Lisez! icon: Search engine
Archipoche
EAN : 9782377350841
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 471
Format : 112 x 180 mm

Loin de la foule déchaînée

Mathilde Zeys (traduit par)
Collection : Collectors
Date de parution : 29/11/2017
Ruiné, le jeune berger Gabriel Oak se voit obligé de travailler dans une ferme qu’il vient de sauver d’un incendie.Il ignore qu’elle appartient à Bathsheba Everdene, une jeune femme séduisante venue s’installer au pays avec sa tante...L’Angleterre rurale est le décor d’enjeux passionnels scrutés par Thomas Hardy dans ce roman... Ruiné, le jeune berger Gabriel Oak se voit obligé de travailler dans une ferme qu’il vient de sauver d’un incendie.Il ignore qu’elle appartient à Bathsheba Everdene, une jeune femme séduisante venue s’installer au pays avec sa tante...L’Angleterre rurale est le décor d’enjeux passionnels scrutés par Thomas Hardy dans ce roman paru en 1874, son premier grand succès, porté à l’écran par Thomas Vinterberg.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782377350841
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 471
Format : 112 x 180 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • LizzieC12 Posté le 30 Octobre 2021
    Premier roman de Thomas Hardy que je lis, "Loin de la foule déchaînée" est moins connu que "Tess d'Uberville" mais je l'ai trouvé nettement supérieur. Cette romance sur fond de chronique de la vie quotidienne campagnarde nous renseigne également sur comment les choix et les erreurs que l'on fait peuvent affecter toute notre vie et celle des autres. Le récit s'attache à suivre une palette de personnages tous plus charismatiques les uns que les autres. Mais le personnage principal du roman reste Bathsheba Everdene, jeune fille fière, belle et indépendante qui tente de survivre dans un monde dominé par les hommes. Au début du récite, Bathsheba est pauvre et vit avec sa tante. Elle se lit d'amitié avec le berger Gabriel Oak, qui tombe vite fou amoureux de l'impertinente jeune femme. Il la demande en mariage mais Bathsheba refuse sous prétexte qu'elle est sans argent et inférieure socialement parlant au jeune berger. Mais différents évènements vont inverser les rôles. Suite à un héritage inespéré, Bathsheba devient la riche propriétaire d'un vaste domaine agricole et après la perte tragique de son troupeau, Gabriel se trouve sans ressources. Appréciant les qualités et le sérieux de Gabriel, Bathsheba va l'embaucher comme ouvrier agricole dans son... Premier roman de Thomas Hardy que je lis, "Loin de la foule déchaînée" est moins connu que "Tess d'Uberville" mais je l'ai trouvé nettement supérieur. Cette romance sur fond de chronique de la vie quotidienne campagnarde nous renseigne également sur comment les choix et les erreurs que l'on fait peuvent affecter toute notre vie et celle des autres. Le récit s'attache à suivre une palette de personnages tous plus charismatiques les uns que les autres. Mais le personnage principal du roman reste Bathsheba Everdene, jeune fille fière, belle et indépendante qui tente de survivre dans un monde dominé par les hommes. Au début du récite, Bathsheba est pauvre et vit avec sa tante. Elle se lit d'amitié avec le berger Gabriel Oak, qui tombe vite fou amoureux de l'impertinente jeune femme. Il la demande en mariage mais Bathsheba refuse sous prétexte qu'elle est sans argent et inférieure socialement parlant au jeune berger. Mais différents évènements vont inverser les rôles. Suite à un héritage inespéré, Bathsheba devient la riche propriétaire d'un vaste domaine agricole et après la perte tragique de son troupeau, Gabriel se trouve sans ressources. Appréciant les qualités et le sérieux de Gabriel, Bathsheba va l'embaucher comme ouvrier agricole dans son domaine. Toujours amoureux de la jeune femme, mais se sachant désormais trop pauvre pour l'épouser, Gabriel va regarder Bathsheba évoluer, se transformant en femme respectée et travailleuse, n'hésitant pas à concurrencer les hommes dans le domaine du commerce des récoltes. Il la voit également être courtisée par deux hommes en apparence parfaits: le riche propriétaire terrien Mr Boldwood et le séduisant Sergent Troy. Je vais d'abord me débarrasser du gros point noir du roman à mes yeux: les (trop) longues descriptions. Thomas Hardy est un auteur descriptif et c'est sans doute la raison pour laquelle je ne suis pas entièrement sous le charme de sa plume. J'ai beaucoup de mal avec les descriptions