Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782266325677
Code sériel : 18676
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 672
Format : 108 x 177 mm
Nouveauté
Mamba Point Blues
Date de parution : 29/09/2022
Éditeurs :
Pocket
Nouveauté

Mamba Point Blues

Date de parution : 29/09/2022
1918. Les tranchées. Le tam-tam des obus. La guerre. De cette France qu’il ne connaît que par les livres, Jules Canot découvre une réalité bien différente. Interprète franco-sénégalais venu prêter main-forte aux GI afro-américains,... 1918. Les tranchées. Le tam-tam des obus. La guerre. De cette France qu’il ne connaît que par les livres, Jules Canot découvre une réalité bien différente. Interprète franco-sénégalais venu prêter main-forte aux GI afro-américains, il y trouve également l’amour… et la musique – qu’il poursuivra jusqu’en Amérique. Du Cotton Club de Harlem aux soubresauts politiques du Liberia,... 1918. Les tranchées. Le tam-tam des obus. La guerre. De cette France qu’il ne connaît que par les livres, Jules Canot découvre une réalité bien différente. Interprète franco-sénégalais venu prêter main-forte aux GI afro-américains, il y trouve également l’amour… et la musique – qu’il poursuivra jusqu’en Amérique. Du Cotton Club de Harlem aux soubresauts politiques du Liberia, des droits civiques à Joséphine Baker, sur les traces de ses origines ou attaché aux pas de Graham Greene, Jules traverse son siècle au rythme du jazz, parfois swing, souvent blues – et toujours improvisé…
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266325677
Code sériel : 18676
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 672
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Une épopée torrentielle portée par l’enthousiasme d’un héros solaire.»
L'Obs

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • arnauddangoisse 25/07/2022
    Aujourd’hui, je vais vous parler de cette superbe fresque qui traverse les époques et qui s’impose à nous à travers l’histoire de la négritude, de la condition des noirs dans les grands événements qui ont parsemé le siècle dernier. L’auteur se nomme Christophe NAIGEON. Nous nous sommes rencontrés sur une dédicace au Cultura de Rambouillet. Il a eu la bonne idée de me dédicacer son livre et de me confier un marque page sur lequel un flash code permet d’avoir accès à la musique qui baigne cet ouvrage. Car c’est avant tout un livre musical, qui raconte le blues et le jazz et se « symphonise » des mots qui rythment les phrases. J’y reviendrai. La couverture m’intriguait avec le visage de ce personnage noir. Je lui demandai quel était son rapport à l’Afrique et il me confia qu’il était un ancien grand reporter, il avait donc traversé de nombreuses régions. Pour ma part, le lui parlai de mon expérience à Butaré, au Rwanda. « Butaré ? me dit-il. Je connais ». Là, je dois dire que j’avais été un peu scotché car je suis sûr qu’il n’y a pas une personne sur 1 million qui connaisse Butaré. « J’y étais en... Aujourd’hui, je vais vous parler de cette superbe fresque qui traverse les époques et qui s’impose à nous à travers l’histoire de la négritude, de la condition des noirs dans les grands événements qui ont parsemé le siècle dernier. L’auteur se nomme Christophe NAIGEON. Nous nous sommes rencontrés sur une dédicace au Cultura de Rambouillet. Il a eu la bonne idée de me dédicacer son livre et de me confier un marque page sur lequel un flash code permet d’avoir accès