Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264071729
Code sériel : 5290
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 360
Format : 108 x 177 mm

L'organisation

Raphaëlle PACHE (Traducteur)
Date de parution : 01/02/2018
1979, une ville portuaire russe. Rosa, 17 ans et un brin naïve, obtient un emploi comme secrétaire au Centre d’assainissement du port, bureau SSE-2. Entre ses collègues revêches, voire inquiétantes, et un travail d’un ennui total, elle ne comprend pas très bien ce qu’elle fait là et encore moins la... 1979, une ville portuaire russe. Rosa, 17 ans et un brin naïve, obtient un emploi comme secrétaire au Centre d’assainissement du port, bureau SSE-2. Entre ses collègues revêches, voire inquiétantes, et un travail d’un ennui total, elle ne comprend pas très bien ce qu’elle fait là et encore moins la mission de son service. Peu importe. Rosa préfère s’évader dans les aventures d’Angélique, marquise des anges. Mais lorsque deux cadavres mutilés sont retrouvés, la jeune fille découvre la véritable activité du bureau : la lutte contre les parasites de nature non biologique, aussi appelés… démons. Tandis que la panique gronde, Rosa se retrouve plongée au cœur d’événements dramatiques qui surpassent de loin ceux de ses romans d’aventure favoris.

Dans la tradition de Boulgakov, Maria Galina nous offre un Ghostbusters soviétique aussi hilarant que déjanté.

Traduit du russe par Raphaëlle Pache
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264071729
Code sériel : 5290
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 360
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Dystopies Posté le 27 Novembre 2019
    L'organisation est un roman de cryptofiction de l'auteur russe Maria Galina, entre paranormal et série noire, sorte d'X-files marxiste-léniniste. En 1979, en pleine aire soviétique, les agents du Centre d'assainissement d'une ville portuaire russe luttent contre les "parasites" qui transitent sur les navires cargos. Mais ces parasites ne sont exactement de nature "biologique"... Et l'un d'eux, particulièrement virulent va mettre sur le pied de guerre les curieux employés du SSE-2. L'organisation est donc une cryptofiction ou le wendigo des forêt d’Amérique du Nord vient se perdre dans une obscure ville portuaire soviétique, en pleine guerre froide. Maria Galina nous gratifie dans ce livre de quelques envolées lyriques qui méritent à elles seules la lecture. Vous serez plongés dans les affaires non-classées Carpato-sibériennes, en y accompagnant des personnages aussi attachants que farfelus, dans un univers aussi austère que terrifiant. Chronique complète sur le blog
  • TarteTatin Posté le 26 Mars 2018
    J’ai passé un très chouette moment! Une histoire farfelue d’esprits ancestraux qui se nourrissent de la faim des gens. Des fonctionnaires soviétiques durant les années septantes, un peu débordés, pas mal marginaux et un brin Jean foutistes. Une étrange apparition d’Angelique Marquise des Anges. Mettez tout cela au shaker, secouez bien. Vous obtenez alors un roman bien ficelé, à l’écriture facile, un brin décalé et pas mal réjouissant! Bref, une lecture légère et pimpante qui se laisse facilement engloutir!
  • Antoine_Libraire Posté le 17 Février 2017
    « L’organisation » ou l’opposition de la dialectique Marxiste et des mythologies populaires, du matérialisme soviétique et des créatures fantastiques. L’URSS est sur le point d’accueillir les JO et d’envahir l’Afghanistan. Rose, jeune femme de 17 ans, tout juste placée au bureau CSE/2, ne comprend pas très bien en quoi consiste son travail, ni ce qu’est la mission de son service. Inspecter les cargaisons des bateaux rentrant au port à la recherche de nuisibles, certes, mais le bureau CSE/1 s’en charge aussi, alors…. Si la lecture de « Angélique, Marquise des anges » lui permet de s’échapper d’un quotidien calamiteux, elle comprend aussi qu’on lui cache des choses. Maria Galina est une équilibriste, faisant osciller son récit entre fantastique et politique, avec humour et gravité. Son écriture est sur le fil, précise. Les nuisibles dont a la charge Rose et, surtout, ses collègues sont directement issues des croyances populaires. Plus que des nuisibles, ce sont donc des démons, Esprits, Mythes, traversant les océans à bord de cargos chargés de produits en provenance de leur pays d’origine. Mais comment lutter contre des créatures dont la société entière, et la hiérarchie en premier lieu, refuse de simplement les nommer par leur nom ? Or, comme le... « L’organisation » ou l’opposition de la dialectique Marxiste et des mythologies populaires, du matérialisme soviétique et des créatures fantastiques. L’URSS est sur le point d’accueillir les JO et d’envahir l’Afghanistan. Rose, jeune femme de 17 ans, tout juste placée au bureau CSE/2, ne comprend pas très bien en quoi consiste son travail, ni ce qu’est la mission de son service. Inspecter les cargaisons des bateaux rentrant au port à la recherche de nuisibles, certes, mais le bureau CSE/1 s’en charge aussi, alors…. Si la lecture de « Angélique, Marquise des anges » lui permet de s’échapper d’un quotidien calamiteux, elle comprend aussi qu’on lui cache des choses. Maria Galina est une équilibriste, faisant osciller son récit entre fantastique et politique, avec humour et gravité. Son écriture est sur le fil, précise. Les nuisibles dont a la charge Rose et, surtout, ses collègues sont directement issues des croyances populaires. Plus que des nuisibles, ce sont donc des démons, Esprits, Mythes, traversant les océans à bord de cargos chargés de produits en provenance de leur pays d’origine. Mais comment lutter contre des créatures dont la société entière, et la hiérarchie en premier lieu, refuse de simplement les nommer par leur nom ? Or, comme le disait Albert Camus : « mal nommer les choses c’est ajouter aux malheurs du monde. ». Et c’est exactement ce qui arrivera, mais, chut... Une hiérarchie ultra bureaucratique, figée, renvoyant de bureau en bureau, chaque échelon cherchant à complaire à son supérieur, en rampant, en s’humiliant, et humiliant en retour ses subalternes. Cet aspect du livre m’a fait songer au film de Florian Henckel von Donnersmarck, « la vies des autres ». « L’organisation » c’est Lovecraft chez Kafka (ou l’inverse). Un livre intriguant et haletant. Et si parfois je me suis perdu dans les noms (les russes ne facilitent pas la tâche), je me suis régalé dans cette histoire à la fois effrayante et drôle. Une lecture que je vous recommande Chaudement. Vous y croiserez un démon d’amérique, une sorcière, un chaman, une jeune femme romantique, une mère dépassée et bien d’autres personnages.
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…