En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Méfaits d'hiver

        Pocket
        EAN : 9782266269698
        Code sériel : 16753
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 512
        Format : 108 x 177 mm
        Nouveauté
        Méfaits d'hiver

        Date de parution : 12/07/2018
        L'hiver est rude pour Gilles Sebag, lieutenant de police à Perpignan. Après de longs mois de doute, il découvre la terrible vérité : Claire le trompe et son monde s'écroule.
        Alors qu'entre déprime, whiskies et insomnies il tente de surmonter cette douloureuse épreuve, ses enquêtes le mènent vers d'autres tragédies :...
        L'hiver est rude pour Gilles Sebag, lieutenant de police à Perpignan. Après de longs mois de doute, il découvre la terrible vérité : Claire le trompe et son monde s'écroule.
        Alors qu'entre déprime, whiskies et insomnies il tente de surmonter cette douloureuse épreuve, ses enquêtes le mènent vers d'autres tragédies : une femme abattue dans un hôtel, un dépressif qui se jette du haut de son immeuble, un homme qui menace de faire exploser le quartier. Hasard ou loi des séries, une véritable épidémie d'adultères tournant chaque fois au drame semble en effet s'être abattue sur la ville...

        « Philippe Georget a créé des personnages si criants de vérité qu'on a l'impression de les connaître depuis toujours. L'intrigue est impeccable et le suspense au rendez-vous. » Horizons Nord-Pas de Calais
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266269698
        Code sériel : 16753
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 512
        Format : 108 x 177 mm
        Pocket
        8.10 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • pandaroux Posté le 29 Août 2018
          Une série de crime s'abattent à Perpignan. Leur point commun : des personnes trompées tuent leur moitié violemment, ces accidents ou crimes passionnelles se ressemblent... à tel point que le lieutenant Gilles Sebag est chargé de l'enquête. Cela va séparer difficile pour lui car il vit la même situation. Sa femme l'a trompé et le dilemme qui s'impose à lui le déchire : lui pardonner ou la quitter? Va t il réussir à mener à bien cette enquête? Je suis assez surprise : c'est un très très bon polar. On prend plaisir à lire, à tourner les pages à suivre les tourments de Gilles. On est plus dans l'ambiance psychologique comme un Agatha Christie : chaque détail compte et surtout l'état d'esprit des protagonistes. A découvrir.
        • virginie-musarde Posté le 10 Août 2018
          " Il faut soigner le mâle par le malt." Pour Gilles Sebag qui apprend par hasard que sa femme le trompe, le whisky paraît être le seul moyen de noyer ses doutes et son chagrin... Et on croirait que tout Perpignan s'est donné le mot, il y a comme une "épidémie d'adultère" et tout le polar va tourner autour de l'infidélité. Pourtant, si l'intrigue pourrait paraître un peu faible parce que basée sur ce fait sociétal, elle s'enrichit d'une étude de caractères approfondie, intelligente et sensible. Toute la palette des sentiments est explorée, tous les doutes d'un couple, et ça reste fin et délicatement posé, donnant aux personnages (du flic qui accepte au cocu qui pète un câble et menace de faire sauter le quartier) une dimension intéressante. L'intrigue permet la réflexion sur la pérennité des couples, sur la fidélité, sur l'amour ou encore sur le pardon, et dessine en creux des portraits d'hommes et de femmes qui surmontent l'épreuve de l'infidélité (ou pas). Et puis, le roman ne manque pas de rebondissements, le rythme est soutenu et ça donne assez de peps pour ne pas croire qu'on n'y parle que d'adultère ! J'ai vraiment été happée par ce polar, j'en ai aimé le style... " Il faut soigner le mâle par le malt." Pour Gilles Sebag qui apprend par hasard que sa femme le trompe, le whisky paraît être le seul moyen de noyer ses doutes et son