Lisez! icon: Search engine
EAN : 9782266179300
Code sériel : 13549
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm
Odeur du temps
Chroniques du temps qui passe
Date de parution : 18/09/2008
Éditeurs :
Pocket

Odeur du temps

Chroniques du temps qui passe

Date de parution : 18/09/2008

Plaidoyer pour la lecture, réflexions sur une civilisation, billets d’humeur, ce recueil est un choix parmi le millier de chroniques que Jean d’Ormesson a publiées depuis 1969.
Avec une jubilation communicative,...

Plaidoyer pour la lecture, réflexions sur une civilisation, billets d’humeur, ce recueil est un choix parmi le millier de chroniques que Jean d’Ormesson a publiées depuis 1969.
Avec une jubilation communicative, il proclame son amour de la littérature, de l’art et de la vie.
Tour à tour érudites, enthousiastes ou polémiques, ces...

Plaidoyer pour la lecture, réflexions sur une civilisation, billets d’humeur, ce recueil est un choix parmi le millier de chroniques que Jean d’Ormesson a publiées depuis 1969.
Avec une jubilation communicative, il proclame son amour de la littérature, de l’art et de la vie.
Tour à tour érudites, enthousiastes ou polémiques, ces chroniques séduisent par leur fraîcheur, surprennent par leur actualité. Vingt, trente ans après, elles continuent de nous transporter tout à la fois hors du temps et au cœur de notre temps.

« C'est gai. Léger. Désinvolte. Très sérieux. Un peu cabot. Mais surtout extraordinairement vivant. Jean d'O écrit des choses minuscules et immenses. » François Busnel – L'Express

Lire la suite
En lire moins
EAN : 9782266179300
Code sériel : 13549
Façonnage normé : POCHE
Nombre de pages : 480
Format : 108 x 177 mm

Ils en parlent

« C’est gai. Léger. Désinvolte. Très sérieux. Un peu cabot. Mais surtout extraordinairement vivant. Jean d’O écrit des choses minuscules et immenses. »

François Busnel ? L’Express

PRESSE

Ce qu'en pensent nos lecteurs sur Babelio

  • liratouva2 03/06/2010
    J’aime beaucoup Jean d’Ormesson parce que j’ai l’impression de l’avoir toujours connu, parce que j’ai toujours aimé le voir et l’écouter à la télévision, parce que j’aurais bien voulu un père, un grand père, un oncle comme lui, souriant, élégant, cultivé. Cependant, à part le très joli livre pour les plus jeunes: « l’enfant qui attendait un train », je n’ai rpas lu un seul de ses livres complètement. Je ne sais d’ailleurs pas pourquoi. Celui-ci non plus, je ne le lirai pas en entier bien qu'il soit très intéressant. Ce n’est pas un roman mais un regroupement de ses chroniques à partir de 1969, comme un condensé de sa pensée au fil du temps., une accumulation de billets d’humeur, bref un livre que j'ai feuilleté avec attention et où j'ai picoré des idées qui me plaisent comme celle-ci par exemple: "Je surprendrai peut-être le lecteur en lui assurant que ce que je préfère, c'est me taire.J'ai parfois regretté mes paroles, je n'ai jamais regretté mon silence. Je ne participe pas volontiers aux querelles qui agitent le petit monde des intellectuels parisiens." J’ai l’impression d’une conversation avec un esprit léger et profond, qui parle de tout avec style... J’aime beaucoup Jean d’Ormesson parce que j’ai l’impression de l’avoir toujours connu, parce que j’ai toujours aimé le voir et l’écouter à la télévision, parce que j’aurais bien voulu un père, un grand père, un oncle comme lui, souriant, élégant, cultivé. Cependant, à part le très joli livre pour les plus jeunes: « l’enfant qui attendait un train », je n’ai rpas lu un seul de ses livres complètement. Je ne sais d’ailleurs pas pourquoi. Celui-ci non plus, je ne le lirai pas en entier bien qu'il soit très intéressant. Ce n’est pas un roman mais un regroupement de ses chroniques à partir de 1969, comme un condensé de sa pensée au fil du temps., une accumulation de billets d’humeur, bref un livre que j'ai feuilleté avec attention et où j'ai picoré des idées qui me plaisent comme celle-ci par exemple: "Je surprendrai peut-être le lecteur en lui assurant que ce que je préfère, c'est me taire.J'ai parfois regretté mes paroles, je n'ai jamais regretté mon silence. Je ne participe pas volontiers aux querelles qui agitent le petit monde des intellectuels parisiens." J’ai l’impression d’une conversation avec un esprit léger et profond, qui parle de tout avec style et panache.
    Lire la suite
    En lire moins
Inscrivez-vous à la Newsletter Pocket pour trouver le livre dont vous rêvez !
Chaque semaine, riez, pleurez et évadez-vous au rythme de vos envies et des pages que nous vous conseillons.