem". "L'évangile du nouveau monde" est le roman le plus récent et la troisième lecture de cette autrice. Voici le début de ce roman : Maya met au monde son enfant et l'abandonne. Elle ne croyait pas qu'elle aurait eu aussi mal. Corazon, son amant lui avait promis de garder son enfant et de l'aimer. Cependant, Corazon et Maya ne venaient pas de la même classe sociale. Corazon enseignait l'histoire des religions à l'université d'Asuncion, d'où son origine. Toutes les nuits Maya faisait un rêve dans lequel "un ange lui annonçait qu'elle accoucherait d'un fils qui aurait pour mission de changer la face du monde". Elle vivait avec la famille Ballandra. Maya avait laissé son bébé dans l'étable à côté d'un âne. Madame Ballandra Eulalie trouva le bébé sur de la paille. Cette circonstance ajoutée à la date... Maryse Condé, née en Guadeloupe, à Pointe-à-Pitre, part à seize ans étudier en métropole au lycée Fénelon puis à la Sorbonne. Mariée deux fois, son premier mari est un acteur guinéen, et le deuxième un américain, Richard Philcox qui sera le traducteur de la plupart de ses romans vers l'anglais. Elle doit son premier prix littéraire à "Moi, Tituba sorcière...Noire de Salem". "L'évangile du nouveau monde" est le roman le plus récent et la troisième lecture de cette autrice. Voici le début de ce roman : Maya met au monde son enfant et l'abandonne. Elle ne croyait pas qu'elle aurait eu aussi mal. Corazon, son amant lui avait promis de garder son enfant et de l'aimer. Cependant, Corazon et Maya ne venaient pas de la même classe sociale. Corazon enseignait l'histoire des religions à l'université d'Asuncion, d'où son origine. Toutes les nuits Maya faisait un rêve dans lequel "un ange lui annonçait qu'elle accoucherait d'un fils qui aurait pour mission de changer la face du monde". Elle vivait avec la famille Ballandra. Maya avait laissé son bébé dans l'étable à côté d'un âne. Madame Ballandra Eulalie trouva le bébé sur de la paille. Cette circonstance ajoutée à la date du calendrier, le soir d'un dimanche de Paques, il n'en fallait pas plus pour se dire que c'était un miracle : "un cadeau du ciel", un petit garçon qu'elle nommerait Pascal. Jean-Pierre et Eulalie étaient des plus croyants et ils s'aimaient malgré une couleur de peau différente : Jean-Pierre était descendant d'Africain alors que Eulalie descendait des Vikings. Pascal était un beau bébé venant d'on ne sait quelle origine : blanc, noir, jaune, il semblait d'origine "mélangée". Quelle destinée connaitrait Pascal ? Celui-ci devint obséder par ses origines et finit par les trouver. Ce roman comporte une belle fin qui replace les différents personnages principaux. Il y a aussi un épilogue qui ouvre cette fin sur un couple d'abord inconnu puis qui le relance en le remplaçant. La richesse et la densité du style de Maryse Condé la placent tout en haut de mes autrices françaises préférées. En effet, le vocabulaire employé par l'autrice est à la fois brillant et particulier : brillant parce que littéraire et particulier parce que adapté à son origine caribéenne, à la fois lointaine, exotique et dépaysante, et pourtant c'est un style qui semble concis, serré et dense. C'est une écriture qui nous apprend beaucoup, notamment sur le mélange des origines, un vocabulaire spécifique. Cependant, il y a une multitude de personnages, ce qui reste la difficulté de cette lecture. Et, c'est là le seul bémol à ce roman sinon parfait. En effet, il m'a fallu plusieurs lectures de certains passages pour que je retienne les tenants et les aboutissants de leur apport dans l'histoire contée. Pourtant, cela reste un nouvel apport au texte qui amplifie encore le résultat final de l'écriture à la fois simple et complexe. J'ai donc beaucoup aimé ce roman qui me reste bien en tête et que je n'oublierai pas de sitôt ! Ce n'est là que quelques aperçus de ce texte, car beaucoup d'autres points pourraient donner lieu à d'autres questionnements à la fois sur le fond et sur la forme.
