Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266291187
Code sériel : 17408
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 288
Format : 108 x 177 mm

Magda

Date de parution : 07/02/2019
Sur l’écran de télévision, les images défilent. Et les mots tombent, terribles : « attentat », « déférée au parquet », « SNCF » … On ne dit pas son nom, mais Magda a compris. Elle s’écroule dans le vieux fauteuil. Alice… Son Alice. Sa fille… une terroriste ? Certes,... Sur l’écran de télévision, les images défilent. Et les mots tombent, terribles : « attentat », « déférée au parquet », « SNCF » … On ne dit pas son nom, mais Magda a compris. Elle s’écroule dans le vieux fauteuil. Alice… Son Alice. Sa fille… une terroriste ? Certes, les convictions de la jeune femme ne sont un mystère pour personne. Mais de là à passer à l’acte ? Assaillie par les journalistes, la famille tâche de tenir le choc.
Mais quelle responsabilité peut bien porter Magda ? Quel passé clandestin a-t-elle dissimulé ? Et quel en sera le prix à payer ?

« Mazarine Pingeot signe le plus beau de ses romans. » Femme actuelle

« Mazarine Pingeot nous embrouille par son talent de conteuse, l’empathie qu’elle impose avec ses personnages et l’intelligence de son scénario. » Marianne
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266291187
Code sériel : 17408
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 288
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Un roman questionnant l'engagement politique par le prisme de la transmission familiale à travers l'histoire d'une mère et sa fille. » France Culture
« Mazarine Pingeot est retorse, elle nous embrouille par son talent de conteuse, l'empathie qu'elle impose avec ses personnages et l'intelligence de son scénario. » Marianne
« Mazarine Pingeot explore les arcanes de la transmission familiale, entre la reproduction du schéma et la volonté de l'éradiquer. Troublant, magnifique. » Madame Figaro
« De la profondeur, et un rebondissement final saisissant. » La Vie
« Librement inspire de faits réels, ce roman introspectif, en résonnance avec l'actualité, explore les ressorts de la transmission. » Bilioteca Magazine
« Ce roman plus qu'actuel explore avec sensibilité les thèmes de la filiation et des extrémismes de tout bord. » Télé Loisirs      
« Mazari Pingeot signe le plus beau de ses romans Elle enlace les mots en creusant le sillon des liens familiaux, du militantisme, de l'amour pudique mais inconditionnel d'une mère et d'un père dont les silences sont assourdissants.» Femme Actuelle
« Ambitieux, captivant, le roman pointe les impasses idéologiques de l'action violente telle qu'elle a été théorisée et appliquée dans la mouvance de l'ultragauche en Europe. Toutefois, l'auteur y propose avant tout un suspense psychologique d'une grande intensité, empreint d'une profonde noirceur. » L'Obs
 

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Doralex72 Posté le 27 Septembre 2021
    Quand leur fille, Alice, est arrêtée pour association de malfaiteur en lien avec une entreprise terroriste, les vies de Magda et Guillaume s’effondrent. Comment imaginer que leur fille, leur bébé, celle qu’ils ont élevée ait pu vouloir commettre un attentat, saboter les rails d’un train, tuer des innocents ? L’idée est inconcevable pour Guillaume. Quand à Magda, ses origines allemandes la rendent froide et distante de prime abord. Pense-t-elle capable sa fille de tels actes ou bien est-elle tout simplement abasourdie ? Après le choc de l’annonce, il faut parer au plus pressé. Il faut aller chercher leur petite-fille, Rosa, âgée de huit ans, dans cette « communauté », cette ferme où vivait Alice, son compagnon Fabrice et d’autres personnes elles aussi biberonnées par un certain idéalisme. Pour Magda et Guillaume, une autre vie commence. Défendre