chagrin... Et on croirait que tout Perpignan s'est donné le mot, il y a comme une "épidémie d'adultère" et tout le polar va tourner autour de l'infidélité. Pourtant, si l'intrigue pourrait paraître un peu faible parce que basée sur ce fait sociétal, elle s'enrichit d'une étude de caractères approfondie, intelligente et sensible. Toute la palette des sentiments est explorée, tous les doutes d'un couple, et ça reste fin et délicatement posé, donnant aux personnages (du flic qui accepte au cocu qui pète un câble et menace de faire sauter le quartier) une dimension intéressante. L'intrigue permet la réflexion sur la pérennité des couples, sur la fidélité, sur l'amour ou encore sur le pardon, et dessine en creux des portraits d'hommes et de femmes qui surmontent l'épreuve de l'infidélité (ou pas). Et puis, le roman ne manque pas de rebondissements, le rythme est soutenu et ça donne assez de peps pour ne pas croire qu'on n'y parle que d'adultère ! J'ai vraiment été happée par ce polar, j'en ai aimé le style narratif flirtant entre moments forts et introspection, ne négligeant pas l'humour, et je vais m'intéresser de près aux autres opus de l'auteur ;o)
          Lire la suite
          En lire moins
        • paulmaugendre Posté le 25 Juillet 2018
          Il parait, selon les magazines féminins bien informés, que le nombre de cocus est en courbe ascendante, une inflation galopante, et si cette propension à aller voir chez les autres si c'est mieux que chez soi, était réservée de tout temps aux hommes, les femmes de nos jours n'hésitent à suivre ce précepte : changement d'herbage réjouit les veaux. Pourtant l'équation Deux plus un = un gros paquet d'emmerdes, tarabuste Sebag qui d'un seul coup (sic !) est confronté à ce problème. Ce qui le chagrinait depuis un certain temps, ce qu'il supputait vient d'être confirmé, à quelques jours de Noël. Un drôle de cadeau parvenu sous forme de SMS dans le téléphone de sa femme. Claire le trompe. Pourtant, elle l'affirme avec conviction, elle l'aime toujours. D'ailleurs c'est terminé, son amant ayant été muté de l'autre côté des Pyrénées. Un accident de parcours. Est-ce le fait d'apprendre son cocufiage qui déclenche une réaction en chaine, nul ne saurait le dire. Pourtant c'est bien ce qui se produit. Un homme tue sa femme alors qu'elle venait de terminer une partie de billard avec son amant dans une chambre d'hôtel. L'homme est parti le premier et le mari trompé s'est engouffré dans le nid... Il parait, selon les magazines féminins bien informés, que le nombre de cocus est en courbe ascendante, une inflation galopante, et si cette propension à aller voir chez les autres si c'est mieux que chez soi, était réservée de tout temps aux hommes, les femmes de nos jours n'hésitent à suivre ce précepte : changement d'herbage réjouit les veaux. Pourtant l'équation Deux plus un = un gros paquet d'emmerdes, tarabuste Sebag qui d'un seul coup (sic !) est confronté à ce problème. Ce qui le chagrinait depuis un certain temps, ce qu'il supputait vient d'être confirmé, à quelques jours de Noël. Un drôle de cadeau parvenu sous forme de SMS dans le téléphone de sa femme. Claire le trompe. Pourtant, elle l'affirme avec conviction, elle l'aime toujours. D'ailleurs c'est terminé, son amant ayant été muté de l'autre côté des Pyrénées. Un accident de parcours. Est-ce le fait d'apprendre son cocufiage qui déclenche une réaction en chaine, nul ne saurait le dire. Pourtant c'est bien ce qui se produit. Un homme tue sa femme alors qu'elle venait de terminer une partie de billard avec son amant dans une chambre d'hôtel. L'homme est parti le premier et le mari trompé s'est engouffré dans le nid d'amour abattant sa femme, qui fumait sa dernière cigarette, avec une carabine. Puis il repart dans la nature. Appréhendé, il ne nie pas, toutefois ses déclarations jettent un trouble dans l'esprit de Molina, de Ménard et de Sebag. Si le meurtre ne fait aucun