à la musique qui baigne cet ouvrage. Car c’est avant tout un livre musical, qui raconte le blues et le jazz et se « symphonise » des mots qui rythment les phrases. J’y reviendrai. La couverture m’intriguait avec le visage de ce personnage noir. Je lui demandai quel était son rapport à l’Afrique et il me confia qu’il était un ancien grand reporter, il avait donc traversé de nombreuses régions. Pour ma part, le lui parlai de mon expérience à Butaré, au Rwanda. « Butaré ? me dit-il. Je connais ». Là, je dois dire que j’avais été un peu scotché car je suis sûr qu’il n’y a pas une personne sur 1 million qui connaisse Butaré. « J’y étais en 1994. » L’année du génocide, celle qui avait rendu ce pays tristement célèbre aux yeux du monde. Ce gars-là savait, c’est sûr, de quoi il parlait. Cela ne rendait son œuvre que plus intéressante. Bon revenons à nos moutons. Le roman démarre à la fin de la guerre de 14, dans les tranchées. Mais il démarre surtout sur les rythmes du tam tam qui rebondissent dans le cerveau du personnage central, Jules Canot et qui ne vont pas le quitter jusqu’au mot fin. « Aveugle. Sourd. Sans corps, juste un battement primaire quelque part là-haut. Dundumba, dundumba. Un tronc vide qui résonne. Tronçon d’arbre creux sans branche ni racines, afzelia dont on fait ces tambours wolofs aux noms sonores qui tapent fort dans sa tête. » On est immédiatement happé par la violence et l’âpreté des conditions de vies des soldats dans la boue et l’humidité des combats. On suit ce régiment de noirs américains qui se fait remarquer par son courage, son sens de la fête comme sa propension à créer du jazz et dont les hautes sphères dirigeantes ne veulent pas. Fin de la 1ere partie. Puis l’auteur nous embarque de l’autre côté de l’Atlantique, dans l’Amérique des années 20 et l’on commence à parler des liens entre ce continent et l’Afrique, celle des esclaves et de la soumission. Joséphine Baker est une figure de cette période que notre héros côtoie et avec laquelle il a une liaison. Tout est magnifiquement bien décrit. Ensuite, retour en Afrique, au Libéria notamment, devenu la terre d’accueil des anciens esclaves revenus sur leur continent originel, tout cela sur fond de manipulations, de traitrises. L’auteur n’a pas son pareil pour mettre la musique en mots et nous présenter son intime message. Il sait également avec beaucoup d’érudition nous parler de politique et des enjeux qui se cachent derrière certaines décisions. Enfin, les atmosphères sont très bien rendues et on a l’impression de les vivre avec les personnages. Il y a pourtant des fossés gigantesques entre la France des années folles et la jungle du Liberia mais le narrateur y est parfaitement à son aise et il sait nous y entraîner sans jamais nous lâcher. Si vous aimez l’Afrique, si vous aimez le jazz, si vous aimez l’histoire ou si simplement vous êtes curieux de ces choses là, ce livre est fait pour vous. Laissez-vous emporter dans un voyage qui restera gravé dans votre mémoire.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Chouette48 04/12/2021
    Quel plaisir de lire ce livre... Le rythme transpire dès les premiers mots malgré un contexte historique sombre qui nous mène de la première à la seconde guerre mondiale en passant par l'esclavage, la segrégation, les 3k, la creation complexe du Libéria. Mais bizarrement, ce toman garde un ton optimiste, sur fond de romance impossible et de rencontres musicales. Bravo.
