Lisez! icon: Search engine
Perrin
EAN : 9782262050191
Code sériel : 582
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 432
Format : 108 x 177 mm

Madame Roland

Une femme en Révolution

Collection : Tempus
Date de parution : 05/03/2015
"La" biographie de l'égérie des Girondins.
Etre une femme engagée dans l’action politique, telle fut, en un temps où le gouvernement n’était pas l’affaire des femmes, la profonde originalité de Marie-Jeanne Phlipon, épouse Roland, guillotinée pour ses idées et son action le 8 novembre 1793, à 39 ans. Ecrivain au talent éclatant, collaboratrice de son mari deux... Etre une femme engagée dans l’action politique, telle fut, en un temps où le gouvernement n’était pas l’affaire des femmes, la profonde originalité de Marie-Jeanne Phlipon, épouse Roland, guillotinée pour ses idées et son action le 8 novembre 1793, à 39 ans. Ecrivain au talent éclatant, collaboratrice de son mari deux fois ministre de l’Intérieur, encyclopédiste, amie et conseillère de plusieurs hommes jeunes qui firent la Révolution, comme Pétion, Brissot, Louvet, et amoureuse passionnée de l’un d’entre eux, Buzot, Mme Roland a tenu tous les rôles que l’accélération foudroyante de l’histoire lui présenta. Emportée dans la chute de ses amis girondins, elle fit preuve, face à la mort, d’un stupéfiant courage. Sa correspondance et ses Mémoires offrent un prodigieux exemple des enchaînements du cœur et de la raison chez une femme habitée par la passion du bien public.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782262050191
Code sériel : 582
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 432
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

Portrait d’une femme, portrait d’une aventure intellectuelle, ce livre est aussi une analyse vivante de la Révolution.
Livres Hebdo

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • talou61 Posté le 25 Février 2021
    Une biographie de Jeanne Marie Phlipon dite Manon, épouse de Jean-Marie Roland, égérie du groupe des Brissotins pendant la Révolution française. Epistolaire, rédactrice d'un journal et de nombreuses lettres dont l'auteur se sert pour rédiger cette biographie. D'ailleurs, certains titres des chapitres (21) reprennent un extrait significatif. Bien sûr, classé selon un ordre chronologique, cet ouvrage est plus qu'une biographie de Manon Roland, il constitue un décryptage de la Révolution française et de toutes ses intrigues, notamment durant l'année 1792. Manon Roland est une disciple de Rousseau : elle est convaincue que le bien public ne peut venir que du peuple naturellement bon ; elle rêve d'une société idéale où le peuple prendrait son destin en main et se donnerait des chefs capables de se sacrifier au bien public. C'est une républicaine passionnée. Elle commence par des courriers avec Brissot, puis se lie avec les députés qu'on appelle les Brissotins, puis plus tard, les Girondins. Ces derniers, afin de confondre le double jeu du roi, amène à la proposition de la guerre en avril 1792. Une alliance improbable entre le roi et la "gauche" de l'Assemblée va conduire à la déclaration d'une guerre qui durera jusqu'en 1815 et qui marqua un virage dans la Révolution... Une biographie de Jeanne Marie Phlipon dite Manon, épouse de Jean-Marie Roland, égérie du groupe des Brissotins pendant la Révolution française. Epistolaire, rédactrice d'un journal et de nombreuses lettres dont l'auteur se sert pour rédiger cette biographie. D'ailleurs, certains titres des chapitres (21) reprennent un extrait significatif. Bien sûr, classé selon un ordre chronologique, cet ouvrage est plus qu'une biographie de Manon Roland, il constitue un décryptage de la Révolution française et de toutes ses intrigues, notamment durant l'année 1792. Manon Roland est une disciple de Rousseau : elle est convaincue que le bien public ne peut venir que du peuple naturellement bon ; elle rêve d'une société idéale où le peuple prendrait son destin en main et se donnerait des chefs capables de se sacrifier au bien public. C'est une républicaine passionnée. Elle commence par des courriers avec Brissot, puis se lie avec les députés qu'on appelle les Brissotins, puis plus tard, les Girondins. Ces derniers, afin de confondre le double jeu du roi, amène à la proposition de la guerre en avril 1792. Une alliance improbable entre le roi et la "gauche" de l'Assemblée va conduire à la déclaration d'une guerre qui durera jusqu'en 1815 et qui marqua un virage dans la Révolution : l'avènement puis la chute des Girondins, la terreur, la mort du roi, Thermidor… Elle tient un salon où les députés viennent discuter et préparer leurs politiques et leurs plans. Son époux, Jean-Marie Roland devient ministre de l'Intérieur le 23 mars 1792. Elle rédige d'ailleurs beaucoup de ses discours, elle est sa plume mais aussi son "chargé de communication" ! Toute la vie de Manon Roland est décrite de son enfance à son exécution le 8 novembre 1793. L''auteur est relativement critique envers Madame Roland, qui se révèle être une passionnée, assez sûre d'elle, ne doute jamais de sa supériorité, de sa capacité d'influencer de séduire et qui commet de graves erreurs politiques notamment en publiant une lettre le 10 juin 1792 (sous le nom de son époux) qui en faisant référence aux évènements des trois dernières années écoulées, rappelle les principes de la Révolution, mais adresse des menaces et des conseils en écrivant que le roi sera responsable d'une guerre civile et légitime les violences populaires et l'insurrection. Selon Jean Jaurès ce fut un coup de feu tiré à bout portant sur le roi et la royauté ! Et outre, que cet écrit méconnait délibérément le droit de Véto, qui est un droit constitutionnel, La réponse de Louis XVI ne se fait pas attendre ! le 12 juin, il renvoie les ministres girondins et nomme des Feuillants en remplacement. Ce qui aura pour conséquence, la manifestation du 20 juin et l'envahissement des Tuileries. Soudain, l'auteur semble changer de registre … En racontant la chute des Girondins, 31 mai-1er juin 1793, il commence une partie plus critique envers les Montagnards et plus favorable à Mme Roland, sans raison, en contradiction avec tout son développement antérieur ?! Madame Roland est arrêtée le 1er juin 1793, relâchée le 24 juin puis à nouveau arrêtée le même jour. Elle sera jugée puis exécutée le 8 novembre de la même année. Son époux qui s'était enfui le 1er juin alors qu'elle courait à l'assemblée pour le défendre, se suicide le 10 novembre. De petites biographies de tous les personnages rencontrés par Mme Roland sont insérées et très intéressantes. Avant l'épilogue, l'auteur narre rapidement la vie de sa fille Eudora, devenue orpheline à 14 ans. Vivement recommandé pour les passionnés de cette période historique.
    Lire la suite
    En lire moins
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PERRIN
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…