Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782266320825
Code sériel : 01840
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 240
Format : 108 x 177 mm
Nouveauté
Manifeste d'une sorcière d'aujourd'hui
Date de parution : 03/03/2022
Éditeurs :
Pocket
Nouveauté

Manifeste d'une sorcière d'aujourd'hui

Date de parution : 03/03/2022
Comment vivre avec notre âme de sorcière dans le monde moderne qui ne comprend rien à la magie ?
C’est à relever ce défi que s’est engagée Odile Chabrillac : le moment est...
Comment vivre avec notre âme de sorcière dans le monde moderne qui ne comprend rien à la magie ?
C’est à relever ce défi que s’est engagée Odile Chabrillac : le moment est venu de reconquérir notre place, d’être fière de notre féminité profonde.
Grâce à la force sacrée de la terre, du chaos,...
Comment vivre avec notre âme de sorcière dans le monde moderne qui ne comprend rien à la magie ?
C’est à relever ce défi que s’est engagée Odile Chabrillac : le moment est venu de reconquérir notre place, d’être fière de notre féminité profonde.
Grâce à la force sacrée de la terre, du chaos, du sexe, vous allez découvrir comment vous reconnecter à vos propres ressources, vous reliez aux autres et en particulières à vos sœurs. Un livre précieux ! 

Odile Chabrillac est naturopathe, thérapeute psychanalytique et directrice de l’Institut de Naturopathie Humaniste.
 
