Lisez! icon: Search engine

Nous

10/18
EAN : 9782264067425
Code sériel : 5065
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 552
Format : 108 x 177 mm
Nous

Valérie BOURGEOIS (Traducteur)
Date de parution : 07/04/2016
Paris, Amsterdam, Munich, Vérone, Venise, Florence, Rome, Naples. Le Louvre, le musée Van-Gogh, la place Saint-Marc. Terrasses ensoleillées, trattorias bondées : l'été s'annonce chargé pour les Petersen. 
Douglas, le père, est extatique. Connie, la mère, est plus mesurée. Pour Albie, leur fils de dix-sept ans, c'est carrément l'enfer. Et pour tous,...
Paris, Amsterdam, Munich, Vérone, Venise, Florence, Rome, Naples. Le Louvre, le musée Van-Gogh, la place Saint-Marc. Terrasses ensoleillées, trattorias bondées : l'été s'annonce chargé pour les Petersen. 
Douglas, le père, est extatique. Connie, la mère, est plus mesurée. Pour Albie, leur fils de dix-sept ans, c'est carrément l'enfer. Et pour tous, c'est peut-être l'occasion d'un nouveau départ. Douglas le sait, c'est sa dernière chance de prouver que derrière le biochimiste coincé se cache un mari attentionné et un père superfun. Connie, elle, va devoir affronter le souvenir de celle qu'elle était, cette étudiante en art qui sillonnait l'Europe en quête de folles expériences. Et celle qu'elle est devenue, une épouse rangée qui voudrait bien passer à autre chose. Quant à Albie, grand photographe en herbe, entre fugues et passion amoureuse, arrivera-t-il à renouer avec son père et à voler enfin de ses propres ailes ?
Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782264067425
Code sériel : 5065
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 552
Format : 108 x 177 mm
10/18

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • pyrouette Posté le 10 Août 2019
    Tout part d’une phrase prononcée par Connie, la femme de Douglas, une nuit : je crois que j’ai envie de te quitter. Connie explique à Douglas qu’elle l’aime toujours, qu’elle veut toujours partir en vacances avec Albie, leur fils, et lui et qu’elle prendra sa décision au retour. Albie est un adolescent de 17 ans, nonchalant, sale et voulant faire des études pour être photographe au grand désespoir de son père biologiste. Connie, une ex-artiste, ex-fêtarde, ex-droguée, profitant de la vie, protège son poussin. Douglas pense avoir encore une chance de faire changer d’avis Connie. A lui d’être le mari et père protecteur et cool. Ils partent en train et à chaque ville visitée, Douglas nous raconte son histoire avec Connie, son couple improbable, les bons moments comme les mauvais. Cet homme aimerait le meilleur pour son fils, Albie pense qu’il n’est pas à la hauteur avec son père. Connie calme d’un côté, rassure de l’autre et nous continuons notre voyage. La vie de couple est disséquée, leur passé raconté jusqu’à ce jour où Albie rencontre une jeune femme rebelle qui joue de l’accordéon dans les rues d’Europe et il fugue avec elle. Ses parents se retrouvent seuls et ne supportant... Tout part d’une phrase prononcée par Connie, la femme de Douglas, une nuit : je crois que j’ai envie de te quitter. Connie explique à Douglas qu’elle l’aime toujours, qu’elle veut toujours partir en vacances avec Albie, leur fils, et lui et qu’elle prendra sa décision au retour. Albie est un adolescent de 17 ans, nonchalant, sale et voulant faire des études pour être photographe au grand désespoir de son père biologiste. Connie, une ex-artiste, ex-fêtarde, ex-droguée, profitant de la vie, protège son poussin. Douglas pense avoir encore une chance de faire changer d’avis Connie. A lui d’être le mari et père protecteur et cool. Ils partent en train et à chaque ville visitée, Douglas nous raconte son histoire avec Connie, son couple improbable, les bons moments comme les mauvais. Cet homme aimerait le meilleur pour son fils, Albie pense qu’il n’est pas à la hauteur avec son père. Connie calme d’un côté, rassure de l’autre et nous continuons notre voyage. La vie de couple est disséquée, leur passé raconté jusqu’à ce jour où Albie rencontre une jeune femme rebelle qui joue de l’accordéon dans les rues d’Europe et il fugue avec elle. Ses parents se retrouvent seuls et ne supportant plus leur tête à tête, Connie prend la décision de rentrer. Douglas se retrouve dans la peau d’un super héros et promet à Connie qu’il va retrouver leur fils et imagine surtout qu’il va sauver leur couple. Le voyage continue et Douglas piètre voyageur va se retrouver dans des situations extrêmes et cocasses. Si la première partie nous fait ressortir le mauvais côté des personnages, leur égoïsme, leur manque d’effort pour vivre harmonieusement, la suite est différente et fait ressortir l’humanité et l’authenticité de ces trois personnages. C’est un récit drôle, très drôle, tendre et pourtant construit avec une précision digne d’un chirurgien. La crise de la cinquantaine vécue et racontée par cet homme, pas très doué, est jubilatoire. Connie va t-elle quitter Douglas ? Vous ne croyez quand même pas que je vais vous le dire !
