Lisez! icon: Search engine
Pocket
EAN : 9782266270816
Code sériel : 16767
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 160
Format : 108 x 177 mm

Mariages de saison

Date de parution : 05/01/2017
Toujours les mêmes conversations, les mêmes buffets, les mêmes belles-mères… Vidéaste de mariage, Corentin connaît par cœur le spectacle du bonheur. Tous les samedis d’été, il enfile sa cravate, attrape son matériel et part assister à l’union des autres – qu’il sait regarder, enregistrer comme personne. Personne, il l’est –... Toujours les mêmes conversations, les mêmes buffets, les mêmes belles-mères… Vidéaste de mariage, Corentin connaît par cœur le spectacle du bonheur. Tous les samedis d’été, il enfile sa cravate, attrape son matériel et part assister à l’union des autres – qu’il sait regarder, enregistrer comme personne. Personne, il l’est – à leurs yeux du moins. À force de vivre en marge, sans s’engager, Corentin fait du surplace sans le savoir. Il est grand temps qu’il passe de l’autre côté de la caméra. Du côté de la vie, enfin…

« L’écrivain retrouve son registre sucré-salé dans ce joli roman, d’une profondeur qui ne dit pas son nom. » Delphine Peras – L’Express

« C’est nostalgique et joyeux à la fois, tendre et si réaliste aussi… On adore. » Cyril Cournoyer – Version Femina

Édition enrichie par l’auteur d’une nouvelle inédite
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266270816
Code sériel : 16767
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 160
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« L’amitié, la famille, les choix de vie : sentiments et sociologie font bon ménage sous sa plume pudique et harmonieuse - un ton bien à lui. Après Un hiver à Paris, plus grave, l’écrivain retrouve son registre sucré-salé dans ce joli roman, d’une profondeur qui ne dit pas son nom. » Delphine Peras, L’Express
« Indifférent, depuis son premier ouvrage, aux modes, Jean-Philippe Blondel explore à nouveau dans cette très belle fiction un espace romanesque singulier, le sien. » Francine De Martinoir, La Croix
« Il y a dans ce roman de l’empathie à revendre pour son prochain, la marque de Jean-Philippe Blondel qui parvient toujours à croquer ses contemporains avec une opiniâtre tendresse. Et débusquer derrière les clichés, la profondeur des êtres. » Françoise Dargent, Le Figaro Littéraire
« C’est nostalgique et joyeux à la fois, tendre et si réaliste aussi… On adore. Peut-être parce que quelque part, on a tous quelque chose en nous de Jean-Philippe Blondel.  » Cyril Cournoyer, Version Femina

