Lisez! icon: Search engine

L'oiseau canadèche

10/18
EAN : 9782264059543
Code sériel : 4667
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 120
Format : 108 x 177 mm
L'oiseau canadèche

Jean-Pierre CARASSO (Traducteur), Nicolas RICHARD (Postface)
Date de parution : 18/04/2013

Un conte loufoque et métaphysique, dans lequel il est question de canard, d'amitié et de whisky.

Titou est recueilli par son grand-père, vieil excentrique asocial porté sur le jeu et la bouteille. Malgré des divergences de caractère – le garçon aime les clôtures, pépé Jake les hait –, ils coulent une vie peinarde en compagnie de Canadèche, le canard boulimique et fort sympathique. Quand surgit un...

Titou est recueilli par son grand-père, vieil excentrique asocial porté sur le jeu et la bouteille. Malgré des divergences de caractère – le garçon aime les clôtures, pépé Jake les hait –, ils coulent une vie peinarde en compagnie de Canadèche, le canard boulimique et fort sympathique. Quand surgit un sanglier, réincarnation d’un ami indien qui aurait révélé à Jake le secret de l’immortalité...

« Vif, mordant et malicieux. » 
Elle 

Traduit de l’anglais (États-Unis)
par Jean-Pierre Carasso

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264059543
Code sériel : 4667
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 120
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • DavidG75 Posté le 8 Mai 2019
    Qu'est-ce que vous feriez, vous, à soixante balais bien tapés, si vous viviez au fin fond du Kentucky, la ruée vers l'or au placard, trois mariages ratés et une quatrième donzelle qui vous quitte en embarquant votre seul et unique mouflet ? Bon... C'est toujours possible de se gratouiller de temps en temps une petite partie de poker avec les voisins mais leur ranch est à une bonne journée de cheval... Même pas un Vil Coyote ou un Bip Bip dans les parages pour faire la causette... Juste la poussière et les boules de paille virevoltantes que déplace le vent, quelques crânes de chevaux et le silence pour seuls amis... Ah ouais... Quand même quelques sangliers à chasser mais bon, pas de quoi casser trois pattes à un canard... Alors une petite idée ? Ben, Pépé Jack, lui, c'est pas compliqué... Il s'emmerde... Il s'emmeeeeerde comme c'est pas possible !! Surtout depuis qu'un vieil indien lui a glissé dans la poche, avant de mourir, la recette de fabrication du Vieux Râle d'Agonie, un tord-boyaux de derrière les fagots, à ne pas mettre sous toutes les papilles mais qui procure l'immortalité à son heureux distilleur. Imaginez... le Kentucky, vu comme ça, c'est déjà emmerdant mais avec... Qu'est-ce que vous feriez, vous, à soixante balais bien tapés, si vous viviez au fin fond du Kentucky, la ruée vers l'or au placard, trois mariages ratés et une quatrième donzelle qui vous quitte en embarquant votre seul et unique mouflet ? Bon... C'est toujours possible de se gratouiller de temps en temps une petite partie de poker avec les voisins mais leur ranch est à une bonne journée de cheval... Même pas un Vil Coyote ou un Bip Bip dans les parages pour faire la causette... Juste la poussière et les boules de paille virevoltantes que déplace le vent, quelques crânes de chevaux et le silence pour seuls amis... Ah ouais... Quand même quelques sangliers à chasser mais bon, pas de quoi casser trois pattes à un canard... Alors une petite idée ? Ben, Pépé Jack, lui, c'est pas compliqué... Il s'emmerde... Il s'emmeeeeerde comme c'est pas possible !! Surtout depuis qu'un vieil indien lui a glissé dans la poche, avant de mourir, la recette de fabrication du Vieux Râle d'Agonie, un tord-boyaux de derrière les fagots, à ne pas mettre sous toutes les papilles mais qui procure l'immortalité à son heureux distilleur. Imaginez... le Kentucky, vu comme ça, c'est déjà emmerdant mais avec l'éternité devant