RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Malefica T1

            Pocket
            EAN : 9782266253949
            Code sériel : 16135
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 504
            Format : 108 x 177 mm
            Malefica T1

            Date de parution : 05/02/2015
            1639, dans un petit village de France. Catherine, sa fille Anneline et sa petite-fille Jeanne, guérisseuses de génération en  génération, affrontent l’obscurantisme de l’Inquisition.
            Dans le hameau d’à côté, François, armurier de son état, doit prendre la fuite après sa vendetta sanglante contre le gabeleur qui a assassiné sa famille. 
            Leurs destins...
            1639, dans un petit village de France. Catherine, sa fille Anneline et sa petite-fille Jeanne, guérisseuses de génération en  génération, affrontent l’obscurantisme de l’Inquisition.
            Dans le hameau d’à côté, François, armurier de son état, doit prendre la fuite après sa vendetta sanglante contre le gabeleur qui a assassiné sa famille. 
            Leurs destins croisés vont les mettre sur la trace d’un énigmatique grimoire qui suscite l’intérêt de l’homme le plus puissant du royaume, le cardinal de Richelieu. Acculés, ils s’engagent dans une course frénétique afin de résoudre un mystère millénaire.
             
            « Historien de formation, Hervé Gagnon livre un récit de quête aussi bien documenté que palpitant. » Sud Presse
            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266253949
            Code sériel : 16135
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 504
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            8.30 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « Historien de formation, Hervé Gagnon livre un récit de quête aussi bien documenté que palpitant. » Sud Presse
            « Un style littéraire fluide et visuel ; une ambiance noire et violente ; des intrigues et des rebondissements mêlant pouvoir et religion. » histoire-pour-tous.fr
            « Ce roman est captivant et nous invite à réfléchir à la condition des femmes au XVIIe siècle. » femme-attitude.com

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • cassie56 Posté le 23 Février 2019
              J’avais beaucoup aimé la saga Damné du même auteur et il me tardait de retrouver sa plume. Ici, l’auteur nous plonge au temps de l’Inquisition, où une famille de guérisseuses va se retrouver aux prises avec l’Eglise et l’Etat, pour des raisons qui les dépassent. Je dois avouer que j’ai adoré ma lecture, c’est un vrai page-turner, plein de rebondissements, d’action, on se demande toujours comment nos héros vont s’en sortir. J’ai eu une tendresse particulière pour la petite Jeanne qui est une enfant adorable et espiègle. Par contre, je trouve le côté manichéen un peu pesant. Les méchants Catholiques contre les pauvres femmes, une fois de plus la religion catholique est montrée sous son jour le plus noir. Certes, ce n’était pas très reluisant, mais bon, il est possible de faire de l’aventure sans tout coller à la sauce «méchante religion intolérante». Sinon, je n’ai pas lâché le livre avant de l’avoir fini, je l’ai lu d’une traite. C’est bien écrit, on ne s’ennuie pas. On rencontre quelques personnages connus comme Richelieu ou Tréville. J’aime aussi beaucoup le côté historique bien développé, l'ambiance, le contexte, par contre, les scènes de tortures auraient pu être édulcorées. En bref : j’ai passé... J’avais beaucoup aimé la saga Damné du même auteur et il me tardait de retrouver sa plume. Ici, l’auteur nous plonge au temps de l’Inquisition, où une famille de guérisseuses va se retrouver aux prises avec l’Eglise et l’Etat, pour des raisons qui les dépassent. Je dois avouer que j’ai adoré ma lecture, c’est un vrai page-turner, plein de rebondissements, d’action, on se demande toujours comment nos héros vont s’en sortir. J’ai eu une tendresse particulière pour la petite Jeanne qui est une enfant adorable et espiègle. Par contre, je trouve le côté manichéen un peu pesant. Les méchants Catholiques contre les pauvres femmes, une fois de plus la religion catholique est montrée sous son jour le plus noir. Certes, ce n’était pas très reluisant, mais bon, il est possible de faire de l’aventure sans tout coller à la sauce «méchante religion intolérante». Sinon, je n’ai pas lâché le livre avant de l’avoir fini, je l’ai lu d’une traite. C’est bien écrit, on ne s’ennuie pas. On rencontre quelques personnages connus comme Richelieu ou Tréville. J’aime aussi beaucoup le côté historique bien développé, l'ambiance, le contexte, par contre, les scènes de tortures auraient pu être édulcorées. En bref : j’ai passé un excellent moment avec cette lecture, je compte lire la suite, très prochainement.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Syl Posté le 1 Octobre 2018
