En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        M pour Mabel

        10/18
        EAN : 9782264071361
        Code sériel : 5242
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 408
        Format : 108 x 177 mm
        M pour Mabel

        Marie-Anne de BÉRU (Traducteur)
        Date de parution : 07/09/2017
        EAN : 9782264071361
        Code sériel : 5242
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 408
        Format : 108 x 177 mm
        10/18
        8.40 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • sweetie Posté le 28 Novembre 2017
          M pour Mabel (H for Hawk en anglais) est un récit autobiographique dans lequel Helen Macdonald se livre sans pudeur durant une période de sa vie particulièrement difficile. Petite fille, fascinée par l'observation des oiseaux et leur environnement, Helen s'exerce ensuite à apprivoiser de petits rapaces et décide, à la mort subite de son père, d'affaiter un autour. C'est cet apprentissage que nous raconte cet ouvrage, parallèlement au parcours de l'écrivain Terence Hanbury White, autoursier autodidacte lui-même. L'écriture est poétique et enveloppante, le propos troublant par moments. Une très belle lecture incitant à l'introspection, condamnant aussi notre tendance à verser trop facilement dans l'anthropomorphisme.
        • Nadouch Posté le 19 Novembre 2017
          La couverture de ce livre donne tellement envie d'aller à la rencontre de cet autour, Mabel, qu'Helen adopte et dresse pour panser ses propres blessures. Un roman autobiographique sur le deuil impossible de son père, sur sa passion pour la fauconnerie mais aussi sur la profonde dépression qui l'a conduite, par erreur, à s'éloigner des hommes. Helen cherche dans la fauconnerie, dans la proximité avec la nature, une guérison qui ne vient pas. Le dressage de l'autour, périlleux, fait remonter en elle tout un tas de choses qui entretiennent son mal-être. C'est poignant de la voir se battre ainsi contre elle-même qui croit se battre contre un faucon ! En parallèle, Helen raconte l'histoire de TH White, un écrivain fauconnier ayant suivi le même chemin qu'elle, la thérapie par l'animal et la solitude... Ces passages, un peu longs, sont ceux qui m'ont le moins plu. J'ai préféré tous les moments avec Mabel, mais aussi toutes les avancées introspectives d'Helen, le lien avec son père, photographe passionné d'avions... Mais aussi l'ode à la campagne anglaise, pas du tout idéalisée, au contraire ; une campagne rude, vraie, où la chasse est un vrai combat. Bref, un excellent roman autobiographique, tout à fait... La couverture de ce livre donne tellement envie d'aller à la rencontre de cet autour, Mabel, qu'Helen adopte et dresse pour panser ses propres blessures. Un roman autobiographique sur le deuil impossible de son père, sur sa passion pour la fauconnerie mais aussi sur la profonde dépression qui l'a conduite, par erreur, à s'éloigner des hommes. Helen cherche dans la fauconnerie, dans la proximité avec la nature, une guérison qui ne vient pas. Le dressage de l'autour, périlleux, fait remonter en elle tout un tas de choses qui entretiennent son mal-être. C'est poignant de la voir se battre ainsi contre elle-même qui croit se battre contre un faucon ! En parallèle, Helen raconte l'histoire de TH White, un écrivain fauconnier ayant suivi le même chemin qu'elle, la thérapie par l'animal et la solitude... Ces passages, un peu longs, sont ceux qui m'ont le moins plu. J'ai préféré tous les moments avec Mabel, mais aussi toutes les avancées introspectives d'Helen, le lien avec son père, photographe passionné d'avions... Mais aussi l'ode à la campagne anglaise, pas du tout idéalisée, au contraire ; une campagne rude, vraie, où la chasse est un vrai combat. Bref, un excellent roman autobiographique, tout à fait inclassable, auquel on ne peut reprocher que quelques longueurs, mais qui apporte un je-ne-sais-quoi de positif, d'humain, de profondément optimiste.
