RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Marie Blanche

            Pocket
            EAN : 9782266192743
            Code sériel : 14057
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 736
            Format : 108 x 177 mm
            Marie Blanche

            Jean-Luc PININGRE (Traducteur)
            Date de parution : 03/05/2012

            Lake Forest, Illinois. À 96 ans, la vieille dame à laquelle Jim Fergus rend visite semble bien inoffensive… Renée de Fontarce McCormick, sa grand-mère, est pourtant une femme de tête, au caractère entier, qui a connu un destin hors du commun.
            De son aristocratique France natale aux rives du Nouveau Monde en...

            Lake Forest, Illinois. À 96 ans, la vieille dame à laquelle Jim Fergus rend visite semble bien inoffensive… Renée de Fontarce McCormick, sa grand-mère, est pourtant une femme de tête, au caractère entier, qui a connu un destin hors du commun.
            De son aristocratique France natale aux rives du Nouveau Monde en passant par les sables d’Égypte, Jim Fergus retrace son parcours et voit petit à petit apparaître le visage de sa propre mère, Marie-Blanche.
            Pour essayer de comprendre. Pour, peut-être, renouer avec les femmes de sa vie.

            « Un livre à la fois personnel, bouleversant et sensible. Une fois encore, Jim Fergus frappe très fort. » François Busnel – L'Express

            Lire la suite
            En lire moins
            EAN : 9782266192743
            Code sériel : 14057
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 736
            Format : 108 x 177 mm
            Pocket
            9.40 €
            Acheter

            Ils en parlent

            « La proximité de l’auteur avec ses sujets donne une dimension bouleversante à ce portrait en miroir dont l’allure affirmée est celle d’une redoutable saga. » Françoise Dargent – Le Figaro Littéraire


            « (…) un livre à la fois personnel, bouleversant et sensible. Une fois encore, Jim Fergus frappe très fort. » François Busnel – L’Express

