En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience de navigation et réaliser des mesures d’audience.
OK
RÉSULTATS POUR VOTRE RECHERCHE «»
Résultats pour livres
    Résultats pour auteurs
      Résultats pour catégories

        Mrs. Bridge

        10/18
        EAN : 9782264069849
        Code sériel : 5226
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 312
        Format : 108 x 177 mm
        Mrs. Bridge

        JOSHUA FERRIS (Préface), Clément LECLERC (Traducteur), Chloé ROYER (Traducteur)
        Date de parution : 06/07/2017
        Mr. Bridge et son pendant, Mrs. Bridge, forment une œuvre en diptyque fondatrice de la littérature américaine d'après-guerre, adulée par des générations entières de romanciers.
        Mr. Bridge et Mrs. Bridge, les deux romans cultes d’Evan S. Connell, dépeignent un couple fascinant de petits-bourgeois américains des années 30. India Bridge est mariée à un avocat accro au travail et mère de trois enfants. Malgré une vie de loisirs et de confort matériel, India est envahie par... Mr. Bridge et Mrs. Bridge, les deux romans cultes d’Evan S. Connell, dépeignent un couple fascinant de petits-bourgeois américains des années 30. India Bridge est mariée à un avocat accro au travail et mère de trois enfants. Malgré une vie de loisirs et de confort matériel, India est envahie par un sentiment diffus d’insatisfaction, de confusion devant la futilité de sa vie. À coups de pinceau subtils, Evan S. Connell brosse le portrait de cette femme au foyer au bord du gouffre.

         « On lira d'abord l'épouse, puis le mari. Le tout forme l'histoire si moderne d'un couple apparemment sans histoires, dans une tragédie qui se joue en silence, une fois les enfants couchés. » Johanna Luyssen, Libération

        Traduit de l’anglais (États-Unis)
        par Clément Leclerc.

         
        Lire la suite
        En lire moins
        EAN : 9782264069849
        Code sériel : 5226
        Façonnage normé : POCHE
        Nombre de pages : 312
        Format : 108 x 177 mm
        10/18
        7.80 €
        Acheter

        Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

        • Bill Posté le 28 Décembre 2017
          Dans ce roman publié en 1959, Evan S. CONNELL décrit la vie de Mrs Bridge en courts chapitres qui retracent tout autant de moments de la vie de cette femme, mère au foyer de trois enfants et au mari qui travaille beaucoup, y compris tard et le weekend de façon à lui a ssurer le nécessaire et le superflu. On découvre la vie d'une femme de Kansas City, dans les années 30 où les événements européens sont à peine esquissés, évoqués au travers de ce que pouvaient être les gros titres des journaux ou des actualités cinématographiques. Dans ce premier opus, on la voit aux prises avec les minces rébellions adolescentes de ses enfants, on la voit évoluer dans son cercle d'amie et manager son personnel de maison noir ... Une femme effacée, soumise, obéissante et qu'on n'imagine plus exister aujourd'hui Une écriture factuelle qui rend certaines scènes plus dures encore envers cette pauvre femme. La suite / son pendant, Mr Bridge m'attend ...
        • Edmengarde Posté le 9 Novembre 2017
          L'auteur Evan S. Connell retrace en 310 pages la vie de Mrs Bridge, l'héroïne de ce roman éponyme. 310 pages, c'est à la fois beaucoup pour rentrer dans l'intimité de cette femme, et en même temps, si court pour relater une vie. Le tableau s'annonce idyllique, paisible : celui d'un couple petit-bourgeois américains des années 1930. Finalement, le lecteur termine ses 310 pages perturbé : il oscille entre un sentiment d'oppression et de soulagement. Ouf, c'est enfin fini! Quelle triste vie... L'auteur a choisi de relater cette vie parfaite sous forme de très courts chapitres. Choix judicieux qui accentue la sensation de vie étriquée de notre héroïne. Toute tentative, celle de s'émanciper des codes sociaux, du regard de l'Autre, du modèle de la femme au foyer parfaite qui vit dans l'ombre de son mari et des enfants, est tout simplement vouée à l'échec. Dans un silence feutré, sans heurts. Cette femme ne peut que s'engluer un peu plus dans un quotidien certes douillet, mais totalement insipide. C'est ainsi qu'elle abandonne le projet d'apprendre l'espagnol, ou de peindre, ou de s'affirmer tout simplement, de se poser juste les questions : qu'ai-je envie de faire de ma vie? Qui suis-je vraiment?. Mrs... L'auteur Evan S. Connell retrace en 310 pages la vie de Mrs Bridge, l'héroïne de ce roman éponyme. 310 pages, c'est à la fois beaucoup pour rentrer dans l'intimité de cette femme, et en même temps, si court pour relater une vie. Le tableau s'annonce idyllique, paisible : celui d'un couple petit-bourgeois américains des années 1930. Finalement, le lecteur termine ses 310 pages perturbé : il oscille entre un sentiment d'oppression et de soulagement. Ouf, c'est enfin fini! Quelle triste vie... L'auteur a choisi de relater cette vie parfaite sous forme de très courts chapitres. Choix judicieux qui accentue la sensation de vie étriquée de notre héroïne. Toute tentative, celle de s'émanciper des codes sociaux, du regard de l'Autre, du modèle de la femme au foyer parfaite qui vit dans l'ombre de son mari et des enfants, est tout simplement vouée à l'échec. Dans un silence feutré, sans heurts. Cette femme ne peut que s'engluer un peu plus dans un quotidien certes douillet, mais totalement insipide. C'est ainsi qu'elle abandonne le projet d'apprendre l'espagnol, ou de peindre, ou de s'affirmer tout simplement, de se poser juste les questions : qu'ai-je envie de faire de ma vie? Qui suis-je vraiment?. Mrs Bridge se résigne, s'étiole. Le roman se termine sur sa solitude pathétique : "Mais, personne ne répondit". L'auteur peint avec justesse le portrait d'une Amérique aisée et en apparence épanouie, mais qui étouffe, souffre d un mal être terrible.
          Lire la suite
          En lire moins
        • Lunalithe Posté le 27 Octobre 2017
          Ce livre est particulièrement terrible à sa manière : selon moi, c'est une sorte de drame domestique ordinaire (mais je suppose que ça pourrait juste s'appeler : "la vie quotidienne des femmes il y a plusieurs décennies"). Mrs Bridge n'a pas d'avis, pas de personnalité, si jamais elle fait preuve de jugement, elle en est épouvantée. Son mari doit penser à sa place, prendre les décisions, et surtout, il est inenvisageable qu'elle aille à l'encontre de ça ! Quelle horreur ! Mais comme je le disais, il s'agit là sans doute d'une condition ordinaire en 1930. Le drame réside dans ce vide qu'est la vie de Mrs Bridge, une espèce de vacuité de l'existence qui, personnellement, m'a glacé jusqu'aux os. Vers la fin, elle commence d'ailleurs sérieusement à désespérer de son désœuvrement, nostalgique des années où elle avait un rôle, c'est-à-dire celui de mère, puisque c'est visiblement la seule chose importante pour une femme. On pourrait penser que lire l'ennui d'une femme sur 300 pages est forcément ennuyeux, mais l'écriture est suffisamment fine et intelligente pour qu'au contraire, on y trouve un électrochoc, une critique acerbe de ce statut de potiche domestique, justement par cette absence de jugement formulé : il... Ce livre est particulièrement terrible à sa manière : selon moi, c'est une sorte de drame domestique ordinaire (mais je suppose que ça pourrait juste s'appeler : "la vie quotidienne des femmes il y a plusieurs décennies"). Mrs Bridge n'a pas d'avis, pas de personnalité, si jamais elle fait preuve de jugement, elle en est épouvantée. Son mari doit penser à sa place, prendre les décisions, et surtout, il est inenvisageable qu'elle aille à l'encontre de ça ! Quelle horreur ! Mais comme je le disais, il s'agit là sans doute d'une