Lisez! icon: Search engine
Perrin
EAN : 9782262069995
Code sériel : 678
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 180
Format : 108 x 177 mm

Mourir pour Kobané

Collection : Tempus
Date de parution : 16/03/2017
Requiem pour les Kurdes oubliés.
Cité emblématique d’une guerre trop souvent ignorée, Kobané symbolise la lutte victorieuse des Kurdes de Syrie contre les djihadistes de l’Etat islamique. Ces derniers ont déclaré la guerre à tous ceux qui ne leur ressemblent pas, et les Kurdes leur opposent farouchement ce qui fonde leur combat : démocratie, laïcité,... Cité emblématique d’une guerre trop souvent ignorée, Kobané symbolise la lutte victorieuse des Kurdes de Syrie contre les djihadistes de l’Etat islamique. Ces derniers ont déclaré la guerre à tous ceux qui ne leur ressemblent pas, et les Kurdes leur opposent farouchement ce qui fonde leur combat : démocratie, laïcité, égalité homme/femme, respect des minorités. Depuis 2013, Patrice Franceschi les accompagne dans leur volonté de créer une zone autonome, basée sur ces valeurs, dans leur patrie historique appelée Rojava. Il signe ici un récit de terrain, engagé et poignant, à hauteur d’homme, témoignage indispensable pour comprendre la lutte intrépide des combattants kurdes.
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782262069995
Code sériel : 678
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 180
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