Également chez Pocket : Âme de sorcière.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266320825
Code sériel : 01840
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 240
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Stelphique Posté le 10 Avril 2022
    Ce que j’ai ressenti: « Écrire encore sur les sorcières? Pour qui, pourquoi? » Pour Elles. Parce que. Je trouve que c’est déjà une raison bien suffisante en elle-même. Parce qu’on écrit toujours pour quelqu’un, soi ou les autres, alors pourquoi ne pas s’adresser à celles et ceux qui ont compris que le mot « Sorcière », est complexe, qu’il renferme certes, quelques magies, mais surtout qu’il en appelle, à celles et ceux, qui ont envie de s’enraciner dans cette vie, d’en faire bouger les choses, de donner une chance au vivant conscient. Ce livre c’est un cheminement de pensée, d’abord, puis, un manifeste pour que les mots, la magie, la politique, les enjeux écologiques fasse Alliance. « Renouons avec plus grand que nous, et le plus petit aussi, tout l’infini et le sensible. » Alors si j’ai bien compris quelque chose, -et d’ailleurs Odile Chabrillac y fait de multiples références littéraires que j’ai déjà croisé au cours de mon propre cheminement- , c’est que le corps, l’amour, la colère, la santé, la danse, la Terre, la magie, la sexualité, la spiritualité, la nature, sont politiques, voire, engagements politiques. Ils forment un Tout, connecté, relié. Et c’est en cela, que se relève le défi: celui... Ce que j’ai ressenti: « Écrire encore sur les sorcières? Pour qui, pourquoi? » Pour Elles. Parce que. Je trouve que c’est déjà une raison bien suffisante en elle-même. Parce qu’on écrit toujours pour quelqu’un, soi ou les autres, alors pourquoi ne pas s’adresser à celles et ceux qui ont compris que le mot « Sorcière », est complexe, qu’il renferme certes, quelques magies, mais surtout qu’il en appelle, à celles et ceux, qui ont envie de s’enraciner dans cette vie, d’en faire bouger les choses, de donner une chance au vivant conscient. Ce livre c’est un cheminement de pensée, d’abord, puis, un manifeste pour que les mots, la magie, la politique, les enjeux écologiques fasse Alliance. « Renouons avec plus grand que nous, et le plus petit aussi, tout l’infini et le sensible. » Alors si j’ai bien compris quelque chose, -et d’ailleurs Odile Chabrillac y fait de multiples références littéraires que j’ai déjà croisé au cours de mon propre cheminement- , c’est que le corps, l’amour, la colère, la santé, la danse, la Terre, la magie, la sexualité, la spiritualité, la nature, sont politiques, voire, engagements politiques. Ils forment un Tout, connecté, relié. Et c’est en cela, que se relève le défi: celui d’en prendre conscience, ensemble, entre sœurs, entre touxtes, pour que chacun ait sa place. À force de persévérance, de créativité, d’imagination, de tentatives, de réalisations, le tout saupoudré de magie, on peut y arriver! On doit y arriver, c’est une nécessité, au vu du contexte actuel. L’autrice nous en donne, donc, quelques clefs, quelques réflexions, quelques rituels, quelques prières, quelques joies…C’est agréable et intéressant, de lire ceci, en ces temps particulièrement, troubles. « car nous savons que nous pouvons être à la fois méditant(e) et militant(e). Tel est le propos de la magie. Tel est son intérêt aussi. » Ce n’est pas dans la domination, dans la force que se trouve notre avenir. C’est dans le courage. Le courage d’être nous, au féminin. Le courage, d’être nous, sorcières. Le courage d’être une magicienne de son destin, en étant être humain avant tout mais aussi, être pensant, actif, créatif, pouvant changer demain…Ce petit livre est une réjouissance. Un petit plaisir à s’offrir, sans modération! Et puis, un peu de magie, ça ne se refuse pas, non?!
    Lire la suite
    En lire moins
  • Nau Posté le 13 Avril 2021
    Sortir des Bois, Manifeste d'une sorcière d'aujourd'hui. Un titre qui attise la curiosité. Et une très belle couverture qui attire l'oeil. C'est pour ces raisons que ce livre a rejoint ma bibliothèque. Je ne connaissais pas du tout l'auteur, et je ne lis pas souvent des livres de ce type, entre l'essai et le développement personnel. Mais la thématique m'intéressait. Et au final, c'est une belle découverte. Odille Chabrillac nous parle de thématique diverses : féminisme, écologie, politique, mais surtout engagement et la magie que chacun peut voir en lui-même. Si je pensais au début que j'aurais dû mal à lire ce livre, ça n'a pas été le cas. Odille Chabrillac nous décrit les choses avec beaucoup de simplicité et de détails en même temps. C'est donc un réel plaisir de lire ce livre. Grâce à cet ouvrage, j'ai pris du temps pour réfléchir sur moi et ce qui m'entoure, sur ce qui est vraiment important et ce que j'ai envie d'avoir dans ma vie de tous les jours. Un livre qui permet de questionner son quotidien et de se remettre en question. Un livre que je n'hésiterais pas à relire.
  • Suny Posté le 9 Mars 2021
    J’ai lu Âme de sorcière de la même autrice l’année dernière et même si quelques détails m’avaient déplu, j’avais globalement apprécié ma lecture, alors j’ai eu envie de retenter l’expérience avec Sortir des bois. J’y ai retrouvé l’un des points qui m’avaient chiffonnée dans Âme de sorcière, même si c’est beaucoup moins marqué : l’autrice utilise majoritairement le « neutre » , soit le masculin, pour qualifier son sujet ainsi que son lectorat, alors qu’on parle ici de l’image de la sorcière, soit du féminin. Tout comme dans le précédent ouvrage, je comprends et applaudis quelque part la volonté d’inclure les hommes dans le sujet, mais merde, on parle quand même des femmes ici, alors pourquoi se borner à utiliser ce « neutre » qui exclut clairement (et volontairement !) les femmes ? Bon, c’est tout de même vraiment moins flagrant dans cet ouvrage, il y a un réel effort d’inclusivité et d’utilisation de termes réellement neutres, et ce sans alourdir ce texte déjà bien dense et riche en excellentes réflexions. Parce que, et il est temps que j’y vienne, c’est surtout le fond qui doit nous intéresser dans cet ouvrage. Odile Chabrillac nous y parle de peur, d’insécurité, de sexualité, de... J’ai lu Âme de sorcière de la même autrice l’année dernière et même si quelques détails m’avaient déplu, j’avais globalement apprécié ma lecture, alors j’ai eu envie de retenter l’expérience avec Sortir des bois. J’y ai retrouvé l’un des points qui m’avaient chiffonnée dans Âme de sorcière, même si c’est beaucoup moins marqué : l’autrice utilise majoritairement le « neutre » , soit le masculin, pour qualifier son sujet ainsi que son lectorat, alors qu’on parle ici de l’image de la sorcière, soit du féminin. Tout comme dans le précédent ouvrage, je comprends et applaudis quelque part la volonté d’inclure les hommes dans le sujet, mais merde, on parle quand même des femmes ici, alors pourquoi se borner à utiliser ce « neutre » qui exclut clairement (et volontairement !) les femmes ? Bon, c’est tout de même vraiment moins flagrant dans cet ouvrage, il y a un réel effort d’inclusivité et d’utilisation de termes réellement neutres, et ce sans alourdir ce texte déjà bien dense et riche en excellentes réflexions. Parce que, et il est temps que j’y vienne, c’est surtout le fond qui doit nous intéresser dans cet ouvrage. Odile Chabrillac nous y parle de peur, d’insécurité, de sexualité, de couple, d’évolution, de patriarcat , d’égalité, d’écoféminisme, de spiritualité, de magie, de politique, bref, ça peut paraître fouillis comme ça mais tout cela s’emboîte dans un passionnant ensemble qui a trouvé beaucoup d’écho en moi. Cet ouvrage m’a beaucoup plus parlé que le précédent. Il est plus personnel, plus approfondi, on sent une réelle réflexion plus que la retranscription d’une bibliographie. C’est à la fois édifiant et touchant, exaltant et questionnant. Adressé aussi bien aux femmes qu’aux hommes, ils est porteur de messages forts mais toujours dans la bienveillance et dans le souci de n’oublier personne. Un livre qu’il me plaira de parcourir à nouveau, de temps en temps.
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Sélection
    Pocket

    Journée internationale des droits des femmes : 12 titres féministes

    À l’approche de la Journée internationale du droit des femmes, et dans une volonté constante de donner une voix aux auteures de son catalogue, Pocket publie trois nouveaux titres percutants. L’occasion de se replonger dans les sorties récentes et dans les pépites du fonds pour célébrer le féminisme au gré d’essais, de recueils de poésie et de romans.

    Lire l'article