Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264053466
Code sériel : 4571
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 216
Format : 108 x 177 mm

Muléum

Jean-Baptiste COURSAUD (Traducteur)
Date de parution : 05/07/2012

Suite à la disparition de sa famille au complet dans un accident d'avion, Julie, dix-huit ans, est bien décidée à en finir. Mais l'adolescente n'excelle pas dans l'art du suicide et chacune de ses tentatives est un échec. En voyage aux quatre coins du monde pour multiplier les chances de...

Suite à la disparition de sa famille au complet dans un accident d'avion, Julie, dix-huit ans, est bien décidée à en finir. Mais l'adolescente n'excelle pas dans l'art du suicide et chacune de ses tentatives est un échec. En voyage aux quatre coins du monde pour multiplier les chances de s'écraser, Julie fait la rencontre d'étonnants personnages. Lui vient alors une folle envie de vivre.

« Erlend Loe manie un humour diabolique, fait de situations aussi absurdes qu'ordinaires. Mais c'est sa voix qui touche et émeut. [...] Sa conception fraternelle du monde. Du commerce équitable, en quelque sorte. »
Geneviève Brisac - Le Monde 2

Traduit du norvégien
par Jean-Baptiste Coursaud

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264053466
Code sériel : 4571
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 216
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • BlackIsTheNewLiterature Posté le 9 Mars 2020
    Quand je suis tombée par hasard sur Muleum d'Erlend Loe, pour la première fois en librairie, j'en suis tombée amoureuse avant même de l'avoir ouvert et lu... Ce qui explique ce coup de cœur intuitif ? La couverture, peut-être un peu, mais surtout le titre. Muleum. Qu'est-ce que ça pouvait bien vouloir dire ? Peut-être était-ce suédois, comme l'auteur ? Après vérification, supposition balayée. Autant le dire tout de suite, la réponse ne se trouve ni dans le livre, ni nulle part ailleurs. Dans une critique lue sur Internet, une blogueuse littéraire avançait l'idée que ce pouvait être une modulation du mot "museum", et cette idée me plaît. Je trouve ce non-mot très beau, très doux, très beau. Ça ne veut rien dire et pourtant, j'y vois un puits de sens. Mais alors, de quoi Muleum est-il le muséum ?... Julie, une adolescente un peu folklo, a perdu toute sa famille dans un crash d'avion. Elle tente alors de se suicider de diverses façons mais à chaque tentative, un grain de sel vient se coller dans la machine et, pas de bol, elle se loupe. Alors, blasée, elle décide de prendre l'avion indéfiniment jusqu'à ce que l'appareil dans lequel elle voyage à... Quand je suis tombée par hasard sur Muleum d'Erlend Loe, pour la première fois en librairie, j'en suis tombée amoureuse avant même de l'avoir ouvert et lu... Ce qui explique ce coup de cœur intuitif ? La couverture, peut-être un peu, mais surtout le titre. Muleum. Qu'est-ce que ça pouvait bien vouloir dire ? Peut-être était-ce suédois, comme l'auteur ? Après vérification, supposition balayée. Autant le dire tout de suite, la réponse ne se trouve ni dans le livre, ni nulle part ailleurs. Dans une critique lue sur Internet, une blogueuse littéraire avançait l'idée que ce pouvait être une modulation du mot "museum", et cette idée me plaît. Je trouve ce non-mot très beau, très doux, très beau. Ça ne veut rien dire et pourtant, j'y vois un puits de sens. Mais alors, de quoi Muleum est-il le muséum ?... Julie, une adolescente un peu folklo, a perdu toute sa famille dans un crash d'avion. Elle tente alors de se suicider de diverses façons mais à chaque tentative, un grain de sel vient se coller dans la machine et, pas de bol, elle se loupe. Alors, blasée, elle décide de prendre l'avion indéfiniment jusqu'à ce que l'appareil dans lequel elle voyage à un instant T s'écrase. Statistiquement, elle est persuadée qu'en choisissant les compagnies les moins sûres et les pays les plus à risque, elle finira par y arriver. Entre chaque nouveau périple, elle fait de nombreuses rencontres qui rythment cette vie passée à poursuivre la mort... Ici, ce n'est pas du tout un style littéraire qui est au rendez-vous. L'histoire est narrée dans un style épistolaire du point de vue de Julie, qui a une sacrée repartie et un langage châtié, et des pensées assez perchées... Tout le charme d'Erlend Loe est de parvenir à nous proposer une histoire vivante, si proche de l'être humain, avec un humour aussi noir et subtil à la fois et des personnages très crédibles. Et dire que ce coup de cœur, je ne l'aurais certainement jamais eu si je n'avais pas été happée par ce titre, Muleum. Muleum. Oui, j'aime l'écrire...
