En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez le dépôt de cookies qui nous permettront, ainsi qu’à nos partenaires, de vous proposer des offres et contenus adaptés à vos centres d’intérêts, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux, d’analyser le trafic et la performance du site et d’effectuer des statistiques.
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Monsieur est mort

        Pocket
        EAN : 9782266269476
        Code sériel : 16727
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 192
        Format : 108 x 177 mm
        Monsieur est mort

        Date de parution : 18/08/2016
        « Monsieur »… Vincent aurait pu l’appeler « Papa » si son père l’avait voulu. Si ce monstre paternel, ce Barbe Bleue des temps modernes, cet ogre de charisme et de froideur, n’avait brisé son enfance et celle de ses trois frères… Aujourd’hui qu’il n’est plus, Vincent peut enfin revenir... « Monsieur »… Vincent aurait pu l’appeler « Papa » si son père l’avait voulu. Si ce monstre paternel, ce Barbe Bleue des temps modernes, cet ogre de charisme et de froideur, n’avait brisé son enfance et celle de ses trois frères… Aujourd’hui qu’il n’est plus, Vincent peut enfin revenir à Paris, quitter l’Inde où, quinze ans plus tôt, il a fui sans un regard en arrière.
        Quels secrets cet appartement mystérieux garde-t-il derrière ses portes depuis toutes ces années ?
        Vincent peut-il trouver le bonheur et faire le deuil du malheur dans cette famille décimée par les non-dits et le fantôme paternel rôdant encore ?

        « Le tableau est âprement dessiné, avec ses clairs-obscurs, ses lignes de fuite, ses perspectives bouchées. Et des détails dans l’ombre qui dérangent et chavirent. » Fabienne Pascaud – Télérama

        « Monsieur est mort est un roman sombre mais d’où jaillit une lumière crue, un texte écrit à l’os sans fioriture et pourtant bourré de subtilité et de sentiments. » Jérôme Béglé – Le Point
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782266269476
        Code sériel : 16727
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 192
        Format : 108 x 177 mm
        Pocket
        5.95 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • FLaureVerneuil Posté le 28 Mars 2018
          On ne peut pas dire que je me suis attachée aux personnages. En revanche il n'y en a qui m'ont insupporté. Un livre fort, lourd, pesant et un rythme lent. Très vite on suppose le secret qui a empêché Vincent de vivre heureux et l'a obligé de s'éloigner de sa famille. Mais le lecteur veut savoir si le pardon peut être possible. Le point final ne donne pas toutes les réponses que j'attendais.
        • Soazick Posté le 19 Décembre 2016
          Vincent à quitté la France il y a 15 ans pour venir en Inde et fuir sa famille. Un matin il reçoit un appel de sa mère pour lui annoncer la mort de Monsieur, son père. Il revient alors instantanément en France. La narratrice nous dévoile l'histoire de cette famille et de ses secrets dans une atmosphère lourde et douce à la fois. A chaque page on a envie d'aller plus loin, d'espérer que Vincent retrouvera le goût pour cette famille déchirée entre le père cruel, la mère froide et les 4 frères qui ne trouvent pas leur place et dont l'aîné s'est suicidé. ...
        • stephmanfredo Posté le 22 Octobre 2016
          Mon avis : Peut-on être riche et malheureux ? Vincent est le second fils d’une fratrie de quatre garçons de la haute bourgeoisie parisienne. Un père rentier, collectionneur de tableaux qui se fait appeler Monsieur, c’est aussi un grand pervers ; une mère froide ne supportant pas que ses enfants la touche. Cela fait quinze ans que Vincent a quitté la maison familiale pour un exil volontaire en Inde, quand sa mère lui annonce la mort de son père. Il décèle un appel au secours et décide, malgré les milliers de kilomètres, de rentrer à Paris. Tel un boomerang, les traumatismes du passé ressurgissent. Dans Monsieur est mort, Karine Silla, dont c’est le premier roman, brosse un portrait de la famille, de ses secrets, de ses tabous et du silence qui peut tout décimer. Elle nous fait toucher du doigt la misère d’une famille riche qui cultive sans ambages les non-dits et les carences affectives. Les mots sont justes, sans fioritures. Par flashs, dans l’avion, le taxi, la cour de son immeuble, les escaliers, le porche de son enfance, Vincent replonge dans cet univers morbide comme il a plongé des années durant dans des paradis artificiels. Mais les secrets sont-ils toujours bon à dire,... Mon avis : Peut-on être riche et malheureux ? Vincent est le second fils d’une fratrie de quatre garçons de la haute bourgeoisie parisienne. Un père rentier, collectionneur de tableaux qui se fait appeler Monsieur, c’est aussi un grand pervers ; une mère froide ne supportant pas que ses enfants la touche. Cela fait quinze ans que Vincent a quitté la maison familiale pour un exil volontaire en Inde, quand sa mère lui annonce la mort de son père. Il décèle un appel au secours et décide, malgré les milliers de kilomètres, de rentrer à Paris. Tel un boomerang, les traumatismes du passé ressurgissent. Dans Monsieur est mort, Karine Silla, dont c’est le premier roman, brosse un portrait de la famille, de ses secrets, de ses tabous et du silence qui peut tout décimer. Elle nous fait toucher du doigt la misère d’une famille riche qui cultive sans ambages les non-dits et les carences affectives. Les mots sont justes, sans fioritures. Par flashs, dans l’avion, le taxi, la cour de son immeuble, les escaliers, le porche de son enfance, Vincent replonge dans cet univers morbide comme il a plongé des années durant dans des paradis artificiels. Mais les secrets sont-ils toujours bon à dire, la parole peut-elle être salvatrice ? Il hésitera à franchir la porte de l’appartement familial, repensera à la solitude, à la mort brutale de son frère aîné, à sa propre déchéance. De sa plume sensible, Karine Silla évoque avec pudeur la famille, la culpabilité et le deuil. Cette journée particulière marquera-t-elle la fin des secrets et le début du pardon ? La reconstruction est chose difficile, encore faut-il qu’elle soit possible.
          Lire la suite
          En lire moins
        • dom007 Posté le 9 Avril 2016
          Un premier roman agréable à lire malgré la noirceur de l’histoire. Vincent, réfugié en Inde, reçoit un appel de sa mère lui annonçant la mort de son père à qui il n’avait pas adressé la parole depuis plusieurs années .Sous le choc et en proie à un violent débat intérieur, il rentre malgré tout à Paris pour seconder sa mère. Ce voyage sera l’occasion de faire le point sur ses sentiments et la haine qu’il voue à son père. Histoire d’une famille ravagée par le comportement paternel et les non-dits. Un thème souvent abordé et des lecteurs peut-être plus difficiles à convaincre.
        • isabelleisapure Posté le 10 Septembre 2015
          « Ton père est mort il y a deux jours», ces quatre mots Vincent les reçoit dans la chaleur de Calcutta, son refuge du bout du monde. Parti quinze ans plus tôt de la maison familiale, Vincent croit déceler dans le coup de téléphone maternel un appel au secours. Les milliers de kilomètres de distance, les années écoulées n’ont plus d’importance. Vincent décide de rentrer à Paris. Il sait que le retour sera difficile, le temps du voyage est propice à la réflexion, les souvenirs affluent, douloureux, insupportables. Le suicide de son frère ainé, l’indifférence et la cruauté du père qui obligeait ses enfants à l’appeler « Monsieur » et ne vivait que pour sa collection de tableaux ont fait de Vincent un être révolté cherchant l’apaisement dans les paradis artificiels, jusqu’au départ définitif. Par petites touches, Karine Silla nous fait découvrir cette famille, le père ignoble dans ses certitudes, la mère froide et indifférente qui ne supporte pas que ses enfants la touchent, et les quatre frères qui essaient désespérément de trouver une place dans cet appartement où tout est trop vaste, sauf l’amour. « Vivre dans un espace trop grand empêche d’aimer. » Karine Silla nous propose une histoire... « Ton père est mort il y a deux jours», ces quatre mots Vincent les reçoit dans la chaleur de Calcutta, son refuge du bout du monde. Parti quinze ans plus tôt de la maison familiale, Vincent croit déceler dans le coup de téléphone maternel un appel au secours. Les milliers de kilomètres de distance, les années écoulées n’ont plus d’importance. Vincent décide de rentrer à Paris. Il sait que le retour sera difficile, le temps du voyage est propice à la réflexion, les souvenirs affluent, douloureux, insupportables. Le suicide de son frère ainé, l’indifférence et la cruauté du père qui obligeait ses enfants à l’appeler « Monsieur » et ne vivait que pour sa collection de tableaux ont fait de Vincent un être révolté cherchant l’apaisement dans les paradis artificiels, jusqu’au départ définitif. Par petites touches, Karine Silla nous fait découvrir cette famille, le père ignoble dans ses certitudes, la mère froide et indifférente qui ne supporte pas que ses enfants la touchent, et les quatre frères qui essaient désespérément de trouver une place dans cet appartement où tout est trop vaste, sauf l’amour. « Vivre dans un espace trop grand empêche d’aimer. » Karine Silla nous propose une histoire cruelle et douloureuse sur la culpabilité, le pardon et le deuil. J’ai été bouleversée, happée, dès la première phrase par l’ambiance lourde et pesante de ce magnifique roman. Un coup de cœur.
          Lire la suite
          En lire moins