Alice, protéger Rosa, mais aussi épargner autant que possible Ezéchiel, leur fils malade. Le couple va se retrouver aux prises avec le réel, avec la curiosité malsaine des journalistes, avec la méfiance affichée du voisinage ou pire, avec la fausse condescendance de ces gens qui ne savent rien d’eux et qu’ils avaient si bien gardés à distance jusque-là. Car Magda et Guillaume vivent... Quand leur fille, Alice, est arrêtée pour association de malfaiteur en lien avec une entreprise terroriste, les vies de Magda et Guillaume s’effondrent. Comment imaginer que leur fille, leur bébé, celle qu’ils ont élevée ait pu vouloir commettre un attentat, saboter les rails d’un train, tuer des innocents ? L’idée est inconcevable pour Guillaume. Quand à Magda, ses origines allemandes la rendent froide et distante de prime abord. Pense-t-elle capable sa fille de tels actes ou bien est-elle tout simplement abasourdie ? Après le choc de l’annonce, il faut parer au plus pressé. Il faut aller chercher leur petite-fille, Rosa, âgée de huit ans, dans cette « communauté », cette ferme où vivait Alice, son compagnon Fabrice et d’autres personnes elles aussi biberonnées par un certain idéalisme. Pour Magda et Guillaume, une autre vie commence. Défendre Alice, protéger Rosa, mais aussi épargner autant que possible Ezéchiel, leur fils malade. Le couple va se retrouver aux prises avec le réel, avec la curiosité malsaine des journalistes, avec la méfiance affichée du voisinage ou pire, avec la fausse condescendance de ces gens qui ne savent rien d’eux et qu’ils avaient si bien gardés à distance jusque-là. Car Magda et Guillaume vivent entre eux, dans leur cocon, se protégeant des autres. En autonomie. Quand Alice a quitté leur maison, elle a voulu s’extraire de cela, mais aussi, elle a voulu exister face à une mère autoritaire. Alice a voulu jouer à la dure, elle a voulu agir, marquer la société de son empreinte. Mais Magda, elle, si secrète, si renfermée, n’aurait-elle pas dans son propre passé quelques fantômes ? Dans ce roman, Mazarine Pingeot explore encore une fois des thèmes qui sont récurrents dans ses œuvres : l’enfance malmenée, le passé encombrant, les choix plus ou moins douloureux que l’on doit parfois faire. Avec sa prose délicate, sa finesse d’analyse et sa réflexion subtile, elle nous conduit dans un univers où tout n’est pas tel qu’on le voie, où le blanc et le noir laissent souvent place au gris, où les idéaux ont engloutis les êtres.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Lasloudjikamal Posté le 6 Novembre 2020
    Je viens de terminer la lecture de ce livre Magda à Mazarine Pingeot que j’ai trouvé excellent par le lien que regroupe la communauté franco-allemande,c’est vraiment une histoire d’ethnie j’ai beaucoup aimé.
  • JeanPierreV Posté le 14 Avril 2019
    Magda et Guillaume son mari, sont agriculteurs dans une ferme des Pyrénées-Atlantiques. Ils vivent presque en autarcie et fréquentent peu de monde. Ils prennent beaucoup de plaisir à faire ensemble des randonnées en montagne. Ils restent toujours peu absents de leur ferme, afin de rester proches d'Ézéchiel, leur fils de 27 ans, schizophrène, qui vit dans une dépendance de la ferme, suivi par une assistante de vie. Ils mènent une vie simple, loin du monde et son agitation. Leur fille Alice vit, quant à elle, dans une communauté rejetant la société de consommation et fréquente peu ses parents. Alice et son compagnon Fabrice, qu'ils n'apprécient pas, sont arrêtés et accusés de terrorisme, Alice ayant été vue dans une voiture à proximité du lieu d'un sabotage sur une voie ferrée. Alors Magda et Guillaume vont chercher leur petite-fille Rosa, âgée de huit ans. La gamine les découvre, ils découvrent la gamine....une gamine élevée loin de tout, loin de la société, loin de l'école. Visites régulières à la