RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories
        Résultats pour collection / série
          Résultats pour actualités

            Métaphysique de l'amour / Métaphysique de la mort

            10/18
            EAN : 9782264033192
            Code sériel : 207
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 192
            Format : 108 x 177 mm
            Métaphysique de l'amour / Métaphysique de la mort

            Martial GUÉROULT (Préface), Marianna SIMON (Traducteur)
            Date de parution : 10/04/2001

            Fragments éblouissants des Compléments au Monde comme Volonté et Représentation, ces deux volumes mettent en lumière la philosophie de Schopenhauer autour des deux forces qui articulent l’humanité – l’amour et la mort. Développant le principe de volonté esquissé par Kant, l’auteur compose une vision renouvelée du monde, en précurseur à jamais moderne.

            EAN : 9782264033192
            Code sériel : 207
            Façonnage normé : POCHE
            Nombre de pages : 192
            Format : 108 x 177 mm
            10/18
            6.10 €
            Acheter

            Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

            • MissSugarTown Posté le 8 Septembre 2012
              La métaphysique de la mort : Schopenhauer trouve absurde de croire que nous avons été créés du néant et que nous y retournons. Ou même que nous seront éternels. L'idée du néant au départ lui paraît totalement stupide. Sa philosophie est très proche de celle des bouddhistes. Nous existions bien avant cette vie et continuerons d'exister même après, sauf si nous réussissons à lutter contre le vouloir-vivre et nous éteindre. Un peu comme les bouddhistes donc qui essaient d'échapper au cycle des réincarnations. Toute la philosophie de Schopenhauer repose sur la distinction entre notre côté instinctif et naturel qu'il appelle La Volonté, qui n'est autre que la volonté de la nature et de l'espèce et qui existe à travers nous. Comme nos besoins sexuels, le besoin de survie... etc. Et la seconde part de nous-mêmes qui nous constitue est la partie intellectuelle, liée à nous-mêmes en tant qu'individus, qui est directement liée à notre cerveau et qu'il appelle La Représentation, qui n'est que la représentation que nous nous faisons du monde et qui nous empêche de voir le monde tel qu'il est. Elle regroupe donc toutes nos interprétations, nos analyses et nos méditations. Selon Schopenhauer, notre peur de mourir est intellectuelle, même si... La métaphysique de la mort : Schopenhauer trouve absurde de croire que nous avons été créés du néant et que nous y retournons. Ou même que nous seront éternels. L'idée du néant au départ lui paraît totalement stupide. Sa philosophie est très proche de celle des bouddhistes. Nous existions bien avant cette vie et continuerons d'exister même après, sauf si nous réussissons à lutter contre le vouloir-vivre et nous éteindre. Un peu comme les bouddhistes donc qui essaient d'échapper au cycle des réincarnations. Toute la philosophie de Schopenhauer repose sur la distinction entre notre côté instinctif et naturel qu'il appelle La Volonté, qui n'est autre que la volonté de la nature et de l'espèce et qui existe à travers nous. Comme nos besoins sexuels, le besoin de survie... etc. Et la seconde part de nous-mêmes qui nous constitue est la partie intellectuelle, liée à nous-mêmes en tant qu'individus, qui est directement liée à notre cerveau et qu'il appelle La Représentation, qui n'est que la représentation que nous nous faisons du monde et qui nous empêche de voir le monde tel qu'il est. Elle regroupe donc toutes nos interprétations, nos analyses et nos méditations. Selon Schopenhauer, notre peur de mourir est intellectuelle, même si le besoin de survie est instinctif, et que cela peut donc sembler contradictoire. Pour lui il est évident que la mort est naturelle, que nous ne mourrons que pour renaître et il est même allé un peu loin dans cette théorie en essayant de faire référence à quelques données statistiques (oui carrément) mais moi j'ai trouvé ça un peu puéril. Selon lui donc, la vie est éternelle, notre corps mourra et périra mais nous reviendrons, pas avec notre conscience d'aujourd'hui, nous ne serons plus en tant qu'individus mais la vie sera toujours. Et même ça, je l'ai trouvé un peu puéril. Il parle avec la certitude qu'aucune