Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264053404
Code sériel : 4457
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 368
Format : 108 x 177 mm

Mississippi

Michèle Albaret-Maatsch (traduit par)
Date de parution : 01/06/2011

Dans le Vieux Sud sauvage des années 40, Laura et Henry luttent pour élever leurs enfants sur une terre ingrate. Laura sait qu’elle ne sera jamais heureuse dans cette ferme isolée et sans confort. Lorsque deux soldats rentrent du front, elle se sent renaître peu à peu. Empoisonné par le racisme,...

Dans le Vieux Sud sauvage des années 40, Laura et Henry luttent pour élever leurs enfants sur une terre ingrate. Laura sait qu’elle ne sera jamais heureuse dans cette ferme isolée et sans confort. Lorsque deux soldats rentrent du front, elle se sent renaître peu à peu. Empoisonné par le racisme, cet univers de boue, de désirs et de mort verra la sauvagerie tout emporter... Un premier roman magistral sur fond de bruit et de fureur.

« Un chant du Sud rauque et envoûtant. »
Anne-Estelle Leguy, Biba

Traduit de l’anglais (Etats-Unis)
par Michèle Albaret - Maatsch

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264053404
Code sériel : 4457
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 368
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • bdelhausse Posté le 1 Septembre 2021
    Ne vous fiez pas à la 4è de couverture, ce roman est à Faulkner, ce que Maïté est à Paul Bocuse. Je découvre par la même occasion que Belfond avait pondu une très chouette photo de couverture, bien meilleure, plus suggestive que celle de l'édition que j'ai lue. Le sujet est très Black Lives Matter. Nous sommes en 1947, on commence par l'enterrement d'un type que l'on devine être un salaud fini. le genre à porter une cagoule blanche à trous et à accrocher d'étranges fruits aux arbres du Sud. le Deep south. Et on embarque dans un roman choral, où chaque chapitre est raconté par un protagoniste différent (avec de temps en temps quelques chevauchements dans les actions, sinon ce ne serait pas un vrai roman choral). Quand Renson, un noir, sergent dans une division blindée composée uniquement de noirs, moult fois décorés, revient au pays, on est clairement à "règlement de comptes à O.K. choral"... Oui, je sais, la vanne est un peu pourrie, d'autant qu'elle est usée jusqu'à la corde... mais pas la corde utilisée sur les branches d'arbres. Henry et Laura sont mariés. Blancs, pas fondamentalement racistes, mais ayant adopté les "valeurs" de la société ségrégationniste dans laquelle... Ne vous fiez pas à la 4è de couverture, ce roman est à Faulkner, ce que Maïté est à Paul Bocuse. Je découvre par la même occasion que Belfond avait pondu une très chouette photo de couverture, bien meilleure, plus suggestive que celle de l'édition que j'ai lue. Le sujet est très Black Lives Matter. Nous sommes en 1947, on commence par l'enterrement d'un type que l'on devine être un salaud fini. le genre à porter une cagoule blanche à trous et à accrocher d'étranges fruits aux arbres du Sud. le Deep south. Et on embarque dans un roman choral, où chaque chapitre est raconté par un protagoniste différent (avec de temps en temps quelques chevauchements dans les actions, sinon ce ne serait pas un vrai roman choral). Quand Renson, un noir, sergent dans une division blindée composée uniquement de noirs, moult fois décorés, revient au pays, on est clairement à "règlement de comptes à O.K. choral"... Oui, je sais, la vanne est un peu pourrie, d'autant qu'elle est usée jusqu'à la corde... mais pas la corde utilisée sur les branches d'arbres. Henry et Laura sont mariés. Blancs, pas fondamentalement racistes, mais ayant adopté les "valeurs" de la société ségrégationniste dans laquelle ils ont grandi. Par contre, Jamie, le frère d'Henry, a