" Un manifeste témoignage remarqué [...] " 
Marianne

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • ricola67 Posté le 8 Juin 2020
    Incroyable ce livre qui retrace le combat des Kurdes en Syrie (jusqu'en 2015), hommes et femmes, contre les islamistes de Daesh. Un récit qui met en lumière leur courage, leur refus de la haine, leur amour pour la liberté, la démocratie, l'égalité entre les hommes et les femmes. Un livre poignant, qui m'a ouvert les yeux sur ces héros (de l'ombre ?), mais aussi certaines aberrations comme la complicité de la Turquie soutenant les islamistes contre les Kurdes. Un livre qu'on devrait tous lire pour comprendre la situation en Syrie, les exactions de Daesh mais aussi pour réfléchir à notre propre rapport au monde... Nous qui démarrons notre vie avec tant d'acquis.
  • Nienna25 Posté le 28 Février 2020
    Un livre court et intense de Patrice Franceschi : Mourir pour Kobané, essentiel pour comprendre ce qui est à l'oeuvre dans cette région du monde, pour ressentir ce qui anime ces combattants et combattantes kurdes. Ils furent les remparts contre la folie de Daech, protégeant leur peuple, mais aussi tous les autres : Chrétiens, Yézidis, Musulmans.
  • nadiouchka Posté le 15 Juillet 2019
    Ce grand baroudeur – aventurier – écrivain – aviateur – marin (tout cela pour un seul homme), qu’est Patrice Franceschi, est aussi un homme engagé dans la résistance afghane et il soutient depuis longtemps et activement, ses amis Kurdes. Avec « Mourir pour Kobané », c’est l’histoire d’une guerre trop souvent ignorée. En faire la lecture est une bonne « piqûre de rappel. » Patrice débute son récit par ces lignes : « Deux années se sont écoulées depuis la première édition de ce récit. Conçu comme la guerre romanesque et révolutionnaire d’hommes et de femmes avec lesquels je m’étais intimement lié, je voulais qu’il se suffise à lui-même quel que soit le passage du temps et on n’y trouvera donc rien de changé. » (p.9) Au moment où il écrivait ceci, personne ne pouvait dire comment tout cela finirait. Mais il était certain que Rakka tomberait et que c’en serait fini de l’hégémonie de Daech en Syrie. « Mourir pour Kobané – sans point d’interrogation – est le récit de deux années de compagnonnage avec les Kurdes de Syrie. Un récit de terrain, engagé, à hauteur d’homme, volontairement trempé dans le seul « savoir de la chair ». (…) Kobané ? Kurdes contre islamistes ? Une guerre qui, comme à Dantzig autrefois, nous concerne tous. »... Ce grand baroudeur – aventurier – écrivain – aviateur – marin (tout cela pour un seul homme), qu’est Patrice Franceschi, est aussi un homme engagé dans la résistance afghane et il soutient depuis longtemps et activement, ses amis Kurdes. Avec « Mourir pour Kobané », c’est l’histoire d’une guerre trop souvent ignorée. En faire la lecture est une bonne « piqûre de rappel. » Patrice débute son récit par ces lignes : « Deux années se sont écoulées depuis la première édition de ce récit. Conçu comme la guerre romanesque et révolutionnaire d’hommes et de femmes avec lesquels je m’étais intimement lié, je voulais qu’il se suffise à lui-même quel que soit le passage du temps et on n’y trouvera donc rien de changé. » (p.9) Au moment où il écrivait ceci, personne ne pouvait dire comment tout cela finirait. Mais il était certain que Rakka tomberait et que c’en serait fini de l’hégémonie de Daech en Syrie. « Mourir pour Kobané – sans point d’interrogation – est le récit de deux années de compagnonnage avec les Kurdes de Syrie. Un récit de terrain, engagé, à hauteur d’homme, volontairement trempé dans le seul « savoir de la chair ». (…) Kobané ? Kurdes contre islamistes ? Une guerre qui, comme à Dantzig autrefois, nous concerne tous. » (p.18) Pendant deux ans, Patrice Franceschi a été sur le terrain, avec les Kurdes de Syrie, se trempant volontairement dans le « savoir de la chair. » Chaque chapitre de l’ouvrage débute par une citation stoïcienne, ainsi en a décidé Patrice après que l’un de ses compagnons lui ait fait des remarques sur ses lectures. Il a côtoyé les Peshmerga - le PKK – les « Yapagués" (YPG : Unités de Défense du Peuple) - les "Yapajas" (YPJ : Unités de Défense Féminines) - des "amazones de feu", des guerrières prêtes à tout, même à mourir s’il le fallait et qui gardaient, pour cela, soit une balle pour elles, soit une grenade 💣: plutôt mourir que tomber dans les mains des barbares. C’est avec passion que j’ai lu cet ouvrage d’un écrivain qui ne cesse de m’ étonner. Son témoignage est bouleversant et effrayant. Je me demande pourquoi j’avais laissé ce petit livre de côté car lorsque je vois le nom de « Patrice Franceschi », je m’empresse de lire ses écrits…. Voilà donc que j’ai rétabli cet oubli (mais rien ne dit qu’il n’en reste pas d’autres : à vérifier). Difficile d’en dire plus car c’est un ouvrage à lire d’urgence, si ce n’est déjà fait. En guise de conclusion, j’ai choisi les dernières lignes de « Mourir pour Kobané » : « Rien n’est donc joué. Mais une chose est sûre désormais. Ces Kurdes qui partagent nos valeurs, sont les seuls à marcher main dans la main avec les chrétiens, les seuls à protéger les musulmans vivant chez eux, les seuls à respecter les minorités, les seuls à se battre farouchement contre l’islamisme radical. (…) Si nous nous en souvenons assez longtemps, peut-être finirons-nous par les aider comme il se doit. Massivement et courageusement. Pour garder là-bas comme chez nous, à l’exemple des combattants de Kobané, un quart d’heure de souffle de plus que le destin. » J’ajoute simplement que cet ouvrage bouleversant est un véritable « Requiem pour les Kurdes oubliés ». Alors, ne les oublions pas. Petit nota : les numéros de pages ne correspondent peut-être pas car le livre que j'ai est un livre de poche pour lequel je n'ai pas pu changer la couverture.
    Lire la suite
    En lire moins
  • Romileon Posté le 10 Mai 2018
    C'est non seulement un témoignage mais aussi un plaidoyer en faveur du peuple kurde. Patrice Franceschi a passé deux ans à leurs côtés, à suivre leurs combats sur le terrain mais aussi dans les chancelleries quand les puissants de ce monde détournent la tête quand une situation géo politique les dérange, quand elle exige un courage politique qu'ils n'ont pas. Je suis admirative du courage, de l'abnégation des Yapajas (les femmes soldats) et Yapagués (les hommes soldats), je suis admirative de leur volonté de fer à faire triompher leurs valeurs : démocratie (réelle), laïcité, égalité homme/femme... qui sont à l'opposé complet de celles des membres de Daesh. Je m'inquiète et me demande ce qu'il en est aujourd'hui que Daesh a perdu... Je m'inquiète des positions turques, syriennes. Ne peut-on enfin garantir un Etat aux Kurdes ? Ne peut-on leur laisser mener à bien leur expérience de la démocratie participative... ?
  • Fapifap Posté le 22 Janvier 2018
    Un livre fort sur la guerre que mènent les kurdes sur les terres Syriennes au nom d'un idéal de démocratie. Malheureusement d'actualité au moment où j'écris ces lignes les chars blindés turcs franchissent la frontière Syrienne pour reprendre le district d'Afrin. Territoire gagné par les kurdes après un combat acharné contre l'état Islamique efficacement retranscrit par l'auteur, sans fioritures. le combat de ces hommes et de ces femmes fait écho à notre apathie, occidentaux fatigués selon Franceschi, qui regardons tout cela d'un œil distrait sans se rendre compte que leur combat c'est aussi le nôtre. Un livre à lire en urgence pour ceux et celles qui ne connaissent pas ce combat trop peu connu. Un ouvrage intense, touchant, dont on sort grandi.
INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER PERRIN
Recevez toutes nos actualités : sorties littéraires, signatures, salons…