espèce ne disparaîtra et qu'elles existeront toutes pour toujours, ce qui est totalement absurde. Ce livre est une introduction à ses deux gros volumes "Le monde comme volonté et comme représentation", je les ai déjà dans ma PAL mais ils m'impressionnent encore, ils font 3000 pages dans l'ensemble, ça risque de me prendre des années. Dans ce livre en tout cas, il se contente trop de nous voir uniquement comme des mammifères qui existent uniquement pour procréer et toutes ses pensées tournent autour de ça. Il tire toutes ses conclusions en se basant sur ça. C'est trop réducteur. Ses livres méritent évidemment d'être lus, il reste quand même un esprit brillant qui a dédié sa vie à la compréhension de ce monde, et rien que pour ça il mérite tout le respect.
              Lire la suite
              En lire moins
            • MissSugarTown Posté le 2 Septembre 2012
              Première partie : J'adore Schopenhauer depuis le premier jour où j'ai découvert des extraits de son oeuvre principale "Le monde comme volonté et représentation" durant mes cours de philosophie au lycée. Schopenhauer nous dit clairement qu'on ne peut comprendre sa philosophie qu'après avoir lu toute son oeuvre dans sa globalité, comme tout philosophe qui se respecte je dirai. Dans cet essai, nous découvrons sa conception de l'amour et de la mort. Que vous dire ? Pour ma part ça a été un vrai régal ! Métaphysique de l'amour : Schopenhauer est connu par son côté pessimiste, d'accord très pessimiste ! Disons qu'il essaie de voir la vie en se débarrassant de toutes ses émotions qu'il considère comme pures illusions. Quoi que voir la vie comme il le fait comprend une certaine émotion en soit. Bref. Dans cette première partie du livre, Schopenhauer nous démontre comment les relations amoureuses ne sont que le fruit de notre instinct, ou plutôt celui de l'espèce qui fait tout pour se perpétuer à travers nous. Lorsque nous sommes attirés par le sexe opposé, ce n'est que pour procréer. Nous croyons alors oeuvrer pour notre bonheur individuel, or nous ne sommes qu'inconsciemment et instinctivement soumis à la volonté de la nature pour... Première partie : J'adore Schopenhauer depuis le premier jour où j'ai découvert des extraits de son oeuvre principale "Le monde comme volonté et représentation" durant mes cours de philosophie au lycée. Schopenhauer nous dit clairement qu'on ne peut comprendre sa philosophie qu'après avoir lu toute son oeuvre dans sa globalité, comme tout philosophe qui se respecte je dirai. Dans cet essai, nous découvrons sa conception de l'amour et de la mort. Que vous dire ? Pour ma part ça a été un vrai régal ! Métaphysique de l'amour : Schopenhauer est connu par son côté pessimiste, d'accord très pessimiste ! Disons qu'il essaie de voir la vie en se débarrassant de toutes ses émotions qu'il considère comme pures illusions. Quoi que voir la vie comme il le fait comprend une certaine émotion en soit. Bref. Dans cette première partie du livre, Schopenhauer nous démontre comment les relations amoureuses ne sont que le fruit de notre instinct, ou plutôt celui de l'espèce qui fait tout pour se perpétuer à travers nous. Lorsque nous sommes attirés par le sexe opposé, ce n'est que pour procréer. Nous croyons alors oeuvrer pour notre bonheur individuel, or nous ne sommes qu'inconsciemment et instinctivement soumis à la volonté de la nature pour créer cet enfant qui ne peut naître que de cette union entre cette femme et cet homme précis. Il nous démontre alors quels sont nos critères de choix inconscient de notre partenaire, il cite alors : la beauté, la santé et la force. Nous cherchons un partenaire beau, fort et en bonne santé donc pour avoir le maximum de chances d'avoir un enfant en excellente condition. Il nous démontre également comment et pourquoi les hommes cherchent inconsciemment des femmes belles mais aussi intellectuelles. Il nous démontre pourquoi les opposés s'attirent. Pourquoi on peut rencontrer des couples où l'homme est rude et borné et la femme est douce, intellectuelle et très ouverte d'esprit. Il nous parle aussi du sort des mariages d'amour et des mariages arrangés, et tant qu'à faire il préfère les seconds aux premiers. Il nous dit qu'un mariage d'amour est véritablement au service de l'espèce, parce que nous suivons notre instinct, alors qu'en optant pour un mariage arrangé, on opte pour nos besoins individuels qui