vous, vous imaginez même plus ! Alors quand l'assistante sociale du comté lui propose de lui confier la garde de son petit-fils Titou au décès de sa seule fille, Pépé Jack s'imagine déjà les journées de pêche à la truite avec lui, les parties de cartes, les matchs de base-ball, les picoles entre hommes... et bien sûr lui confier un jour les secrets de l'immortalité ! Ils ne se ressembleront pourtant pas ces deux-là... Pépé Jack, il aime les parties de cartes tandis que Titou adore les échecs. Titou, il ne sirote qu'une petite gorgée de Vieux Râle d'Agonie le soir, pour mieux tenir la bride à ses rêves tandis que Pépé Jack, lui, il boit comme une outre pour donner du fouet à ses rêveries. Pépé Jack, il aime se réveiller à midi tandis que Titou se met au travail dès l'aube. Et du travail, ça ne manque pas au ranch, avec toutes ces clôtures à réparer et ce foutu Cloué-Legroin, une légende parmi les sangliers, son Moby Dick à lui ! Et pourtant ces deux-là vont s'aimer tendrement. Et lorsqu'il découvriront Canadèche, une petite femelle colvert, ce duo deviendra un trio improbable, drôle et émouvant. Un petit roman qui vous donne le sourire et qui fait du bien entre deux lectures. Un petit roman pour les amateurs de Jack Daniels. Mais un petit roman beaucoup trop court, avec une fin qui arrive plus vite qu'il ne faut de temps à un indien pour dire « Ugh » ! Quel dommage ! Ce petit livre est un doux poème que j'aurais eu envie de voir se prolonger encore et encore... Nicolas Richard, dans sa postface, l'exprime tellement bien que je le retranscris tel quel : « Comment un roman aussi foisonnant peut-il être si bref ? Si le distillat obtenu par Pépé Jack, le Vieux Râle d'Agonie, est effectivement à 97 % pur, alors le petit livre tout aussi spirituel que spiritueux, est à 97 % un coup de génie. Les 3 % qui restent pouvant, selon l'appréciation de chacun, relever du délire animalier, de l'apologie de la clôture, du manifeste anarchique, de l'éloge de la vieillesse, du traité d'échecs sous les séquoias, etc. » Malgré cette fin qui m'a laissé sur la mienne, n'hésitez pas à vous plonger dans les vapeurs d'alcool de ce petit conte et à venir leur faire un p'tit coin-coin à ces trois-là !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Ducol Posté le 11 Janvier 2019
    Une véritable bouffée d'oxygène que ce petit roman(en nombre de pages). Histoire improbable, personnages humains et animaux attachants, mais arrivé à la dernière page il donne l'envie de retourner à la première pour boucler la boucle.. Attention .... petite pépite !
  • si-bemol Posté le 10 Novembre 2018
    Jackson Santee - dit Jake - est un vieil excentrique de 80 ans, joueur invétéré et alcoolique qui vit en autarcie dans son ranch gagné aux cartes et subvient à ses quelques besoins en fabriquant un whisky aussi redoutable que de la dynamite, le "Vieux Râle d'Agonie". De son cinquième et dernier mariage, à 61 ans, il a eu une fille qu'il ne connaît pas, sa femme s'étant aussitôt enfuie avec le bébé. Rien n'a donc préparé ce vieil ours mal léché, en délicatesse avec le fisc et toujours au bord de la ruine, à prendre en charge son petit-fils Titou, petit orphelin de 3 ans. Pourtant, le coup de foudre du vieil homme pour l'enfant est immédiat, et c'est le début d'une extraordinaire histoire d'amour et d'un conte merveilleux - renaissance pour le vieil homme, initiation à la vie pour l'enfant puis le jeune homme - plein de poésie, d'humour, de tendresse et de fantaisie, où l'on rencontre notamment un sanglier mythologique et un oiseau Canadèche aux singulières capacités, et où l'on découvre les secrets de l'immortalité... Un roman très court (une centaine de pages) qui m'a emportée, et avec lequel je me suis régalée.
  • artemisia02 Posté le 31 Octobre 2018