        Ils en parlent

        « Sur un sujet qui aurait pu être convenu, le tableau est âprement dessiné, avec ses clairs-obscurs, ses lignes de fuite, ses perspectives bouchées. Et des détails dans l'ombre qui dérangent et chavirent. » Fabienne Pascaud – Télérama
        « Monsieur est mort est un roman sombre mais d'où jaillit une lumière crue, un texte écrit à l'os sans fioriture et pourtant bourré de subtilité et de sentiments. » Jérôme Béglé – Le Point
        Avec la newsletter Pocket, trouvez le livre dont vous rêviez !
        Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.
        Les informations collectées par SOGEDIF (une société du groupe EDITIS) font l’objet d’un traitement automatisé ayant pour finalité de vous adresser des actualités et des offres, de vous proposer du contenu adapté à votre profil et à vos goûts, et de gérer sa relation avec vous. Les informations marquées d’un astérisque sont obligatoires. A défaut, SOGEDIF ne sera pas en mesure de répondre à votre demande. Ces informations sont à destination exclusive des maisons d’Edition du Groupe EDITIS et seront conservées pendant 3 ans à compter de votre dernière visite. Conformément au Règlement (UE) 2016/679 relatif à la protection des données à caractère personnel, vous disposez des droits suivants sur vos données : droit d’accès, droit de rectification, droit à l’effacement (droit à l’oubli), droit d’opposition, droit à la limitation du traitement, droit à la portabilité. Vous pouvez également définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données à caractère personnel après votre décès. Pour exercer vos droits, merci d’adresser votre courrier recommandé AR à l’adresse suivante : DPO EDITIS, 30 place d’Italie, 75013 Paris, en y joignant la copie d’une pièce d’identité. En cas de manquement aux dispositions ci-dessus, vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Enfin, pour une simple résiliation de votre inscription au service, contactez notre équipe à l’adresse électronique suivante : inscription@lisez.com