Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782264066152
Code sériel : 5410
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 336
Format : 108 x 177 mm
Ligne de fracture
Jean-Luc Piningre (traduit par)
Date de parution : 07/02/2019
Éditeurs :
10/18

Ligne de fracture

Jean-Luc Piningre (traduit par)
Date de parution : 07/02/2019
L’opposition de deux frères, des conséquences dramatiques. Premier roman de Jesmyn Ward, une œuvre violente, tragique mais aussi pleine de chaleur et d'espoir.
À Bois-Germaine, Louisiane, de nos jours. Joshua et Christophe viennent d'avoir dix-huit ans et leur diplôme. Que faire désormais ? Pas question pour les jumeaux de quitter Bois Germaine car... À Bois-Germaine, Louisiane, de nos jours. Joshua et Christophe viennent d'avoir dix-huit ans et leur diplôme. Que faire désormais ? Pas question pour les jumeaux de quitter Bois Germaine car il leur faudrait quitter les copains. Mais surtout cela signifierait abandonner Ma-Mee, leur grand-mère, leur roc, celle qui les a... À Bois-Germaine, Louisiane, de nos jours. Joshua et Christophe viennent d'avoir dix-huit ans et leur diplôme. Que faire désormais ? Pas question pour les jumeaux de quitter Bois Germaine car il leur faudrait quitter les copains. Mais surtout cela signifierait abandonner Ma-Mee, leur grand-mère, leur roc, celle qui les a élevés quand Cille, leur mère, est partie à Atlanta trouver du travail et que leur junkie de père, Sandman, ne leur a même jamais porté un regard. Rester dans le coin est une chose, trouver un job en est une autre. Mais les semaines passent et s’éternisent.
Et puis Joshua trouve un boulot. Christophe, lui, ne voit rien venir. Et la frustration monte. De passer ses journées à glander, de ne pas avoir de copine régulière, de ne pas pouvoir payer sa part des médicaments de Ma-Mee. Alors Christophe va accepter la proposition de Dunny, son cousin et reprendre le flambeau de son père : dealer.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264066152
Code sériel : 5410
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 336
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Philisine Posté le 20 Août 2021
    Dans Ligne de fracture, Jesmyn Ward aborde la gémellité sous le versant mythique d'Abel de Caïn, sans le côté fratricide mais avec un côté brutal quand même. Joshua et Christophe viennent d'achever leurs études secondaires et se préparent à rentrer dans la vie active, plus par obligation que par choix. Tous deux ont le souhait d'aider financièrement leur grand-mère maternelle, Ma-Mee, qui assure depuis leur plus jeune âge leur éducation à Bois Sauvage en Louisiane. Leur mère, Cille, est partie dans la grande ville pour y gagner sa vie, pour subvenir à leurs besoins financièrement et surtout parce qu'elle ne trouvait pas d'emploi sur place ; leur père-géniteur a viré junkie. Joshua et Christophe découvrent les difficultés de la recherche du premier emploi, quitte à emprunter deux chemins bien différents et à flirter avec l'illégalité. Troisième livre lu de Jesmyn Ward et toujours la même impression : celle de retrouver une bonne copine qui va me raconter une histoire, m'entraîner dans son univers, dans sa prose, me faire sentir ses personnages, me les rendre vivants et profondément humains, pas forcément sympathiques ni attachants, mais dont le devenir m'intéresse, m'interroge, me perturbe. Et ce constat : assurément, Jesmyn Ward est une immense romancière, bourrée... Dans Ligne de fracture, Jesmyn Ward aborde la gémellité sous le versant mythique d'Abel de Caïn, sans le côté fratricide mais avec un côté brutal quand même. Joshua et Christophe viennent d'achever leurs études secondaires et se préparent à rentrer dans la vie active, plus par obligation que par choix. Tous deux ont le souhait d'aider financièrement leur grand-mère maternelle, Ma-Mee, qui assure depuis leur plus jeune âge leur éducation à Bois Sauvage en Louisiane. Leur mère, Cille, est partie dans la grande ville pour y gagner sa vie, pour subvenir à leurs besoins financièrement et surtout parce qu'elle ne trouvait pas d'emploi sur place ; leur