              En 755, sous le règne de Pépin le Bref Un prisonnier de haut lignage, tenu au secret dans une tour, reçoit pour seule visite celle d’une jouvencelle qui vient le soigner régulièrement. Puis un jour, malgré l’immense plaisir qu’il a de la voir, il lui intime l’ordre de ne plus venir. Il sait que sa mort est programmée pour bientôt. En 1631, sous le règne de Louis XIII, Dans le village d’Abelès, la guérisseuse et sage-femme, Catherine Dujardin, aide sa fille Anneline à mettre au monde son bébé. Comme toutes les femmes de leur lignée, elle accouche d’une petite fille qu’elle appelle Jeanne. Jeanne porte la tâche en forme d’abeille qui symbolise l’ordre antique de leur déesse. Mais afin de les protéger de l’Inquisition, le bon curé Bardou ne tarde pas à donner sa bénédiction, car même si elles sont appréciées et demandées par le village, quelques mauvaises âmes n’hésiteraient pas à les traiter de sorcières. Pendant que la petite Jeanne grandit, instruite par ses deux aînées dans le métier de guérisseuse, pas loin d’Abelès, François Morin, un ancien soldat très valeureux qui avait fait le siège de La Rochelle et avait secouru Jean Armand du Peyrer Comte de Trouville (Capitaine de la compagnie... En 755, sous le règne de Pépin le Bref Un prisonnier de haut lignage, tenu au secret dans une tour, reçoit pour seule visite celle d’une jouvencelle qui vient le soigner régulièrement. Puis un jour, malgré l’immense plaisir qu’il a de la voir, il lui intime l’ordre de ne plus venir. Il sait que sa mort est programmée pour bientôt. En 1631, sous le règne de Louis XIII, Dans le village d’Abelès, la guérisseuse et sage-femme, Catherine Dujardin, aide sa fille Anneline à mettre au monde son bébé. Comme toutes les femmes de leur lignée, elle accouche d’une petite fille qu’elle appelle Jeanne. Jeanne porte la tâche en forme d’abeille qui symbolise l’ordre antique de leur déesse. Mais afin de les protéger de l’Inquisition, le bon curé Bardou ne tarde pas à donner sa bénédiction, car même si elles sont appréciées et demandées par le village, quelques mauvaises âmes n’hésiteraient pas à les traiter de sorcières. Pendant que la petite Jeanne grandit, instruite par ses deux aînées dans le métier de guérisseuse, pas loin d’Abelès, François Morin, un ancien soldat très valeureux qui avait fait le siège de La Rochelle et avait secouru Jean Armand du Peyrer Comte de Trouville (Capitaine de la compagnie des Mousquetaires), monte une forge pour devenir armurier. Bien installé, de bonne réputation, et heureux en famille, le sort en la personne de Gaston de Villefort, le gabeleur du comté qui commet des exactions sans scrupule, vient le terrasser en tuant sa femme et sa fille. Fou de douleur, François rend sa justice en tuant à son tour le meurtrier, puis s’enfuit en étant gravement blessé. Poursuivi par le prévôt Reynaud de Villefort, le frère de Gaston, François est retrouvé agonisant dans un fourré par Anneline qui l’emmène chez elle pour le soigner. Suite à cet acte qui suscite la jalousie d’un amoureux éconduit, la jeune guérisseuse va être accusée de sorcellerie et subir un procès mené par l’abbé Guillaume Fagot, un fanatique de l’Inquisition ami de Guy de Maussac. Calomnies, faux témoignages, un bûcher qui est érigé, Anneline voit aussi sa maison brûler et sa mère mourir. Pour elle et Jeanne, il ne reste alors que la fuite, et c’est avec l’aide de François qu’elles partent sur les routes en direction de Paris, avec pour seul héritage, un mystérieux livre de paraboles datant de l’ère mérovingienne, très convoité par l’Église et les hommes de la couronne, qu’elle va essayer de décrypter pour assurer leur survie. Premier tome d’une trilogie, le roman s’articule autour de nos deux héros pourchassés par l’Église et les hommes de Reynaud de Villefort. Roman épique, rien ne leur est épargné et c’est avec courage et détermination qu’ils cheminent vers les embuches. Une intrigue longue de 500 pages, le style est fluide malgré des longueurs et des passages très durs sur les tortures pratiquées par l’Inquisition. Des personnages aux tempéraments marqués, une incursion détaillée à l’époque de Louis XIII avec des personnages historiques tels que Richelieu et les Mousquetaires, de la romance, du surnaturel, beaucoup de combats, du mystère et un secret vieux de près de mille ans, peuvent plaire aux lecteurs initiés qui ne s’ennuieront pas. Mais pour ma part, j’ai moyennement apprécié et ne pense pas lire la suite.
              Lire la suite
              En lire moins
            • catlyne24 Posté le 11 Juillet 2017
              J'ai découvert Hervé Gagnon à travers cette trilogie que j'ai dévorée. L'histoire troublante d'une famille de guérisseuses qui croisent la route d'un homme désespéré sur un fond historique au temps de l'inquisition. Malgré les scènes de violence qui peuvent paraitre choquantes (qui m'ont en tout cas énormément touchée de par le lien que l'on finit par avoir avec les personnages), l'histoire ne s'appesantie pas et ne perd pas en rebondissements. Un bon roman à lire été comme hiver, sur la plage ou au coin du feu.
