Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782266293037
Code sériel : 17541
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 264
Format : 108 x 177 mm
Nid de vipères
Serge Quadruppani (traduit par)
Date de parution : 13/06/2019
Éditeurs :
Pocket

Nid de vipères

Serge Quadruppani (traduit par)
Date de parution : 13/06/2019
Malgré sa longue expérience en terre sicilienne, le commissaire Montalbano doit reconnaître que jamais il n'a été confronté à pareille affaire : un homme tué deux fois. Barletta, affairiste détesté,... Malgré sa longue expérience en terre sicilienne, le commissaire Montalbano doit reconnaître que jamais il n'a été confronté à pareille affaire : un homme tué deux fois. Barletta, affairiste détesté, usurier qui a ruiné bien des malheureux, don juan compulsif qui n'hésite pas à recourir au chantage pour parvenir à... Malgré sa longue expérience en terre sicilienne, le commissaire Montalbano doit reconnaître que jamais il n'a été confronté à pareille affaire : un homme tué deux fois. Barletta, affairiste détesté, usurier qui a ruiné bien des malheureux, don juan compulsif qui n'hésite pas à recourir au chantage pour parvenir à ses fins, a d'abord été empoisonné par une femme, puis a reçu une balle dans la tête.
En plongeant dans le passé fangeux de Barletta, le commissaire va se trouver face à ses deux enfants, Arturo, que l'usurier voulait déshériter, et la très belle Giovanna… un véritable nid de vipères !

« Exquise, comme à chaque fois, la plume du célèbre italien est légère et il manie l'ironie avec bonheur. »
Frédérique Le Teurnier – France Bleu

« Un polar trouble et savoureux. »
Adeline Fleury – Le Parisien

@ Disponible chez 12-21
L'ÉDITEUR NUMÉRIQUE

 
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266293037
Code sériel : 17541
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 264
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« Exquise, comme à chaque fois, la plume du célèbre italien est légère et il manie l’ironie avec bonheur. » Frédérique Le Teurnier, France Bleu

« Un livre dérangeant… Nid de vipères explore les secrets familiaux inavouables.» Jean Ackermann, Sang Froid

« Un polar trouble et savoureux. » Adeline Fleury, Le Parisien

« Retrouver Montalbano est toujours un plaisir… Avec ce mélange d’humour, de sagesse et de grande humanité qui font le sel de l’œuvre de Camilleri on plonge dans cette nouvelle aventure comme on s’installe dans son fauteuil de vacances. On la dévore une nouvelle fois en savourant la langue de l’auteur, traduite d’une main de maître par Serge Quadruppani. » Jean-Marie Wynants, LE SOIR

« Camilleri raconte l’histoire d’une famille de vipères. » Gazzetta del Sud

« La corruption, une vipère venimeuse. » Il mattino

« Ce n'est pas le style particulier et frais qui domine cette enquête du commissaire Montalbano, mais le thème abordé, cru et aigre comme un citron, adouci par le stylo ironique et jamais excessif de Camilleri. »  Sylvia, Qlibri
 
