Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264072023
Code sériel : 2023
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 160
Format : 108 x 177 mm

Mon chien stupide - édition collector

Brice MATTHIEUSSENT (Traducteur)
Date de parution : 02/11/2017
Un grand roman de John Fante, débordant de compassion et d'acide lucidité.
 
Un énorme chien à tête d'ours, obsédé et très mal élevé, débarque un soir dans la famille en crise d'Henry J. Molise, auteur quinquagénaire raté et désabusé. Dans leur coquette banlieue californienne de Point Dume, ce monstre attachant s'apprête à semer un innommable chaos.
Un joyau d'humour loufoque et de provocation...
Un énorme chien à tête d'ours, obsédé et très mal élevé, débarque un soir dans la famille en crise d'Henry J. Molise, auteur quinquagénaire raté et désabusé. Dans leur coquette banlieue californienne de Point Dume, ce monstre attachant s'apprête à semer un innommable chaos.
Un joyau d'humour loufoque et de provocation tapageuse.

Édition de poche collector avec couverture à rabats
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264072023
Code sériel : 2023
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 160
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • criscat Posté le 6 Février 2020
    Un livre facile à lire et juste agréable Un chien débarque dans la vie de notre narrateur,auteur quinqua qui dresse un bilan de sa vie : son couple,ses enfants,son manque de boulot,ses souvenirs; On a devant nous un homme nostalgique et dépité en plein questionnement Il est à noter que ce livre très autobiographique est paru après le décès de l'auteur
  • Deej1223 Posté le 21 Janvier 2020
    Tranche de vie d’Henry J. Molise, écrivain quinquagénaire à la dérive, à la vie meurtrie, une vie faite de noeuds et d’embrouilles, moment précis où Stupide, Akita Inu possiblement pure race, qui sait, peut-être pas, fait volte-face, fait son entrée avec fracas. « Tout compte fait, Stupide n’avait rien de formidable. Il était schizophrène. Il avait terrorisé Rick Colp. Mordu Denny. Tenté de sauter Galt, et il était probablement responsable de la conscription de Jamie. » Loufoque, où l’avis des personnages s’entremêlent et se court-circuitent, d’un humour sensible, « Mon chien Stupide » de John Fante m’a certes fait rigoler, fait ressentir, moment de franche camaraderie !
  • Ostotorro Posté le 28 Décembre 2019
    C'est brillant ! Brut, presque insensible par moment et pourtant plein de sentiments très beau. On comprend petit à petit la multitude d'émotions que le héro se cache à lui même et qui le submergent de façon brutale et inattendue. Malgré la crudité, la vulgarité et tout ce qui tourne au dessous de la ceinture, il y a quelque chose de brut et de beau qui se dégage. J'adore.
  • ferricelli Posté le 27 Décembre 2019
    une perle de livre !! allez y plongez vous
  • NanouAnne25 Posté le 30 Novembre 2019
    Cynique, caustique et bien écrit. Voilà les mots qui me viennent à l'esprit à la fin de ma lecture. Le récit tourne autour de quelques mois de la vie d'un écrivain "raté" d'une cinquantaine d'années. L'histoire s'ouvre sur l'arrivée d'un chien errant dans la vie de l'écrivain, Henry Molise. Un chien pervers, qui tente de calmer ses ardeurs sur les mâles, hommes ou chiens. Henry s'y attache, sa femme Harriet le déteste. Pendant ces quelques mois aux côtés de la bête, Henry partage avec son lecteur ses pensées, ses tracas, ses doutes sur le réel sens de sa vie, ses journées, ses relations avec ses quatre enfants devenus jeunes adultes, qu'il voit partir de la maison un à un au cours de cette période. Le livre date des années 80, l'action se déroule aux Etats-Unis. Difficile d'avoir un avis sur le personnage d'Henry. Ce qu'il raconte de lui n'est pas toujours très flatteur. On ne peut lui enlever son honnêteté dans le partage de ses réflexions. Ecrivain qui a eu son heure de gloire quand il était plus jeune, il pointe maintenant au chômage. Cynique, raciste tout comme sa femme, ils ont beaucoup de mal à accepter que l'un de leurs enfants s'attache à... Cynique, caustique et bien écrit. Voilà les mots qui me viennent à l'esprit à la fin de ma lecture. Le récit tourne autour de quelques mois de la vie d'un écrivain "raté" d'une cinquantaine d'années. L'histoire s'ouvre sur l'arrivée d'un chien errant dans la vie de l'écrivain, Henry Molise. Un chien pervers, qui tente de calmer ses ardeurs sur les mâles, hommes ou chiens. Henry s'y attache, sa femme Harriet le déteste. Pendant ces quelques mois aux côtés de la bête, Henry partage avec son lecteur ses pensées, ses tracas, ses doutes sur le réel sens de sa vie, ses journées, ses relations avec ses quatre enfants devenus jeunes adultes, qu'il voit partir de la maison un à un au cours de cette période. Le livre date des années 80, l'action se déroule aux Etats-Unis. Difficile d'avoir un avis sur le personnage d'Henry. Ce qu'il raconte de lui n'est pas toujours très flatteur. On ne peut lui enlever son honnêteté dans le partage de ses réflexions. Ecrivain qui a eu son heure de gloire quand il était plus jeune, il pointe maintenant au chômage. Cynique, raciste tout comme sa femme, ils ont beaucoup de mal à accepter que l'un de leurs enfants s'attache à des femmes noires. Les relations entre le père et les enfants sont complexes, certains rejettent l'état d'esprit étroit de Henry et s'amusent à le faire tourner en bourrique. L'amour familial s'exprime d'une façon particulière, les paroles et interpellations entre père et enfants sont parfois brutes, j'en ai été assez surprise, de la part d'une famille qui se veut d'un milieu social plutôt élevé et dont l'action se situe dans les années 80. Henry rêve de s'échapper de son quotidien. Avec ou sans sa femme ? Bien souvent, ses rêves de liberté à Rome, il les voit sans sa femme. Entre eux, ce sont les montagnes russes, les crises étant régulièrement provoquées par l'arrivée d'un chien dans la famille. Le départ de ses enfants, certains de façon volontaire, d'autres pour cause de conscription, il en est à la fois acteur et spectateur. Et Stupide dans tout ça ? C'est le nom qu'Henry a donné au chien. Un nom qui traduit le cynisme, le piquant et l'ironie du narrateur. Stupide, qui fera quelques dégâts autour de lui... Ce n'est pas une lecture qui restera dans ma mémoire, mais par curiosité, parce que les acteurs me plaisent, je pense regarder un jour l'adaptation cinématographique.
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…

Lisez maintenant, tout de suite !

  • Par 10/18

    Derrière "Mon chien Stupide", le film : John Fante, l'idole

    Alors que sort le 30 octobre sur grand écran l'adaptation par Yvan Attal du roman-culte de John Fante Mon chien Stupide, retour sur la situation particulière de ce bijou d'humour désabusé dans la carrière chahutée de l'un des précurseurs supposés de la Beat Generation – idole de Charles Bukowski.

    Lire l'article