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • bookaddict02 Posté le 14 Mai 2019
              Un roman très bien écrit et ou Jim Fergus sait nous tenir en haleine avec l’histoire d’une mère et sa fille et nous emmène avec eux dans leur périple entre la France et les Etat Unis. Il arrive à rendre les personnages captivants et nous plonge dans les problèmes de cette famille d’aristocrates qui traverse les épreuves à leur manière particulière bon lecture dans l’ensemble
            • BRIGITTEB Posté le 29 Novembre 2018
              J'ai beaucoup aimé la lecture de ce livre, malgré la difficulté de compréhension due à l'alternance des personnages que l'on finit par mélanger un peu, il faut bien le dire. La vie de Marie-Blanche, mère de l'auteur, et celle de Renée, sa grand-mère ont finalement pas mal de points communs, même si l'auteur affirme qu'elles étaient fort différentes de caractère, l'une, Renée, très autoritaire et tyrannique, et l'autre, Marie-Blanche, timide et effacée. On reste cependant fasciné par le destin de Renée, à la personnalité haute en couleur, et c'est elle qui est la vraie héroïne du roman. L'écriture de Jim Fergus est limpide et il réussit encore une fois, après Mille femmes blanches et La Fille sauvage, à nous emporter dans un univers que, même si on le sait mêlé de fiction et de faits réels, on se plairait à croire. Fergus a consacré 5 années à l'écriture de ce livre, avec des recherches que l'on imagine ardues sur la généalogie familiale, et il a imaginé, inventé, toute la partie qu'il ne connaissait pas de cette histoire. Il est donc normal qu'il y ait quelques invraisemblances, et ce n'est pas le plus gênant dans le livre. Il... J'ai beaucoup aimé la lecture de ce livre, malgré la difficulté de compréhension due à l'alternance des personnages que l'on finit par mélanger un peu, il faut bien le dire. La vie de Marie-Blanche, mère de l'auteur, et celle de Renée, sa grand-mère ont finalement pas mal de points communs, même si l'auteur affirme qu'elles étaient fort différentes de caractère, l'une, Renée, très autoritaire et tyrannique, et l'autre, Marie-Blanche, timide et effacée. On reste cependant fasciné par le destin de Renée, à la personnalité haute en couleur, et c'est elle qui est la vraie héroïne du roman. L'écriture de Jim Fergus est limpide et il réussit encore une fois, après Mille femmes blanches et La Fille sauvage, à nous emporter dans un univers que, même si on le sait mêlé de fiction et de faits réels, on se plairait à croire. Fergus a consacré 5 années à l'écriture de ce livre, avec des recherches que l'on imagine ardues sur la généalogie familiale, et il a imaginé, inventé, toute la partie qu'il ne connaissait pas de cette histoire. Il est donc normal qu'il y ait quelques invraisemblances, et ce n'est pas le plus gênant dans le livre. Il aurait pu en réalité écrire 2 ou 3 livres, car il y a aussi la mère de Renée, Thérèse, qui a sa part de responsabilité sans doute, mais à peine évoquée.
              Lire la suite
              En lire moins
            • Yayamia Posté le 24 Novembre 2018
              Effroyable récit, où l’auteur a réussi l’exploit d’exprimer sobrement l’inexprimable : l’incroyable (… mais vraie) dépravation de l’ensemble de la riche et noble famille de sa mère, voire la glaciale perversité sadique du grand-oncle de celle-ci, qui séduit continûment sa nièce Renée dès l’âge de 9 ans avec actes de pédophilie, -celle-ci en deviendra masochiste- pour la déflorer violemment le jour de ses 14 ans et avoir ensuite une relation suivie sado-maso avec elle. Cette dernière, élevée par nourrice et gouvernantes, loin de ses parents ne songeant qu’à leurs plaisirs (réceptions alcoolisées, danse de salon, chasse à courre). Renée deviendra une femme belle, enviée, égoïste, hautaine et manipulatrice, sera la mère de Marie-Blanche et la grand-mère de l’auteur, Jim Fergus. Et détruira psychologiquement tout son entourage. Marie-Blanche, la mal-aimée de sa mère, deviendra vite une épave alcoolique qui ne parviendra pas à se redresser. Le récit est fait d’allers-retours d’épisodes de vie de trois et même quatre femmes de quatre générations successives (si bien que l’on s’y perd parfois !) mais ces allers-retours dans le temps, les lieux (France, Égypte, Angleterre, USA, Suisse) et les générations, permettent au final de dénouer pour le comprendre l’écheveau des émotions, des bouleversements affectifs... Effroyable récit, où l’auteur a réussi l’exploit d’exprimer sobrement l’inexprimable : l’incroyable (… mais vraie) dépravation de l’ensemble de la riche et noble famille de sa mère, voire la glaciale perversité sadique du grand-oncle de celle-ci, qui séduit continûment sa nièce Renée dès l’âge de 9 ans avec actes de pédophilie, -celle-ci en deviendra masochiste- pour la déflorer violemment le jour de ses 14 ans et avoir ensuite une relation suivie sado-maso avec elle. Cette dernière, élevée par nourrice et gouvernantes, loin de ses parents ne songeant qu’à leurs plaisirs (réceptions alcoolisées, danse de salon, chasse à courre). Renée deviendra une femme belle, enviée, égoïste, hautaine et manipulatrice, sera la mère de Marie-Blanche et la grand-mère de l’auteur, Jim Fergus. Et détruira psychologiquement tout son entourage. Marie-Blanche, la mal-aimée de sa mère, deviendra vite une épave alcoolique qui ne parviendra pas à se redresser. Le récit est fait d’allers-retours d’épisodes de vie de trois et même quatre femmes de quatre générations successives (si bien que l’on s’y perd parfois !) mais ces allers-retours dans le temps, les lieux (France, Égypte, Angleterre, USA, Suisse) et les générations, permettent au final de dénouer pour le comprendre l’écheveau des émotions, des bouleversements affectifs au milieu des scandales successifs de la haute bourgeoisie du XXe siècle. Et de méditer sur la turpitude humaine.
              Lire la suite
              En lire moins
            • valreine Posté le 3 Août 2018
              enfin réussi à terminer cette lecture... sentiments partagés... j'ai eu du mal au début à m'y retrouver entre les chapitres "Renée" et "Marie-Blanche". Renée est un personnage épouvantable, merci maman! Marie-Blanche m'a fait peine, et là encore, merci maman! quel gâchis... je ne sais pas quelle est la part du roman dans cette histoire personnelle, et finalement il vaut peut-être mieux? beaucoup d'égoïsme chez nombre des acteurs de cette tragédie.
            • Roggy Posté le 29 Mai 2018
              Jim Fergus reprend la plume pour retracer de manière autobiographique l'histoire des femmes de sa lignée. Il raconte leur parcours et dresse en parallèle leurs portraits. Si la construction en deux parties peut dérouter, il y a tout de même quelque chose d'envoûtant et de feuilletonesque dans ce récit. L'auteur revient sans cesse sur les faits marquants et les répercussions néfastes d'actes commis. Ce roman choral accentue la comparaison entre les générations et les destins de ces femmes. En fond de toile la France et les Etats-Unis, cet héritage si important dans la vie de Jim Fergus. Le colonialisme égyptien et la guerre y marquent également leur destinée. Dans une sorte de saga familiale tragique, les relations dysfonctionnelles entres les membres engendrent des actes innommables et immoraux tels l'inceste et la pédophilie. Ces actes sont consentis, tolérés, cautionnés, car parfois on préfère rester dans le mensonge afin de sauver les apparences. Les turpitudes familiales sont minimisées par tous dans une sorte de commun accord tacite au nom de la manipulation. L'ambiance malsaine est parsemée de passages parfois très crus. Le lecteur se retrouve embarqué comme un voyeur, découvrant les bassesses de l'âme humaine, la lâcheté, l'orgueil, l'égoïsme, l'avidité matérialiste, ainsi que la souffrance,... Jim Fergus reprend la plume pour retracer de manière autobiographique l'histoire des femmes de sa lignée. Il raconte leur parcours et dresse en parallèle leurs portraits. Si la construction en deux parties peut dérouter, il y a tout de même quelque chose d'envoûtant et de feuilletonesque dans ce récit. L'auteur revient sans cesse sur les faits marquants et les répercussions néfastes d'actes commis. Ce roman choral accentue la comparaison entre les générations et les destins de ces femmes. En fond de toile la France et les Etats-Unis, cet héritage si important dans la vie de Jim Fergus. Le colonialisme égyptien et la guerre y marquent également leur destinée. Dans une sorte de saga familiale tragique, les relations dysfonctionnelles entres les membres engendrent des actes innommables et immoraux tels l'inceste et la pédophilie. Ces actes sont consentis, tolérés, cautionnés, car parfois on préfère rester dans le mensonge afin de sauver les apparences. Les turpitudes familiales sont minimisées par tous dans une sorte de commun accord tacite au nom de la manipulation. L'ambiance malsaine est parsemée de passages parfois très crus. Le lecteur se retrouve embarqué comme un voyeur, découvrant les bassesses de l'âme humaine, la lâcheté, l'orgueil, l'égoïsme, l'avidité matérialiste, ainsi que la souffrance, les remords, la culpabilité et l'incapacité à maîtriser son destin.
              Lire la suite
              En lire moins
            Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
            Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.