Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264073495
Code sériel : 5473
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 600
Format : 108 x 177 mm

Moonglow

Date de parution : 05/09/2019
Un roman existentiel en hommage à l’amour où secrets et mensonges viennent ternir l’image dorée du rêve américain post guerre mondiale. 
En 1947, à la synagogue de Baltimore, un jeune vétéran de la guerre de 39-45 épouse une réfugiée française. Sur le bras, elle porte un tatouage de chiffres bleus. Fragile et fantasque, elle est hantée par des visions d’un cheval écorché qui semble symboliser pour elle toute l’horreur nazie. À... En 1947, à la synagogue de Baltimore, un jeune vétéran de la guerre de 39-45 épouse une réfugiée française. Sur le bras, elle porte un tatouage de chiffres bleus. Fragile et fantasque, elle est hantée par des visions d’un cheval écorché qui semble symboliser pour elle toute l’horreur nazie. À l’opposé, le marié, maquettiste de fusées, fasciné par la conquête spatiale, mesure tout à l’aune de la raison. Mais il a participé à la libération du camp de concentration de Dora et il sait quel prix certains hommes ont payé les avancées scientifiques. Les terreurs, les fugues, les séjours en hôpital psychiatrique de son épouse tant aimée achèvent de bouleverser le socle de ses certitudes.
 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264073495
Code sériel : 5473
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 600
Format : 108 x 177 mm
10/18

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • MrAZ Posté le 12 Septembre 2020
    C'est un sujet qui est bien documenté à présent : Les avancées technologiques faites par les scientifiques allemands nazis pendant la 2nde guerre mondiale ont largement contribué à la conquête spatiale réalisée par les USA dans les deux décennies suivantes. En littérature, Thomas Pynchon avait déjà abordé le sujet des missiles allemands V2 mis au point notamment par Wernher von Braun, mais d'une toute autre façon (cf. « L'Arc-en-Ciel de la Gravité »). Dans « Moonglow », le grand-père du narrateur (c'est-à-dire le grand-père de Michael Chabon, semble-t-il), jeune ingénieur américain, maquettiste forcené et passionné d'aérospatiale, fut chargé par son armée, dans les derniers mois de la guerre, de mettre la main (avant les Soviétiques) sur les concepteurs des missiles allemands et sur toute la documentation afférente. Ce livre est aussi le récit de la douleur et de la maladie mentale de la grand-mère (Française de confession juive) du narrateur (supposément Michael Chabon), expatriée aux USA après la guerre. Cette histoire, que nous conte M.Chabon, n'est pas chronologiquement linéaire. Je recommande de ne pas faire de pauses trop longues dans la lecture de ce « roman » (si c'en est un), sous peine de perdre le fil. C'est probablement un livre que je relirai à... C'est un sujet qui est bien documenté à présent : Les avancées technologiques faites par les scientifiques allemands nazis pendant la 2nde guerre mondiale ont largement contribué à la conquête spatiale réalisée par les USA dans les deux décennies suivantes. En littérature, Thomas Pynchon avait déjà abordé le sujet des missiles allemands V2 mis au point notamment par Wernher von Braun, mais d'une toute autre façon (cf. « L'Arc-en-Ciel de la Gravité »). Dans « Moonglow », le grand-père du narrateur (c'est-à-dire le grand-père de Michael Chabon, semble-t-il), jeune ingénieur américain, maquettiste forcené et passionné d'aérospatiale, fut chargé par son armée, dans les derniers mois de la guerre, de mettre la main (avant les Soviétiques) sur les concepteurs des missiles allemands et sur toute la documentation afférente. Ce livre est aussi le récit de la douleur et de la maladie mentale de la grand-mère (Française de confession juive) du narrateur (supposément Michael Chabon), expatriée aux USA après la guerre. Cette histoire, que nous conte M.Chabon, n'est pas chronologiquement linéaire. Je recommande de ne pas faire de pauses trop longues dans la lecture de ce « roman » (si c'en est un), sous peine de perdre le fil. C'est probablement un livre que je relirai à la lumière de ce que m'a appris ma première lecture. Je vous souhaite à votre tour de le découvrir et de l'apprécier autant que moi.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Jeneen Posté le 22 Octobre 2018
    Il est des livres qu'on ne lit pas à la bonne période sans doute, et à côté desquels on passe malgré un véritable enthousiasme au départ. Ce fut mon cas avec ce livre que pourtant je qualifierais de bon. Et oui, cela semble paradoxal ! C'est essentiellement la forme, un peu trop destructurée à mon goût, qui ne m'a pas permis d'adhérer à l'histoire et d'apprécier les personnages comme ils le méritaient. Car le propos est bon, l'idée de mêler semble-t-il, véritables souvenirs et fiction, est une bonne idée que j'aurais pu apprécier avec une narration plus chronologique. Mais là, cela part dans toutes les directions et il faut lâcher prise pour entrer dans le roman, ce que je n'ai pas réussi à faire. Qu'à cela ne tienne, ce roman atypique est bien écrit, a quelquechose à raconter, comme le passage de témoin entre générations, si important dans les familles et juives particulièrement, des personnages qui valent le détour, même si je suis passée malheureusement à côté de ces souvenirs de famille. Merci aux Editions Robert Laffont et à NetGalley pour la découverte de ce livre qui devrait plaire à beaucoup, pour son histoire et ses réflexions intéressantes.