père-géniteur a viré junkie. Joshua et Christophe découvrent les difficultés de la recherche du premier emploi, quitte à emprunter deux chemins bien différents et à flirter avec l'illégalité. Troisième livre lu de Jesmyn Ward et toujours la même impression : celle de retrouver une bonne copine qui va me raconter une histoire, m'entraîner dans son univers, dans sa prose, me faire sentir ses personnages, me les rendre vivants et profondément humains, pas forcément sympathiques ni attachants, mais dont le devenir m'intéresse, m'interroge, me perturbe. Et ce constat : assurément, Jesmyn Ward est une immense romancière, bourrée de talent, parce que même son premier roman que représente Ligne de fracture est remarquable. Je n'en fais pas un coup de cœur mais j'ai eu un vrai bonheur de lecture, tout y est, tout est absolument à sa place. Jesmyn Ward décrit les scènes, les sentiments, les comportements de façon précise. Les dialogues sont percutants, tout paraît naturel et tout coule de source. Ce qui est assez épatant dans Ligne de fracture, est le positionnement des personnages : vecteurs narratifs, les jumeaux Christophe et Joshua laissent la place aux autres protagonistes qui sont indispensables à l'histoire. On retrouve la figure maternelle auprès de Ma-mee, le couple parental fuyant chacun à sa façon (l'un par l'addiction aux drogues dures, l'autre par le travail), mais marquant une présence physique au moins dans cette étape de vie des jumeaux. Les interventions de Skeeter sont des clins d’œil appuyés au roman suivant Bois sauvage dans lequel évoluera ce personnage secondaire en devenant un des héros. Dans Ligne de fracture, Jesmyn Ward aborde la misère sociale et la pauvreté en Louisiane, la difficulté à s'insérer dans le monde du travail malgré une volonté certaine, malgré le fait d'être porté par des valeurs saines. L'autrice décrit le monde des laborieux, une collectivité familiale soudée où l'esprit de famille prend toute sa dimension dans l'intergénérationnel, comme un cocon, ultime rempart de sécurité. Le titre du roman est parfaitement choisi : la ligne pour la délimitation, pour la démarcation (entre les jumeaux, le point de non retour), pour le rail de coke ; la fracture pour la séparation, la cassure, la blessure du (des) corps. À travers ses romans, Jesmyn Ward exploite l'image de la famille sous différentes facettes, avec différentes tribus, souvent décousues, souvent avec une mère défaillante ou transparente ou inexistante, avec un père soit dysfonctionnel soit protecteur (rarement les deux), souvent une grand-mère ou un couple de grands-parents maternels qui assurent, avec un lien puissant au sein de la fratrie des enfants (lien de complicité ou de force), à l'image de ce que l'autrice a connu plus jeune peut-être. Son deuxième thème de prédilection est l'atmosphère sociale dans laquelle évoluent ses héros et ce champ-là lui permet d'aborder la discrimination que subit la communauté noire aux États-Unis : discrimination face à l'emploi, discrimination du lieu de vie (ghettos urbains ou semi-urbains). Cette thématique est davantage visible dans ce roman-ci. Jesmyn Ward a reçu deux fois le prix National Book Award : une première fois pour Bois sauvage, une seconde fois pour Le Chant des revenants, et ce n'est ni une surprise ni lié au hasard.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Cricri08 Posté le 16 Juin 2020
    Un très beau roman sur deux frères jumeaux Joshua et Christophe. 18 ans, en pleine forme, après la cérémonie de remise du diplôme de fin de lycée, ils sont plein d'énergie pour travailler et s'occuper de leur grand-mère Ma-Mee, elle qui les a élevé depuis le départ de leur mère. Leur père est un drogué notoire qui est passé quelques fois les voir en 18 ans, toujours brièvement avant d'aller rechercher sa dose de drogue. Un livre touchant qui montre bien la difficulté de s'en sortir malgré sa bonne volonté et d'éviter le piège de l'argent facile avec la vente de drogues. Touchant aussi par le morcellement de la famille et le peu de modèles stables et fiables sur lesquels ces deux ados peuvent compter.
