Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782264031570
Code sériel : 5
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 208
Format : 108 x 177 mm
Manifeste du parti communiste
Francis Brière (dessins de), Umberto Eco (préface de), Régine Cavallaro (traduit par)
Date de parution : 16/09/2004
Éditeurs :
10/18

Manifeste du parti communiste

Francis Brière (dessins de), Umberto Eco (préface de), Régine Cavallaro (traduit par)
Date de parution : 16/09/2004
Un texte majeur. Une révolution.

Cette œuvre fut publiée pour la première fois en 1848 et rédigée à la demande du deuxième congrès de la Ligue des Communistes, réunie à Londres en décembre 1847.
Une seule...

Cette œuvre fut publiée pour la première fois en 1848 et rédigée à la demande du deuxième congrès de la Ligue des Communistes, réunie à Londres en décembre 1847.
Une seule phrase et tout l’acquis de la civilisation a été remis en question : « Prolétaires du monde entier, unissez-vous. »
Ainsi se...

Cette œuvre fut publiée pour la première fois en 1848 et rédigée à la demande du deuxième congrès de la Ligue des Communistes, réunie à Londres en décembre 1847.
Une seule phrase et tout l’acquis de la civilisation a été remis en question : « Prolétaires du monde entier, unissez-vous. »
Ainsi se termine le Manifeste du Parti communiste. Et ainsi s’ouvre l’ère des grands bouleversements sociaux.


« On ne peut prétendre que quelques belles pages peuvent à elles seules changer la face du monde. L’œuvre de Dante tout entière n’a pas suffi à rendre un saint empereur romain aux Communes italiennes. Toutefois, lorsque l’on parle de ce texte que fut le Manifeste du parti communiste publié par Marx et Engels en 1848 et qui a, indéniablement, exercé une influence considérable sur deux siècles d’histoire, je pense qu’il faut le relire du point de vue de sa qualité littéraire ou, du moins, de son extraordinaire structure rhétorique et argumentative.»
Umberto Eco