été aviateur pendant la guerre. Il a combattu avec des soldats noirs et cela crée un lien. Profondément marqué par les horreurs et les centaines (milliers) de civils qu'il a "aidé" à mourir, Jamie se réfugie dans l'alcool et les femmes. Renson est également dérangé, marqué comme Jamie. Et ils se reconnaissent, malgré leur couleur de peau, comme des frères d'armes, entre lesquels les barrières "raciales" n'existent plus. Ce qui n'est pas du goût de tout le monde... en fait dans ce patelin de bouseux, ce n'est du goût de personne... Voilà le décor posé. Il reste à faire entrer tout le monde en piste pour une sinistre sarabande. Et il y a de la matière. Cela dit, on est loin de Faulkner, de Udall, et de cette nouvelles vague d'auteurs US qui ramènent leurs roots pour nous filer un gros coup dans les guts... J'ai parfois eu l'impression d'être dans un roman-feuilleton d'un magazine pour ménagère de plus de 60 ans. Du Danielle Steel ou consort, et qu'on sorte... Ce n'est pas franchement mauvais. Ce n'est pas incontournable non plus.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Pieddanslelivre Posté le 5 Août 2021
    Années 40, le retour de deux soldats dans leur Sud natal. Deux familles que tout oppose, la couleur, la classe sociale, pourtant liée par le destin et la sauvagerie. Roman choral plutôt bien pensé, page turner, mais qui ne révolutionne pas le genre bien que les personnages campés soient assez marquants.
  • cathfd Posté le 29 Avril 2021
    Un premier roman d’une puissance et d’une beauté incroyable... pourtant un sujet difficile s’il en est, celui de la ségrégation et de la violence inouïe de ces blancs arrogants membres du KKK, mais pas que...Il est question de couple, de passion, d’amour, de destin... C’est avant tout le beau portrait de femmes et d’hommes dans le delta du Mississippi dans les années 40. Laura épouse Henry Mac Allan qui l’arrache à la ville et l’emmène sur des terres qu’il a achetées, en les découvrant elle sait d’instinct qu’elle n’y sera pas heureuse, pourtant elle s’accommode d’une vie difficile sous le regard de Papy, le père d’Henry, vieillard égoïste, raciste, borné, haineux... A côté d’eux , il y a une famille de noirs qui travaillent sur la plantation : Hap et sa femme Florence, qui travaille comme bonne chez Laura et comme sage-femme pour les autres femmes noires de la région. Leur fils ainé Ronsel, revient de la guerre en France en même temps que le jeune frère de Henry, Jamie... Ronsel a découvert en Europe qu’il pouvait être traité comme un homme et non comme un rebut de l’humanité, il a découvert la liberté de penser,... Un premier roman d’une puissance et d’une beauté incroyable... pourtant un sujet difficile s’il en est, celui de la ségrégation et de la violence inouïe de ces blancs arrogants membres du KKK, mais pas que...Il est question de couple, de passion, d’amour, de destin... C’est avant tout le beau portrait de femmes et d’hommes dans le delta du Mississippi dans les années 40. Laura épouse Henry Mac Allan qui l’arrache à la ville et l’emmène sur des terres qu’il a achetées, en les découvrant elle sait d’instinct qu’elle n’y sera pas heureuse, pourtant elle s’accommode d’une vie difficile sous le regard de Papy, le père d’Henry, vieillard égoïste, raciste, borné, haineux... A côté d’eux , il y a une famille de noirs qui travaillent sur la plantation : Hap et sa femme Florence, qui travaille comme bonne chez Laura et comme sage-femme pour les autres femmes noires de la région. Leur fils ainé Ronsel, revient de la guerre en France en même temps que le jeune frère de Henry, Jamie... Ronsel a découvert en Europe qu’il pouvait être traité comme un homme et non comme un rebut de l’humanité, il a découvert la liberté de penser, de s’exprimer, d’aimer... le retour dans le Mississippi va être rude...C’est un roman choral où chacun des six personnages principaux prennent la parole pour raconter leur point de vue tout en faisant avancer l’histoire. C’est un premier roman terriblement maîtrisé qui me donne envie de suivre cet auteur, le genre de roman qu’il est difficile de lâcher une fois entamé