    Lire la suite
    En lire moins
  • emilielettres Posté le 12 Août 2018
    Ce livre était présent depuis un long moment dans mon étagère et je me suis enfin décidée en souvenir du précédent titre de l'auteur, "Un jour", que j'avais beaucoup apprécié. Mais ici, j'ai été beaucoup moins entraînée dans l'histoire, j'ai moins accroché avec les personnages. Je ne saurais vraiment expliquer pourquoi mais j'avais espéré davantage à cause de mon coup de cœur précédent. Le récit est pourtant à la première personne, ce qui pourrait faciliter le rapprochement (même si le narrateur est un homme et que je suis une femme, on peut généralement mieux ressentir les émotions du personnage avec le point de vue interne!) mais c'est peut-être parce que le narrateur est un personnage plutôt flegmatique, normal me direz-vous pour un anglais! Alors, oui il prend le temps de se présenter, d'expliquer la situation de son couple, pourquoi il en est arrivé à une crise avec sa femme (surtout pour elle parce que pour lui tout allait bien, encore une fois, c'est étonnant de la part d'un homme!!!). Mais, un certain nombre d'éléments sont peu plausibles : cet homme reconnaît trop vite les défauts et les erreurs qu'il a pu développer et commettre, il arrive à se remettre en... Ce livre était présent depuis un long moment dans mon étagère et je me suis enfin décidée en souvenir du précédent titre de l'auteur, "Un jour", que j'avais beaucoup apprécié. Mais ici, j'ai été beaucoup moins entraînée dans l'histoire, j'ai moins accroché avec les personnages. Je ne saurais vraiment expliquer pourquoi mais j'avais espéré davantage à cause de mon coup de cœur précédent. Le récit est pourtant à la première personne, ce qui pourrait faciliter le rapprochement (même si le narrateur est un homme et que je suis une femme, on peut généralement mieux ressentir les émotions du personnage avec le point de vue interne!) mais c'est peut-être parce que le narrateur est un personnage plutôt flegmatique, normal me direz-vous pour un anglais! Alors, oui il prend le temps de se présenter, d'expliquer la situation de son couple, pourquoi il en est arrivé à une crise avec sa femme (surtout pour elle parce que pour lui tout allait bien, encore une fois, c'est étonnant de la part d'un homme!!!). Mais, un certain nombre d'éléments sont peu plausibles : cet homme reconnaît trop vite les défauts et les erreurs qu'il a pu développer et commettre, il arrive à se remettre en question au cours du voyage familial censé recoller les morceaux et à faire des choses dont il était jusque-là incapable, il cumule les catastrophes mais tout s'arrange (sauf pour son couple). Et puis, je n'ai pas vu l'intérêt pour le récit, si ce n'est pour répondre à une mode, de faire une allusion à la future homosexualité de son fils puisque le récit n'ira pas dans le futur des personnages. Cet élément n'apporte donc rien à l'histoire telle qu'elle nous est racontée, à part donner une raison à la séparation de son fils et de la jeune fille vagabonde rencontrée en route… Mais, selon moi il y aurait eu d'autres explications bien plus cohérentes, comme tout simplement, l'amour de vacances sans suite, le retour à la réalité avec la rentrée à la fac… En clair, la lecture n'est pas désagréable, je pense que j'ai été déçue parce que j'avais sans doute placer plus d'attente dans ce livre. En revanche, j'ai davantage apprécié ce qui ne concernait pas directement l'histoire des personnages c'est-à-dire le périple à travers l'Europe, l'évocation des villes, les passages descriptifs, les anecdotes ou présentations de monuments/musées… Donc, ne vous fiez pas forcément à mon avis, il n'est sans doute pas totalement objectif!