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264031570
Code sériel : 5
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 208
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • albatros_erudit 06/06/2022
    Je n'ai jamais été de sensibilité marxiste, je suis plutôt, politiquement, dans la défense des petites entreprises, de l'artisanat, de l'agriculture familiale. Pourtant, de nombreux propos de ce livre ne méritent pas une virgule de modification pour comprendre la mondialisation néolibérale et la concentration des richesses dans la main d'une poignée de multinationales et de milliardaires.
  • Arl71 10/04/2022
    Un ouvrage essentiel. A lire et relire régulièrement. Une analyse de la société capitaliste et des solutions intemporelles. Il est la base d'un courant de pensée politique, économique, militant et révolutionnaire. Ce livre n'est pas une utopie, c'est la vision d'une nouvelle société.
  • JCLDLGR 18/02/2022
    Ce petit livre très accessible, puisque écrit pour les ouvriers, est étonnamment moderne dans son analyse du rapport entre bourgeoisie et prolétariat, qui s'applique toujours à notre système social actuel.... L'essentiel de la théorie Marxiste est là, qui sera développée plus tard dans le Capital. La simplicité de la formulation en a fait un best-seller !!! La 3ème partie sur les autres options de contestation socialiste du régime bourgeois n'est pas évident à transposer aujourd'hui, mais on peut y voir l'opposition entre socialistes libéraux (quel que soit leur pensée) et communistes. On comprend bien aussi comment la bourgeoisie ayant pris le pouvoir des mains de la noblesse, est la seule classe ennemie des ouvriers. C'est tellement lucide dans l'analyse et simple dans les solutions qu'on se prend à rêver qu'au delà de la dictature dramatique de l'URSS il existe un monde meilleur où tous pourraient vivre sans conflits et sans exploitation d'une majorité par une minorité ! Par ailleurs, puisque le système capitaliste, comme l'avait prévu Marx et Engels, est à bout de course (ils n'avaient peut-être pas pensé, en 1847, qu'il puisse tenir aussi longtemps) ; il n'est peut-être pas trop tard. Par contre les auteurs ne cachent pas que le système... Ce petit livre très accessible, puisque écrit pour les ouvriers, est étonnamment moderne dans son analyse du rapport entre bourgeoisie et prolétariat, qui s'applique toujours à notre système social actuel.... L'essentiel de la théorie Marxiste est là, qui sera développée plus tard dans le Capital. La simplicité de la formulation en a fait un best-seller !!! La 3ème partie sur les autres options de contestation socialiste du régime bourgeois n'est pas évident à transposer aujourd'hui, mais on peut y voir l'opposition entre socialistes libéraux (quel que soit leur pensée) et communistes. On comprend bien aussi comment la bourgeoisie ayant pris le pouvoir des mains de la noblesse, est la seule classe ennemie des ouvriers. C'est tellement lucide dans l'analyse et simple dans les solutions qu'on se prend à rêver qu'au delà de la dictature dramatique de l'URSS il existe un monde meilleur où tous pourraient vivre sans conflits et sans exploitation d'une majorité par une minorité ! Par ailleurs, puisque le système capitaliste, comme l'avait prévu Marx et Engels, est à bout de course (ils n'avaient peut-être pas pensé, en 1847, qu'il puisse tenir aussi longtemps) ; il n'est peut-être pas trop tard. Par contre les auteurs ne cachent pas que le système sera autoritaire.
    Lire la suite
    En lire moins
  • MartinServal 15/06/2021
    Évidemment, il s'agit d'un texte dont la lecture se justifie par sa simple importance historique, mais également par la nécessité de rétablir une certaine vérité. Pointé du doigt comme le pire des régimes, principalement en raison des erreurs et des horreurs commises par les dirigeants qui ont un jour tenté d'appliquer cette doctrine, le communisme n'en reste pas moins une théorie économique avant tout, largement calomniée par nombre d'éditorialistes libéraux, et avec trop peu de défenseurs pour pouvoir espérer démystifier des légendes à la peau dure. Ainsi, Marx et Engels rappellent que non, l'abolition de la propriété privée ne signifie pas la privation de tous les biens, et que c'est le capitalisme qui se charge de dépouiller la majorité de ses possessions. Qui peut encore être propriétaire de son logement aujourd'hui ? Cette inversion de situation est proprement incroyable : les capitalistes ont réussi à faire croire que les communistes priveraient les masses de leur propriété individuelle alors même que ce sont eux, les bourgeois, qui mettent en oeuvre leur propre affabulation. De même, c'est le comble de l'hypocrisie que d'accuser les communistes de nier les nations, leur préférant l'unification des prolétaires de tous pays, quand l'on voit comme la mondialisation... Évidemment, il s'agit d'un texte dont la lecture se justifie par sa simple importance historique, mais également par la nécessité de rétablir une certaine vérité. Pointé du doigt comme le pire des régimes, principalement en raison des erreurs et des horreurs commises par les dirigeants qui ont un jour tenté d'appliquer cette doctrine, le communisme n'en reste pas moins une théorie économique avant tout, largement calomniée par nombre d'éditorialistes libéraux, et avec trop peu de défenseurs pour pouvoir espérer démystifier des légendes à la peau dure. Ainsi, Marx et Engels rappellent que non, l'abolition de la propriété privée ne signifie pas la privation de tous les biens, et que c'est le capitalisme qui se charge de dépouiller la majorité de ses possessions. Qui peut encore être propriétaire de son logement aujourd'hui ? Cette inversion de situation est proprement incroyable : les capitalistes ont réussi à faire croire que les communistes priveraient les masses de leur propriété individuelle alors même que ce sont eux, les bourgeois, qui mettent en oeuvre leur propre affabulation. De même, c'est le comble de l'hypocrisie que d'accuser les communistes de nier les nations, leur préférant l'unification des prolétaires de tous pays, quand l'on voit comme la mondialisation réalise, sans l'aide des communistes, ce rêve de monde globalisé sans patries. Il est donc urgent de lire ou relire ce texte, d'une actualité incroyable (les passages concernant les dangers de la mondialisation n'ont pas pris une ride) pour quitter les mensonges écrits par les vainqueurs et remettre en perspective un idéal dont certains principes profiteraient assurément bien plus au plus grand nombre que les principes iniques du monde libéral. Par souci de nuance, citons tout de même le principal défaut de ce texte, qui est d'ailleurs clairement revendiqué : c'est qu'il s'appuie exclusivement sur une vision matérialiste du monde, et refuse le débat d'idées aux points de vue philosophiques et religieux, considérant que les conditions de vie des prolétaires sont plus importantes que toute doctrine spirituelle ou philosophique. C'est probablement là que devrait se concentrer les vrais débats de fond.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Aminew 17/05/2021
    J'ai juste pas les mots je viens juste de le finir et je suis devenu marxiste à 100% même si le livre date de 1848 il décrit parfaitement notre société actuelle les classes ouvrière souffre énormément la bourgeoisie vole nos assiettes marx et notre bien aimé Engels on bien fait d'écrire ce livre bref si vous voulez apprendre exactement l'idéologie communisme marxisme je vous conseil ce livre Vive le communisme Vive marx et Engels
Inscrivez-vous à la newsletter 10/18 pour encore plus d'inspirations !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…