  • MAPATOU 14/11/2021
    Christophe Naigeon fait partie de la Sélection des Talents Cultura 2021, catégorie Roman. Il a été grand reporter et documentariste en Afrique pendant 25 ans. Son connaissance et son expertise de ce continent donnent à son premier roman de la consistance, de l’épaisseur (et je ne parle pas des 536 pages du livre ! ). La quatrième de couverture dit : « Des tranchées d’Argonne à Monrovia en passant par Dakar, New York et Paris, une fresque romanesque puissante qui court d’une guerre mondiale à l’autre, rythmée par les accents vibrants du jazz ». Oui, mais pas que ! En suivant la vie du personnage principal, Jules Canot, percussionniste de génie, sénégalais ayant combattu dans les tranchées en Alsace en 1918, j’ai appris plein de choses : que des esclaves affranchis étaient partis des Etats-Unis pour aller s’installer en Afrique et créer un nouveau pays : le Liberia que le gouvernement des Etats-Unis ont décidé d’y empêcher l’installation de trop d’Afro-américains car il y avait un intérêt économique colossal : le caoutchouc. Monsieur Firestone a donc fait abattre des quantités d’arbres pour les remplacer par des milliers d’hévéas. que les Afro-américains installés au Liberia se sont très mal conduits et comportés envers les autochtones » Bien... Christophe Naigeon fait partie de la Sélection des Talents Cultura 2021, catégorie Roman. Il a été grand reporter et documentariste en Afrique pendant 25 ans. Son connaissance et son expertise de ce continent donnent à son premier roman de la consistance, de l’épaisseur (et je ne parle pas des 536 pages du livre ! ). La quatrième de couverture dit : « Des tranchées d’Argonne à Monrovia en passant par Dakar, New York et Paris, une fresque romanesque puissante qui court d’une guerre mondiale à l’autre, rythmée par les accents vibrants du jazz ». Oui, mais pas que ! En suivant la vie du personnage principal, Jules Canot, percussionniste de génie, sénégalais ayant combattu dans les tranchées en Alsace en 1918, j’ai appris plein de choses : que des esclaves affranchis étaient partis des Etats-Unis pour aller s’installer en Afrique et créer un nouveau pays : le Liberia que le gouvernement des Etats-Unis ont décidé d’y empêcher l’installation de trop d’Afro-américains car il y avait un intérêt économique colossal : le caoutchouc. Monsieur Firestone a donc fait abattre des quantités d’arbres pour les remplacer par des milliers d’hévéas. que les Afro-américains installés au Liberia se sont très mal conduits et comportés envers les autochtones » Bien sûr , je ne crois pas que ce pays qui porte comme une indélébile marque de mensonge le si joli nom de Liberté va soudain devenir un havre de fraternité et de tolérance pour tous les Noirs qui s’y trouvent, descendants des colons venus d’Amérique ou peuples autochtones. (…) Ils tuent maintenant ces intrus, ces usurpateurs, mais c’est il y a cent cinquante huit ans qu’ils auraient dû les rejeter à la mer, ne jamais les laisser fouler la terre africaine. Ils ne savaient pas que ces pauvres types, malades, rendus idiots par l’esclavage, effarés de ce qu’ils découvraient de leur « Terre promise » allaient devenir leurs tyrans. » Au fil de l’histoire, Jules croise beaucoup de monde : Joséphine Baker, Graham Greene et bien d’autres, retrouve une branche de sa famille dans le Maine. Pas de temps mort dans ce roman passionnant que je vous invite à découvrir.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Ichirin-No-Hana 24/10/2021
    Reçu dans le cadre d'une Masse Critique, je remercie les éditions Les Presses de la Cité et Babelio pour l'envoi de roman. 1918, Jules Canot est interprète auprès du régiment de volontaires noirs des États-Unis, venus aider pour la libération de la France. Né au Sénégal, Jules et les membres du régiment ont, en plus de combattre sur une terre inconnue, comme point commun l'amour de la musique. Christophe Naigeon va nous faire voyager en Europe, en Amérique et en Afrique. Nous partons à la rencontre d'une immense palette de personnage dont des emblématiques comme, entre autres, la magnifique Joséphine Backer. Mamba Point Blue est un roman très fort en émotion. À travers le destin de Jules Canot et de Diane, l'auteur traite de nombreuses thématiques comme le racisme, le traitement des personnes noires pendant les deux guerres mondiales, l'engagement et les revendications des personnes noires et des femmes. Le roman est parfaitement écrit et est rempli de rebondissements. Jules Canot et Diane sont des protagonistes très intéressants à suivre. Plein d'humanité, nos personnages découvrent l'Histoire de leurs familles et de leurs peuples. Le récit est passionnant et est ultra documenté. Mamba Point Blues est une très belle rencontre avec l'Histoire... Reçu dans le cadre d'une Masse Critique, je remercie les éditions Les Presses de la Cité et Babelio pour l'envoi de roman. 1918, Jules Canot est interprète auprès du régiment de volontaires noirs des États-Unis, venus aider pour la libération de la France. Né au Sénégal, Jules et les membres du régiment ont, en plus de combattre sur une terre inconnue, comme point commun l'amour de la musique. Christophe Naigeon va nous faire voyager en Europe, en Amérique et en Afrique. Nous partons à la rencontre d'une immense palette de personnage dont des emblématiques comme, entre autres, la magnifique Joséphine Backer. Mamba Point Blue est un roman très fort en émotion. À travers le destin de Jules Canot et de Diane, l'auteur traite de nombreuses thématiques comme le racisme, le traitement des personnes noires pendant les deux guerres mondiales, l'engagement et les revendications des personnes noires et des femmes. Le roman est parfaitement écrit et est rempli de rebondissements. Jules Canot et Diane sont des protagonistes très intéressants à suivre. Plein d'humanité, nos personnages découvrent l'Histoire de leurs familles et de leurs peuples. Le récit est passionnant et est ultra documenté. Mamba Point Blues est une très belle rencontre avec l'Histoire teintée de musique rythmée et de personnages attachants ! À lire !