    Lire la suite
    En lire moins
  • clairebossler Posté le 19 Février 2018
    Nous était une lecture très intéressante. J’ai découvert David Nicholls avec son roman Pourquoi Pas? , son style m’avait déjà conquis à l’époque même si le fond de l’histoire était un peu triste. Là encore, j’ai vraiment apprécié de lire ce texte. De quoi ça parle? D’une famille qui part en voyage alors que leurs relations sont franchement bancales. Alors on va les suivre, enfin on va surtout suivre Douglas. Ce père un peu looser, au bord du gouffre qui s’ennuie dans son travail malgré sa passion des sciences. Il semblait heureux comme il était mais il perd sa famille. Les émotions de cet homme un peu triste sont parfaitement communiquées tout au long du roman : son amour pour sa femme et pour son fils, ses frustrations de père, ses peurs, ses espoirs, sa remise en question. Personnellement j’ai vraiment ressenti tout ce qu’il traversé au fur et à mesure que je tournais les pages. Le roman nous entraine dans leur voyage à travers l’Europe. Ce qui nous donne très très envie de voyager aussi. Mais il nous fait aussi traverser le temps en nous racontant sa rencontre avec Connie sa femme, la naissance de leur fils Albie, les grandes étapes de... Nous était une lecture très intéressante. J’ai découvert David Nicholls avec son roman Pourquoi Pas? , son style m’avait déjà conquis à l’époque même si le fond de l’histoire était un peu triste. Là encore, j’ai vraiment apprécié de lire ce texte. De quoi ça parle? D’une famille qui part en voyage alors que leurs relations sont franchement bancales. Alors on va les suivre, enfin on va surtout suivre Douglas. Ce père un peu looser, au bord du gouffre qui s’ennuie dans son travail malgré sa passion des sciences. Il semblait heureux comme il était mais il perd sa famille. Les émotions de cet homme un peu triste sont parfaitement communiquées tout au long du roman : son amour pour sa femme et pour son fils, ses frustrations de père, ses peurs, ses espoirs, sa remise en question. Personnellement j’ai vraiment ressenti tout ce qu’il traversé au fur et à mesure que je tournais les pages. Le roman nous entraine dans leur voyage à travers l’Europe. Ce qui nous donne très très envie de voyager aussi. Mais il nous fait aussi traverser le temps en nous racontant sa rencontre avec Connie sa femme, la naissance de leur fils Albie, les grandes étapes de leur vie à deux puis à 3. Bref, c’est vraiment un texte bien monté et rondement mené. Alors évidemment au cours de ma lecture je me suis demandée comment ça allait finir, bien?, mal? Y a-t-il un espoir pour le couple DouglasConnie? Va-t-il retrouver un équilibre familial? Ou tomber amoureux de quelqu’un d’autre? Bizarrement j’ai obtenu toutes mes réponses. Mais je ne suis pas satisfaite de la fin. Que je ne dévoilerai pas. Les personnages Concernant le caractère des personnages, Albie est en pleine crise d’adolescence tardive, Connie est une artiste ratée amoureuse de la vie et de liberté qui peu parfois être franchement agaçante voir cruelle envers Douglas qui de son côté est terriblement psychorigide et manque totalement de joie de vivre. Je conseil ce roman il est divertissant, il donne envie de sourire, de rire, de pleurer, et surtout de voyager. Nous est un texte est riche d’émotions et de vocabulaire en tout genre. On apprend quelques petites choses sur l’art et beaucoup de choses sur la vie et l’être humain.