condition ordinaire en 1930. Le drame réside dans ce vide qu'est la vie de Mrs Bridge, une espèce de vacuité de l'existence qui, personnellement, m'a glacé jusqu'aux os. Vers la fin, elle commence d'ailleurs sérieusement à désespérer de son désœuvrement, nostalgique des années où elle avait un rôle, c'est-à-dire celui de mère, puisque c'est visiblement la seule chose importante pour une femme. On pourrait penser que lire l'ennui d'une femme sur 300 pages est forcément ennuyeux, mais l'écriture est suffisamment fine et intelligente pour qu'au contraire, on y trouve un électrochoc, une critique acerbe de ce statut de potiche domestique, justement par cette absence de jugement formulé : il s'agit juste d'une succession de scènes, qui prennent partie par leurs nombres et leurs apparente banalité. On y trouve également, histoire de faire les choses bien, des petites piques de racisme, et un côté très conservateur qui va avec le reste. Bref, c'est à la fois terrible et passionnant, mais ça fait surtout réaliser qu'on est bien mieux à notre époque !
          Lire la suite
          En lire moins
        • AgatheDumaurier Posté le 17 Septembre 2017
          Splendeur ! Merveille infiniment triste, mais aussi drôle et légère ! Mrs Bridge, petite soeur coincée de Madame Bovary, petite soeur innocente, sourde, aveugle... India (beau prénom recherché auquel elle n'a jamais pu s'habituer ) vit à Kansas City dans l'entre-deux-guerres, avec son mari Walter Bridge, et ses trois enfants Ruth, Carolyn et Douglas. Son portrait est dressé avec génie par l'auteur en cent-dix-sept touches, à la fois impressionnistes et chronologiques, qui nous mènent de la jeune fille à la vieille dame. Tout est extraordinaire dans ce texte : -le temps qui passe sans bruit, détruit silencieusement, et l'esprit qui reste identique à lui-même jusqu'à se dire avec surprise que la vie est passée...Cela fait encore penser à Flaubert et Un coeur simple. -La distance, la solitude de Mrs. Bridge face à son mari, ses enfants qu'elle ne comprend pas, de moins en moins, enfermée qu'elle est dans des conventions qu'elle ne peut pas remettre en question. -Le poids des conventions sur un esprit normal, peu aventureux, qui mène au déni du réel, presque à la folie tant le monde de Mrs Bridge est restreint, superficiel, immature. Ainsi, quand sa fille Ruth révèle à sa mère qu'elle héberge souvent chez elle, à New York,... Splendeur ! Merveille infiniment triste, mais aussi drôle et légère ! Mrs Bridge, petite soeur coincée de Madame Bovary, petite soeur innocente, sourde, aveugle... India (beau prénom recherché auquel elle n'a jamais pu s'habituer ) vit à Kansas City dans l'entre-deux-guerres, avec son mari Walter Bridge, et ses trois enfants Ruth, Carolyn et Douglas. Son portrait est dressé avec génie par l'auteur en cent-dix-sept touches, à la fois impressionnistes et chronologiques, qui nous mènent de la jeune fille à la vieille dame. Tout est extraordinaire dans ce texte : -le temps qui passe sans bruit, détruit silencieusement, et l'esprit qui reste identique à lui-même jusqu'à se dire avec surprise que la vie est passée...Cela fait encore penser à Flaubert et Un coeur simple. -La distance, la solitude de Mrs. Bridge face à son mari, ses enfants qu'elle ne comprend pas, de moins en moins, enfermée qu'elle est dans des conventions qu'elle ne peut pas remettre en question. -Le poids des conventions sur un esprit normal, peu aventureux, qui mène au déni du réel, presque à la folie tant le monde de Mrs Bridge est restreint, superficiel, immature. Ainsi, quand sa fille Ruth révèle à sa mère qu'elle héberge souvent chez elle, à New York, un ami homosexuel, sa mère lui dit ne pas comprendre ce qu'elle dit. Et en la regardant, Ruth se rend compte avec stupeur, effroi et pitié que c'est la vérité. Mrs Bridge ignore l'existence de l'homosexualité. -L'ennui, l'inutilité, le vide de son existence qui l'approche d'un profond vertige. -l'absence de réflexion sur les questions fondamentales du siècle, les guerres, la ségrégation raciale, les crises. Et la lectrice est profondément choquée et bouleversée que l'on puisse éduquer un être à n'être qu'ignorance et apparence. Mrs Bridge pressent qu'il y a autre chose, mais elle ignore quoi. Et faute de le comprendre, de le chercher, faute qu'on l'aide à le faire, qu'on s'intéresse suffisamment à elle pour lui montrer la voie, elle perd tout, ou bien elle n'a jamais rien eu. C'est beau, affreux, magnifique. Et...L'auteur a eu l'idée maîtresse de continuer par la création d'un deuxième tome : Mr. Bridge. La même histoire, côté mari...
          Lire la suite
          En lire moins
        • Prailie Posté le 22 Août 2017
          Comme son pendant masculin, ce livre est un petit bijou! A travers le personnage de la très conservatrice Mrs Bridge, Connell y livre une critique de l'esprit petit-bourgeois, pleine d'humour, de légèreté, de cocasserie parfois, mais aussi d'une grande acuité. On rit souvent, mais plus le livre progresse, plus on est touché par le désarroi de Mrs. Bridge, ému de la voir peu à peu perdre pied dans un monde où elle a perdu presque tous ses repères.
        Lisez inspiré avec 10/18 !
        Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…
        Notre politique relative aux données personnelles est accessible dans nos CGU.
        Vous pouvez exercer vos droits d’accès, de rectification, d’effacement, de limitation, de portabilité et d’opposition au traitement de vos données à caractère personnel dans les conditions fixées par la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 selon les modalités de notre politique de confidentialité.