primeront au-dessus des besoins de l'espèce. Il dit clairement que choisir un partenaire parce qu'il est riche, a une situation stable et des ambitions est un choix nettement plus intelligent que choisir un partenaire par amour... Schopenhauer pense qu'une fois le besoin sexuel assouvi, la relation entre les deux sexes ne sera plus la même, elle deviendra de plus en plus médiocre avec le temps, lorsque les deux partenaires auront dépasser la phase de fécondation, et à ce moment là alors ils verront l'autre tel qu'il est de manière plus claire. Les défauts qu'on acceptait par amour deviendront insupportables et leur vie un enfer ! Cette première partie du livre est vraiment très riche et passionnante, j'ai adoré la lire et je me suis bien marrée à plusieurs reprises, trouvant certains passages très amusants. Il y a certainement plein d'autres idées que j'ai omis de citer dans ma chronique, je vous invite à les découvrir si ça vous intéresse, cette partie fait environ 50 pages, ce n'est pas beaucoup. Schopenhauer conclut cette première partie en traitant les amoureux de traîtres, puisqu'ils contribuent à la continuité de cette existence qui n'est que souffrances et misères quand on prend la peine d'y regarder de plus près. J'ai été d'accord avec certaines parties de sa théorie, moins avec d'autres, dans la mesure où il a totalement ignoré plein d'autres facteurs qui rentrent en jeu dans les relations de couple. Il s'est contenté d'aborder le sujet d'un point de vue biologique, presque animal, en considérant surtout l'être humain d'une façon isolée et non d'un être qui vit en société. Que penserait-il des homosexuels ? Des personnes qui n'ont pas envie d'avoir des enfants mais qui ont très envie l'une de l'autre ? Ou encore de nos relations virtuelles d'aujourd'hui où plein de gens tombent amoureux avant même de se rencontrer ? Je suis sûre qu'il nous aurait bien écrit un ouvrage délicieux sur le monde virtuel d'aujourd'hui ! Néanmoins sa théorie reste un peu trop simpliste et je le crains incomplète. Schopenhauer, comme tout philosophe, devait être un être solitaire, qui voit la vie avec un certain recul, ce qui fait de lui un génie certes, puisqu'il voit ce que la majorité ne peut pas voir, mais il faut aussi être assez courageux pour s'approcher un peu plus du monde et le voir du dedans en plus du dehors pour avoir la vision la plus complète qui soit. Il y a donc du vrai dans sa théorie, peut-être même beaucoup de vrai, moi je suis clairement fan de ce philosophe, mais il y a certainement beaucoup de choses fausses aussi, des angles de perception qui manquent et qui sont nécessaires pour compléter cette théorie et lui donner plus de poids.
              Lire la suite
              En lire moins
            • vincentf Posté le 18 Octobre 2011
              Le primat de l'espèce sur l'individu explique les contradictions de l'être humain. L'amour n'est autre que la ruse de notre être en tant qu'espèce pour que l'individu subsiste à travers ses enfants. Nous n'aimons qu'en fonction d'un instinct entièrement tourné vers la reproduction, mais nous croyons que nous ne sommes tournés que vers la volupté, le plaisir, la satisfaction pourtant toujours décevante d'une volonté de jouir. Schopenhauer, par cette idée, croit donner la clé du mystère de la passion amoureuse. Convaincant ? Si l'on suit les fondements de sa philosophie, sans doute oui. Quels sont-ils ? "Le monde comme volonté et comme représentation" : la volonté est un vouloir-vivre, qui est subjectif, sans accès à l'intellect, c'est-à-dire à la représentation du monde, qui a pour but d'objectiviser celui-ci. Là, ça se complique... Essayons quand même de comprendre. L'espèce veut vivre et a donc peur de la mort. Elle seule pourtant ne meurt pas parce que l'homme en tant qu'espèce ne meurt pas (ce que l'on pourrait sans doute contester) et, grâce ou à cause de l'amour, vit éternellement. L'individu veut comprendre. Sa conscience donne donc naissance au monde, qui n'est qu'un phénomène, tout comme l'est l'individu. Ceux-ci, le monde et... Le primat de l'espèce sur l'individu explique les contradictions de l'être humain. L'amour n'est autre que la ruse de notre être en tant qu'espèce pour que l'individu subsiste à travers ses enfants. Nous n'aimons qu'en fonction d'un instinct entièrement tourné vers la reproduction, mais nous croyons que nous ne sommes tournés