    Lire la suite
    En lire moins
  • luocine 21/01/2022
    e ne connaissais pas cette écrivaine et ce roman me le fait regretter car elle a un talent certain pour raconter des histoires et rendre vivante et proche de nous la civilisation guadeloupéenne de son enfance. Dans ce roman elle raconte le voyage initiatique pour un jeune Pascal qui est le fils de … Corazon Tejera, autrement dit, Dieu lui-même, pour ses adeptes. Alors Pascal serait le fils de Dieu ? c’est dur à porter ! déjà que sa naissance a été un miracle pour ses parents adoptifs qui l’ont recueilli dans un appentis qui ressemble fort à une crèche sous d’autres cieux. Voilà le roman est lancé, en s’inspirant des évangiles, Maryse Condé va nous raconter son pays et aussi le monde contemporain dans ce qui ne va pas trop mal et surtout ce qui va très mal. Le message du Christ est toujours aussi dérangeant « aimons-nous les uns les autres » et toute vie sur terre a la même valeur. Pascal, un peu à l’image de Candide ira de société en société sans jamais trouver le bonheur. On le croit quand il est chez les Mondongues qui ont supprimé la propriété privée, l’alcool … Hélas ! cette société... e ne connaissais pas cette écrivaine et ce roman me le fait regretter car elle a un talent certain pour raconter des histoires et rendre vivante et proche de nous la civilisation guadeloupéenne de son enfance. Dans ce roman elle raconte le voyage initiatique pour un jeune Pascal qui est le fils de … Corazon Tejera, autrement dit, Dieu lui-même, pour ses adeptes. Alors Pascal serait le fils de Dieu ? c’est dur à porter ! déjà que sa naissance a été un miracle pour ses parents adoptifs qui l’ont recueilli dans un appentis qui ressemble fort à une crèche sous d’autres cieux. Voilà le roman est lancé, en s’inspirant des évangiles, Maryse Condé va nous raconter son pays et aussi le monde contemporain dans ce qui ne va pas trop mal et surtout ce qui va très mal. Le message du Christ est toujours aussi dérangeant « aimons-nous les uns les autres » et toute vie sur terre a la même valeur. Pascal, un peu à l’image de Candide ira de société en société sans jamais trouver le bonheur. On le croit quand il est chez les Mondongues qui ont supprimé la propriété privée, l’alcool … Hélas ! cette société ira vers la tyrannie et Pascal devra prendre la fuite. Finalement, la solution ne sera pas « cultivons notre jardin » mais « trouvons l’amour ». J’ai parfois beaucoup aimé ce roman surtout quand je sens vivre la société guadeloupéenne, surtout à travers le talent de conteuse de cette auteure. Cela m’a amusée de reconnaître mes souvenirs du catéchisme de mon enfance. Mais je m’y suis aussi souvent ennuyée . J’ai vraiment décidé de lire d’autres livres de cette auteure car son talent aux multiples facettes ne se résume certainement pas à ce roman très original.
    Lire la suite
    En lire moins
  • A_la_page_100 20/01/2022
    « L’enfant naturel ? se moqua Pascal. Est-ce que tous les enfants ne sont pas naturels ? » Page 100 Spéciale Rentrée Littéraire. Balade poétique sur les traces de l’évangile. Un couple stérile trouve un dimanche de Pâques un nouveau-né dans leur grange. Il l’adopte, le baptise Pascal et très vite une rumeur gronde : ce bébé serait-il l’enfant de Dieu ? Devenu adulte, Pascal part à la recherche de ses origines et retrouve la trace de sa mère biologique. Son père lui est introuvable mais semble faire le bien partout où il passe. Alors que certains hommes ont besoin de voir en Pascal le fils de Dieu, d’autres le chassent, le traitent d’imposteur ou l’accusent de commettre des attentats. Et si en réalité, le seul vrai pouvoir que Pascal possède est l’amour ❤️ Maryse Condé nous entraîne dans un imaginaire fantasque et attachant sur les traces de Dieu, Judas et du messie et offre de quoi rêver tout en ne négligeant pas les sujets d’actualité : les migrants, le terrorisme, les pays émergents, la corruption, la pauvreté, les pays du Sud ... Un livre extrêmement moderne pour la doyenne de la rentrée littéraire 👏.
  • MartineR 11/12/2021
    Il est dit que ce livre est le testament de Maryse Condé, je veux bien le croire car beaucoup de thèmes qui ont été égrainés dans toute son œuvre s'y retrouvent/ ReligionS , créolité, amour, communautarisme, prostitution, migrants, place de la femme dans les sociétés caraïbes J ai eu du mal à rentrer dans ce livre ( essai ?? Conte philosophique) mais après j'étais comme **enchantée** en plus une très elle langue
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.