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • latina Posté le 7 Juillet 2020
    Je me suis mariée un 4 juillet : préparation fébrile, maquillage, coiffure, cérémonie, embrassades, chaleur, joie intense et envie que ça se termine, invités qui transpirent, qui dansent, mal aux pieds… Belle journée, oui, mais pour moi, c’est la vie après qui est encore plus belle. Trop de gens, ça me met mal à l’aise. Je déteste les grands groupes, même pour mon mariage. Donc, je voulais voir comment cela se passait chez Blondel. Eh bien, j’ai retrouvé la même ambiance. Corentin est un jeune « vidéaste » de mariage, mal dans sa peau, ne sachant pas trop ce qu’il veut dans la vie. Il accompagne son oncle Yvan chaque samedi de la belle saison des mariages (de juillet à septembre) et est témoin du bonheur mais aussi du mal-être de nombreuses personnes, à commencer par les mariés. Il décide d’interroger quelques personnes, genre « confessionnal » dans les séries de télé-réalité. Et quand les esprits et les cœurs peuvent se lâcher… J’ai lu ce petit roman très vite, trop vite, car je n’en ai pasretiré grand-chose. Ce mal-être de presque trentenaires ne m’a pas touchée, j’en suis loin, c’est vrai. Beaucoup d’indécisions, ce je-ne-sais-quoi qui leur fait penser qu’ils... Je me suis mariée un 4 juillet : préparation fébrile, maquillage, coiffure, cérémonie, embrassades, chaleur, joie intense et envie que ça se termine, invités qui transpirent, qui dansent, mal aux pieds… Belle journée, oui, mais pour moi, c’est la vie après qui est encore plus belle. Trop de gens, ça me met mal à l’aise. Je déteste les grands groupes, même pour mon mariage. Donc, je voulais voir comment cela se passait chez Blondel. Eh bien, j’ai retrouvé la même ambiance. Corentin est un jeune « vidéaste » de mariage, mal dans sa peau, ne sachant pas trop ce qu’il veut dans la vie. Il accompagne son oncle Yvan chaque samedi de la belle saison des mariages (de juillet à septembre) et est témoin du bonheur mais aussi du mal-être de nombreuses personnes, à commencer par les mariés. Il décide d’interroger quelques personnes, genre « confessionnal » dans les séries de télé-réalité. Et quand les esprits et les cœurs peuvent se lâcher… J’ai lu ce petit roman très vite, trop vite, car je n’en ai pasretiré grand-chose. Ce mal-être de presque trentenaires ne m’a pas touchée, j’en suis loin, c’est vrai. Beaucoup d’indécisions, ce je-ne-sais-quoi qui leur fait penser qu’ils n’ont pas encore rencontré l’expérience qui change tout, cet entre-deux, tout ceci m’ennuie, au fond. J’avais lu « Une pièce montée » de Blandine Le Callet, et la comparaison n’est pas à l’avantage de Blondel, que pourtant j’apprécie. « La mise à nu » m’avait bien intéressée. Ces mariages de saison m’ont laissée dubitative, un peu à côté. Non, je n’y étais pas invitée, tant mieux d’ailleurs !
    Lire la suite
    En lire moins
  • sld09 Posté le 13 Mai 2020
    J'ai bien aimé Mariages de Saison dont le charme tient beaucoup à la plume de l'auteur qui sait insuffler une certaine légèreté à son texte même lorsqu'il est question des états d'âme de son héros, un jeune homme un peu perdu tant dans sa vie amoureuse que professionnelle. La chronologie du roman est rythmée par une succession de mariages entre lesquels s'intercalent des retranscriptions de vidéos enregistrée par le héros. L'auteur nous propose ainsi un échantillon de mariages en tous genres (bourgeois et chic, lesbien et revendicateur, bon-vivant et bien arrosé, simple et convivial…) et de couple plus ou moins bien assortis qui en sont plus ou moins conscients. Quant aux retranscriptions des vidéos, elles nous permettent d'avoir un autre point de vue sur le héros puisque ce sont ses proches qui interviennent pour raconter ce qui leur passe par la tête. Ces "confessions" vont peu à peu permettre au héros de se remettre en question et de mieux se comprendre. J'ai donc passé un moment bien agréable avec ce roman au style très fluide qui est à la fois amusant et touchant.
  • robardet Posté le 20 Février 2020
    Encore une superbe tranche de vie : je ne me lasse pas de cette écriture fluide et si expressive des troubles internes sans jamais tomber dans l'exubérance. Que de délicatesse...
  • Aproposdelivres Posté le 18 Février 2020
    Corentin a un emploi saisonnier original, il est vidéaste de mariage... Du mois de mai au mois de septembre, il seconde Yvan, son parrain, . Durant l'été 2013, nous allons les suivre lui et Yvon durant cinq mariages. Lors du premier, Corentin filme la déclaration d'amour d'une jeune mariée, destinée à l'homme qu'elle aime... Il est touché et derrière sa caméra Corentin se fait oublier et recueille les confidences des uns et des autres : mariés, parents, amis... A force de fréquenter les mariages, Corentin s'interroge sur sa propre vie. Il n'a jamais réussi à garder longtemps ses petites amies, il est vrai que son travail de vidéaste de mariage lui laisse peu de temps durant les week-ends, et sa situation professionnelle ressemble plutôt à du provisoire... Jean-Philippe Blondel décrit avec beaucoup de justesse et de simplicité ces mariages si différents où se révèlent des moments de tensions, de vérité, de poésie, d'amour... Une histoire plus profonde que l'on peut imaginer.
  • LauBlue Posté le 1 Octobre 2019
    Pour Corentin, jeune adulte de vingt-sept ans, les week-ends d'été sont synonymes de mariage. Vidéaste associé à son oncle, les deux hommes accompagnent les mariés de la préparation à la consécration et ce jusqu'au lendemain, filmant tour à tour leurs espoirs, leurs attentes autant que les déceptions et les peines. De témoignages en portraits, Mariages de saison fait la part belle à l'analyse et à l'introspection. Ainsi, au fil des vidéos tournés, des témoignages récoltés, des portraits de ses proches que Corentin met en images, émerge la personnalité du jeune homme. Observateur en mal d'aimer et d'être aimé, Corentin stagne, incertain jusqu'à l'errement, plus spectateur qu'acteur de sa propre vie, pétri d'hésitations touchantes. Son entourage le pousse jusqu'à ses retranchements et ses dérobades pour faire face, non seulement aux relations qu'il entretient avec les autres, mais aussi pour réaliser qu'il est temps de se bouger et de faire face à l'existence, tout simplement. « C'est trop facile. C'est trop confortable. Tu dois revenir de ce côté-ci de la scène. Tu as assez regardé, maintenant. » Jean-Philippe Blondel narre avec délicatesse la trajectoire hésitante d'un jeune adulte, et même si l'on devine vers qui l'auteur mène celui-ci, il sait distiller son avancée... Pour Corentin, jeune adulte de vingt-sept ans, les week-ends d'été sont synonymes de mariage. Vidéaste associé à son oncle, les deux hommes accompagnent les mariés de la préparation à la consécration et ce jusqu'au lendemain, filmant tour à tour leurs espoirs, leurs attentes autant que les déceptions et les peines. De témoignages en portraits, Mariages de saison fait la part belle à l'analyse et à l'introspection. Ainsi, au fil des vidéos tournés, des témoignages récoltés, des portraits de ses proches que Corentin met en images, émerge la personnalité du jeune homme. Observateur en mal d'aimer et d'être aimé, Corentin stagne, incertain jusqu'à l'errement, plus spectateur qu'acteur de sa propre vie, pétri d'hésitations touchantes. Son entourage le pousse jusqu'à ses retranchements et ses dérobades pour faire face, non seulement aux relations qu'il entretient avec les autres, mais aussi pour réaliser qu'il est temps de se bouger et de faire face à l'existence, tout simplement. « C'est trop facile. C'est trop confortable. Tu dois revenir de ce côté-ci de la scène. Tu as assez regardé, maintenant. » Jean-Philippe Blondel narre avec délicatesse la trajectoire hésitante d'un jeune adulte, et même si l'on devine vers qui l'auteur mène celui-ci, il sait distiller son avancée avec finesse. Sans aucun doute l'écriture sensible y est pour beaucoup. Elle porte l'histoire et donne une belle dimension à chaque personnage croisé. L'auteur les aime ses personnages, il pose sur eux un regard tendre et leur évolution est plutôt réussie. Et puis, quand au bout de la lecture se dessine l'avenir, même une fois le livre refermé, on souhaite que l'histoire se poursuive de belle façon pour Corentin. Et ce pour longtemps. On se dit alors, qu'on tient là un roman réussi.
    Lire la suite
    En lire moins
Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.