Presse

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • Herve-Lionel Posté le 20 Janvier 2022
    N°1622 - Janvier 2022 Nid de vipères – Andrea Camilleri - Fleuve Noir. Traduit de l'italien par Serge Quadruppani. Un matin, Barletta, un usurier affairiste doublé d’un Don Juan sans scrupule est retrouvé mort, assassiné deux fois, par le poison et par balle, comme si une mort ne suffisait pas, et apparemment donnée par deux mains différentes. Voilà bien une affaire pour le commissaire Montalbano qui trouve ainsi l’occasion de se libérer de l’obligation de signer cette satanée paperasserie qui encombre traditionnellement son bureau et ce même si son âge devrait le pousser vers la retraite, ce que ne se prive pas de lui rappeler le médecin légiste entre un plantureux repas et une partie de poker. Ça se présente plutôt mal, entre une jeune fille, Stella, dont la victime abusait sexuellement qu’il menaçait de chantage, un héritage dont Barletta semblait vouloir priver ses propres enfants et les nombreuses faillites provoquées par sa pratique de l’usure, mais l’intuition de notre commissaire, et bien entendu aussi son expérience, lui donnent à penser que cette affaire n’est pas liée à la seule vengeance et doit bien pouvoir s’expliquer par quelque chose de beaucoup plus complexe. Pour corser le tout il reçoit la visite de Livia, son... N°1622 - Janvier 2022 Nid de vipères – Andrea Camilleri - Fleuve Noir. Traduit de l'italien par Serge Quadruppani. Un matin, Barletta, un usurier affairiste doublé d’un Don Juan sans scrupule est retrouvé mort, assassiné deux fois, par le poison et par balle, comme si une mort ne suffisait pas, et apparemment donnée par deux mains différentes. Voilà bien une affaire pour le commissaire Montalbano qui trouve ainsi l’occasion de se libérer de l’obligation de signer cette satanée paperasserie qui encombre traditionnellement son bureau et ce même si son âge devrait le pousser vers la retraite, ce que ne se prive pas de lui rappeler le médecin légiste entre un plantureux repas et une partie de poker. Ça se présente plutôt mal, entre une jeune fille, Stella, dont la victime abusait sexuellement qu’il menaçait de chantage, un héritage dont Barletta semblait vouloir priver ses propres enfants et les nombreuses faillites provoquées par sa pratique de l’usure, mais l’intuition de notre commissaire, et bien entendu aussi son expérience, lui donnent à penser que cette affaire n’est pas liée à la seule vengeance et doit bien pouvoir s’expliquer par quelque chose de beaucoup plus complexe. Pour corser le tout il reçoit la visite de Livia, son éternelle fiancée qui habite et travaille à Gênes et revient régulièrement à Vigàta... pour le plaisir de le rencontrer… et de l’engueuler. Ces deux là n’ont pas besoin de vivre ensemble, ni bien entendu de se marier, ils ont déjà tout d’un vieux couple et leur relation c’est plutôt « pas avec toi mais pas sans toi » ! Comme pour compliquer un peu les investigations et aussi la vie de Montalbano, tout cela se passe en la présence furtive d’un curieux clochard siffleur mais aussi qui se révélera providentiel à qui Lidia semble s’intéresser, lz tout sous les yeux de la très belle et très mystérieuse Giovanna, la fille de la victime, de photos compromettantes et de l’éventuelle disparition d’un testament. C’est que Montalbano est toujours égal à lui-même, pouvant difficilement résister à une femme et ici il se fera littéralement phagocyter par l’une d’elles Son métier le met directement en situation de connaître tous les défauts et les vices de l’espèce humaine, même les moins avouables, mais le hasard veille qui viendra encore une fois bouleverser l’agencement hypocrite des choses et bouleverser les projets les mieux ficelés. Bien entendu notre commissaire n’est pas seul à démêler l’écheveau compliqué de cette affaire. Il est aidé par ses deux compères Augello et surtout Fazio et il a un peu trop tendance à considérer ce dernier comme son larbin. Sans eux il ne serait rien. Comme d’habitude ce fut un bon moment de lecturte.
    Lire la suite
    En lire moins
  • MPM Posté le 14 Novembre 2021