  • Ikebukuro Posté le 19 Octobre 2018
    Roman, autofiction, biographie, mémoires… difficile de savoir dans quoi on s'embarque en commençant ce livre. Au début, j'étais confuse, un peu perdue et je ne savais vraiment pas à quoi m'attendre mais rapidement j'étais conquise, par le côté un peu foutraque de l'intrigue, par les différents développements de l'histoire mais surtout par les personnages. Je me suis très vite attachée à ces derniers et sincèrement j'avais très envie de découvrir leur histoire. Pourtant la construction de ce livre m'a vraiment déroutée, on passe d'une époque à une autre, d'un personnage à un autre, on se demande si on est face à de vrais souvenirs ou à une interprétation romancée et détournée de la réalité et des faits. Ce livre c'est une histoire dans l'Histoire, celle de la guerre 39-45, de l'Holocauste, des camps, de la capacité à se reconstruire ou pas après un drame mais c'est aussi et avant tout l'histoire d'une famille, celle de l'auteur qui se cache derrière le personnage du narrateur comme s'il avait besoin de se dédoubler pour raconter cette histoire qui n'est plus vraiment la sienne. On se perd dans les souvenirs de chacun pour mieux retrouver le fil qui les lie. On se perd dans... Roman, autofiction, biographie, mémoires… difficile de savoir dans quoi on s'embarque en commençant ce livre. Au début, j'étais confuse, un peu perdue et je ne savais vraiment pas à quoi m'attendre mais rapidement j'étais conquise, par le côté un peu foutraque de l'intrigue, par les différents développements de l'histoire mais surtout par les personnages. Je me suis très vite attachée à ces derniers et sincèrement j'avais très envie de découvrir leur histoire. Pourtant la construction de ce livre m'a vraiment déroutée, on passe d'une époque à une autre, d'un personnage à un autre, on se demande si on est face à de vrais souvenirs ou à une interprétation romancée et détournée de la réalité et des faits. Ce livre c'est une histoire dans l'Histoire, celle de la guerre 39-45, de l'Holocauste, des camps, de la capacité à se reconstruire ou pas après un drame mais c'est aussi et avant tout l'histoire d'une famille, celle de l'auteur qui se cache derrière le personnage du narrateur comme s'il avait besoin de se dédoubler pour raconter cette histoire qui n'est plus vraiment la sienne. On se perd dans les souvenirs de chacun pour mieux retrouver le fil qui les lie. On se perd dans les époques et les lieux pour mieux se concentrer sur les sentiments et les non-dits. On se perd dans les vérités déguisées pour mieux retrouver la réalité… Ce livre est un voyage. Un voyage dans la mémoire collective, un voyage dans notre mémoire personnelle, dans notre passé et nos propres souvenirs familiaux à travers les récits de la seconde guerre mondiale, des bombardements, de la découverte des camps de la mort… à travers la conquête spatiale. C'est un livre dans lequel on se plonge comme si à notre tour on faisait partie de cette famille, partie intégrante de leur histoire qui devient aussi la nôtre quelque part. C'est un livre touchant et dense, qui incite le lecteur à se poser des questions sur son propre passé et sur sa capacité à différencier de vrais souvenirs d'un mensonge tant de fois répété qu'il finit par devenir la réalité. J'ai beaucoup aimé les personnages, notamment leur courage. Ils avancent, tombent, se relèvent, se trompent, se font du mal mais malgré tout on sent qu'à travers les silences et les ombres, l'amour est là. On le devine au détour d'une phrase, à travers un mot, une respiration… si frêle parfois et si brûlant pourtant… A lire sur le blog :
    Lire la suite
    En lire moins
  • Deltak Posté le 8 Octobre 2018
    "Moonglow" est le récit mi-autobiographique, mi-romancé, de la vie des grands-parents de l'auteur. Le grand-père, ancien militaire américain de l'OSS, nourrit une passion pour les fusées et la conquête spatiale ; sa grand-mère, française de confession juive, est une rescapée des camps. Michael Chambon nous retrace leur histoire, mêlant ses souvenirs et une bonne dose de création littéraire. Le spectre de la guerre n'est jamais très loin : la grand-mère en restera marquée à tout jamais, malgré sa nouvelle vie aux Etats-Unis. Le grand-père, quant à lui, explorera ses passions tout en tentant de délivrer sa femme de ses vieux démons. Malgré une histoire bien écrite, j'avoue ne pas avoir réussi à me passionner pour ce roman. Les souvenirs de l'auteur nous sont livrés comme un patchwork, sans chronologie, et ce parti pris m'a gênée dans la lecture. En dépit de personnages hauts en couleur, je dois reconnaître que je n'ai pas réussi non plus à me passionner pour ces derniers. Dommage pour ce rendez-vous manqué. J'ai néanmoins trouvé le mélange autobiographique et fiction intéressant. Je remercie Netgalley et les éditions Robert Laffont pour la découverte de ce roman.