à rallonge s'étalant sur plusieurs pages, et dans ce roman c'est parfois le chapitre entier qui est une description. Mais passé ce point négatif, la lecture est un régal. Thomas Hardy excelle dans l'art de créer des personnages forts et attachants. Bathsheba a tout d'une héroïne moderne: elle est indépendante, elle n'hésite pas à suivre son cœur et ses passions (au risque de s'y bruler les ailes), ne laisse pas un homme lui dicter sa conduite et veut être leur égal sur le plan professionnel. Il lui faudra traverser de nombreuses épreuves avant de mettre son orgueil dans sa poche et ouvrir les yeux. Gabriel Oak est l'un de mes héros romantiques préférés. C'est un homme foncièrement bon et bienveillant. Se consumant d'amour pour Bathsheba, il est capable de mettre ses sentiments de côté pour l'aider à gérer son domaine, il ne bronche pas quand il se fait rabrouer et rejeter par l'impétueuse jeune femme et il est le symbole même de la loyauté à toute épreuve. On aimerait rencontrer des Gabriel Oak plus souvent ! Les autres personnages ont été, eux aussi, suffisamment fouillés pour permettre de comprendre leur comportement et leurs agissements (Boldwood ou le Sergent Troy plus particulièrement). L'auteur dépeint habilement la vie dans la campagne anglaise durant la deuxième moitié du XIXe siècle. Il y aborde la place des femmes dans la société paysanne et les conséquences de leurs actions ou situations, le dur travail agricole, la gestion d'un domaine agricole ou d'un troupeau et sa survie qui ne tient des fois à pas grand chose (un orage, un incendie... ou même un chien). Mais dans ce roman, Thomas Hardy nous parle surtout de sentiments. Il nous montre parfaitement ce que la fierté, l'amour, la passion, la haine ou la jalousie peuvent nous faire faire. A travers ce roman, l'auteur veut nous démontrer que la vie "loin de la foule déchaînée" et à la campagne est loin d'être aussi paisible et idyllique qu'on le croit et que de nombreux drames s'y déroulent aussi. Un roman à lire de toute urgence, pour le talent de l'auteur (avec moins de descriptions alambiquées ça serait mieux) et pour une histoire forte et dramatique comme il en a le secret. Et si vous ne connaissez pas encore, je vous recommande également l'excellente adaptation cinématographique de 2015 avec la très juste Carey Mulligan et le séduisant Mathias Schoenaerts qui interprète un excellent Gabriel Oak.
    Lire la suite
    En lire moins
  • CzarnyPies Posté le 26 Octobre 2021
    Thomas Hardy était le maître de la tragédie de l'individu isole dans une société indifférente et traqué par un destin impitoyable. Ce roman est une exception heureuse a la règle. Il raconte l'histoire d'une femme d'esprit libre qui est poursuivi par trois hommes. Elle finit par choisir le type qui fait preuve de la plus grande loyauté. Une histoire donc qui finit bien. Thomas Hardy jouit d'une très grande popularité auprès du public britannique depuis plus que 100 ans. Ses romans sont enseigne fréquemment a l'école secondaire. Donc, un français qui espère un jour parler de la littérature avec les Anglais devra absolument lire un ou deux ses romans d'Hardy.
  • kadeline Posté le 4 Août 2021
    Loin de la foule déchaînée est un livre que l’on m’a offert en étant persuadé qu’il me plairait. L’aspect vie à la campagne fin 19ème me laissait perplexe sur le fait que ça pourrait me plaire. Il a donc trainé plusieurs années et il a fallu un défi pour me le faire enfin sortir. Je n’ai pas vu l’adaptation cinématographique et ne savait rien de l’histoire avant de mis plonger. Apparemment, ce classique anglais n’avait pas eu le droit à une vraie traduction intégrale avant l’édition qu’on m’a offert, je ne sais pas si lire une ancienne traduction aurait changé mon avis sur cette lecture mais il parait important de noter ce fait. Si je comprends pourquoi on me l’offert, il y a des points qui ne m’ont pas permis de me concentrer sur les aspects qui effectivement pouvait me plaire. Si ma lecture a été mitigée, je suis contente d’avoir franchi le pas et de l’avoir terminé. Ce qui m’a le moins plus ce sont les personnages. Gabriel est le narrateur principal, c’est la bonne pâte. Il est d’une fidélité sans faille et fait tout pour aider tout le monde en particulier Bathsheba. Son amour sans faille même quand Bathsheba... Loin de la foule déchaînée est un livre que l’on m’a offert en étant persuadé qu’il me plairait. L’aspect vie à la campagne fin 