prison, fouilles, enquête de gendarmerie, ferme et animaux dont il faut s'occuper, gamine que l'on découvre...La vie simple est bousculée. Mais, de temps en temps une randonnée permet de faire le vide, d'autant plus... Magda et Guillaume son mari, sont agriculteurs dans une ferme des Pyrénées-Atlantiques. Ils vivent presque en autarcie et fréquentent peu de monde. Ils prennent beaucoup de plaisir à faire ensemble des randonnées en montagne. Ils restent toujours peu absents de leur ferme, afin de rester proches d'Ézéchiel, leur fils de 27 ans, schizophrène, qui vit dans une dépendance de la ferme, suivi par une assistante de vie. Ils mènent une vie simple, loin du monde et son agitation. Leur fille Alice vit, quant à elle, dans une communauté rejetant la société de consommation et fréquente peu ses parents. Alice et son compagnon Fabrice, qu'ils n'apprécient pas, sont arrêtés et accusés de terrorisme, Alice ayant été vue dans une voiture à proximité du lieu d'un sabotage sur une voie ferrée. Alors Magda et Guillaume vont chercher leur petite-fille Rosa, âgée de huit ans. La gamine les découvre, ils découvrent la gamine....une gamine élevée loin de tout, loin de la société, loin de l'école. Visites régulières à la prison, fouilles, enquête de gendarmerie, ferme et animaux dont il faut s'occuper, gamine que l'on découvre...La vie simple est bousculée. Mais, de temps en temps une randonnée permet de faire le vide, d'autant plus que l'enquête de gendarmerie avance peu. Les gendarmes s'intéressent cependant beaucoup à leur mode de vie, et à la conception de la communauté d'Alice et Fabrice. Ils cherchent des renseignements sur les changements dans le comportement d'Alice, ses fréquentations, veulent savoir qui l'a influencée, quelles étaient ses fréquentations. A t-elle été l'objet d'un lavage de cerveau ? Pourquoi s'est-elle radicalisée? Magda est allemande de naissance, elle a sans doute par ses lectures de Marx, par sa vie en autarcie, par ses conversations, influencé Alice. Elle ne peut s’empêcher d'y penser, de culpabiliser chaque fois qu'elle lui rend visite en prison. Heureusement que Magda et Guillaume ont brûlé les livres politiques qu'ils possédaient lors de l'arrestation d'Alice. Photo de Magda prise de nuit par un journaliste....la presse s'empare du fait divers, de la vie de famille... la presse fouille-m...qui vend du papier avec du sensationnel, avec tout ce qui sort de clous... avec des vies privées étalées au grand jour en toute indécence, avec des suppositions montées en épingle... Révoltant! La fin réserve une surprise qui m'a effleuré l'esprit au cours de la lecture. Ouah! Un bon moment de plaisir. Plaisir de découvrir Mazarine Pingeot, philosophe et habile dans la description des mentalités, des âmes de ses personnages, de leurs faiblesses comme de leurs forces de caractère. Plaisir aussi de lire aussi les réactions de ces personnes dont les vies privées sont étalées au grand jour, sont violées par ces journaux avides de sensationnel, avides de suppositions et de mensonges..."Elle se sent traquée, et c’est bien cela l’image qu’elle a vue, si précise qu’elle en était douloureuse, une proie cernée de toutes parts. Une proie condamnée à fuir." Mazarine Pingeot en fut victime, elle dut en souffrir et peut-être que cette souffrance a été déterminante dans la construction de sa personnalité. Je ne savais pas qu'elle était auteure! La presse préférait écrire qu'elle était fille de...et diffuser des photos volées à coté de lui, ce qui ne m’intéressait nullement. J'ai "rencontré" Mazarine Pingeot et lu cet ouvrage grâce à une boite à livres dans laquelle un autre lecteur l'avait laissé, mais pas abandonné. Merci à celui-ci ou celle-ci. Je vais m'empresser de donner une nouvelle vie à cet ouvrage. Il le mérite. Je ne l'abandonne pas, je l'offre !