doute, ils se rendent compte que le mari bafoué avait été prévenu. Or, idée lumineuse, en vérifiant les vidéos des caméras de surveillance placées un peu partout dans Perpignan, il ne pouvait être sur place au moment où l'a déclaré. Et comme une contagion qui se répand insidieusement, un autre couple va être séparé à cause d'un vol plané par une fenêtre. Mais cette fois, c'est le mari trompé qui se tue en passant par dessus la rambarde. Volontairement. Un troisième larron ne trouve rien de mieux que de prendre sa femme en otage, précisant à tous ceux qui regardent le spectacle de la rue, qu'il va brûler sa maison, et eux avec par la même occasion. Il ne fait pas dans le détail. Sebag, habile négociateur, parvient à le raisonner, mais ce n'est pas une thérapie pour le policier rongé par la jalousie. Tout autant roman policier que roman sentimental et étude de mœurs, Méfaits d'hiver comporte plusieurs étages de lecture. Roman policier, bien évidemment puisque meurtre il y a et incitation au meurtre. Et donc enquête avec plusieurs policiers sur le terrain, tâtonnant, conjecturant, soupçonnant, et empruntant de mauvaises directions, persuadés détenir le coupable ou présumé coupable et avoir compris ses motivations. Roman d'amour ou sentimental, car outre Sebag ce sont tous les protagonistes impliqués qui sont visés par cette fracture du cœur. Ce n'est pas parce que leurs femmes ne les aiment plus qu'elles vont goûter ailleurs si l'herbe est plus tendre. D'un côté l'amour existe toujours, plus ou moins fort il est vrai, les années passant, mais il est présent. De l'autre côté il y a la recherche d'une forme de tendresse, de complicité amicale qui n'est plus aussi prégnante. Le besoin d'une amitiés amoureuse. Enfin étude de mœurs déclinée par Julie, nouvellement arrivée et qui participe activement à cette enquête. Elle va faire équipe avec Sebag plus particulièrement, selon les besoins et les approches professionnelles des uns et des autres, mais possédant un autre regard qui lui permet de prendre cette enquête sous un angle différent. De plus elle est amie avec Marina, une kiné qui a effectué des études de psychologie, section sexologie. Sebag va apprendre ou découvrir un pan sociétal sur l'évolution de la sexualité féminine et de son émancipation par rapport à l'homme, le mâle, dominant. La femme devait rester confinée chez elle tandis que l'homme pouvait sans vergogne aller butiner ailleurs. D'ailleurs, l'expression Rangez vos poules je lâche mon coq, édictée par une mère fière de son fils nous montre combien l'homme pouvait tout se permettre tandis que la femme n'avait pas le droit de lever même les yeux sur un individu de sexe masculin. En général car des cas particuliers nous montrent que la femme pouvait également se montrer avide d'expériences nouvelles. Autant que je m'en souvienne, le plaisir masculin [...] c'est un petit spasme et puis s'en va. Alors que chez nous (la femme), c'est une vague, une tempête, parfois un raz-de-marée. La jouissance féminine a longtemps fait peur, aux hommes et aux femmes également. C'est pour ça qu'on l'a tant réprimée. Un peu plus loin : Nous ne connaissons pas qu'un seul plaisir, ni même deux seulement comme on le pense trop souvent, mais des dizaines de variétés de plaisir. Certains comparent le corps d'une femme à un calendrier de l'Avent avec une multitude de fenêtres qui ne demandent qu'à s'ouvrir. Mais ce n'est uniquement cela qui pousse un homme ou une femme à tromper son partenaire, seulement c'est la face visible de l'iceberg matrimonial. Je ne voudrais pas m'immiscer dans la vie privée de l'auteur, mais il se dégage de ce roman comme une relation d'authenticité dans cette histoire. Le personnage de Julie, lieutenant de police, le lecteur assidu l'a déjà rencontré dans Le paradoxe du cerf-volant. Philippe Georget tisse sa toile en imbriquant les différents personnages de ses romans pour en constituer une saga.