    Lire la suite
    En lire moins
  • helhiv Posté le 15 Juillet 2016
    Je n'ai pas réussi à m'emballer pour ce roman qui n'est pourtant pas sans intérêt. le descriptif complètement déprimant m'avait vraiment attirée en me disant que ça allait être totalement délirant ou alors très profond. Ben, ça reste entre les deux avec la sensation que ça ne va nulle part. Il a des moments où c'est à rien de basculer dans l'absurde mais comme ça reste raisonnable, on sourit juste. Il y a des moments où ça devient sensible et touchant mais on sent que ce n'est pas trop le but de l'auteur alors l'émotion ne fait que passer. Je crois que j'ai trop demandé à ce livre (Vous n'avez jamais cette impression que le livre n'est pas ce que vous voudriez qu'il soit ? Alors qu'il existe le livre, c'est tout, on l'aime ou pas.) alors qu'il se veut réaliste : c'est le journal d'une jeune fille pas spécialement versée dans l'humour au quinzième degré ou les réflexions métaphysiques, sur laquelle la vie s'écrase avec une délicatesse de catcheuse. A prendre comme tel donc.
  • zabeth55 Posté le 15 Novembre 2013
    De la même veine que « Doppler », du même auteur, j’ai passé un bon moment avec ce livre. Toute sa famille ayant péri dans un accident d’avion, Julie décide de se suicider. Mais que de péripéties et de voyages pour mettre son projet à exécution ! Elle raconte ses tentatives dans un journal intime. Ce n’est jamais triste, malgré le sujet. Fourmillant de détails, un style vif et percutant, c’est très agréable à lire.
  • tearsless Posté le 10 Septembre 2013
    Julie perd toute sa famille dans un accident d'avion. N'ayant plus envie de vivre, elle décide d'en finir. Mais attention, pas n'importe comment, elle veut finir de la même façon que ses parents, dans un crash. La voilà donc qui s'envole à travers le monde, multipliant les pays et les rencontres. Drôle et original, Muleum est le journal d'une jeune femme qui va se réconcilier avec la vie, apprenant la coûteuse leçon que si elle peut prendre, elle peut aussi donner.
  • claraetlesmots Posté le 10 Août 2012
    Julie, dix-huit ans, reçoit un SMS de son père : On va s’écraser. Je t’aime. Fais ce que tu veux. Papa. L’avion où se trouvaient, son père, ma mère et son frère aîné ( c'est-à-dire toute sa famille) s’est écrasé quelque part au-dessus de l’Afrique. Désormais seule, elle n’a qu’une seule envie : mourir. A lire ce début de présentation, on pourrait s’imaginer une lecture triste ou déprimante Et bien, non ! Depuis la mort de sa famille, Julie consigne tout dans un journal. Ses états d’âme bien entendu mais aussi ses visites obligatoires au psy qu’elle a surnommé le docteur dingo, ses relations avec son amie Constance. Après deux tentatives de suicide ratées avec brio et surtout très drôles, elle se voit proposer le poste de rédactrice en chef au journal "Le suicidant" (vu que le turn-over à est important). Comme elle dispose de beaucoup d’argent, elle décide de prendre l’avion en continu en croisant des doigts pour qu’il s’écrase. Elle quitte sa Finlande et se retrouve à voyager aux quatre coin du globe. Je ne vous en dirai pas plus sur le reste de l’histoire ! Sauf que j’ai vraiment eu l’impression de lire le... Julie, dix-huit ans, reçoit un SMS de son père : On va s’écraser. Je t’aime. Fais ce que tu veux. Papa. L’avion où se trouvaient, son père, ma mère et son frère aîné ( c'est-à-dire toute sa famille) s’est écrasé quelque part au-dessus de l’Afrique. Désormais seule, elle n’a qu’une seule envie : mourir. A lire ce début de présentation, on pourrait s’imaginer une lecture triste ou déprimante Et bien, non ! Depuis la mort de sa famille, Julie consigne tout dans un journal. Ses états d’âme bien entendu mais aussi ses visites obligatoires au psy qu’elle a surnommé le docteur dingo, ses relations avec son amie Constance. Après deux tentatives de suicide ratées avec brio et surtout très drôles, elle se voit proposer le poste de rédactrice en chef au journal "Le suicidant" (vu que le turn-over à est important). Comme elle dispose de beaucoup d’argent, elle décide de prendre l’avion en continu en croisant des doigts pour qu’il s’écrase. Elle quitte sa Finlande et se retrouve à voyager aux quatre coin du globe. Je ne vous en dirai pas plus sur le reste de l’histoire ! Sauf que j’ai vraiment eu l’impression de lire le journal d’une jeune fille de dix -huit ans qui malgré la tristesse possède un sens de l’humour féroce ! J’ai souri, j’ai rigolé et j’ai été émue ! Une belle découverte et un bon moment de lecture !
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…