          Lire la suite
          En lire moins
        • saphoo Posté le 30 Septembre 2017
          Une lecture particulière et intéressante à la fois. On y apprend beaucoup sur le monde de la fauconnerie et j'ai trouvé cela très captivant. Après on adhère ou pas au fait d'élever un oiseau "sauvage" , mais il faut savoir que sans une certaine captivité contrôlé beaucoup d'espèces ne seraient plus de ce monde. C'est le cas pour certains faucons. Ici nous allons approfondir l'Autour ! Jamais entendu le nom de cet oiseau ! Et quel oiseau, un vrai petit monstre ! J'ai beaucoup aimé le monde que nous décrit l'auteur, les descriptions de son autour, son comportement, son caractère et les sentiments que l'humain peut avoir avec un animal qu'il élève et éduque. J'ai été fasciné par cet Autour ! je suis fascinée par le règne animal en général, et faire la connaissance de Mabel m'a beaucoup plu. En parallèle, l'auteur nous livre le chemin White homme d'un autre siècle lui même adepte de fauconnerie, et a enrichi son texte sur le sujet. M pour Mabel est une autobiographie, et Helen nous conte sa douleur, ce passage difficile à franchir quand survient la perte d'un être cher. Mabel va l'aider à surmonter ces épisode douloureux. Un livre intéressant pour... Une lecture particulière et intéressante à la fois. On y apprend beaucoup sur le monde de la fauconnerie et j'ai trouvé cela très captivant. Après on adhère ou pas au fait d'élever un oiseau "sauvage" , mais il faut savoir que sans une certaine captivité contrôlé beaucoup d'espèces ne seraient plus de ce monde. C'est le cas pour certains faucons. Ici nous allons approfondir l'Autour ! Jamais entendu le nom de cet oiseau ! Et quel oiseau, un vrai petit monstre ! J'ai beaucoup aimé le monde que nous décrit l'auteur, les descriptions de son autour, son comportement, son caractère et les sentiments que l'humain peut avoir avec un animal qu'il élève et éduque. J'ai été fasciné par cet Autour ! je suis fascinée par le règne animal en général, et faire la connaissance de Mabel m'a beaucoup plu. En parallèle, l'auteur nous livre le chemin White homme d'un autre siècle lui même adepte de fauconnerie, et a enrichi son texte sur le sujet. M pour Mabel est une autobiographie, et Helen nous conte sa douleur, ce passage difficile à franchir quand survient la perte d'un être cher. Mabel va l'aider à surmonter ces épisode douloureux. Un livre intéressant pour ceux qui aime découvrir, qui apprécie les histoires peu communes, c'est certain ça change des romans de fiction. Pour ma part, j'ai beaucoup aimé ce monde des faucons, un peu moins les épisodes avec White. Ce livre donne l'envie d'approfondir nos connaissances sur ces oiseaux particuliers que sont les faucons et quand je croiserai un spectacle de fauconnerie, je pense que je ne porterai plus le même regard sur cette osmose qui peut régner entre l'oiseau et l'homme.
          Lire la suite
          En lire moins
        • zazimuth Posté le 23 Mai 2017
          J'avais été attirée par l'annonce de la sortie de ce roman (notamment sur Babelio^^) et le thème de la fauconnerie qui me rappelait des souvenirs d'enfance ("Le faucon déniché" de Jean-Paul Noguès mais aussi le film "Kess" de Ken Loach). Il s'agit ici d'un roman d'un autre genre même si la fauconnerie et les rapaces sont omniprésents. C'est l'histoire d'une femme, Helen, passionnée par les faucons, qui doit traversé un épisode douloureux de son existence après la mort de son père adoré dont elle ne peut faire le deuil. Elle décide "d'apprivoiser" ou de "dresser" (mais aucun de ces termes n'est approprié pour le type de relation dont il s'agit) un autour, une femelle sauvage qu'elle baptisera Mabel. L'une et l'autres vont évoluer au contact l'une de l'autre. Ce qui est très original aussi ce sont les citations, extraits et commentaires sur toute la littérature de la fauconnerie, souvent datée et masculine et notamment de nombreux éléments biographiques sur T.H. White auquel Helen s'identifie dans sa mission avec son oiseau. Un texte fascinant et très fort.
        • zembla Posté le 12 Mai 2017
          Voila un livre qui sort des sentiers battus, de part sa forme, c'est un récit, pas un roman et par son sujet l'art de la fauconnerie. Enfant, l'auteure rêvait de devenir fauconnier et même si elle n'en n'a pas fait son métier elle est une amatrice éclairée. Un jour son père décède brutalement et pour l'aider a faire son deuil et essayer de sortir de la dépression qui la touche, elle décide d'essayer d'apprivoiser un autour, le plus sauvage de ses congénères rapace. C'est une longue introspection dans l'univers de la fauconnerie et du deuil. Le plus difficile est de rentrer dans ce récit pour deux raisons : les mots techniques liés a la fauconnerie et parallèle de son expérience de dressage avec celui de l'auteur britannique Terence White. Mais une fois lancé, ce récit nous captive par cette relation ambivalente entre le dresseur et son animal mais aussi entre la personne dépressive et sa béquille. Plus on avance plus l'auteure se livre sur son deuil et moins elle se cache derrière la fauconnerie pour se livrer sur l'absence et la perte qu'elle ressent. Pour autant pas de pathos mais de la dignité et une écriture... Voila un livre qui sort des sentiers battus, de part sa forme, c'est un récit, pas un roman et par son sujet l'art de la fauconnerie. Enfant, l'auteure rêvait de devenir fauconnier et même si elle n'en n'a pas fait son métier elle est une amatrice éclairée. Un jour son père décède brutalement et pour l'aider a faire son deuil et essayer de sortir de la dépression qui la touche, elle décide d'essayer d'apprivoiser un autour, le plus sauvage de ses congénères rapace. C'est une longue introspection dans l'univers de la fauconnerie et du deuil. Le plus difficile est de rentrer dans ce récit pour deux raisons : les mots techniques liés a la fauconnerie et parallèle de son expérience de dressage avec celui de l'auteur britannique Terence White. Mais une fois lancé, ce récit nous captive par cette relation ambivalente entre le dresseur et son animal mais aussi entre la personne dépressive et sa béquille. Plus on avance plus l'auteure se livre sur son deuil et moins elle se cache derrière la fauconnerie pour se livrer sur l'absence et la perte qu'elle ressent. Pour autant pas de pathos mais de la dignité et une écriture fine et littéraire.Un récit autobiographique de qualité loin des canons actuels. Ma note 7/10.
          Lire la suite
          En lire moins
        Lisez inspiré avec 10/18 !
        Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.