En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Micron noir

        Pocket
        EAN : 9782266265171
        Code sériel : 16543
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 304
        Format : 108 x 177 mm
        Micron noir

        Date de parution : 13/10/2016
        2048 : du cirque et du micron noir… Sans cette drogue de synthèse aux vertus stupéfiantes, les soldats ne mettraient pas autant de cœur à l’ouvrage.
        Car désormais, les conflits internationaux se soldent par de gigantesques combats télévisés, pour le plaisir des foules et la joie des sponsors.
        Une poignée de ces...
        2048 : du cirque et du micron noir… Sans cette drogue de synthèse aux vertus stupéfiantes, les soldats ne mettraient pas autant de cœur à l’ouvrage.
        Car désormais, les conflits internationaux se soldent par de gigantesques combats télévisés, pour le plaisir des foules et la joie des sponsors.
        Une poignée de ces gladiateurs surmédiatisés a brisé la règle du jeu, mais on ne rompt pas impunément les rangs de la Guerre Nouvelle. Poursuivis par l’armée, la mafia et Victoire, une rouquine idéaliste experte en pilotage de drones, les fugitifs n’ont plus qu’une idée en tête : rejoindre la rébellion…
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266265171
        Code sériel : 16543
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 304
        Format : 108 x 177 mm
        Pocket
        6.70 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Stodena Posté le 26 Novembre 2016
          Voilà un livre que je voulais lire depuis longtemps. C'est enfin chose faite, et j'espère que vous ne tergiverserez pas autant que moi avant d'ouvrir le livre. Anticipation, … ou polar ? Pourquoi choisir, quand ce livre, c'est justement l'occasion de faire d'une pierre deux coups. Les deux genres sont loin d'être antinomiques et ce livre en est la preuve. Ne vous fiez pas à la couverture de ce livre, ni à celle du grand format, elles n'ont que peu à voir avec l'histoire que nous offre Michel Douard. Vous avez envie d'en savoir un peu plus ? Alors en quelques lignes, en quelques mots… Nous sommes en 2048. Demain, quoi ! La troisième guerre mondiale a eu lieu. Elle a été effroyable et depuis les hommes se sont tournés vers une autre manière de régler leurs conflits. La guerre nouvelle. La guerre 4.0. Les conflits internationaux se règlent désormais sous la forme de combats ultra-médiatisés retransmis par écrans gérants dans le monde entier. Comme pour le sport, les stars de ces nouveaux jeux du cirque, ces gladiateurs de demain sont de véritables stars. Mais pour se battre sans faillir sous l'oeil des drones et des caméras, les soldats ont besoin de... Voilà un livre que je voulais lire depuis longtemps. C'est enfin chose faite, et j'espère que vous ne tergiverserez pas autant que moi avant d'ouvrir le livre. Anticipation, … ou polar ? Pourquoi choisir, quand ce livre, c'est justement l'occasion de faire d'une pierre deux coups. Les deux genres sont loin d'être antinomiques et ce livre en est la preuve. Ne vous fiez pas à la couverture de ce livre, ni à celle du grand format, elles n'ont que peu à voir avec l'histoire que nous offre Michel Douard. Vous avez envie d'en savoir un peu plus ? Alors en quelques lignes, en quelques mots… Nous sommes en 2048. Demain, quoi ! La troisième guerre mondiale a eu lieu. Elle a été effroyable et depuis les hommes se sont tournés vers une autre manière de régler leurs conflits. La guerre nouvelle. La guerre 4.0. Les conflits internationaux se règlent désormais sous la forme de combats ultra-médiatisés retransmis par écrans gérants dans le monde entier. Comme pour le sport, les stars de ces nouveaux jeux du cirque, ces gladiateurs de demain sont de véritables stars. Mais pour se battre sans faillir sous l'oeil des drones et des caméras, les soldats ont besoin de remontant. Le micron noir est une drogue ultra perfectionnée qui leur donne le courage de se battre au péril de leur vie. Ça c'est pour le côté anticipation. Et pour le polar ? Et bien le micron noir, comme toutes les drogues fait l'objet de sombres trafics et deux soldats vont se retrouver mêlés sans l'avoir vraiment cherché à ces magouilles. A mettre leur nez, là où il ne le faudrait pas, les voici sous le tir croisé de l'armée et de la mafia. Une seule option, la fuite ! Je ne vous en dévoilerai pas davantage, mais dans le cas où vous ne seriez pas encore convaincus, je peux vous dire ce qui m'a conquise dans ce roman. Bien sûr, j'ai été happée dès les premières pages par l'intrigue. L'écriture vive et fluide de Michel Douard, nous fait lire ce livre comme on regarde un film. D'ailleurs s'il y a des scénaristes parmi ceux qui me lisent ou qui m'écoutent, je vous invite à vous pencher sérieusement sur la question. Durant ma lecture, j'ai vu les scènes se dérouler tambour battant sous mes yeux, j'ai ressenti les ambiances tant dans les scènes de la guerre nouvelle, que dans la cavale des deux anti-héros. C'est le deuxième point qui m'a séduite dans ce roman. Les personnages. Ils sont bien campés, notamment par des dialogues qui les rendent vraiment vivants. Enfin, parce que j'aime autant les romans d'anticipation que les polars, j'ai aimé ce miroir grossissant de notre société que nous tend Michel Douard au travers de ce roman. Cette hyper-médiatisation des conflits qui n'est pas sans rappeler les chaînes d'information continue que nous connaissons aujourd'hui, mais aussi cette société hyper-contrôlée celle vers laquelle nous tendons un peu plus chaque jour. Bref, en un mot comme en cent, (525 mots me dit mon logiciel de traitement de texte), ne laissez pas filer ce livre entre vos doigts !