          Lire la suite
          En lire moins
        • aurelie78260 Posté le 20 Janvier 2017
          Gilles Sebag, lieutenant de police tombe des nues lorsqu'il apprend que sa femme Claire (avec qui il est marié depuis 20 ans), l'a trompé récemment avec un ancien collègue. Pendant ce temps là, comme si un problème ne venait jamais seul, une série de délits, meurtres, suicide,... se répand sur Perpignan. Et devinez quel est le dénominateur commun de cette série : l'adultère ! La cible visée par notre "corbeau" n'est autre que des couples dont les femmes ont commis un adultère. Les maris reçoivent des textos leur disant "votre femme vous trompe" puis des photos dénonçant ces mêmes faits. A partir de là, les maris, suivant leur état psychologique, tombent dans un puits sans fond et veulent à tout prix se venger. Un premier tue sa femme dans un accès de violence, un deuxième, se jette par la fenêtre et un troisième prend sa femme en otage et menace de mettre le feu à tout son quartier... Gilles Sebag se voit confronter de plein fouet à son problème personnel qui le dévaste complétement. On le voit pendant une bonne partie du roman se noyer dans l'alcool, enchaîner les insomnies et les cigarettes, essayer de se battre contre lui-même afin... Gilles Sebag, lieutenant de police tombe des nues lorsqu'il apprend que sa femme Claire (avec qui il est marié depuis 20 ans), l'a trompé récemment avec un ancien collègue. Pendant ce temps là, comme si un problème ne venait jamais seul, une série de délits, meurtres, suicide,... se répand sur Perpignan. Et devinez quel est le dénominateur commun de cette série : l'adultère ! La cible visée par notre "corbeau" n'est autre que des couples dont les femmes ont commis un adultère. Les maris reçoivent des textos leur disant "votre femme vous trompe" puis des photos dénonçant ces mêmes faits. A partir de là, les maris, suivant leur état psychologique, tombent dans un puits sans fond et veulent à tout prix se venger. Un premier tue sa femme dans un accès de violence, un deuxième, se jette par la fenêtre et un troisième prend sa femme en otage et menace de mettre le feu à tout son quartier... Gilles Sebag se voit confronter de plein fouet à son problème personnel qui le dévaste complétement. On le voit pendant une bonne partie du roman se noyer dans l'alcool, enchaîner les insomnies et les cigarettes, essayer de se battre contre lui-même afin de "renouer" avec sa femme mais c'est sans compter sur ses idées noires. Toutefois, l'aide de Julie, une de ses coéquipières va l'aider à remonter à la surface afin d'affronter tout cela. Afin de ne pas en dévoiler plus, je m'arrêterais là ! A vous de vous le procurer afin d'en connaître la finalité ;) Une recette idéale pour un bon policier, mettez un fait public avéré (l'adultère!) avec un brin d'humour et/ou de légèreté, une enquête simple s'accompagnant de personnages attachants, des descriptions psychologiques criantes de vérité et cela fonctionne :) Ici, la violence est morale et non physique et permet de s'immerger totalement dans l'histoire des personnages et de ressentir tous leurs émois. Un roman avec de courts chapitres qui se lit à une vitesse fulgurante tellement les faits s'enchaînent, on passe de coupable en coupable sans se douter un instant du réel "corbeau". Une très belle découverte, vous pouvez foncer ! Dorénavant, je suivrai l'actualité de Philippe Georget avec grand plaisir !
          Lire la suite
          En lire moins
        • Didier_Tr Posté le 30 Septembre 2016
          Très très bon polar. Je découvre avec "Méfaits d'hiver" cet auteur, Philippe Georget, que je vais donc rencontrer dans une semaine au salon polar du sud à Toulouse. Très très bon polar, disais-je, une intrigue solide, avec une succession de drames avec un dénominateur commun, l'adultère, qui, touche aussi le lieutenant de police Gilles Sebag, dans sa chair... Qui pousse qui à quoi, et pourquoi, voilà en gros l'énigme que doivent résoudre les policiers catalans, en plein hiver. L'intrigue est donc solide, mais ce qui fait le gros + du récit, c'est tout ce qui tourne autour, avec des personnages, leurs troubles, leurs inquiétudes, leurs rêves. La tourmente entre le côté personnel et l'enquête. Je ne me suis pas ennuyé une seconde. J'ose : la douleur autour de l'adultère sent le vécu... Je vais probablement me faire dédicacer tous ces et ses romans sous huitaine ! Chouette !!

        Ils en parlent

        « Accrochez-vous en ouvrant ce polar car Philippe Georget va vous embarquer dans une enquête que vous aurez du mal à lâcher une fois la lecture entamée. L’auteur a créé des personnages si criants de vérité qu’on a l’impression de les connaître depuis toujours. L’intrigue est impeccable et le suspense au rendez-vous. » Horizons Nord – Pas de Calais

        « Philippe Georget poursuit son travail d’écriture comme on calfate les œuvres vives d’un cotre : à force de passion, de patience, de minutie. Son dernier roman tient le cap vers des lendemains qui enchantent. » BSC News
        Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
        Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com