que vers la volupté, le plaisir, la satisfaction pourtant toujours décevante d'une volonté de jouir. Schopenhauer, par cette idée, croit donner la clé du mystère de la passion amoureuse. Convaincant ? Si l'on suit les fondements de sa philosophie, sans doute oui. Quels sont-ils ? "Le monde comme volonté et comme représentation" : la volonté est un vouloir-vivre, qui est subjectif, sans accès à l'intellect, c'est-à-dire à la représentation du monde, qui a pour but d'objectiviser celui-ci. Là, ça se complique... Essayons quand même de comprendre. L'espèce veut vivre et a donc peur de la mort. Elle seule pourtant ne meurt pas parce que l'homme en tant qu'espèce ne meurt pas (ce que l'on pourrait sans doute contester) et, grâce ou à cause de l'amour, vit éternellement. L'individu veut comprendre. Sa conscience donne donc naissance au monde, qui n'est qu'un phénomène, tout comme l'est l'individu. Ceux-ci, le monde et l'individu, sont donc mortels, mais ce n'est qu'accessoire, puisque l'être véritable, celui de l'espèce, de la volonté, de l'instinct demeure dans l'Idée sans cesse réactualisée de l'homme, Idée immuable et éternelle, donc impérissable. Que penser de tout cela ? Il y a quelque chose de limpide dans la pensée de Schopenhauer, et aussi quelque chose d'absolument insaisissable. J'avoue m'y être un peu perdu.
              Lire la suite
              En lire moins
            • cicou45 Posté le 7 Juillet 2011
              Livre magnifique bien qu'il soit un peu difficile d'accès. Je l'ai lu bien après mon année de Terminale car, pour être franche, ce n'est pas le prof que j'ai eu au cours de cette année-là qui m'a donné le gout de la philosophe, et je ne regrette pas de l'avoir lu avec un peu plus de recul et surtout plus de maturité. Les volontés de l'auteur étaient que ces deux textes se lisent comme un tout et non pas comme deux textes bien distincts et,en ce sens, je suis tout à fait d'accord avec lui puisque bien que ces deux termes, l'amour et la mort, paraissent n'avoir aucun point commun, ils sont en réalité complémentaires. En effet, dans sa première théorie, Schopenhauer compare l'homme à un animal (ce qu'il est effectivement) et il explique que si les hommes et les femmes sont attirés les uns vers les autres, c'est uniquement parce qu'il sont guidés par leur instinct grégaire qui leur indique qu'ils se doivent de se reproduire pour perpétuer leur espèce. Il détruit en ce sens tout le mythe de la passion amoureuse et bien que sa théorie soit extrêmement bien étayée, c'est là où je ne suis pas d'accord... Livre magnifique bien qu'il soit un peu difficile d'accès. Je l'ai lu bien après mon année de Terminale car, pour être franche, ce n'est pas le prof que j'ai eu au cours de cette année-là qui m'a donné le gout de la philosophe, et je ne regrette pas de l'avoir lu avec un peu plus de recul et surtout plus de maturité. Les volontés de l'auteur étaient que ces deux textes se lisent comme un tout et non pas comme deux textes bien distincts et,en ce sens, je suis tout à fait d'accord avec lui puisque bien que ces deux termes, l'amour et la mort, paraissent n'avoir aucun point commun, ils sont en réalité complémentaires. En effet, dans sa première théorie, Schopenhauer compare l'homme à un animal (ce qu'il est effectivement) et il explique que si les hommes et les femmes sont attirés les uns vers les autres, c'est uniquement parce qu'il sont guidés par leur instinct grégaire qui leur indique qu'ils se doivent de se reproduire pour perpétuer leur espèce. Il détruit en ce sens tout le mythe de la passion amoureuse et bien que sa théorie soit extrêmement bien étayée, c'est là où je ne suis pas d'accord avec lui. Dans la deuxième partie, Métaphysique de la mort, il explique cette fois que bien que tout est périssable en ce monde, étant donné que les êtres se reproduisent et que la vie finit toujours par se trouver un chemin, en clair, on peut dire que ces derniers ne forment qu'Un. Cette théorie là m'a plus plu car elle redonne espoir. En effet, qui peut affirmer qu'il n'a pas peur de la Mort ? Ouvrage à découvrir avec beaucoup de patience et de temps devant soi afin de pouvoir cerner toutes les subtilités que l'auteur tente de nous faire passer !
              Lire la suite
              En lire moins
            Lisez inspiré avec 10/18 !
            Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…