            • LauraDarcy Posté le 8 Mai 2017
              Il était temps! Temps de sortir Malefica de ma pile à lire. Ce roman traînait dans ma bibliothèque depuis sa sortie chez France Loisirs en 2015. Après avoir lu plusieurs romances contemporaines de suite, j’ai eu envie de changement. Et c’est en faisant un petit tour justement à France Loisirs pour effectuer mon achat trimestriel que La voie du livre s’est rappelé à mon bon souvenir. De plus, j’ai appris à cette occasion que la suite de la trilogie ne serait bientôt plus disponible en boutique. J’ai donc décidé de lire le premier tome avant d’acheter la suite. Dès les premières pages, j’ai été plongé dans l’ambiance du XVIIe siècle que j’ai toujours imaginé sale, bruyante et sans pitié. La France est divisée, elle est en guerre et la banqueroute menace. Les impôts pesant sur la population sont toujours plus importants et la manière de les récolter fort peu reluisante. Loin de Paris, dans le duché du Berry, Anneline et François vont être amenés à se rencontrer. La première est guérisseuse de son état de mère en fille et de génération en génération, le second est armurier menant sa vengeance tambour battant. Ces deux personnages qui se croyaient favorisés par la vie et... Il était temps! Temps de sortir Malefica de ma pile à lire. Ce roman traînait dans ma bibliothèque depuis sa sortie chez France Loisirs en 2015. Après avoir lu plusieurs romances contemporaines de suite, j’ai eu envie de changement. Et c’est en faisant un petit tour justement à France Loisirs pour effectuer mon achat trimestriel que La voie du livre s’est rappelé à mon bon souvenir. De plus, j’ai appris à cette occasion que la suite de la trilogie ne serait bientôt plus disponible en boutique. J’ai donc décidé de lire le premier tome avant d’acheter la suite. Dès les premières pages, j’ai été plongé dans l’ambiance du XVIIe siècle que j’ai toujours imaginé sale, bruyante et sans pitié. La France est divisée, elle est en guerre et la banqueroute menace. Les impôts pesant sur la population sont toujours plus importants et la manière de les récolter fort peu reluisante. Loin de Paris, dans le duché du Berry, Anneline et François vont être amenés à se rencontrer. La première est guérisseuse de son état de mère en fille et de génération en génération, le second est armurier menant sa vengeance tambour battant. Ces deux personnages qui se croyaient favorisés par la vie et en sécurité dans leur petit village de campagne vont très vite déchanter. Un nouveau curé vient d’arriver au village d’Abeles. En l’espace de quelques jours, il va attiser la haine des villageois envers cette guérisseuse aux allures de sorcières. Ce petit homme fourbe va mener l’inquisition à Abeles pour faire le procès d’Anneline. La descente aux enfers pour Anneline et sa famille va être brutale et sans fin. Heureusement que François n’ayant plus rien à perdre et à attendre de la vie va secourir Anneline et sa fille. Hervé Gagnon n’a pas pris de gant pour décrire la réalité du XVIIe siècle. Le vocabulaire est dur, sans fioriture. Les scènes peuvent être très violentes, voire choquantes, et j’ai dû faire quelques pauses dans ma lecture afin de respirer. Hervé Gagnon n’épargne pas ses personnages et les scènes de tortures, de massacres sont d’une extrême barbarie. Aucun détail n’est épargné au lecteur, mais le XVIIe siècle accable Anneline et François. Hervé Gagnon a situé son intrigue sous le règne de Louis XIII, du Cardinal Richelieu et des mousquetaires, mais nous sommes loin de l’ambiance de cape et d’épée des romans d’Alexandre Dumas. Je regrette que l’intrigue du thriller mette autant de temps à se mettre en place. Ce premier tome m’a quelque peu laissé sur ma faim. Toutefois, ce point négatif pourra se révéler positif dans le second tome qui pourra être axé uniquement sur la résolution du mystère du livre.
              Lire la suite
              En lire moins
            • lessorcieres Posté le 11 Octobre 2016
              Cette saga moyenâgeuse est comme je les aime: de l’action, du mystère, une touche de romance et des sorcières!!! J’ai passé un très bon moment même si certaines scènes de torture ( on est sous l’inquisition donc…) m’ont donnée la nausée. Cependant elles ne sont pas de trop, elles posent le décor. Tout n’est pas rose et malheur à qui s’oppose à Dieu et à la loi. J’ai apprécié le courage, la force, la volonté de ces femmes guérisseuses, coupables d’être indépendantes et instruites. Catherine apporte la sagesse, Anneline la fougue et Jeanne sa fraîcheur et sa spontanéité. Quand à François, lui , il est le roc sur lequel elles pourront s’appuyer car bien qu’indépendante il est des moments où on ne peut rester seule. Les liens qui se tissent entre eux sont fort, basés sur la confiance et la même quête. L’auteur nous tiens en haleine. Nous découvrons en même temps que les personnages ce qui se passe. L’écriture est facile et agréable et les chapitres s’enchaînent facilement. Bémol : mon édition ( France loisir) est bourrée de coquilles et le tome 2 n’est plus disponible.
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.