    Lire la suite
    En lire moins
  • jeunejane Posté le 22 Février 2019
    Un matin, la télé est allumée. Magda apprend que sa fille Alice, son compagnon et des membres de leur communauté sont accusés d'avoir commis un attentat contre l'installation d'un futur TGV. C'est le drame pour Magda et Guillaume le père d'Alice. Ils se mettent en route pour aller récupérer Rosa leur petite-fille. Démarre alors tout un cheminement de pensées culpabilisantes pour Magda qui vient d'Allemagne et n'a jamais voulu retourner dans son pays. De plus, leur mode de vie proche de la nature, en totale autarcie, Magda, ses lectures de Marx et autres ont probablement influencé Alice qui est devenue réactionnaire et non pacifiste comme eux. Par la petite Rosa, nous faisons la connaissance de leur fils Ezéchiel , schyzophrène. Ils le soignent à domicile près de chez eux. Il communique toujours très bien grâce au contrôle des médicaments. Ils vont devoir affronter les médias, la police, défendre leur fille et tout à la fin, nous aurons droit à un coup de théâtre qui dormait quelque peu car elle était bien taiseuse sur son passé, Magda et insistait beaucoup sur le fait de tout recommencer lorsqu'elle avait quitté l'Allemagne. Un beau roman, très bien écrit, très finement. J'ai apprécié le fond de l'auteur qui nous... Un matin, la télé est allumée. Magda apprend que sa fille Alice, son compagnon et des membres de leur communauté sont accusés d'avoir commis un attentat contre l'installation d'un futur TGV. C'est le drame pour Magda et Guillaume le père d'Alice. Ils se mettent en route pour aller récupérer Rosa leur petite-fille. Démarre alors tout un cheminement de pensées culpabilisantes pour Magda qui vient d'Allemagne et n'a jamais voulu retourner dans son pays. De plus, leur mode de vie proche de la nature, en totale autarcie, Magda, ses lectures de Marx et autres ont probablement influencé Alice qui est devenue réactionnaire et non pacifiste comme eux. Par la petite Rosa, nous faisons la connaissance de leur fils Ezéchiel , schyzophrène. Ils le soignent à domicile près de chez eux. Il communique toujours très bien grâce au contrôle des médicaments. Ils vont devoir affronter les médias, la police, défendre leur fille et tout à la fin, nous aurons droit à un coup de théâtre qui dormait quelque peu car elle était bien taiseuse sur son passé, Magda et insistait beaucoup sur le fait de tout recommencer lorsqu'elle avait quitté l'Allemagne. Un beau roman, très bien écrit, très finement. J'ai apprécié le fond de l'auteur qui nous glisse ses connaissances philosophiques pour illustrer le mode de vie de Magda qui avait apporté ses livres dont celui de Marx. Elle demandera à Guillaume de brûler ses livres pour ne pas attirer les soupçons de la police. Un très beau roman avec un peu de lenteur toutefois, qui part de faits réels. De là, Mazarine Pingeot élabore tout son roman , très riche. Bon d'accord, Alice a continué le mode de pensée de ses parents en y ajoutant ses connaissances universitaires et sa réaction très vive mais elle aurait très bien pu aussi adopter un tout autre mode de vie que ses parents et devenir une consommatrice acharnée. Là, ma fantaisie prend le dessus mais j'ai vu pas mal d'enfants réagir à leur milieu familial et mener leur vie tout à fait d'une autre façon que leurs parents. Merci à mes amies babeliotes pour leurs critiques qui m'ont ouvert la voie de la lecture de "Magda" . Latina se reconnaître certainement. Challenge plumes féminines
    Lire la suite
    En lire moins
  • vero95270 Posté le 22 Février 2019
    Une plume magnifique, ce roman est incontestablement bien écrit. Mais (et oui il y un mais) l'intrigue, la psychologie des personnages, la Transmission, tout cela est dans l'ouvrage mais ma conclusion reste : et alors ?
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.