  • EmiC Posté le 20 Mai 2019
    Joshua et Christopher sont deux frères jumeaux, noirs et fraîchement diplômés habitant une région du sud des États-Unis : la Louisiane. Ils vivent tous deux chez leur grand mère adorée et cherchent obstinément du travail en continuant en attendant à tuer le temps comme ils peuvent. Joshua trouve rapidement un travail en tant que docker mais Christopher s'ennuie, aucun retour de ses nombreuses demandes auprès d'employeurs potentiels. La situation est difficile, lui et son frère ont du mal à communiquer et ses fréquentations le mène inexorablement vers de sombres trafics de drogues. L'écriture est agréable sans être exceptionnelle. Toutefois on comprend vite que cette écriture sert à souligner la routine de la vie de ces frangins. Les jours passent et se ressemblent et l'histoire peut sembler répétitive mais en même temps il ne se passe pas grand chose lorsque l'on vit dans ces contrées pauvres et délaissées. Belle découverte que cette autrice!
  • Seraphita Posté le 14 Février 2015
    Christophe et Joshua sont jumeaux. Ils viennent tout juste, à 18 ans, d’obtenir leur diplôme et se mettent en quête d’un travail. Mais la tâche est ardue, surtout quand on est pauvre, noir et qu’on vit dans un trou paumé en Louisiane. Quand Joshua décroche un emploi dans les docks, Christophe développe une jalousie maladive vis-à-vis de son jumeau, et avec elle, il se replie dans le silence. Alors quand son cousin lui propose de l’argent facile en vendant de la drogue, il n’hésite qu’un temps et se lance à corps perdu dans les pas de son père, dealer, qui a abandonné ses enfants et s’est marginalisé. Les jumeaux, jusque-là si soudés, vont mener une existence parallèle, jusqu’au point de rupture… « Ligne de fracture » est le premier roman de Jesmyn Ward. « Bois Sauvage », le deuxième, a obtenu le National Book Award, récompense littéraire suprême aux Etats-Unis. « Ligne de fracture » est un roman puissant, à la fois très sombre, qui explore la violence contenue des jumeaux, la rancœur engrangée au fil des jours et qui délie insidieusement les trajectoires, jusqu’alors si fusionnelle, des deux frères, et en même temps plein d’humanité et d’espoir, celle qui peut... Christophe et Joshua sont jumeaux. Ils viennent tout juste, à 18 ans, d’obtenir leur diplôme et se mettent en quête d’un travail. Mais la tâche est ardue, surtout quand on est pauvre, noir et qu’on vit dans un trou paumé en Louisiane. Quand Joshua décroche un emploi dans les docks, Christophe développe une jalousie maladive vis-à-vis de son jumeau, et avec elle, il se replie dans le silence. Alors quand son cousin lui propose de l’argent facile en vendant de la drogue, il n’hésite qu’un temps et se lance à corps perdu dans les pas de son père, dealer, qui a abandonné ses enfants et s’est marginalisé. Les jumeaux, jusque-là si soudés, vont mener une existence parallèle, jusqu’au point de rupture… « Ligne de fracture » est le premier roman de Jesmyn Ward. « Bois Sauvage », le deuxième, a obtenu le National Book Award, récompense littéraire suprême aux Etats-Unis. « Ligne de fracture » est un roman puissant, à la fois très sombre, qui explore la violence contenue des jumeaux, la rancœur engrangée au fil des jours et qui délie insidieusement les trajectoires, jusqu’alors si fusionnelle, des deux frères, et en même temps plein d’humanité et d’espoir, celle qui peut amener les êtres blessés à rebondir. C’est ce contraste qui rend ce roman si puissant, la capacité de l’auteur de sortir des clivages dans lesquels l’intrigue pouvait la mener. Jesmyn Ward sait rendre à chaque ligne le climat pesant, la chaleur torride des bayous qui emprisonne chacun des protagonistes dans une torpeur mortifère : la sueur coule à flot, tout comme l’alcool ou la drogue qui aident à éponger les rancœurs et humiliations du quotidien, le délitement d’une famille que seule la grand-mère a su incarner. A l’image du climat, l’intrigue s’écoule lentement au rythme des états d’âme des jumeaux, de la vacuité ressentie par Christophe au fil de ses journées vides. Malgré quelques longueurs, le final offre de belles lignes emplies d’un lyrisme qui ouvre, soudain, l’horizon du bayou. « Dunny les conduisit dans le bayou. Ils avaient décidé d’aller pêcher sur une des petites passerelles, pas plus longue que deux voitures bout à bout. Ils n’en avaient croisé aucune en chemin. Le couchant rasait au loin les hautes herbes des marais, entre les pins immobiles où volaient quelques aigrettes. » (p. 342.)
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la newsletter 10/18 pour encore plus d'inspirations !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…