Lisez! icon: Search engine
10/18
EAN : 9782264069429
Code sériel : 5194
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 360
Format : 108 x 177 mm

Nos années sauvages

Karine LALECHÈRE (Traducteur)
Date de parution : 06/04/2017
Petite, Rosemary Cooke était si bavarde que ses parents lui intimaient de commencer au milieu lorsqu'elle racontait une histoire. Puis sa sœur disparut. Puis son frère. Alors elle cessa de parler. Jusqu'à aujourd'hui. C'est le récit de cette famille américaine hors normes que Rosemary va vous conter : son histoire, recomposée... Petite, Rosemary Cooke était si bavarde que ses parents lui intimaient de commencer au milieu lorsqu'elle racontait une histoire. Puis sa sœur disparut. Puis son frère. Alors elle cessa de parler. Jusqu'à aujourd'hui. C'est le récit de cette famille américaine hors normes que Rosemary va vous conter : son histoire, recomposée tel un puzzle, et celle de Fern, son incroyable jumelle… Intrigant, déroutant, bouleversant : ce roman magnifique soulève des questions et des sentiments inattendus – sur la psychologie, l'amour, notre humanité. Extraordinaire.
 
« L'Américaine Karen Joy Fowler signe ici son meilleur livre, ne cessant de mêler dérision et émotion. En nous interrogeant sur nos relations aux autres, à tous les autres, elle fait bien plus que nous éclairer, elle nous bouleverse. » Version Femina
 
 
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Karine Lalechère
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264069429
Code sériel : 5194
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 360
Format : 108 x 177 mm

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • JCLDLGR Posté le 31 Mars 2020
    Il faut reconnaître que les chroniques familiales sont parmi les spécialités de la littérature américaine que j'aime lire, surtout quand la famille est barrée, que c'est raconté à hauteur d'enfant, et que l'environnement de l'Amérique profonde, ses personnages, ses paysages, routes, etc. font partie du roman. Mais Karen Joy Fowler oublie un peu cet environnement et on ne sort pas trop de la tête de Rosemary, jeune héroïne trop tôt privée de sa "soeur jumelle". Reste une analyse assez fine des dégâts psychologiques de cette séparation, sur lequel ce roman est centré ; beaucoup de flash back entre le présent (quelques actions qui révèlent le malaise familial) et le moment de la séparation, au fur et à mesure de la prise de conscience ; on est dans un brouillard des sens assez bien rendu. L'auteure en profite pour nous servir une charge contre l'expérimentation animale, mais de façon plus anecdotique. Avec une écriture dynamique et une bonne traduction, une lecture pas évidente ; ce livre reste un OVNI difficile à classer.
  • JCLDLGR Posté le 31 Mars 2020
    Il faut reconnaître que les chroniques familiales sont parmi les spécialités de la littérature américaine que j'aime lire, surtout quand la famille est barrée, que c'est raconté à hauteur d'enfant, et que l'environnement de l'Amérique profonde, ses personnages, ses paysages, routes, etc. font partie du roman. Mais Karen Joy Fowler oublie un peu cet environnement et on ne sort pas trop de la tête de Rosemary, jeune héroïne trop tôt privée de sa "soeur jumelle". Reste une analyse assez fine des dégâts psychologiques de cette séparation, sur lequel ce roman est centré ; beaucoup de flash back entre le présent (quelques actions qui révèlent le malaise familial) et le moment de la séparation, au fur et à mesure de la prise de conscience ; on est dans un brouillard des sens assez bien rendu. L'auteure en profite pour nous servir une charge contre l'expérimentation animale, mais de façon plus anecdotique. Avec une écriture dynamique et une bonne traduction, une lecture pas évidente ; ce livre reste un OVNI difficile à classer.
  • JCLDLGR Posté le 31 Mars 2020
    Il faut reconnaître que les chroniques familiales sont parmi les spécialités de la littérature américaine que j'aime lire, surtout quand la famille est barrée, que c'est raconté à hauteur d'enfant, et que l'environnement de l'Amérique profonde, ses personnages, ses paysages, routes, etc. font partie du roman. Mais Karen Joy Fowler oublie un peu cet environnement et on ne sort pas trop de la tête de Rosemary, jeune héroïne trop tôt privée de sa "soeur jumelle". Reste une analyse assez fine des dégâts psychologiques de cette séparation, sur lequel ce roman est centré ; beaucoup de flash back entre le présent (quelques actions qui révèlent le malaise familial) et le moment de la séparation, au fur et à mesure de la prise de conscience ; on est dans un brouillard des sens assez bien rendu. L'auteure en profite pour nous servir une charge contre l'expérimentation animale, mais de façon plus anecdotique. Avec une écriture dynamique et une bonne traduction, une lecture pas évidente ; ce livre reste un OVNI difficile à classer.
  • Hestermonk Posté le 13 Août 2019
    Chef-d'oeuvre qui fait ressortir les cruautés dont les humaines et les humains se rendent quotidiennement coupables, au nom de la Science (avec une majuscule). Analyse au scalpel des non-dits familiaux dans une famille d'intellectuels. A mettre dans toutes les mains.
  • Hestermonk Posté le 13 Août 2019
    Chef-d'oeuvre qui fait ressortir les cruautés dont les humaines et les humains se rendent quotidiennement coupables, au nom de la Science (avec une majuscule). Analyse au scalpel des non-dits familiaux dans une famille d'intellectuels. A mettre dans toutes les mains.
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…