19ème me laissait perplexe sur le fait que ça pourrait me plaire. Il a donc trainé plusieurs années et il a fallu un défi pour me le faire enfin sortir. Je n’ai pas vu l’adaptation cinématographique et ne savait rien de l’histoire avant de mis plonger. Apparemment, ce classique anglais n’avait pas eu le droit à une vraie traduction intégrale avant l’édition qu’on m’a offert, je ne sais pas si lire une ancienne traduction aurait changé mon avis sur cette lecture mais il parait important de noter ce fait. Si je comprends pourquoi on me l’offert, il y a des points qui ne m’ont pas permis de me concentrer sur les aspects qui effectivement pouvait me plaire. Si ma lecture a été mitigée, je suis contente d’avoir franchi le pas et de l’avoir terminé. Ce qui m’a le moins plus ce sont les personnages. Gabriel est le narrateur principal, c’est la bonne pâte. Il est d’une fidélité sans faille et fait tout pour aider tout le monde en particulier Bathsheba. Son amour sans faille même quand Bathsheba le traite vraiment mal m’a agacée, c’était trop de dévouement pour moi. Bathsheba, pour l’époque, a des idées assez avant-gardistes. Elle est instruite, a confiance en ces compétences et considère que le mariage ne pourrait que nuire à sa liberté, elle préfère prendre sa vie en main. Ce petit côté féministe avait tout pour me plaire s’il avait été un fil conducteur et non un point de départ qu’on pourrait jeter aux oubliettes dès l’arrivée d’un beau mâle ou de deux. C’est un fait gravé dans le marbre, une femme perd son cerveau et ses principes dès qu’un homme passe par là. Ensuite, il y a un personnage particulièrement détestable, c’est évident qu'il ne va pas bien se comporter et pourtant personne n’anticipe. Il est caricatural, c’est définitivement le personnage le moins bien construit de mon point de vue mais il semblerait qu’il y avait une volonté humoristique que je n’ai pas vue. Les autres personnages sont plus nuancés et m’ont moins énervée mais ils sont secondaires. Passons aux points plus positifs. C’est bien écrit/traduit. C’est très plaisant à lire et on ressent peu les traces de la publication originale sous forme de feuilleton. Les paragraphes sont très courts et centrés autour de la vie quotidienne à la ferme. Ce n’est pas le truc qui me passionne mais j’ai apprécié lire des scènes qui ne sont pas celles que l’on met en général en avant autour de cette thématique. Si les relations entre les personnages ne m’ont pas plu, il y a assez de rebondissements pour plaire aux lecteurs en particulier à ceux qui ont peur des classiques.
    Lire la suite
    En lire moins
  • seshat123 Posté le 22 Juillet 2021
    J’ai eu du mal à me plonger dans le récit : quelques incorrections gâchant les premiers chapitres et je ne pouvais m’empêcher de chercher les erreurs... Un problème de traduction ? Des tournures parfois lourdes, un choix du vocabulaire quelquefois discutable, des paragraphes qui semblent être parachutés (grrr la pagination de mon ebook) bref les mots ne chantaient pas à mes oreilles. Mais l’histoire et les personnages deviennent rapidement captivants. Donc si le premier tiers du roman ne m’a pas convaincue, je me suis tellement laissée happer par l’histoire ensuite que les erreurs du texte ne m’arrêtaient plus. L’histoire est extraordinaire, la galerie de personnages inoubliable… L’héroïne Bathsheba Everdene est une belle jeune femme, sensible, intelligente. En avance sur son temps, elle souhaite rester indépendante, ne cherche pas à se marier, se refusant à passer sous le joug d’un époux. Lorsqu’elle hérite de la ferme de son oncle, elle en reprend courageusement les rennes seule... mais plusieurs rencontres changeront tout. Trois hommes, une femme, quatre conceptions de l’amour. L’histoire est romanesque et dramatique à la fois, on oscille entre comédie et tragédie avec des scènes qui s’accélèrent au fil des pages. La tension des cent dernières pages m’a scotchée à ma... J’ai eu du mal à me plonger dans le récit : quelques incorrections gâchant les premiers chapitres et je ne pouvais m’empêcher de chercher les erreurs... Un problème de traduction ? Des tournures parfois lourdes, un choix du vocabulaire quelquefois discutable, des paragraphes qui semblent être parachutés (grrr la pagination de mon ebook) bref les mots ne chantaient pas à mes oreilles. Mais l’histoire et les personnages deviennent rapidement captivants. Donc si le premier tiers du roman ne m’a pas convaincue, je