    Lire la suite
    En lire moins
  • majolo Posté le 23 Août 2017
    Premier livre de David Nicholls que je lis, et je suis très agréablement surprise. Je ne sais pas pourquoi je l'avais catalogué dans un registre plus "commercial". C'est beaucoup mieux, c'est même très bien ! Si je devais comparer, je penserais à Jonathan Tropper, Nick Hornby, Jonathan Coe avec même un zeste de David Lodge. Tout ce que j'aime, surtout au bord d'une piscine avec cigales. Douglas Petersen et son épouse entament un tour d'Europe avec leur fils Albie, leur dernier voyage en famille avant qu'Albie ne quitte la maison. Belle perspective, sauf que Douglas vient d'apprendre que sa femme veut le quitter, et qu'Albie voudrait surtout être ailleurs, loin d'eux, à Ibiza par exemple...Ce voyage tourne rapidement à la tragi-comédie, pour notre plus grand régal, car c'est férocement drôle, tout en étant émouvant et doux amer.
  • sld09 Posté le 27 Juin 2017
    J'ai eu vraiment de la chance en étant tirée au sort pour recevoir ce roman : j'ai adoré cette histoire de famille et de voyage. Le personnage de Douglas m'a paru très touchant, et un peu pitoyable aussi. Il est plein de bonne volonté, mais si maladroit avec ses proches et tellement persuadé que ses principes sont les seuls à suivre qu'on voudrait le secouer pour lui faire ouvrir les yeux. En plus, il est d'une malchance crasse tout au long du voyage, accumulant déboires et mésaventures... On sent le couple mal assorti dès le départ, malgré toute la bonne volonté que chacun y met pour le faire durer , mais plus que la relation conjugale menacée, c'est la relation houleuse entre le père et le fils qui m'a vraiment touchée : il y a tant d'incompréhensions entre eux qu'on ne les imagine pas surmonter le gouffre qui les sépare.Et pour ne rien gâcher, le roman est très bien écrit. Entre ironie et compassion, humour et gravité, David Nicholls nous livre le portrait tout en nuances d'un homme qui peine à garder le contrôle de son existence. J'ai tout particulièrement apprécié l'un des derniers chapitres, intitulé Points de vue, qui... J'ai eu vraiment de la chance en étant tirée au sort pour recevoir ce roman : j'ai adoré cette histoire de famille et de voyage. Le personnage de Douglas m'a paru très touchant, et un peu pitoyable aussi. Il est plein de bonne volonté, mais si maladroit avec ses proches et tellement persuadé que ses principes sont les seuls à suivre qu'on voudrait le secouer pour lui faire ouvrir les yeux. En plus, il est d'une malchance crasse tout au long du voyage, accumulant déboires et mésaventures... On sent le couple mal assorti dès le départ, malgré toute la bonne volonté que chacun y met pour le faire durer , mais plus que la relation conjugale menacée, c'est la relation houleuse entre le père et le fils qui m'a vraiment touchée : il y a tant d'incompréhensions entre eux qu'on ne les imagine pas surmonter le gouffre qui les sépare.Et pour ne rien gâcher, le roman est très bien écrit. Entre ironie et compassion, humour et gravité, David Nicholls nous livre le portrait tout en nuances d'un homme qui peine à garder le contrôle de son existence. J'ai tout particulièrement apprécié l'un des derniers chapitres, intitulé Points de vue, qui nous offre un tout nouvel éclairage sur tout le récit. En bref, j'ai passé un très bon moment avec Nous.
    Lire la suite
    En lire moins
Lisez inspiré avec 10/18 !
Voyagez hors des sentiers battus, loin d'une littérature conventionnelle et attendue…