    Ce livre est idéal pour un dimanche pluvieux. Le soleil de la Sicile, la perspicacité d'un commissaire humain et attachant, une intrigue complexe et prenante. Tout est réussi dans ce roman policier typiquement italien. Un seule victime assassinée dans d'étranges conditions mais une multitude de suspects car ce mort était un homme ignoble sur tous les plans. Voilà le cadre de ce polar qui entraîne le commissaire et le lecteur sur de multiples pistes à explorer mais la vérité, révélée à la fin, est tout simplement inimaginable et très dérangeante. On ne s'ennuie pas une seconde. Vraiment un très bon livre policier dépaysant et intrigant non sans humour et humanité.
  • Devoreusedelivres13 Posté le 13 Janvier 2021
    Andréa Camilleri nous livre vingt six magnifiques romans policiers dans lesquels nous pouvons suivre les aventures du commissaire Montalbano. Il est important de préciser que les romans sont écrits dans un mélange d#x2019italien-sicilien, ainsi pour coller au mieux à ce style d#x2019écriture le traducteur Serge Quadruppani a du prendre certaines libertés en essayant de traduire au mieux l#x2019auteur en inventant certains mots tels que « pinser », « s#x2019arappeler » etc. Cela a pu déranger certains lecteurs, je pense qu#x2019il est donc important de le notifier. Cependant, je m#x2019y suis très vite habituée et j#x2019ai même beaucoup apprécié cette façon de « parler » qui est propre au commissaire. J#x2019ai dévoré ces romans durant cette année ; je n#x2019arrivais pas à lire autre chose, j#x2019étais chaque jour impatiente de découvrir une nouvelle histoire, une nouvelle enquête et surtout de retrouver ce cher commissaire. Ce personnage attachant, mais également parfois maladroit. Je n#x2019ai pas toujours été en accord avec certains de ses choix, mais en même temps, cela rend vraiment le commissaire humain; auquel on peut facilement s#x2019identifier, donner vie. Dans ces romans, Andréa Camilleri nous transporte en Sicile, avec de très douces descriptions de paysages; mais également de repas, de beaux plats#x2026 Je n#x2019ai jamais eu autant l#x2019eau à la bouche en... Andréa Camilleri nous livre vingt six magnifiques romans policiers dans lesquels nous pouvons suivre les aventures du commissaire Montalbano. Il est important de préciser que les romans sont écrits dans un mélange d#x2019italien-sicilien, ainsi pour coller au mieux à ce style d#x2019écriture le traducteur Serge Quadruppani a du prendre certaines libertés en essayant de traduire au mieux l#x2019auteur en inventant certains mots tels que « pinser », « s#x2019arappeler » etc. Cela a pu déranger certains lecteurs, je pense qu#x2019il est donc important de le notifier. Cependant, je m#x2019y suis très vite habituée et j#x2019ai même beaucoup apprécié cette façon de « parler » qui est propre au commissaire. J#x2019ai dévoré ces romans durant cette année ; je n#x2019arrivais pas à lire autre chose, j#x2019étais chaque jour impatiente de découvrir une nouvelle histoire, une nouvelle enquête et surtout de retrouver ce cher commissaire. Ce personnage attachant, mais également parfois maladroit. Je n#x2019ai pas toujours été en accord avec certains de ses choix, mais en même temps, cela rend vraiment le commissaire humain; auquel on peut facilement s#x2019identifier, donner vie. Dans ces romans, Andréa Camilleri nous transporte en Sicile, avec de très douces descriptions de paysages; mais également de repas, de beaux plats#x2026 Je n#x2019ai jamais eu autant l#x2019eau à la bouche en lisant. Je tiens à vous prévenir, des envies dévorantes de Caponata, de rougets frits ou de pâtes aux palourdes peuvent arriver à tout moment lors de la lecture! Je recommande les romans de feu Andréa Camilleri à toutes les personnes fan de romans policiers, et à toutes celles curieuses d#x2019en découvrir. Je sais qu#x2019il existe également une série tirée des romans mais je ne l#x2019ai jamais vu, je vais peut être y remédier prochainement. Et vous, connaissez vous ce cher Montalbano ?
    Lire la suite
    En lire moins
  • Rotkif Posté le 27 Novembre 2020
    Un bon cru de la saga Montalbano
  • Charybde2 Posté le 19 Juillet 2020
    Double meurtre d’une pourriture à plus d’un titre, pour la vingt-cinquième enquête, un peu essoufflée, du commissaire sicilien Salvo Montalbano. Sur le blog Charybde 27 : https://charybde2.wordpress.com/2020/07/19/note-de-lecture-nid-de-viperes-montalbano-25-andrea-camilleri/
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.