    Lire la suite
    En lire moins
  • Marilou09 11/10/2021
    Jules Canot est un jeune sénégalais, que l'on rencontre alors qu'il est gravement blessé dans les tranchées de l'est de la France. Son incroyable destin va le mener à travers les États-Unis, en Afrique, à Paris. Il va être tour à tour, soldat, musicien, consul et va rencontrer artistes marquants de son époque (Duke Ellington, Joséphine Baker), hommes politiques et autres. Pourtant, Jules est un homme simple qui ne cherche qu'à vivre heureux en faisant la musique qu'il aime; il n'a pas forcément d'ambition démesurée, mais la vie va faire qu'il va avoir ce destin extraordinaire. Il est très attachant, dès le début, on le rencontre un peu timide, ne se laissant vraiment aller que lorsqu'il est derrière ses tambours. Au fur et à mesure, à travers l'histoire de ses ancêtres, on va le découvrir intelligent, porteur de valeurs telles que la liberté individuelle, l'honnêteté. Il va s'adapter tout en gardant ses valeurs dans une Amérique où être noir dans les années 1920-1930 n'est pas de tout repos: lui va continuer à essayer de faire la musique qu'il aime et que paradoxalement, les blancs aiment aussi. C'est ce qui va lui permettre d'être un peu épargné. C'est assez difficile de parler... Jules Canot est un jeune sénégalais, que l'on rencontre alors qu'il est gravement blessé dans les tranchées de l'est de la France. Son incroyable destin va le mener à travers les États-Unis, en Afrique, à Paris. Il va être tour à tour, soldat, musicien, consul et va rencontrer artistes marquants de son époque (Duke Ellington, Joséphine Baker), hommes politiques et autres. Pourtant, Jules est un homme simple qui ne cherche qu'à vivre heureux en faisant la musique qu'il aime; il n'a pas forcément d'ambition démesurée, mais la vie va faire qu'il va avoir ce destin extraordinaire. Il est très attachant, dès le début, on le rencontre un peu timide, ne se laissant vraiment aller que lorsqu'il est derrière ses tambours. Au fur et à mesure, à travers l'histoire de ses ancêtres, on va le découvrir intelligent, porteur de valeurs telles que la liberté individuelle, l'honnêteté. Il va s'adapter tout en gardant ses valeurs dans une Amérique où être noir dans les années 1920-1930 n'est pas de tout repos: lui va continuer à essayer de faire la musique qu'il aime et que paradoxalement, les blancs aiment aussi. C'est ce qui va lui permettre d'être un peu épargné. C'est assez difficile de parler de ce livre très dense: il y est question de la place des Noirs aux États-Unis, des guerres mondiales, de l'esclavage, de la décolonisation. Il aborde d'ailleurs un aspect plus que méconnu: la "recolonisation organisée" du Libéria par des Afro-américains qui s'est révélée être un fiasco, les esclaves d'hier devenant les tyrans de demain. Bref, c'est un livre que j'ai trouvé magnifique, très précis historiquement et qui nous donne à voir des choses inhabituelles, des pans de l'histoire plus que méconnus.
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.