me suis tellement laissée happer par l’histoire ensuite que les erreurs du texte ne m’arrêtaient plus. L’histoire est extraordinaire, la galerie de personnages inoubliable… L’héroïne Bathsheba Everdene est une belle jeune femme, sensible, intelligente. En avance sur son temps, elle souhaite rester indépendante, ne cherche pas à se marier, se refusant à passer sous le joug d’un époux. Lorsqu’elle hérite de la ferme de son oncle, elle en reprend courageusement les rennes seule... mais plusieurs rencontres changeront tout. Trois hommes, une femme, quatre conceptions de l’amour. L’histoire est romanesque et dramatique à la fois, on oscille entre comédie et tragédie avec des scènes qui s’accélèrent au fil des pages. La tension des cent dernières pages m’a scotchée à ma liseuse. Malgré un plaisir de lecture parfois gâché par la traduction - moi qui attache tant d’importance à la plume - j’ai vraiment apprécié ce roman. La dramaturgie est parfaitement maîtrisée, les personnages troublants de vérité sont tous, pour des raisons différentes, attachants et inoubliables. L’ histoire d’amour est magnifique et ne pourra que vous toucher. J’ai trouvé le portrait de la vie champêtre de l’époque passionnant et instructif. Les descriptions de la campagne du Wessex où se déroule le récit (inspiré du Dorset natal de l’auteur) vous transporteront. Un roman qu’il me faudra relire avec une traduction un peu plus à la hauteur.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Trampoline Posté le 1 Juin 2021
    Une fresque romanesque dans la campagne anglaise de l'époque victorienne, où il n'est pas question d'un triangle amoureux mais d'un carré ! Que demander de mieux ?! J'avais vu le film il y a quelques années et j'avais adoré. Lorsque l'on m'a offert le livre, j'étais persuadé que je n'allais pas accrocher, comme souvent avec une lecture post-adaptation. Et bah j'ai eu tord ! Je me suis laissée embarquer par l'ambiance embrumée de Thomas Hardy, par ses personnages haut en couleurs, par cette société britannique de la fin du XIXe siècle et par les romances impossibles de l'héroïne. D'ailleurs, l'héroïne, Bathsheba Everdene, est un personnage fort et complexe, une féministe déterminée avant l'heure, qui se bat pour ce qu'elle croit, qui ne baisse pas les bras parce qu'on lui dit que ce n'est pas la place d'une femme. Mais paradoxalement, Thomas Hardy a inventé ce personnage féminin incroyable pour l'époque, mais il ne se passe pas un chapitre sans qu'il ne nous livre une généralité stupide (ou même à la con, pour être plus honnête) sur les femmes : les femmes sont dictées par leurs émotions, les femmes ne peuvent s'empêcher de tomber dans le mimétisme, les femmes ne sont incapables... Une fresque romanesque dans la campagne anglaise de l'époque victorienne, où il n'est pas question d'un triangle amoureux mais d'un carré ! Que demander de mieux ?! J'avais vu le film il y a quelques années et j'avais adoré. Lorsque l'on m'a offert le livre, j'étais persuadé que je n'allais pas accrocher, comme souvent avec une lecture post-adaptation. Et bah j'ai eu tord ! Je me suis laissée embarquer par l'ambiance embrumée de Thomas Hardy, par ses personnages haut en couleurs, par cette société britannique de la fin du XIXe siècle et par les romances impossibles de l'héroïne. D'ailleurs, l'héroïne, Bathsheba Everdene, est un personnage fort et complexe, une féministe déterminée avant l'heure, qui se bat pour ce qu'elle croit, qui ne baisse pas les bras parce qu'on lui dit que ce n'est pas la place d'une femme. Mais paradoxalement, Thomas Hardy a inventé ce personnage féminin incroyable pour l'époque, mais il ne se passe pas un chapitre sans qu'il ne nous livre une généralité stupide (ou même à la con, pour être plus honnête) sur les femmes : les femmes sont dictées par leurs émotions, les femmes ne peuvent s'empêcher de tomber dans le mimétisme, les femmes ne sont incapables de résister aux commérages... Autant les hommes sont multiples, autant les femmes sont toutes faites du même moule stéréotypé. Il faut évidemment remettre le roman dans son contexte historique (indispensable pour éviter des polémiques stériles) mais c'est fort étonnant lors de la lecture de cette histoire tournant autour d'un personnage féminin aussi précurseur.
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez! La newsletter qui vous inspire !
Découvrez toutes les actualités de nos maisons d'édition et de vos auteurs préférés