    Lire la suite
    En lire moins
  • krisk Posté le 13 Avril 2021
    Mississippi, est un livre dont l’histoire est racontée par plusieurs personnages, dont Henry le mari de Laura, qui achète une ferme dans la campagne du Mississippi. Mais ce n’est pas au goût de Laura qui aura du mal à s’y habituer, une vie rude et sans pitié c’est difficile pour quelqu’un qui a toujours été choyé. Et en plus de ça, ils hébergent le grand-père d’Henry, un personnage acariâtre profondément raciste. C’est un livre, comme la région, dur, brutale, avec ces champs de cotons, son esclavage, sa ségrégation raciale, on sait à quoi s’attendre, mais je m’attendais quand-même à pire. J’ai pris ce livre parce que je voulais voyager à travers cette histoire, bien que rude et se passant dans les années 40, dans cette région que j’aime beaucoup. L’auteur nous ouvre les yeux sur certaines choses qui ont très bien pu se passer dans ces années-là, la guerre en Europe, la violence et la maltraitance vis-à-vis des noires et aussi la difficulté de la vie à la ferme et à la campagne. J’ai beaucoup aimé lire ce livre, qui se lit très facilement, j’ai parfois eu juste du mal avec l’accent qu’on a voulu mettre pour les personnages du Sud, je suis... Mississippi, est un livre dont l’histoire est racontée par plusieurs personnages, dont Henry le mari de Laura, qui achète une ferme dans la campagne du Mississippi. Mais ce n’est pas au goût de Laura qui aura du mal à s’y habituer, une vie rude et sans pitié c’est difficile pour quelqu’un qui a toujours été choyé. Et en plus de ça, ils hébergent le grand-père d’Henry, un personnage acariâtre profondément raciste. C’est un livre, comme la région, dur, brutale, avec ces champs de cotons, son esclavage, sa ségrégation raciale, on sait à quoi s’attendre, mais je m’attendais quand-même à pire. J’ai pris ce livre parce que je voulais voyager à travers cette histoire, bien que rude et se passant dans les années 40, dans cette région que j’aime beaucoup. L’auteur nous ouvre les yeux sur certaines choses qui ont très bien pu se passer dans ces années-là, la guerre en Europe, la violence et la maltraitance vis-à-vis des noires et aussi la difficulté de la vie à la ferme et à la campagne. J’ai beaucoup aimé lire ce livre, qui se lit très facilement, j’ai parfois eu juste du mal avec l’accent qu’on a voulu mettre pour les personnages du Sud, je suis loin d’être une pro de l’orthographe, mais lire cet accent avec des fautes (exprès) ce ne fût pas toujours facile. En conclusion, un livre qui reflète très bien la région à cette époque-là que j’ai beaucoup aimé lire, ça change un peu du polar !
    Lire la suite
    En lire moins
  • zabeth55 Posté le 27 Mars 2021
    C'est l'histoire de la famille McAllan dans les années 40, au Mississippi. Henry vient d'acquérir une ferme où il amène sa famille. Laura, sa femme sait qu'elle n'y sera jamais heureuse. Quand rentrent de la guerre Jamie, le frère d'Henry et Ronsel, le fils de leurs employés noirs, le événements se bousculent. Un livre que j'ai lu comme si je regardais un film. C'est très réaliste, très visuel tant dans les décors que dans les lieux. Les personnages racontent tour à tour. Tous les points de vue sont pris en compte. C'est parfois poignant. Dans cette région où la ségrégation était loin d'avoir disparu, les gens étaient sans pitié, sans demi-mesure. La société de cette époque est parfaitement rendue.
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…