  • bananenstrat Posté le 7 Octobre 2018
    Moonglow est le titre de cette belle autofiction signée Michael Chabon. A travers son questionnement sur ses origines Chabon va nous narrer l'histoire atypique de ses grand-parents, personnages hauts en couleurs. Son grand-père ancien militaire américain de l'OSS, qui va lors de la secone guerre mondiale déterrer les secret des V2 de von Braun. Il nourrira dès lors une fascination pour les fusée et la conquête spatiale et une haine viscérale envers le dit Von Braun. Ce grand-père va, après guerre, rencontrer une française de confession juive, rescapée des camps, mère d'une toute jeune fille qui sera la future mère de l'auteur. Mais les blessures que la guerre a infligées à la grand-mère seront toujours béantes et en feront une femme psychologiquement dévastée. Chabon place son roman sous l'égide des trois plus grand romanciers américains, à savoir Thomas Pynchon, à qui il emprunte le thème des V2, JD Salinger dont il s'inspire du story-telling désincarné et David Foster Wallace dont il imite la manie des notes de bas de page. Placé sous de tels hospices, le roman ne pouvait qu'être une grande réussite, ce qu'il est absolument. Par petites touches, par des points de vue à tiroirs, Chabon nous raconte une très belle histoire d'amour qu'il entremêle à... Moonglow est le titre de cette belle autofiction signée Michael Chabon. A travers son questionnement sur ses origines Chabon va nous narrer l'histoire atypique de ses grand-parents, personnages hauts en couleurs. Son grand-père ancien militaire américain de l'OSS, qui va lors de la secone guerre mondiale déterrer les secret des V2 de von Braun. Il nourrira dès lors une fascination pour les fusée et la conquête spatiale et une haine viscérale envers le dit Von Braun. Ce grand-père va, après guerre, rencontrer une française de confession juive, rescapée des camps, mère d'une toute jeune fille qui sera la future mère de l'auteur. Mais les blessures que la guerre a infligées à la grand-mère seront toujours béantes et en feront une femme psychologiquement dévastée. Chabon place son roman sous l'égide des trois plus grand romanciers américains, à savoir Thomas Pynchon, à qui il emprunte le thème des V2, JD Salinger dont il s'inspire du story-telling désincarné et David Foster Wallace dont il imite la manie des notes de bas de page. Placé sous de tels hospices, le roman ne pouvait qu'être une grande réussite, ce qu'il est absolument. Par petites touches, par des points de vue à tiroirs, Chabon nous raconte une très belle histoire d'amour qu'il entremêle à l'histoire de la seconde guerre mondiale, la découverte des camps de travail sur les V2, mais aussi à celle plus contemporaine de la conquête spatiale. On avance dans le roman de manière très subtile et petits à petit tombent les faux-semblants, et la résolution des tensions initiales se fait de manière tout à fait inattendue. C'est aussi tout simplement une belle tranche de la vie américaine de la deuxième moitié du vingtième siècle. Je dois avouer que je fuis les romans sur la seconde guerre mondiale, partant du principe que tout a été dit et redit. Eh bien ce roman parvient à apporter un souffle nouveau dans le genre, ce qui est une belle prouesse !
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…