    Roman court sur la rencontre entre un grand père et son petit fils qui n'aurait jamais dû se produire. En effet, Pépé Jake vivait seul dans sa propriété isolée , loin de ses 4 ex femmes et de sa fille unique qu'il n'a pas élevée. Et pourtant, un concours de circonstances improbables fait de lui le tuteur de son petit fils tout jeune. La relation qui se crée entre eux est absolument magnifique. Et l'oiseau Canadeche, un canard femelle obèse et qui possède un caractère très particulier, partage les joies de cette famille. De beaux moments, j'ai aimé l'humour de l'auteur grâce au personnage du Grand père, voir le passage sur les avocats drolissime. La quête du petit fils avec la construction de ses clôtures et sa chasse au sanglier qui a un petit air du capitaine Achab et de sa baleine. Un roman très agréable à lire, surprenant et très drôle avec une belle plume.
  • dedanso Posté le 27 Août 2018
    Quel drôle d'oiseau pour un drôle de livre ! Ce court récit n'a absolument rien de commun et l'on se rend compte tout de suite que L'Oiseau Canadèche nous amènera bien plus loin que l'on ne pouvait l'imaginer. Dès l'ouverture du récit, le lecteur est happé par l'écriture de Jim Dodge qui a le don de mettre de la magie dans le quotidien, et même dans le sordide. Par ce petit roman, l'auteur américain ne fait rien moins qu'interroger les notions de liberté, la limite entre vie sauvage et vie dite "civilisée", le rejet de toute normalité, la capacité à être maître de sa vie sans porter attention à ce que la société attend de nous. On s'attache rapidement aux personnages principaux que sont Titou et son grand-père, Pépé Jake. Plus différents ça ne doit pas exister : là où Titou est réservé, Pépé Jake a le verbe haut, si Titou est grand et baraqué, Pépé Jake est petit et frêle, Titou aime la sobriété et la mesure (sauf peut-être lorsqu'il est question de chasser le sanglier, et tout particulièrement Cloué-Legroin), Pépé Jake l'extravagance et l'alcool (en cause une recette d'immortalité à base de whisky). N'oublions pas Canadèche, le colvert femelle... Quel drôle d'oiseau pour un drôle de livre ! Ce court récit n'a absolument rien de commun et l'on se rend compte tout de suite que L'Oiseau Canadèche nous amènera bien plus loin que l'on ne pouvait l'imaginer. Dès l'ouverture du récit, le lecteur est happé par l'écriture de Jim Dodge qui a le don de mettre de la magie dans le quotidien, et même dans le sordide. Par ce petit roman, l'auteur américain ne fait rien moins qu'interroger les notions de liberté, la limite entre vie sauvage et vie dite "civilisée", le rejet de toute normalité, la capacité à être maître de sa vie sans porter attention à ce que la société attend de nous. On s'attache rapidement aux personnages principaux que sont Titou et son grand-père, Pépé Jake. Plus différents ça ne doit pas exister : là où Titou est réservé, Pépé Jake a le verbe haut, si Titou est grand et baraqué, Pépé Jake est petit et frêle, Titou aime la sobriété et la mesure (sauf peut-être lorsqu'il est question de chasser le sanglier, et tout particulièrement Cloué-Legroin), Pépé Jake l'extravagance et l'alcool (en cause une recette d'immortalité à base de whisky). N'oublions pas Canadèche, le colvert femelle au tempérament bien trempé, gourmande comme pas deux, qui sait vite se rendre indispensable auprès de Titou et Pépé Jake. Tout juste puis-je regretter une fin trop rapidement venue (des dizaines d'autres pages auraient été bienvenues) et un peu trop confuse. Je pense qu'il ne sert d'ailleurs à rien de chercher une explication rationnelle à cette fin car, comme le dit Pépé Jake "les raisons des choses, disait-il, sont souvent rudement trompeuses". Je me souviendrai donc de L'Oiseau Canadèche comme d'un récit beau, simple, magique, poétique et extravagant. Que du bonheur quoi !
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…