          Lire la suite
          En lire moins
        • encoredunoir Posté le 27 Octobre 2015
          En 2048, la guerre c’est cool. C’est cool pour ceux qui la regardent pour ce qu’elle est devenue, un règlement des conflits interétatiques par voie de téléréalité, et c’est cool pour ceux qui la font, comme le héros du roman et son compagnon Gros Luc, grassement payés et chargés comme des mules avec une drogue de synthèse, le micron noir. Le problème, c’est que Gros Luc a mis un doigt dans le trafic en jouant les intermédiaires entre la Famille, organisation criminelle nimbée d’une aura vaguement révolutionnaire dans ce monde où la population, paupérisée, en veut à ses dirigeants, et Nathan Elmar, un officier intégriste chrétien de l’armée de la Fédération. Ainsi s’engage une traque dont le héros, son père et son ami, dans un monde ultra surveillé et ultra divisé, sont les proies. Pour diverses raisons – et ma méconnaissance du genre n’est certainement pas la moindre – j’ai toujours un peu de réticence à me lancer dans la science-fiction en général, et française en particulier. Mais le fait est que l’argument du roman, cette Guerre Nouvelle dans un monde qui nous est étrangement proche, finalement, avait quelque chose de séduisant. Et en effet, ça fonctionne on ne peut mieux.... En 2048, la guerre c’est cool. C’est cool pour ceux qui la regardent pour ce qu’elle est devenue, un règlement des conflits interétatiques par voie de téléréalité, et c’est cool pour ceux qui la font, comme le héros du roman et son compagnon Gros Luc, grassement payés et chargés comme des mules avec une drogue de synthèse, le micron noir. Le problème, c’est que Gros Luc a mis un doigt dans le trafic en jouant les intermédiaires entre la Famille, organisation criminelle nimbée d’une aura vaguement révolutionnaire dans ce monde où la population, paupérisée, en veut à ses dirigeants, et Nathan Elmar, un officier intégriste chrétien de l’armée de la Fédération. Ainsi s’engage une traque dont le héros, son père et son ami, dans un monde ultra surveillé et ultra divisé, sont les proies. Pour diverses raisons – et ma méconnaissance du genre n’est certainement pas la moindre – j’ai toujours un peu de réticence à me lancer dans la science-fiction en général, et française en particulier. Mais le fait est que l’argument du roman, cette Guerre Nouvelle dans un monde qui nous est étrangement proche, finalement, avait quelque chose de séduisant. Et en effet, ça fonctionne on ne peut mieux. D’abord parce que Michel Douard sait mener efficacement le récit de la traque, enchaînant les différents points de vue pour révéler petit à petit le rôle de chacun et faire monter le suspense. Ensuite et surtout parce qu’il livre là un récit uchronique particulièrement réussi en ce qu’il est fait avec finesse. En dehors de la Guerre Nouvelle, qui nécessite un minimum d’explication pour poser le sujet du roman, l’auteur, pour créer ce monde si proche de celui que nous connaissons et pourtant bien différent, joue sur de petits détails : l’importance de ces drones omniprésents, le réchauffement climatique qui transparaît à travers les descriptions, une jeune fille défigurée par la chirurgie esthétique… Tout cela, fait sans jamais verser dans la démonstration laborieuse, crée plus qu’une atmosphère, un monde que l’on reconnaît alors qu’il nous est étranger. Palpitant, violent et par bien des aspects fascinant, Micron Noir est une réelle réussite du genre. Et le premier roman de Michel Douard, Chinese Strike, qui repose depuis plusieurs mois sur mes étagère et paraît simultanément en poche sous le titre Mourir est le verbe approprié (Pocket), remonte dans mes projets de lectures.
          Lire la suite
          En lire moins
        Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
        Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.